Fuir ses responsabilités n’est jamais une bonne idée…

Accueil Forums Discussions générales Récits Fuir ses responsabilités n’est jamais une bonne idée…

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
  • Auteur
    Messages
  • #52163
    LeClaqueFesses
    Participant


    Je suis à Lyon.. »

    Voilà le message qui vient de s’écrire sur ton téléphone. Tu vérifies rapidement l’émetteur du texto, c’est bel et bien moi. Tu restes immobile un instant, te demandant ce qu’il se passe, est ce une blague ? Il est vraiment sérieux ?

    Le téléphone vibre une seconde fois

    « Je suis au … rue Victor Hugo à Lyon, je t’attend pour 17h30 demoiselle… Amène ton bulletin scolaire… Et évite de rajouter un retard à ton cas… »

    Ça n’a pas l’air d’être une plaisanterie… Ça va être aujourd’hui… Tu es un peu déboussolée.

    Ça fait un moment que tu t’es préparée mentalement à l’idée d’être corrigée, mais que cela tombe ainsi d’un coup… Tu réalises ce qu’il va t’arriver… et cela, dans quelques heures à peine…
    Tu vas douiller… Plus tu y pense, et plus tu te rends compte de ce qui va se passer.
    Tu regarde l’heure… il est 15h30, il reste encore 2 heures… 2 heures qui vont te paraître longues car elles vont te laisser le temps de cogiter sur ce que tu vas bientôt vivre…
    Vais je être sévère ? Comment cela va t’ il se passer ? Vas tu craquer ? Vas tu pleurer ?
    Tu sens que tes jambes tremblent un peu et que ton souffle s’accélère. Tu t’assieds sur ton lit avant de t’allonger un instant.
    Tu te remémore ton année, la dernière fois que l’on s’est vu… Les engagements que tu avais pris, nos discussions, ton faible investissement, qui pêche clairement dans l’histoire…
    Tu repenses aussi à tous mes messages auxquels tu n’as pas « pris le temps » de répondre… cela te fais légèrement sourire en te disant que je suis tout de même patient…
    Noël, les révisions de tes oraux que tu as bâclés malgré mes avertissements…
    Tes taquineries à mon égard à 5 heures du matin quand tu avais bu…
    Après tout cette année, tu as vraiment fais ce que tu voulais…
    Tu n’as pas écouté… tu n’as pas non plus travaillé… tu n’as pas respecté tes engagements… ni même pris la peine d’assumer réellement.
    Alors oui… au fond c’est clair… tu le mérites… ou plutôt la mérites cette correction…

    Tu tourne la tète et regarde l’heure, il est déjà presque 16h. Tu t’es perdu dans tes pensées pendant prés d’une demi heure. Il va falloir que tu t’active car tu risque réellement de finir par arriver en retard.
    Tu file dans la salle de bain et tu prend ta douche. Tu sors de celle ci pour choisir tes vêtements pour cette occasion quelque peu spéciale. Tu finis de te préparer avant d’enfiler tes écouteurs sur les oreilles et de sortir.
    C’est accompagnée par ta musique que tu parcoures la rue jusqu’au métro. Celle ci te coupe un peu du monde qui t’entoure, en un sens il vaut mieux pour toi, tu es en trajet pour aller recevoir une bonne fessée, alors tu préfères clairement ne pas être dérangée…
    Le lieu ou je t’ai donné rendez vous n’est excessivement loin mais il faut quand même y aller, donc l’horaire avance et il est déjà 17h passé alors que tu es toujours dans le métro.
    Tu arrives à la station, il te reste à trouver le lieu exact désormais. Tu parcours rues et ruelles en cherchant, tu pensais connaître la rue, mais tu te rends compte que tu t’es trompée. L’heure avance pendant que tu cherche, et voila qu’il est déjà 17h20 et tu n’es toujours pas a bon port. Tu commence légèrement à paniquer, tu accélère le pas avant de trouver enfin la rue. Tu repère la bonne adresse, il est 17h28… Tu souffle prend le temps de souffler en expirant longuement.
    Tu prends ton téléphone en main pour m’envoyer un texto.
    « Je suis devant»

    Tu attends quelque secondes, en espérant ne pas t’être plantée sur le lieu, avant de recevoir à ton tour
    « Et bien entre, je t’attends. »
    Tu ranges ton portable dans ta poche, expire un bon coup pour essayer de calmer ta respiration et tu ouvre la porte d’entrée.

    Tu entres et tu découvres un petit hall d’entrée avec une deuxième porte, à priori j’ai loué un petit pied à terre. Tu entends les battements de ton cœur qui résonnent plus fort qu’à l’accoutumé, le stress qui t’envahit déjà depuis un moment se manifeste à son paroxysme. Tu hésites avant de basculer la poignée et d’ouvrir la deuxième porte.

