gronder, les cas de figures.

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée gronder, les cas de figures.

  • Ce sujet contient 11 réponses, 10 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Docteur Clack, le il y a 1 mois.
12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #71273
    Parisspanking
    Participant


    Bonjour à toutes et à tous.

    Je souhaiterais vous parlez dans ce petit post, des sermons et du fait de gronder.

    Disputer, gronder sermonner avant une fessée est à mon sens primordial, c’est ce qui va créer l’atmosphère punitive et ne rendre la fessée que « meilleure » pour les deux parties.

    Les sermons ont pour but de revenir sur la faute commise et d’augmenter le sentiment de culpabilité de la part de la demoiselle qui aura fauté. Plus le sentiment de culpabilité est fort plus la fessée est vécue intensément par la punie.

    Elle pourra alors à ce moment tenté de justifier ou de minimiser sa faute, c’est un peu un jugement expéditif ou l’on donne la parole (si on le souhaite) à l’accusée, et où la sanction sera administrée à peine ce « jugement » finit.

    Le ton doit à mon sens être calme mais plein de fermeté, et les mots bien choisis :

    « Je n’accepte pas la façon dont tu t’es comportée » « cela ne fait aucun doute que tu mérites d’être punie » « je t’avais prévenu que si tu recommençais ce serai la fessée » « trouves tu que à ton âge il soit normal que tu te comportes encore ainsi »
    sont des phrases très employées au début de la discussion, puis vient l’annonce de la sanction où la encore le choix des mots est primordial et ont pour but de faire éclore des papillons dans le bas ventre de notre partenaire (ne nous le cachons pas).

    « tu vas donc recevoir la fessée et elle te sera administrée petite culotte aux chevilles »
    « je vais t’administrer une fessée dont tu vas te rappeler longtemps, et pas la peine de négocier tu l’auras sans la culotte »
    « je vais t’apprendre à mieux te comporter, ce sera la fessée et il est hors de question que tu gardes ta culotte en place »
    Les variantes sont immenses et il ne faut pas oublier les classiques pour autant « fessée déculottées » « fessée cul nu  »  et « fesses nues ».

    Je pense que avec le début de ce post j’ai enfoncé des portes ouvertes et je sais que ce sujet fût déjà l’objet de quelques posts. Mais je souhaiterais vous parler pour la suite des réactions possibles lors des sermons et annonces de la fessée.

    Nous sommes tous unique et personne ne réagit pareil, et même si je sais qu’il ne faut pas mettre les gens dans des cases, je dirais que nous fesseurs pouvons faire face à deux type de « punie » :

    Les BRAT qui vous défieront du regard lorsque vous les gronderez, feront preuve de mauvaise fois pour minimiser leurs fautes, et penseront jusqu’a la dernière minute pouvoir échapper à la fessée. Voir pourraient faire preuve d’arrogance et même d’insolence pendant le sermon.
    Il est clair qu’une BRAT ne va jamais réussir à atténuer la sévérité de la fessée et que on contraire leur comportements juste avant la fessée ne fait que leur assurer une correction encore plus dur à subir.
    Souvent quand je gronde une BRAT avec son regard plein d’assurance, il n’est pas rare de lui ordonné de baisser les yeux, si son regard plein de provocation m’insupporte.

    Et à l’inverse avec une personne plus Sub (plus docile), qui aura souvent du mal à soutenir le regard, souhaitant juste que les sermons soient les plus court possible et recevoir la punition qu’elle sait méritée.
    Et dans ce cas, je lui ordonne de me regarder dans les yeux si elle a le regard fuyant, c’est parfois un exercice difficile pour certaine personne.
    Si la personne n’arrive toujours pas à me regarder dans les yeux pendant que je la gronde, je soutien son menton avec deux doigts, pour qu’elle n’échappe pas à mon regard pendant qu’elle est disputée.

    Et vous comment faites vous? Comment vivez-vous la chose? Aimez-vous gronder ? ou être grondée? Pouvez vous vous passer de sermon avant une fessée?

    #71274
    Bella
    Participant


    Bonjour,

    je trouve effectivement que le sermon avant la fessée est important. Il met dans “l’ambiance” et est à mon sens tout aussi important que la fessée en elle même.

    Le ton, les mots, l’attitude ferme est primordiale pour moi. Quand j’imagine une fessée, j’imagine toujours être grondée avant, “tu es fière de toi? tu crois qu’à ton âge on se comporte encore comme cela?”, “ton comportement est inadmissible et je vais te faire passer l’envie de recommencer! une bonne fessée va te remettre les idées en place….”

    ces petites phrases entrainent directement un je ne sais quoi qui me permet d’être completement dans la situation

    #71312
    Saul
    Participant


    Attention ⚠ aux mots employés. Une de mes partenaires switch perdait tout désir lorsqu’on employait le verbe Fesser… il fallait lui “donner la fessée “

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #71323
    Parisspanking
    Participant


    Bonjour, je trouve effectivement que le sermon avant la fessée est important. Il met dans “l’ambiance” et est à mon sens tout aussi important que la fessée en elle même. Le ton, les mots, l’attitude ferme est primordiale pour moi. Quand j’imagine une fessée, j’imagine toujours être grondée avant, “tu es fière de toi? tu crois qu’à ton âge on se comporte encore comme cela?”, “ton comportement est inadmissible et je vais te faire passer l’envie de recommencer! une bonne fessée va te remettre les idées en place….” ces petites phrases entrainent directement un je ne sais quoi qui me permet d’être completement dans la situation

    nous sommes bien d’accord en effet.

