Fessée et infantilisation

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Fessée et infantilisation

  • Ce sujet contient 61 réponses, 28 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Violetta, le il y a 1 mois.
15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 62)
  • Auteur
    Messages
  • #57902
    Karima
    Participant


    Le mot infantilisation a parfois une connotation négative, mais je pense qu’il est bon qu’il n’y ait pas de tabous sur une page comme celle-ci et face aux preuves. Avez-vous pensé que la grande différence entre la fessée érotique et le BDSM est précisément cela? Dans le BDSM la soumise est un objet, en fessée érotique à aucun moment elle ne cesse d’être un sujet, même si elle est soumise à un degré inférieur …Je pense que ça te fait réfléchir

    Disons qu’ici on ne parle ni réellement de bdsm ni de fessée érotique. Et même si ce n’est pas mon domaine on reste le sujet dans le bdsm. Le “maître” est avant tout à l’écoute de l’autre. En aucun cas on ne fait de l’autre l’objet de sa volonté. Il faut la comprendre pour l’amener là où elle veut pas le contraire.

    Mais pour ne pas rester dans la digression pour revenir au sujet, c’est pareil la demoiselle reste le sujet. L’objectif étant avec les mots, les postures … de la plongée dans un univers où elle se sentira ramenée dans la peau d’une petite fille en tort, où elle sortira de son cadre de femme indépendante (encore une fois vu le nombre de réactions qui ne semblent pas comprendre la nuance, on reste une femme et le contraste avec le traitement crée ma situation, et le monsieur voit le corps d’une femme avec le plaisir qui va avec. Y a pas de transformation en enfant). En aucun on se transforme en sujet enfantin pour les pratiques d’un instit pervers. C’est toujours la demoiselle qui dicte l’ambiance.

    #57904


    @lucrezia Je pars de l’hypothèse que les fesses ont toujours un érotisme inhérent. Ce n’est pas l’objectif principal, tout à fait d’accord. La partie émotionnelle est généralement beaucoup plus puissante, mais je doute que quiconque ici ne soit pas excité sexuellement par la fessée, même s’il s’agit d’un “effet secondaire”. Et bien sûr, c’est toujours le sujet qui reçoit, et c’est qui décide par son comportement dans quelle situation il se met.

    #57908
    Christal
    Maître des clés


      je doute que quiconque ici ne soit pas excité sexuellement par la fessée

    Si moi ! En fonction du moment, de la raison, du cadre de la fessée, du partenaire et bien certaines des mes fessées m’apportent un plaisir cérébral et de corps (plénitude) sans excitation sexuelle car je les décorrele pour certaines de ma sexualité.

    La Petite Braqueuse de Rêves

    #58152
    Chess
    Participant


    Bonjour,

    Pour ma part, je suis totalement dans l’infantilisation dans ma pratique de la fessée. J’ai déjà pratiqué la fessée érotique, mais ce n’est pas ma recherche 90% du temps.

    Dans mon monde à moi (il n’y a que des poneys)  je suis au mieux une ado qui recherche une autorité paternaliste. Mon mentor m’a dit en lisant ce post et il a bien raison, que me punir serait de me forcer à rester une grande personne. Je ne dis pas que je suis une femme enfant, dans ma vie de tous les jours, j’ai un métier à responsabilités et des gens à gérer. Trop de gens à gérer. Mais dans mon petit monde avec mon mentor, je me laisse totalement aller aux consignes, je redeviens une ado, avec ses jeux, ses séries, ses règles à suivre, et j’apprécie énormément être traitée comme telle. Ce n’est pas une punition, c’est une reconnaissance.

    Du coup la fessée reste punitive. Il n’y a pas l’excitation sexuelle au sens propre du terme. L’excitation est dans le fait d’être gérée, d’avoir des consignes à suivre, d’y être contrainte. Après, mon corps réagit systématiquement à la fessée, c’est bien qu’il y a de l’excitation quelque part mais plutôt physique, car le mental est tourné vers la gamine que je suis. L’excitation est physique, le plaisir cérébral. Ca reste compliqué à évoquer et à faire comprendre.

    J’ai toujours été comme ça, j’ai toujours voulu être une gamine sous la coupe d’un Monsieur. J’ai fréquenté le monde ABDL dans lequel je ne me retrouve pas tellement car c’est souvent trop régressif pour moi et que je ne peux pas être gamine avec n’importe qui, mais par contre je comprends le mécanisme, cette impression qu’il s’agit d’une seconde nature. C’est un rôle que je n’arrive pas à jouer avec une femme, avec qui je me place naturellement comme dominante. Si je passe dans la pratique du BDSM, que je pratique régulièrement, je domine quasiment toujours (quasiment car je me laisse attacher depuis peu). D’un côté la gamine avec son mentor, de l’autre l’adulte dominante. C’est ma soupape, mon refuge, mon fantasme. Et ça me va très bien.

    Chat sauvage ayant trouvé une main pour la guider.

    #58154


    Ce débat me semble vraiment intéressant et en tant que psychanalyste, je l’apprécie vraiment. Merci à tous les témoignages. Mais j’aimerais laisser quelques questions en suspens, qui pour moi en disent long et c’est la place que le sexe occupe dans l’équation et que je qualifie dans les cas suivants.

    Fessée en l’absence absolue de sexe, mais je doute fortement qu’il y ait quelqu’un qui ne soit pas excité sexuellement par cela.