    Tu me vois, assis dans le canapé de la pièce à te fixer.
    « Bonjour Lucie , content de te voir… comment vas tu ? »

    Tu avance dans la pièce de façon hésitante. Tu croise par instant mon regard, mais tu n’ose pas maintenir le contact longtemps avant de détourner les yeux.

    « Bonjour, bien et vous ? »

    « Te voila toujours tout va bien… et étonnamment, quand nous sommes en face à face tu me vouvoie… »
    Je laisse planer le silence un instant avant de reprendre la parole.
    « Bien je te remercie, même si, comme tu l’imagine, si j’ai fait le déplacement jusqu’ici, c’est qu’il y a des choses qui ne vont pas… »
    Tu reste silencieuse, il n’y a pas un bruit dans la pièce à l’exception de celui de la trotteuse de l’horloge murale… tu te tiens à quelques mètres en face de moi et tu fixe le sol.

    « Comme tu t’en doute, je suis venu pour toi… et même devrais je dire « exclusivement » pour toi… »

    « As tu quelque chose a dire ? Car si c’est le cas, c’est maintenant… »
    En guise de réponse, tu réalise un timide signe de non de la tête.
    « Très bien, viens donc par ici. Moi j’en ai des choses à dire. »
    Tu t’approche d’un pas hésitant jusqu’à te trouver juste devant moi, détournant le regard.

    « Regarde moi dans les yeux Lucie … »

    Ton regard vient se fixer sur le mien, mais cela ne prend pas longtemps avant que tu ne détourne les yeux à nouveau.

    Je me lève à mon tours et te dévisage.
    « Bien demoiselle, nous voici enfin à nouveau en tête à tête…. Tu n’es déjà pas bavarde par message, mais a priori tu ne l’es encore moins en direct… »
    Tu me fixes un instant et tu fait un rapide non de la tête avant de baisser à nouveau les yeux.
    « Alors, tu t’es bien foutu de ma gueule depuis l’an dernier ? »
    Mon ton est bien plus sec que d’habitude, cela te fais sursauter.
    « Non… pas vraiment… » bredouille tu à voix basse
    « C’est ça, et tu continues en prime ! »
    « Mais je … »
    « Tais toi ! »
    Ma voix résonne dans l’appartement, tu baisses immédiatement les yeux et tes mains ballantes le long de ton corps attrape machinalement le bas de ton débardeur.
    « Tu veux pas assumer réellement pour une fois ? Tu veux encore me sortir des mensonges avec tes fausses excuses ? »
    Tu relève légèrement la tête, t’apprête à répondre mais ta voix ne sort pas, tu n’ose pas émettre de son car tu te dis qu’il ne vaux mieux pas…

    « Tu veux que je sois ton tuteur et tu joue la maligne ! Mademoiselle décide, s’amuse toute l’année, ne respecte aucun de ses engagements, et par dessus tout elle se fout de ma gueule en se permettant de me répondre que quand elle le veux bien ? ! »
    Les mots pour répondre s’enchaînent dans ta tête, mais aucun n’arrive à sortir, tu n’ose pas ouvrir la bouche…
    « Tu te rends compte que je me suis inquiété !?! Plus aucune nouvelles du jour au lendemain ! Que dalle ! Tu aurais pu tout simplement me répondre que tu voulais que je te lâche la grappe et que je te laisse tranquille ! »
    « C’est pourtant simple bordel ! Ça t’arracherai un morceau ? Non mademoiselle ne « prend pas le temps » de me répondre ! »
    Je laisse planer un silence avant de lâcher à nouveau
    « Si ça c’est pas de l’irrespect ! »
    Mon ton n’est clairement pas calme, tu sens clairement mon énervement et cela t’inquiète pour la suite.
    Les mots arrivent enfin à franchir ta gorge…
    « Je suis désolé… Je… »

    « J’espère bien que tu l’es ! Mais crois moi, tu vas l’être bien plus dans quelques minutes !
    Te rends tu compte que j’ai du me déplacer jusqu’ici juste pour toi ! Tout ça parce que tu te comportes comme une gamine irresponsable et irrespectueuse ! »
    Tu reste muette, le silence que je laisse entre mes phrases est pesant pour toi…
    « Alors crois moi que ce coup ci, on va prendre le temps de régler ce problème… je t’ai demandé d’amener tes bulletins, mais on ne va pas s’occuper de ta scolarité ce coup ci.. si je suis la maintenant c’est pour m’occuper de régler ce problème concernant ton comportement vis à vis de moi et clarifier tout ça ! »
    « Pour ce qui est de ton année scolaire, je vais jeter un œil à ton bulletin après la correction que tu vas ramasser, comme cela ça me permettra de décider de ton sort lors de mon prochain passage dans quelque semaines, pour que l’on parle de cette année de fac… C’est clair ? »

