Gronder/se faire gronder, ça vous parle ? 😉

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Gronder/se faire gronder, ça vous parle ? 😉

Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 25 réponses, 23 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par la vilaine, le il y a 3 semaines.
11 sujets de 16 à 26 (sur un total de 26)
  • Auteur
    Messages
  • #70503


    Ce fil est passionnant pour moi et je veux introduire une variable. Le temps compte-t-il ? J’imagine que ce n’est pas pareil, une réprimande avant la fessée, pendant et après, n’est-ce pas ?

    #70511
    Masami
    Participant


    C’est intéressant de parler du moment, effectivement.
    Pour moi, le moment idéal se situe pendant le châtiment, juste avant le ” point de rupture”. Le moment où Lui comme moi sentons approcher ma limite. Et tandis qu’ il inflige les derniers coups, arrive alors la réprimande énoncée d’une voix calme, posée, sévère, mais qui témoigne en même temps de toute l’ affection qu’il a pour moi. Le ton, les mots, le ” point de rupture” et….. C’ est la rédemption tant attendue… Quand aux nombreuses possibilités de l’Après, c’est un autre sujet…

    #70522
    Gabrielle
    Participant


    Je trouve que le bon tempo entre mots percutants et main percutante sont le combo parfait pour faire tomber le masque … et emmener la personne au lâcher prise total. Je l’ai jamais vécu mais je l imagine.
    pour les femmes sensibles aux mots et ces pratiques je suis sûres que ça doit être assez fort à vivre. Je présume qu’il faut aussi une belle complicité avec son partenaire.
    mais sentir sa bienveillance par son autorité hummm c’est peut être ça qui me plaît.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par Gabrielle.

    je préfère masquée

    #70543
    Eva
    Participant


    C’est un sujet assez complexe pour moi. La première question que je me suis posée est: est ce qu’on apprend à gronder?
    Le fait est que je ne suis pas “grondée”. C’est donc un ressenti que je ne connais pas moi même. Par contre ma position vis à vis de certaines, peut m’amener à montrer ma rigueur et ce que je pense de manière assez abrupte. Mais du coup,  je préfère le terme de sermonner ou “remettre dans le droit chemin”, car je n’ai pas l’impression de gronder, juste d’exprimer ma façon de penser!

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 semaines et 1 jour par Eva.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #70568


    Le sujet est très intéressant et d’après ce que j’ai lu il y a unanimité sur l’importance de la réprimande.

    Je vais donc vous raconter l’une de mes méthodes préférées. Il y a toujours une réprimande principale, mais cela me semble très puissant, donner une réprimande juste avant que la dame ne fasse face à sa punition. C’est-à-dire qu’avec ses mains sur la tête ou derrière le dos et son pantalon et sa culotte à mi-mollet ou aux chevilles, si la jeune femme porte une robe ou une jupe, alors tant que dure la réprimande, elle doit tenir la robe jusqu’à la jupe. Je pense que le sentiment de vulnérabilité et d’exposition est très puissant.

    #70574
    celine
    Participant


    Ah oui moi je suis consciente d avoir plutot un caractere fort et ayant plutot tendance a m imposer. J avoue que le fait d etre grondee par une personne plus agee bien evidement apporte son lot de trouble et de pertes de reperes. Bref c a la fois destabilisant mais o combien troublant

