Frustration

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 103)
  • Auteur
    Messages
  • #13721
    Tarte-au-citron
    Participant


    => sia

    Je suis d’accord avec vous, il ne faut pas sous estimer les femmes, elles sont pas moins dangereuses que les hommes, et les criminologues commencent à s’en apercevoir de plus en plus.

    Vous avez mille fois raison : il faut qu’il y ait envie réciproque, bon feeling, etc… bref, comme partout ailleurs quoi…

    #13734
    Anonyme
    Inactif


    @tarte-au-citron vous avez une vision tellement archaïque de la femme…
    Ce n’est pas parce que vous redoublez d’effort pour envelopper vos messages dans un style pompeux que l’on va vous répondre systématiquement. J’imagine que ça doit être frustrant de se donner autant de mal pour ne pas recevoir la réponse escomptée mais je crois que la cours de femmes viles et blasées de cette communauté (du moins cest ainsi que vous semblez la percevoir) ne vous doit rien.

    #13736
    Tarte-au-citron
    Participant


    => Dr Gonzo
    Et a part de nous montrer que vous ne savez pas trop lire, puisque vous vous limitez à faire des attaques ad hominem et en prêtant des propos totalement opposés à ce qui a été exprimé ?
    PS : Mon style pompeux est le mien naturel, et merci de respecter autrui, je vous prie. Sinon y a mes pieds aussi, dont vous pourriez vous gausser…

    #13737
    Anonyme
    Inactif


    @tarte-au-citron Vous parlez d’études de criminologie sur les femmes, de cour d’infirmières en délire derrière les médecins, vous répétez en boucle que les femmes de ce site sont là pour faire leur marché et j’en passe…
    Croyez moi, je préférerais ne pas savoir lire que de voir de tels propos à chaque fois que je parcours ce site.
    Et merci pour votre proposition concernant vos pieds, je ne suis pas fétichiste à ce niveau, j’ai une préférence pour les fessiers féminins.

    #13741
    Tarte-au-citron
    Participant


    => Dr gonzo
    Avec tout le respect que l’on vous doit, permettez moi d’insister : vous n’avez absolument pas compris la teneur de ce que j’ai dit, et cela ne navre fort. Mais dans un forum, la chose est inévitable…

    Pour le reste, voyez vous, moi aussi il y a plein de choses que je n’aimerais point lire, ici comme ailleurs, mais je porte fort haut la valeur des opinions différentes et du droit de chacun de les exprimer, tout comme celle de débattre avec des arguments. Je ne vois aucun intérêt aux jugements péremptoires, non plus qu’aux attaques ad hominem, dont vous semblez bien faire usage, à ce qu’il peut sembler.

    Au plaisir de vous lire dans des contributions plus constructives. Bonne soirée

    #13742
    Tarte-au-citron
    Participant


    Au fait, pour ce qu’il me concerne, ce n’est point le fessier féminin qui me voit attiré, c’est la femme en son entier, son esprit et sa personnalité en tout premier lieu. Mais chacun voit le monde comme il souhaite.

    #13744
    Anonyme
    Inactif


    J’aimerais beaucoup que vous m’en appreniez davantage, @tarte-au-citron, à propos du comportement des infirmières vis-à-vis du médecin mâle des services hospitaliers :,D

    #13746
    Tarte-au-citron
    Participant


    => nana
    J’ai eu l’occasion il y a fort longtemps de cela, presque une trentaine d’années, d’apporter un peu d’aide à un ami qui faisait un travail de sociologie sur ce thème en vue d’une publication… Et la chose était fort gratinée je vous l’assure. Ce n’était guère flatteur envers ces dames, mais cela ne l’était pas davantage envers les hommes. Une vrai cour, avec son roi arrogant et prétentieux, et ses “groupies” énamourées, gloussant à ses blagues sexistes, cherchant à se faire bien voir, à mendier une miette d’intérêt… J’ai pu, en quelques occasions, le constater par moi-même en cette affaire.

    Mais la chose a été décrite et témoignée bien des fois… Il n’y a rien d’original en cela.
    Je sais également que comme partout il y a des exceptions, et si vous êtes infirmière hospitalière vous-même, j’espère que vous n’ayez point à subir cela. Et si vous l’êtes, vous savez certainement de quoi je parle…

    Mais cela m’en a appris beaucoup sur la nature humaine et ses masques… Et cela me fait apprécier d’autant plus les bons côtés des gens.