    ….
    « C’EST CLAIR !?! »
    « Oui…. »
    « Bien alors viens ici… »
    Tu hésites un instant, quelque peu apeuré…
    « Ok. »
    Tu me vois avancer vers toi, je comble ce petit mètre qui nous sépare rapidement et t’attrape par l’oreille.
    « Viens par la ! »
    La douleur de ton oreille de fait embrayer le pas directement, je te conduit vers le canapé d’un pas rapide.
    Avant même que tu ne comprenne ce qu’il se passe, j’attrape ton poignet et te bascule en travers de mes genoux. Tu n’as pas eu encore le temps de réaliser ce qu’il t’arrivais que tu te retrouve la tête en bas, les pieds décollés du sol et les fesses, bien en l’air…
    La panique commence à te prendre,
    « Vu le nombre de fois ou je t’ai prévenu, crois moi, je ne vais pas y aller en douceur comme la dernière fois. »
    Tu n’essayes même pas de te débattre, mais j’attrape quand même ta main et te la ramène dans le bas de ton dos. Te voila coincée.
    Tu tournes la tête vers moi avec des yeux reflétant de la panique avant de retourner la tête vers le sol.
    « Je t’ai dis que je n’allais certainement pas accepter de te voir jouer à l’idiote et à la gamine, alors crois moi que je ne vais pas hésiter à être très sévère désormais… »
    Tu ressens une douleur vive sur ta fesses droites. Conséquence d’une claque qui viens de frapper l’arrière de ton short…
    Une deuxième arrive sur ta fesse gauche, elle te fais te cambrer l’espace d’un sursaut.
    Tu ne réagis même pas, encore sous le choc.
    Les claques commencent à tomber les une après les autres de plus en plus rapidement.
    Tu es en train de recevoir une correction comme si tu étais une gosse… et en plus tu ne dis rien .
    Mon bras libre continue d’appliquer la correction sur ton derrière, les coups commencent à être de plus en plus puissants… tu sens la douleur venir s’emparer à chaque frappe un peu plus de ton arrière train.
    Au bout d’un moment, tu essayes de te débattre, de gesticuler pour tenter de stopper cette punition, mais tu n’y arrives pas, seule tes jambes bougent dans tous les sens, mais cela ne m’empêche pas de pourvoir atteindre ma cible.
    De tes mains, tu agrippes ma jambe, et sans t ‘en rendre compte tu serres celle ci.
    D’un coup une terrible douleur à la cuisse te fais lâcher ma jambe et pousser un cri. Je viens de te flanquer une claque très appuyée sur la cuisse . Celle ci semble t’avoir calmé un bon coup.
    « Tu ferais mieux de te calmer, ou je vais être encore plus sévère ! »
    Alors que tu récupère à peine de l’impact que tu as reçu, cette phrase arrive à tes oreilles.
    « Et crois moi Lucie , je ne m’arrêterai que quand je jugerais que tu as compris ce que je t’ai dis… »
    En finissant cette phrase, je reprend ta fessée…
    C’est vrai que tu as tellement été sous le choc de la puissance des premiers coup, à te faire taper sur les fesses, que sur l’instant tu en a oublier l’espace de quelque secondes les raisons du pourquoi…
    A cette dernière phrase, tout t’es revenu à l’esprit…