    #70580
    JULIENM
    Participant


    Lors d’un dîner entre amis, elle affirma crânement avoir commencé le yoga depuis peu, ses yeux brillaient de fierté. Elle se définissait en riant comme une yoga- girl convertie et se targuait d’en connaître déjà beaucoup . Elle énumérait avec assurance les différentes positions contraignantes et libératrices du yoga qui lui faisaient «  un bien fou » . Je l’écoutais avec attention , son amie admirative lui demanda même si elle pouvait devenir son élève , les trois autres convives écoutaient en silence ponctué de ah bon , c’est super et autres approbations d’usage . En rentrant à l’appartement , je lui fis part de ma surprise :
    – «  je ne te savais pas si savante dans cette discipline  »
    et je la sommais calmement de me montrer ce qu’elle connaissait :
    – . Peux -tu me montrer ce que tu as appris si vite ? , cela m’intéresse …
    Soudainement, elle se sentit moins assurée. Elle perdit même presque aussitôt la belle contenance dont elle avait abusé à grands traits durant le repas . Elle fît silence puis formula que ce n’était peut être pas la peine dès maintenant, je la coupai net dans ses justifications :
    – «  allez , va te mettre en tenue , tu vas me montrer cela ».
    Elle s’exécuta comme un peu gênée d’obtempérer si vite , troublée par cet aveu d’obéissance. Elle revint en legging de yoga , pieds nus et t-shirt , elle commença les premières positions dans un silence presque honteux . Je lui demandai alors de me donner le nom de chaque position. Et de les tenir . Elle fit oui de la tête . Elle savait que les fautes seraient commentées et qu’elle risquait fort d’être tout simplement sanctionnée. Elle ne devait se tromper ni sur le nom ni sur l’exactitude de la posture . Elle s’était vantée et nous allions vérifier tout cela. Dès la deuxième position je notais une imprécision de position corporel, je lui fis remarquer et lui redressait le coup de pied qu’elle ne parvenait pas à tenir tendu- or cette posture l’imposait . Elle s’excusa tout en essayant de se corriger. La figure de l’aigle, plus compliquée que la salutation au soleil n’était pourtant pas parmi les plus ardue . Je lui fis donc cette proposition cinglante : à la prochaine erreur , je faisais enlever le legging . Je lui demandai si c’était bien compris . Elle ne répondit pas et enchaîna les postures suivantes , je répétais ma question tout en précisant :
    «  tu me fais encore répéter une fois sans réponse et je te fais continuer toute nue immédiatement  » .
    Nous commencions à constater tous les deux qu’elle avait été très présomptueuse dans ses affirmations , le niveau était loin d’être aussi élevé qu’elle l’avait affirmé , elle allait maintenant devoir prendre conscience de ses mensonges et exagérations . Nous entrions dans une tout autre phase de son travail de yoga , nous allions travailler sur un travers de sa personnalité et cela allait être pour elle un instant de vérité . Elle se trompa sur le nom de la position suivante , implacable , je lui ordonnai de suite d’enlever son legging :
    – « Allez tu te déshabilles » .
    Elle obtempéra dans un silence gêné , dès lors qu’elle fût cul nu je lui posais cette question simple et évidente : vu ce qui était en train de se passer et ce que nous étions en train de découvrir ne croyait -elle pas et étant donné qu’elle se retrouvait dans cette tenue , qu’il serait judicieux d’avoir la strappe ou al ceinture de cuir à portée de main pendant qu’elle me montrerait la suite de ce qu’ elle connaissait ou croyait connaître ? .

    Elle plaça instinctivement les mains doigts croisés au dessus la tête , pieds joints , elle savait que quelque chose d’autre allait commencer, elle le savait depuis le début .

    Elle murmura un oui que je lui demandais de développer .
    – Oui ? C’est à dire ?
    – Oui je crois qu il faudrait la ceinture ou la strappe à portée de main .
    – Bien , alors si tu le crois, va la chercher et Dépêche toi car ton attitude ce soir était tout simplement risible … je vais te faire retenir la leçon et tu vas recevoir un vrai cours de yoga .
    Cela pouvait commencer .

    #70615
    Marie-76
    Participant


    C’est un sujet qui me parle. Généralement je me fais gronder avant la fessée et après pour être sûr que je comprenne la raison de la fessée.

    Ce moment, je trouve qu’il est important pour moi: ça ne me laisse pas indifférente. Il faut que je comprenne et que je me calme surtout après.