    #13749
    Anonyme
    Inactif


    Ma petite expérience en la matière me fait penser que les blagues sexistes sont assez mal venues, dans des milieux (soignant et médical, j’entends) où les femmes sont majoritaires, ou bien en voie de le devenir. 🙂

    Malheureusement, les « groupies » qui occupent le poste de soignant dans les services hospitaliers tels que je les connais, se limitent généralement à un seul et unique infirmier. Dommage, nous n’avons plus suffisamment de temps pour mendier les miettes d’attention du grand, beau et intelligent docteur, comme c’était le cas il y a 30 ans. 🙁 🙁

    Bref, c’est hors sujet et cela n’a pas grande importance.

    #13751
    Tarte-au-citron
    Participant


    => nana

    Voici un témoignage d’un médecin, publié aujourd’hui même dans le journal Liberation, qui témoigne que cette “culture” sexiste existe encore et très fortement dans le milieu médical : http://www.liberation.fr/france/2017/10/29/harcelement-sexuel-a-l-hopital-on-ne-dit-pas-non-au-medecin-c-est-comme-ca_1606537
    Je cite un extrait : ” «L’image du mec en blouse qui débite des blagues grivoises devant lesquels les infirmières en cercle doivent se pâmer même si elles trouvent ça grossier et inapproprié est une réalité» ”

    La situation à laquelle je fais allusion, concerne également les internes. Mon ami sociologue a fait son travail dans un grand CHU d’une grande ville de province.
    S’il se trouve que vous ne l’avez pas subi personnellement, j’en suis ravi. Il se trouve, je crains, que cela ne soit point trop la norme, hélas.

    Je ne pense point que cela soit hors-sujet : mon texte ne parlait pas du milieu médical, certes, mais utilisait ceci comme simple illustration d’un point précis qui est le suivant : nous serons tous d’accord que quand les hommes sont en meutes, face à une “ressource rare” féminine, ils se comportent souvent comme des chiens. Est il alors honnête de penser que, si la situation était symétrique (ie les femmes en groupe face à une “ressource rare” masculine), il y ait mystérieusement quelque chose dans leur nature, dans leurs gènes, ou que sais-je, qui ferait qu’il en serait différemment ? Un miracle transcendant ?

    Je crois que cela ne serait ni crédible, ni honnête, ni même flatteur.

    Peu importe d’ailleurs que mon exemple soit daté, que l’hôpital d’aujourd’hui soit différent, ou que sais-je. Le fait demeure, et l’exemple reste une illustration pertinente du propos. L’on trouvera mille autres exemples plus précis, si l’on voulait faire une thèse.

    Je crois pour moi que les femmes sont des êtres humains, qu’elles sont nos égales, qu’elles ne sont ni pires ni meilleures que les hommes, qu’elles se comportent globalement comme nous, modulo la place que la société leur impose. Je crois que mis dans la même situation, nous nous comportons de la même façon.

    Je crois à la psychologie sociale, qui nous montre que nous nous comportons de la même façon, et que notre comportement et nos jugements dépendent de la situation où nous nous trouvons, malgré nous.

    Je ne crois pas à une image édulcorée de la gente féminine, pure, innocente, et à l’abri des mauvais penchants de l’espèce humaine (ni des bons). Je ne crois pas à une essentialisation qui voudrait que les femmes et les hommes soient intrinsèquement différents.
    Et à ce titre d’ailleurs, je trouve les humains, et en l’occurrence les humaines, bien plus attachants, du fait même de leur faiblesse. Comme le fait que la lumière a besoin de l’ombre.