    A ce moment tu as arrêté de bouger… tu as cessé de te débattre.
    Alors que les claques tombent les unes après les autres sur tes rondeurs fessières, tu accuses le choc…
    Ton cerveau te rappelle pourquoi cela se passe ainsi… pourquoi tu te retrouve actuellement dans cette situation…
    C’est vrai… ça fait depuis un bon moment que tu ne m’écoutes pas et que tu ne me prend pas au sérieux… Je t’énerve parfois , mais il est vrai que cela n’excuse pas le fait de ne pas me répondre…Pourtant malgré que tu le saches, tu le fais quand même …
    Le bruit des impacts résonne dans la pièce, mais aussi dans tes oreilles…
    C’est vrai que dernièrement en plus tu te laisse pas mal aller niveau motivation…
    Ton corps, et plus particulièrement tes fesses te font ressentir progressivement de plus en plus de douleur… Mais pour l’instant.. tu remarque que ce n’est pas grand-chose par rapport à cette boule que tu as dans le ventre depuis quelques temps…
    Certaines claques qui atterrissent te font faire des petits accoups avec la tête… d’autre te font lâcher quelque petits gémissements…
    Je t’observe alors que je ne flanche pas, tu es devenu si calme d’un coup… Tu paraîtrais presque détendue si je ne te connaissais pas… On dirait que tu commences à enfin comprendre pourquoi je fais ça…
    J’arrête la fessée un instant… Je ne veux pas en rester la… Je sais que tu commence à prendre conscience de pourquoi je fais ça.. il va falloir que je passe à l’étape supérieure, maintenant que tu commence à digérer tes anneries, je ne veux pas que tu reste comme cela à t’en vouloir…
    J’arrête la fessée un instant…
    « Lève toi ! »
    Tu mets un peu de temps à reprendre tes esprits, tes fesses irradient déjà et tu as le souffle court.
    Un claque monumentale vient réactiver la brûlure sur tes fesses
    « Lève toi tout de suite ! »
    Tu obtempère même si tu as du mal à garder l’équilibre sur l’instant.
    « Les mains sur tête. »
    Tu obéis instantanément, ce coup ci, on peut dire que tu es attentive.
    Je te dévisage, mais tu fixes tes pieds.
    Tu sens mes mains qui attrape le bouton de de ton short. Tu coupe ta respiration et te crispe d’un coup.
    Ta bouche s’entrouvre, et tu laisse un petit « Non… » s’en échapper… Seule résistance que tu arrive dresser…
    Je ne stoppe pas mon geste pour autant, je défais le bouton… tu reprends ton souffle, et tu sens ton short descendre lentement le long de tes hanches, puis tes fesses… avant de venir lécher tes cuisses et de stopper sa course au creux de tes genoux…
    Tu sens une brève montée de chaleur sur ton visage… Tu as du mal à y croire… tu es désormais en petite culotte devant moi… Tu éprouve quelques difficultés à respirer, tu ne sais pas si c’est parce que tu as coupé ta respiration un moment, ou si c’est d’être ainsi exposée à mes yeux qui te stresse à ce point…
    « Regarde moi dans les yeux Lucie … »
    Tu as du mal à obéir, tu remontes les yeux lentement avant d’essayer de fixer mon regard que tu n’arrive pas à soutenir…
    « Allonge toi en travers de mes genoux »
    La peau de ton visage est déjà rouge, et te plier à mon ordre est humiliant, mais tu obéis tout de même, il vaux mieux pour toi.
    Tu t’allonges à nouveau et ma main vient se poser sur tes fesses, elle y glisse légèrement de haut en bas… Tu n’as pas besoin d’y poser la tienne pour te rendre compte qu’elles sont déjà bien chaudes…
    Ma main décolle, juste avant de venir entrer en contact à nouveau avec tes fesses. Qu’il s’agisse du bruit, de la sensation ou de la douleur, cela n’a plus rien à voir.
    Tu viens d’avoir l’impression qu’une mâchoire géante viens de te mordre la fesse droite, la sensation de brûlure qui suis est impressionnante. Tu lâche un premier petit cri, rapidement recouvert par le bruit des impacts suivants. Tes fesses se mettent très rapidement à te donner l’impression qu’elles se rapprochent d’une plaque chauffante avec danger, et que pour autant tu ne peux rien faire pour t’en éloigner.
    Chaque impact se transmet à travers tout ton corps, une secousse qui se diffuse à travers ton bassin, entraînant avec lui cette vague de chaleur, à la fois si douloureuse… et pourtant si agréable…

    « J’espère que tu réfléchis bien à ton comportement Lucie … car nous n’en sommes qu’au début… »

    « Quoi ? » te dis tu intérieurement, c’est pas possible, tu ne vas pas pouvoir endurer ça très longtemps.
    Ton corps viens de se tendre à nouveau à cette phrase, mais pourtant tu ne cherche pas à t’enfuir. Tes pensées t’ont déjà rattrapées… Elles sont en train de tourner dans ta tête, te rappelant que peut être, au final, cette situation tu l’as bien cherché… Ce n’est pas comme si je t’en avais jamais parlé… que ton comportement est sans aucun doute trop souvent proche de celui d’une gosse irresponsable qui ne respecte rien…
    En même temps que tu penses cela, tu sens toujours autant cette boule au sein de ton ventre… cette boule que tu n’arrives pas à faire sortir et à laisser s’exprimer…