    #70738
    la vilaine
    Participant


    Merci pour ce chouette sujet ! 🙂

    J’avoue que j’adore me faire gronder, réprimander… Déjà, cela me trouble de voir son air sérieux, un peu fâché, quand il m’ouvre la porte (j’ai accumulé un certain nombre de piques..). Qu’il me dise « Il est quelle heure, là, Machine? » (il dit mon prénom..) et je suis toute gênée car je sais que je suis en retard.. que c’est un sujet récurrent.. et que cela va être sanctionné…

    Plus tard.. Arrive un moment où il aborde les sujets qui fâchent… et j’adore son regard sur moi. Il ne cille pas, il me regarde droit dans les yeux, et là je sens bien que je n’ai plus beaucoup de latitude.. Autant à distance j’aime faire ma maline, autant là cela commence à devenir délicat.. Ses questions, auxquelles je suis bien obligée de répondre… Parfois je ne peux m’empêcher de lancer une petite insolence, comme ça, parce que je trouve ça drôle et j’aime voir sa tête dans ces moments-là. Oui je te cherche encore…

    Il ne me lâche pas et je finis par reconnaître les faits, mon attitude, mes travers… Et je le vois assis pas loin de moi, sérieux, il se contient mais je sens bien que cela monte…

    Parfois je suis gênée de l’ascendant qu’il prend ainsi sur moi, de ces vérités que je dois avouer (oui, je t’ai cherché, oui ça ne fait rire que moi, oui j’ai aimé chauffer tel homme encore une fois, etc.), je détourne un peu le regard. Mais lui reste là, calme, à me regarder froidement, à exiger mes aveux… Je sais que je ne suis pas irréprochable, je sais que finalement tout cela est mérité…

    Bref désolée mon post est décousu.. Mais oui, j’aime qu’il soit remonté contre moi, qu’il ait un côté droit, sérieux, autoritaire, et qu’il reprenne un à un les sujets où j’ai abusé… Je les connais ces sujets, il n’oublie pas, et on les aborde un après l’autre, on ne va pas y couper.. (moi qui d’habitude m’en sors toujours, là il faut payer l’addition…)

    #70776
    LotharioGrimm
    Participant


    Pour moi, le fait de gronder est très important. Il est même essentiel.

    Je conçois avant tout la fessée comme une punition. Elle suppose donc une bêtise, une faute (plus ou moins grave) qui motive cette punition.

    Il est donc important de rappeler cette faute, d’insister sur la culpabilité pour créer une ambiance.

    En plus en la grondant, la punie se retrouve dans la position d’une vilaine fille prise en faute. délicieusement troublant 😉

    On peut gronder à 3 étapes (qui ne sont pas exclusives l’une de l’autre) :

    # AVANT LA FESSE pour mettre dans l’ambiance, rappeler la faute, faire bien honte à la punie. Tout cela associé à l’annonce de la punition.

    # PENDANT LA FESSEE : pourquoi se priver se poursuivre la remontrance ? On peut aussi souligner combien la punie devrait avoir honte de se retrouver sur els genoux et d’être fessée alors qu’elle est grande.

    Cela peut accompagner le déculottage.

    # APRES LA FESSEE, la vilaine a eu la culotte baissée. Elle doit se mettre debout (et s’exposer ?) pour entendre un seront. Qui lui rappelle qu’elle a mérité ce qui lui est arrivé.

    Vous me trouvez sévère ?

    Je suis un homme de 44 ans habitant en région centre. Attiré par la fessée depuis mon adolescence.

    #70797
    la vilaine
    Participant


    En réponse à « Lors d’un dîner entre amis… » (sur mon tél, je ne vois pas le pseudo de celui qui a écrit.. ben oui là je me connecte du taf, pas bien 😎):

    Très sympa ce récit… (vécu?)

    La demoiselle qui la ramène un peu trop.. et est mise face à ses mensonges ou arrogances..

    Lui qui ne laisse pas passer… lui fait retirer son legging (tiens, elle n’a pas de culotte, ça aurait ou être sanctionné, tss tout se perd).. qui refuse de se répéter (sinon sanction: toute nue)..

    cette manière de « mettre dans un coin » (au sens figuré)… Elle est fichue, il va lui faire regretter d’avoir fait la maline..

    Bref pas envie de bosser, mais d’essayer le yoga ! 😆😅

11 sujets de 16 à 26 (sur un total de 26)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com