    Je constate que ce point de vue féministe indispose bien des gens sur ce forum, mais c’est intéressant à constater. Soit qu’au fond le machisme soit encore bien ancré de part et d’autre, soit que comme sur tous les forums sur internet, l’on ne prête point attention à ce qui est vraiment dit…

    Je crois que les problèmes de “communication” ont des causes partagées de part et d’autres. Que l’enjeu de trouver un partenaire, que l’on soit homme ou femme, est pollué par le déni de cela. Je crois que nous sommes dans une situation de déséquilibre, et que nous jouons des rôles correspondant à cette situation, que nous prenons des postures outragées de part et d’autre. Que ceux qui s’en tirent le mieux, sont ceux qui ont recours aux recettes les plus éculées de la “séduction” : beau langage, faire rêver, se faire désirer… ce qui ne signifie pourtant en rien que la dame sera moins en danger, ni que les “morts de faim” ne puissent se révéler parfois des personnes admirables si l’on prenait la peine de gratter sous les apparences (et j’ai bien dit “parfois”, tout comme le fait que les pires prédateurs sont des séducteurs et beaux parleurs).
    Je ne crois pas que la posture consistant à dire que tout est la faute de l’autre (les hommes : “on fait des efforts, on parle poliment et gentiment, et ces bêcheuses ne prennent même pas la peine de répondre ne serait-ce que trois mots”, les femmes : “on est harcelées par pleins de messages de ces gros lourds, on leur doit rien”), soit très efficace.
    Je crois qu’une bonne communication se fait quand chacun prend sur soi au lieu se s’auto-convaincre sur les belles raisons qu’il a de se comporter comme il le fait.
    Je crois que les belles rencontres, et j’en ai faite la plus belle qui soit, se font malgré, en dépit, à coté de ces jeux de rôle.

    Je trouve intéressant, et je ne m’y attendais point, que être féministe, donc plutôt progressiste, défendant l’égalité homme/femme, fasse que certain beaux esprits des deux genres trouvent ma conception de la femme “archaïque”, négative, et ce genre de stupidité… c’est plutôt piquant un tel contresens, et montre je crois tout le travail qu’il y a encore à accomplir…
    Mais j’ai certainement pas tout compris, sans doute…

    En l’espèce, je remercie tout le monde lors de ce “débat”, et je crois que je vais m’en tenir à ne parler seulement que de légèretés consensuelles… Intello et fessées ne vont pas ensembles, si je ne me trompe… 😉

    Je me proposais d’ailleurs de débattre de en quoi la fessée peut être un acte féministe, mais est ce bien une bonne idée ?

    #13760
    Anonyme
    Inactif


    ”Je me proposais d’ailleurs de débattre de en quoi la fessée peut être un acte féministe, mais est ce bien une bonne idée ? ”

    Et bien pourquoi pas, même si à titre perso je trouve que c’est un faux débat. Vivre pleinement sa sexualité selon sa sensibilité, ses désirs ect , c’est au delà d’un acte féministe , c’est avant tout humain. Se prendre une fessée n’est pas plus ( pas moins ) féministe que d’aimer toute la diversité de la sexualité.

    #13767
    Anonyme
    Inactif


    Je ne dis pas que ça n’existe pas, @tarte-au-citron, seulement que c’est mal vu. Les articles de presse comme celui-ci, ainsi que les multiples interventions sur les réseaux sociaux en témoignent. La situation décrite dans l’article me semble différente néanmoins de celle que vous décriviez, vous : personnellement, je perçois des infirmières contraintes de se la fermer pour ne pas avoir de problèmes, dans l’article ci-joint. :/

    Dans vos propos à vous, je percevais des hordes d’infirmières stupides, incapables de réfléchir par elles-mêmes… C’est ce ressenti négatif qui m’a déplu, plus que tout le reste. :/

    #13829
    Tarte-au-citron
    Participant


    => nana
    Je pense que le problème est plus complexe, et l’article en parle bien je trouve. Bien sûr que ces dames apprécient rarement ces choses. Mais en même temps, elles ont aussi intégré un certain nombre de choses comme étant normales. Les rapports de force, les rapports de pouvoir, ne sont pas simplistes, il n’y a pas les méchants dominants et les pauvres victimes. Ce genre de structures ne peut tenir que si les “dominés” ont intégré la domination et la légitiment, voire la défendent. Ce n’est pas aisé à entendre, et l’on préférerait avoir une image plus flatteuse du genre humain, mais le fait est aujourd’hui bien documenté.
    En l’espèce, et pour l’avoir vu, ces dames entretiennent un rapport extrêmement ambivalent et ambigu avec ce genre de choses, et c’est grâce à cela que le système perdure. Mais ce n’est qu’un exemple, les hommes font de même dans d’autres situations.