    Les claques commencent vraiment à te faire mal, tu as même du mal à croire qu’il est possible de te faire ressentir cela juste avec une main… Tu croises les chevilles afin de réussir à immobiliser tes jambes car à chaque coup tu ne peux réprimer une contraction de tes cuisses…
    Les impacts tombent à tout va, parfois sur le haut de tes fesses, parfois sur le bas, certaines viennent même mordre le haut de tes cuisses, t’arrachant systématiquement une grimace…
    Tu as mis ta tête entre tes mains, signe que tu es en plein conflit intérieur… une bataille avec toi même…
    Tu aimerais que cette correction se finisse, que la douleur s’arrête… et à la fois tu ressens que tu la mérite, que celle ci va peut être enfin te permettre de te faire pardonner et de te pardonner toi même du mal que tu m’as fait ressentir, que tu vas enfin te sentir libérée de cette boule qui te gènes au plus profonds de toi…
    Mes frappes alternent dans un rythme chaotique, parfois la fesses gauche, parfois la droite…Tu as par instant l’impression que ma main est assez grande pour recouvrir l’intégralité de ton petit cul tellement la douleur se fait ressentir.
    Mais a un moment, la punition s’arrête…. Tu laisses retomber tes bras, ballant, vers le sol, tu ouvres les yeux que tu gardais fermés depuis un petit moment… Tu restes la à reprendre ton souffle et à essayer de retrouver tes esprits.
    Ma main vient glisser sous le bas de ton débardeur, le repoussant légèrement vers le haut… Elle glisse par la suite très lentement sur ta chute de reins tout en descendant… tu la sens se rapprocher très lentement.. de ton dernier rempart…
    Ce coup ci, c’est sous le haut de ta culotte que tu sens mes doigts se glisser… tes premières pensées te crient un « NOOON! « … mais tu ne bouges pas, tu coupes une fois de plus ta respiration…
    Après tout… Tu le mérites certainement… tu me connais suffisamment… Tu sais et comprends que si j’ai décidé d’en arriver la, de faire ça, c’est que je veux cette fois ci marquer le coup… Que si j’en arrive à de telle extrémités pour te faire comprendre…
    Tu fermes à nouveau les yeux et n’oppose pas la moindre résistance…
    Tu sens ta culotte glisser lentement, le tissu frottant légèrement tes fesses… un léger courant d’air vient caresser celles ci qui sont déjà brûlantes.. Cette dernière barrière vient d’atteindre le bas de tes fesses, libérant ta lune déjà emprise d’une couleur si vive, proche d’un beau rouge vermillon…
    Le contact du tissu poursuit sa route avant de venir rejoindre ton short.

    Le silence reprend sa place un instant, te laissant le temps de réaliser que tu viens… de te faire déculotter.. Tu sens à nouveau tes joues s’empourprer, avant de laisser à nouveau ton souffle s’échapper.
    Ma main vient de se poser sur tes fesses, les caresses un instant, te donnant pour une fois, une agréable sensation. Ton corps se détends à nouveau, juste avant que ma main décolle.
    La fessée reprend ! Ma main vient de claquer tes deux fesses à la fois ! La voila bien loin la douceur de la caresse, celle ci te donne l’impression que je viens de t’arracher la peau des fesses! Et le pire c’est qu’elle n’est pas seule. Le rythme vient de s’accélérer de façon impressionnante et incroyablement inquiétante ! Ce n’est plus une pluie, mais une averse ! Les claques fusent, t’arrachant presque à chaque fois de petits gémissements ! Tu viens de replier tes jambes sur elles même, ce qui m’oblige à saisir celles ci pour les coincer entre les miennes avant de reprendre la correction.. et bon sang, quelle correction. Tu dérouilles , tu n’arrive plus à penser à autre chose que ce qu’il t’arrive, que cette sensation du brûlure que te fais ressentir ton cul. Si je ne retenais pas tes jambes, tu serais certainement en train de les balancer dans tous les sens.
    « Bon sang pourvu que cela s’arrête ! » est la seule chose qui résonne encore dans ta tête. Tu serres les dents quand tu y arrive car tu te retrouve bien souvent a lâcher des petits onomatopée de plus en plus bruyant.
    Mais une fois de plus sans prévenir, la fessée s’arrête. Ta respiration est désormais très rapide, tu transpire, tu es en train de chercher a comprendre ce qu’il se passe.
    « Lève toi. »
    Malgré que tu sois déboussolée, tu ne perd pas de temps ce coup ci, tu essaye de te relever rapidement, tu as du mal, mais tu arrive à te stabiliser debout rapidement.
    « Tourne toi que je vois tes fesses »
    Tu te tourne juste devant moi, tes fesses sont devant mes yeux, je pose une main dessus pour vérifier leur température, elles sont brûlantes…
    « Bien, tu vas venir te pencher devant le canapé, les mains sur celui ci. »