    #71336
    Sombrelle
    Participant


    Merci @parisspanking pour ce sujet si bien présenté!
    Même si ce ne m’est pas indispensable, j’avoue que j’adore être grondée. Effectivement ça facilite la mise en ambiance, me met dans un état d’esprit adéquat, me positionne.
    En fait je trouve ça délicieux et bien sur le ton de la voix autant que les mots choisit sont importants.

    #71349
    Parisspanking
    Participant


    @sombre-et-belle de rien nous sommes bien d’accord merci pour ton message

    #71412
    Fesses Ecarlates
    Participant


    Gronder?

    Indispensable!

    Primo cela me mets dans l’ambiance de la petite chipie qui a fauté.

    Secondo cela me mets face à mes responsabilité de mes errements, de mes actes, Comme IL le disait si bien, chaque action a ses répercussions.

    Le ton, les mots employés, l’attitude ferme est capitale pour moi, SES yeux plantés dans mon regard fuyant, des phrases du genre “regarde moi quand je te parle”,  “tu es fière de toi? “, “étais-ce bien nécessaire”, “quand vas-tu te conduire en femme et non en gamine écervelée” et encore d’autres.

    Comme je le disais dans un post précédent, me faire gronder parce que je suis trempée d’excitation me rend folle.

    #71563
    Rogue
    Participant


    Bonjour,

    Je n’éprouve pas le besoin d’être constamment grondée. Parfois être recadrée et remise à place est nécessaire et ça me fait du bien. Le cérémonial avant, pendant et après prend alors une très grande importance. Parfois je suis “Prat” comme vous l’écrivez et parfois je suis “sub”. Cela dépend de mon rapport à la faute et si cela me frustre vraiment ou pas d’être punie. Dans la majorité des cas, un simple mot de travers, une espièglerie respectueuse et la fessée tombe avec bonheur.  Mon Mentor sait parfaitement en saisir toutes les occasions.

    #71595
    Nush
    Modérateur


    En ce qui me concerne, il suffit d’un mot ou d’une phrase avec le ton adéquat pour me faire « entrer » dans la punition.

    L’acte de gronder, de sermonner me fait l’effet inverse. Cela me crispe et m’éloigne du jeu.
    Une bizarrerie mienne…..

    #71608
    la vilaine
    Participant


    Merci pour ce sujet @parisspanking ☺️
    Je ne sais pas comment sont les autres femmes… mais pour ma part, je pense être un mélange de ces deux « styles ». (Et oui c’est délicieux d’être grondée)

    « Brat » : oui, c’est clair, j’aime chercher, taquiner, pousser un peu, mine de rien ou même parfois bien expres et avec défi… Parce que j’aime que l’Autre ait une forte envie de reprendre le dessus et me corriger. Alors je m’assure parfois de bien charger la mule 😆 J’aime que cela agace un peu, ou en tous cas que cela donne une bonne grosse envie de me remettre à ma place…

    En fait il y a une alternance avec mon côté « sub » / docile : j’aime aussi cet état, quand je me sens un peu gênée, embarrassée, car les choses vont bientôt basculer et que je ne vais plus avoir le choix, quand je commence à craindre un peu ce qui va se passer, ou quand je le sens très déterminé. Ou quand je sais que j’ai déconné, je suis allée trop loin, et effectivement je commence à me sentir en faute. Bref, il y a des moments où je ne la ramène plus et où j’aime obéir, ne plus m’opposer…

    Il y a d’ailleurs des moments où les deux facettes co-existent… par exemple je suis en train de me faire verbalement recadrer, j’ai clairement abusé, il me rappelle exactement mes fautes… je ne la ramène plus, je suis nerveuse, et puis à un moment je ne peux m’empêcher de lâcher un petit rire ou une petite remarque… et j’adore alors la tête que l’autre peut faire… oui je suis allée jusque-là et que vas-tu faire maintenant ?…

    #71863
    CROCODELLE
    Participant


    Merci pour ce sujet @parisspanking .Oui je ressens avant d’être punie ce besoin d’être grondée, réprimandée pour mes fautes. C’est viscéral dans ce type de relation spankeur/spankee. Tout est dans le regard, le ton, les mots, une phrase, une seule phrase énoncée avec sévérité et intransigeance, me fait chavirer,  basculer, m’émoustille… J’ai besoin qu’il m’annonce avec sévérité ma punition, je sais qu’à ce moment précis je ne pourrai pas y réchapper. Je peux faire ma brat ou ma sub cela ne changera rien, je le sais….

    <!–/data/user/0/com.samsung.android.app.notes/files/clipdata/clipdata_bodytext_211103_075359_021.sdocx–>

    #71988
    Docteur Clack
    Participant


    Sujet essentiel. Pour ma part j’évite le sermon qui peut plonger la dame dans la passivité et risque de casser la magie.

    L’important, et je rejoins beaucoup des commentaires de ces dames, est de montrer sa détermination à procéder à la punition, éventuellement sa colère ou son agacement, et surtout de sceller l’assentiment de la dame sur la légitimité, le bien fondé de ce qui l’attend. La notion d’assentiment elle-même est subtile et complexe, mais c’est ainsi que je le ressens. En tous cas c’est ce qui doit faire naître ces fameux papillons dans le ventre si délicieux et si dérangeants.

    Et pour ça je suis d’accord qu’un regard, quelques mots, une attitude, un ton dans la voix, sont plus puissant qu’un sermon fleuve.

    Indéniablement cette préparation est essentielle. Ensuite le cérémonial de la mise en position et du déculottage prend plus de poids et occasionne davantage de trouble et de sentiments mêlés.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com