    Navré que vous m’ayez lu ainsi, mais je n’ai jamais eu de tels propos. Ce dont je parlais, c’est de situations. Les situations commandent pour une large part le comportement des personnes, mais ensuite l’on commet une erreur qu’en psychologie on appelle “l’erreur fondamentale d’attribution”, consistant à essentialiser ce comportement. Autrement dit à penser que ces gens se comportent ainsi d’eux-mêmes, en oubliant la situation.

    Dans notre situation, il est aisé et confortable de penser que les hommes se comportent comme des gros lourds parce qu’il sont intrinsèquement des gros lourds. Ça doit être génétique, ou la testostérone, ou allez savoir… alors que dans les plupart des cas (car certains gros lourds le seront dans tous les cas…), c’est la situation de déséquilibre de ratio qui fait qu’il en est ainsi. Et que si le déséquilibre étant dans l’autre sens, ce seraient alors les femmes qui seraient des “grosses lourdes”.
    Sans que cela soit insultant ou remette en cause quiconque en particulier. C’est juste que l’humain est comme ça. Ecce homo

    Je ne crois pas une seconde aux déclarations du type “si la situation était inversée, moi je”. Bien sûr qu’on est sincère en disant cela, ce n’est pas le problème… Mais c’est exactement la même chose que quand on dit “si je vois une agression dans le métro j’interviendrais”, “moi je torturerais jamais parce que je suis quelqu’un de bien” etc… La réalité c’est que on dit une chose à froid, et qui est flatteuse pour nous, mais que si on est dans la situation, dans le contexte… eh bien on sait pas du tout comment on se comporterait.
    En l’occurrence, si les femmes étaient dans la même situation que les hommes, elles se comporteraient, statistiquement, comme les hommes, ni plus ni moins. Il n’y a rien de “mystérieux” qui fasse qu’elles soient différentes des hommes.
    C’est pourquoi toutes les postures dont je parlais, sont juste vaguement ridicules, au fond, ou rafraîchissantes de naïveté, selon.

    La contribution que je voulais apporter au débat sur la “frustration”, c’était le fait que la question est plus subtile que “ils ont qu’a”,” il faut qu’ils”, et ce genre de choses simplistes.

    Voila.

    #13831
    Tarte-au-citron
    Participant


    => ellinel

    Vivre pleinement sa sexualité et ses goûts sont une chose. Pour autant, on ne peut nier que la fessée a des connotations avec la “soumission”, (ce qui en fait son charme). L’on ne peut nier que les femmes ont de façon écrasante plus le fantasme d’être fessées plutôt que celui de fesser, comme les études de sexologie le montrent. L’on ne peut nier que le fantasme d’être fessée est parmi les plus répandus chez les femmes, selon les mêmes études.
    L’on ne peut nier que ce n’est pas pour rien qu’il est rarement facilement avouable auprès de ses proches pour une femme d’aimer être fessée.
    L’on ne peut nier que lorsque la fessée est pratiquée dans le couple, et que l’on touche ou que l’on soit de plain-pied dans la discipline conjugale, la connexion avec le féminisme s’impose d’elle-même.
    Je remarque aussi en passant que le site sous lequel nous sommes, proclame en préambule que la fessée doit se donner d’un homme à une femme… Pour moi je la donne et je la reçois, et je ne me sens pas hors norme pour autant… Mais cela me semble intéressant et signifiant.

    La fessée n’est pas un thème qui nous tomberait du ciel, comme ça, déconnecté de tout. Comme toute chose, il est pris dans un réseau culturel, historique, signifiant… Et sans dénuer la valeur d’une pratique décomplexée et sans “prise de tête”, il n’est non plus abominable et infamant de s’y intéresser pour lui-même en dehors des moments où l’on pratique.

    #13834
    Anonyme
    Inactif


    Pour le fait que le forum s’oriente sur de la fessée M/F c’est une ligne éditoriale que l’on accepte si on veut déposer ses petites mimines dans le coin. C’est le choix de l’administrateur…

    Pour ce qui est de la soumission dans la fessée ou même au sens plus large, je crois qu’il faut être sacrement féministe pour s’adonner à ce type de relation.

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 103)
  • Le sujet ‘Frustration’ est fermé à de nouvelles réponses.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com