    Je me lève, te laissant la place de venir t’installer les jambes tendues, le buste plié et les fesses bien exposées.
    Je me dirige vers le coin de la pièce pour aller récupérer quelque chose avant de revenir.
    « Tu m’as dis que tu voulais tester des instruments ? Et bien nous allons commencer par le martinet… »
    Dans ma main, un martinet avec de nombreuses lanières pendent…
    « Pas la peine de compter ce coup ci, tu comptera la canne plus tard ! »
    « Quoi ? » pense tu alors que le premier coup vient cingler tes fesses.
    La douleur des lanières est terrible, la sensation est nouvelle mais aussi douloureuse…
    Les coups s’enchaînent assez rapidement, tu as du mal à garder les jambes en place. Ton short a déjà atteint tes chevilles depuis un moment, mais c’est désormais ta petite culotte qui dégringole pour le rejoindre progressivement… dut aux mouvements de tes jambes…
    « NE BOUGE PAS ! »
    Tu essaye de tendre les jambes, mais les coups t’arrachent des petits cris et te font systématiquement les plier par accoues.
    J’accélère le rythme, si bien que tu finis par plier les jambes de plus en plus jusqu’à te retrouver le buste sur le canapé, et les genoux à terre… tu as plié sous les impacts…
    J’arrête la cinglée et te laisse ainsi quelques secondes… te laissant essayer de récupérer ton souffle…
    Tu m’entends m’éloigner à nouveau pour revenir presque aussi tôt.

    « Relève toi, et va te placer devant la table. »
    Tu peine à te lever, mais tu ne tarde pas à le faire. Tu attrapes les bord de ta culotte en ayant espoir de pouvoir la remonter un peu, mais je te l’interdit.
    « Laisse la à tes chevilles et dépêche toi ! »
    C’est avec les jambes entravées et à tout petits pas que tu parcours la distance te séparant de la table.

    « Penche toi et pose tes coudes sur la table. »
    Tu obtempères immédiatement.
    « Sors tes fesses vers l’arrière, dépêche toi ! »
    Tu recules tes fesses pour les mettre bien en évidence, tu te sens assez ridicule ainsi, surtout que tu sais que ton cul est déjà bien rouge vif.
    Tu sens la canne venir caresser la peau de tes fesses, celle ci glisse de haut en bas sur sa future cible. Je te vois contracter tes muscles fessiers, tu redoute… tu m’a dis vouloir découvrir la canne, mais celle ci t’effraies tout de même…

    « Tu vas compter, tu vas recevoir 6 coups pour commencer… et n’en omets pas ou je recommencerais à 0… »

    Une brûlure linéaire vient de t’arracher un cri. La morsure de la canne vient de faire son premier effet. Tu ignore si l’effet de surprise a amplié l’impact….mais tu l’as clairement sentit passer. Pourvu que les suivants ne soient pas aussi fort…
    Tu as du mal à desserrer les dents pour laisser échapper un très faible son :
    « Un… »
    Tu entends la canne siffler dans les air juste à coté de toi, je balance quelques coup de le vide pour bien ajuster le mouvement. Le son te fait serrer les fesses à chaque passage.
    Un claquement résonne en même temps que tu as l’impression que l’on te cisaille les fesses !
    Tu n’as aucune doute sur le fait qu’une strie vient d’apparaître sur tes fesses, tu la sens apparaître tellement la morsure de la canne a été violente.
    Tu essaye de maîtriser ton souffle qui s’emballe avant d’arriver à sortir
    « Deux… »
    La canne caresse tes fesses, tu sens que celle ci décolle de ta peau, tu contracte tes muscles fessiers avant que celle ci ne s’abatte nouveau sur tes deux rondeurs. Ta respiration que tu venais à peine de calmer s’emballe à nouveau… Ce n’est pas possible, tu ne vas pas pouvoir tenir… à ce rythme la, tu va craquer et finir par chialer…
    « Tu ferai mieux de ne pas oublier de compter… »
    « Oui ! Trois ! » me réponds tu presque du tac au tac

    A peine as tu finis de parler que le quatrième coup s’abat sur tes fesses, mordant le bas de celles ci. Tu ne peux retenir ni le petit bon que tu réalise, ni le petit cri qui échappe de ta bouche. Tu te redresse les deux mains sur les fesses.
    « Remets toi en position tout de suite ou tu vas en recevoir bien plus que 6 coups ! »
    Tu as beau avoir le cul qui brûle, tu obéis instantanément et te replace. Tu ne veux certainement pas en recevoir plus que prévu.
    A peine la position prise, que j’assène deux coups d’affilé avec encore plus de force.
    La douleur est si vive que tu te laisse tomber en avant sur le canapé les deux mains sur ton popotin en grimaçant.
    Je laisse passer quelque secondes avant de te lâcher.
    « Et le compte ? »
    Tu t’empêche de compter 4, 5 et 6 avec espoir que cela passe…

    « Reprends la position immédiatement ! »
    Tu t’exécutes à nouveau.

    « Mouais… Tu joues avec la limite… comme d’habitude… »
    « Cela fait un bon moment que tu es venue me demander toi même de te tutorer… et malgré que l’on soit d’accord, tu ne m’as clairement pas pris au sérieux… »
    «J’ai pris du temps pour toi… pour m’investir… et toi, tu n’as bien voulu me répondre que quand tu l’a voulu, tu m’as menti plusieurs fois et tu as évité de donner des réponses à toutes les questions importantes que je t’ai posées … »
    Alors que tu m’entends me déplacer dans la pièce, je laisse de long silence pesant entre les différents moment de mon monologue.
    « Tu ne m’a répondu que quand cela t’arrangeais et au gré de tes envies… et en ne respectant absolument pas tes engagements de me rendre des comptes comme devrait le faire une personne tutoré… »
    « Et au final tu m’a clairement pris pour un idiot … »
    Tu ouvre la bouche pour essayer de te justifier, mais avant que tu n’es le temps de parler, c’est 4 coups de canne bien appuyés qui t’arrache un cri.
    L’intensité et la vitesse d’exécution t’ont surtout donné l’impression que c’est la peau de tes fesses qui vient de se faire la malle.
    « Tu crois quoi ? Que tu peux jouer a la maligne sans qu’il n’y est de retombées ? »
    Tu n’ose même plus essayer de répondre…
    « Aller, il est temps de passer à l’étape supérieure pour être sure que tu comprenne bien… viens par la. »

    A ces mots, tu tourne la tête vers moi, tout signe de rébellion à disparu… Tes yeux semblent plutôt transmettre de l’inquiétude…
    Je t’attrape à nouveau le poignet et te tire vers les canapé . Je m’y assois juste avant de te basculer sur mes genoux. Te revoilà encore dans cette fâcheuse posture, le cul nu, pantalon et culotte aux chevilles.
    Tu fermes les yeux un instant pour te concentrer un instant sur ton souffle.
    Lorsque tu ré ouvre les yeux en relevant la tête et tu vois ma main qui vient de saisir… une brosse à cheveux…
    Les souvenir te reviennent en tête, tu ne te sens pas capable de résister à celle ci après ce que tu viens déjà de recevoir…
    « Non ! Pas ça, s’il te plaît… » Arrives tu à peine à murmurer entre deux souffles.

    Tu sens le contact froid de celle ci sur tes fesses, glissant sur celle ci en alternance entre la droite et la gauche…
    Celle ci quitte tes fesses avant de venir à nouveau à leur contact, pleine vitesse. L’impact est à la fois si lourd et sur une zone si restreinte qu’il t’arrache un cri. La douleur est extrêmement forte… A peine la deuxième claque atteint tes fesses que tu sens déjà que tes yeux s’humidifient…
    Les suivantes arrivent, et tu ne cherche même pas à les compter.. ta résistance vient de rompre complètement… Tu sens des larmes chaudes qui perles sur tes joues, te voila en train de commencer à sangloter… Il ne faut pas beaucoup de récidive supplémentaire de la part de la brosse, pour que tes larmes se libèrent à grand flots… ton corps n’oppose plus aucune résistance et commence à faire des saccades…
    Tu ouvres la bouche entre deux impacts, et tu arrive enfin a le dire… :
    « Je suis désolé…. Je suis désolé… »
    Je me stoppe un instant, t’observe, avant d’entamer un sprint d’un bonne dizaine de coups bien appuyés… ceux ci te fonds fondre en larmes…
    Le dernier impact résonne dans la pièce, avant que je pose la brosse, et que je place ma main sur le bas de ton dos…
    Un nouveau silence apparaît, celui ci est régulièrement entrecoupé par les bruits de tes sanglots et de tes petits reniflements…
    Tu reste un instant ainsi, ma main vient passer sur tes fesses, vérifiant par la même occasion l’état de celles ci… les secondes passent pendant que tu essaye de calmer tes pleurs…
    Mes jambes libèrent les tiennes de leur emprise.
    « Relève toi Lucie . »
    Alors que je te dis cela, je t’attrape par les épaules avant de t’aider à te redresser. Te voila debout devant moi, les mains sur le visage recouvert de pleurs.
    « Regarde moi dans les yeux … »
    Tu n’ose pas trop te confronter à mon regard… tu fixes le sol devant tes pieds…
    «Lucie .. »
    Tu redresse la tête et te force à me fixer droit dans les yeux.
    « Tu vas être plus sérieuse par la suite ? »
    Tu me réponds d’un léger oui de la tête…
    « Tu veux retourner tout de suite en travers de mes genoux ? « 

    Ton regard affiche de la panique alors que tu recules ta tête en la secouant pour me répondre non.
    « Alors je veux t’entendre me répondre à voix haute. »
    « Oui Monsieur »
    « Oui monsieur pour quoi ? »
    « Oui monsieur je serais plus sérieuse à l’avenir… » Me répond tu en baissant à nouveau les yeux.
    « Bien, il y a intérêt… file au coin réfléchir à comment tu vas t’y prendre… Le bas du T shirt relevé et les mains sur la tête.»

    A peine ais je fini ma phrase que tu entames le trajet vers le coin à petits pas entravés…
    Le temps défile, je te laisse ainsi pendant une quinzaine de minutes avant de t’appeler…
    Je suis assis dans le canapé a te tendre un kleenex, tu viens vers moi afin de l’attraper. Je saisis à nouveau ta main t’inviter à t’installer sur mes genoux… cette fois ci en position assise… Tu n’oses pas me regarder dans les yeux, mais tu viens poser la tête sur mon buste alors que je pose mes bras autours de toi… Respiration est désormais calme… entre deux souffle, je t’entend me dire d’une voix douce :

    « Merci… »

    J’imagine que la boule que tu avais au ventre… vient de disparaître…
    J’espère que l’année suivante va mieux se passer…

    • Ce sujet a été modifié le il y a 6 mois et 1 semaine par LeClaqueFesses.
    #52178
    lunapower
    Participant


    Ah ben c’est une chouette histoire. Merci @leclaquefesses 🙂

    #52179
    salamboflaubert75
    Participant


    Toujours aussi immersif et avec une bonne dose de pression vos récits…
    Vous n’y allez pas de main morte mais on peut être dur et juste paraît-il!
    Merci

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois et 1 semaine par salamboflaubert75.

    Sal

    #52186
    Laoth
    Participant


    J’ai pu très facilement me mettre à la place de cette jeune femme, on ressent tout les émotions les posture ^^ j’aime beaucoup tes récits @leclaquefesses

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois et 1 semaine par Laoth. Raison: Faute d'orthographe 😛

    laoth

    #52190
    Misscil
    Participant


    La nouvelle méthode pour garantir à toutes les étudiantes de France un pourcentage de 100% de réussite dans leurs études :p Avec cette méthode on peut s’assurer que les bars désemplissent le jeudi soir et que l’assiduité est au beau fixe tout au long de l’année :p
    Une bonne fessée et ça repart !
    Sympa ce petit récit @leclaquefesses

    Ni vu, ni connu, je t'embrouille :p

    #52192
    Saku 😋
    Participant


    Mais quel magnifique récit @leclaquefesses, super descriptif. On s’y croirait.

    La prochaine fois utilise aussi ta main gauche que Lucie mesure la différence 😋

    LCF , #mainsenkevlar

    Combien de fois faudra t il te dire que cette brosse fait pleurer même les plus récalcitrante ?
    Poubelle ! ce truc ! Nonmehoh

    Merci LCF pour ce partage 😊😘

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #52196
    LeClaqueFesses
    Participant


    Merci pour vos commentaires;)

    L’assiduité et la rigueur sont la clef de la réussite @misscil , mais je suis sur que pour votre part, vous êtes assez studieuse pour ne pas avoir besoin de ce genre de méthodes … n’est ce pas ?🤔
    Ma chère @sakura61 … toi par contre j’ai bien peur que ce genre de pratiques soit encore d’actualité bien que tu es terminée tes études …
    Ne stigmatise pas cette pauvre brosse ainsi … Elle qui a un petit coté… libérateur 😉

    #52201
    Mariiine
    Participant


    Génial ce récit…
    Il y a des méthodes qui n’ont pas à prouver leur efficacité. 🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois et 1 semaine par Mariiine.
    #52202
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Moi, je souscris à la méthode !
    Et je rappelle, qu’une brosse a un bon coté, quand même !

    a

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #52206
    salamboflaubert75
    Participant


    Moi, je souscris à la méthode !
    Et je rappelle, qu’une brosse a un bon coté, quand même !

    a

    Oui celui de brosser les cheveux ?

    Sal

    #52207
    Karima
    Participant


    Faut que je ressorte ma collection de brosses à cheveux ?

    #52214
    LeClaqueFesses
    Participant


    Oui celui de brosser les cheveux ?

    C’est un usage completement interdit pour la mienne 😨


    @lucrezia
    Vu le nombre de demoiselles qui trainent par ici a l’approche de la rentrée… je pense que sortir la collection de brosses va effectivement être une trés bonne idée … 😉

    #52215
    Saku 😋
    Participant


    @leclaquefesses, flûte j ai omis de te dire que je reprenais quelques études complémentaires.
    Eh oui que veux tu, même si je ne suis pas assidue j ai cette soif d’apprendre et auquel cas me faire réprimander voire punir pour mon manque de travail 😉

    Mais la brosse quenini elle fait trop mal 😢

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #52228
    Amat
    Participant


    Quel récit! Je me rends compte que je ne suis peut-être pas toujours assez sérieuse, il faut que je fasse attention

    #52229
    salamboflaubert75
    Participant


    Quel récit! Je me rends compte que je ne suis peut-être pas toujours assez sérieuse, il faut que je fasse attention

    Me too🙄

    Sal

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com