    2. Fessée avec sexe, mais avec un espace temporaire, entre fessée et sexe

    3. Fessée avec des pratiques sexuelles dans le but de valoriser le concept d’autorité (masturbation avec fesses rouges, sodomie)

    4.Et enfin les fesses comme un préliminaire sexuel de plus

    Les trois premiers gardent l’infantilisation intacte. Le premier est absolument chaste, le second implique une transition entre la temporalité de l’infantilisation et le retour à l’âge adulte, et le troisième plonge dans le sentiment de ne pas avoir le contrôle de son propre corps.

    Pardon pour l’analyse

     

    #58158
    Saul
    Participant


    Évidemment que la fessée est infantilisante, c’est même la base du fantasme…. d’ailleurs pour les quelques switchs qui circulent sur cette page…. vous savez que le deculottage, la mise au coin, les réprimandes sont autant de bonus qui donnent tout le sel à une fessée.

    Pour les pratiques que tu suggère, j’agree à toutes hormis l couche culotte…

     

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #58169
    salamboflaubert75
    Participant


    Pour ma part jet pratique plus les propositions 2, 3 et 4…

    J’ai rarement pratiqué la proposition 1 ( chaste ) contre laquelle je n’ai aucune aversion particulière et cela généralement avec un partenaire avec qui j’avais une relation sexuelle et sentimentale.

    Je pense qu’il y aurai une part d’excitation  ( en ce qui me concerne en tout cas )même avec la proposition 1 mais elle est intéressante aussi car différente et hors sexualisation.
    Cela se gère probablement car nous pouvons nous retenir( on est pas des bêtes …)

    Sal

    #58218
    gregal
    Participant


    Pour ma part j’associe pleinement la pratique de l’infantilisation dans le cadre de la discipline domestique.
    D’abord en faisant perdre à la demoiselle ses privilèges de « grande » :

    – contrôle de la tenue, des sous vêtements de la coupe de cheveux (longs obligatoirement)  afin de garder un côté sage et non vulgaire.
    – interdiction de répondre ou de me contredire dans une conversation en publique.
    – devoir demander la permission pour toutes de choses.

    bref donner un cadre infantilisant et comme tout un chacun utiliser des punitions avec un caractère infantilisant également:

    – la fessée déculottée sur les genoux

    – la mise au coin mains sur la tête suivi d’excuses.

    – la mise au lit comme punition avec confiscation du portable.

    tout un programme…

    #58225
    LeSpanker
    Participant


    Charmant programme @gregal ! 😍😋

    #58232
    stephane
    Participant


    La fessée est certainement infantilisante, comme toutes les “punitions” qui vont avec. Ce qui est intéressant, c’est d’avoir une femme qui redevient une petite fille punie et en même temps une femme qui connait parfaitement le pouvoir érotique d’une fessée.

    Chez nous, quand c’est une fessée au martinet que Madame reçoit, cela renforce le coté infantilisant.

    #58933


    En réfléchissant à cette question, je vois qu’elle génère une controverse. Je crois que bien plus que l’infantilisation, il s’agit d’une méthode «éducative» très traditionnelle: abaisser le rang. C’est comme dire: “si tu te comportes comme une fille en tant qu’adulte, je te traiterai comme une fille” Qu’est-ce que vous en pensez?

    #58936
    LeSpanker
    Participant


    Oui, c’est un peu ça @mariposasdechocolate.

    #59004
    Liza
    Participant


    De toute evidence, chacun associe des choses tres personnelles a la fessee, les references a l’infantilisation pouvant  elles-memes etres differentes: pour certains, ce sera des reminiscences nostalgiques de l’enfance, un retour a une forme de purete originelle, platonique, pour d’autres une image qu’ils associent sans l’avoir vecue, ou une envie d’etre prise en charge totalement, comme une enfant, de tant en temps, pour lacher prise, ou une envie de tendre soumission, ou de se donner totalement jusqu’a l’abandon de sa dignite de femme adulte, ou juste la chaleur et la tendre l’humiliation etc…Je crains de trouver un peu de tout ca en moi, sans jamais vouloir retourner a l’etat d’enfance…Juste de douces associations d’idees et de sensations ou emotions…

    La vie est un songe.

    #59009
    LeSpanker
    Participant


    Bien résumé @Liza.

    #59022
    lunapower
    Participant


    Pour ma part j’associe pleinement la pratique de l’infantilisation dans le cadre de la discipline domestique. D’abord en faisant perdre à la demoiselle ses privilèges de « grande » : – contrôle de la tenue, des sous vêtements de la coupe de cheveux (longs obligatoirement) afin de garder un côté sage et non vulgaire. – interdiction de répondre ou de me contredire dans une conversation en publique. – devoir demander la permission pour toutes de choses. bref donner un cadre infantilisant et comme tout un chacun utiliser des punitions avec un caractère infantilisant également: – la fessée déculottée sur les genoux – la mise au coin mains sur la tête suivi d’excuses. – la mise au lit comme punition avec confiscation du portable. tout un programme…

    Quand je lis ça j’ai quand même un léger malaise, ça me fait plus penser à de l’autoritarisme qu’à de l’infantilisation… Quand je vois “discipline domestique” qui induit d’être en couple  et quelques lignes plus loin :

    “– interdiction de répondre ou de me contredire dans une conversation en publique.
    – devoir demander la permission pour toutes de choses.”

    moi ça me pose un problème…

    Tout comme les “j’impose” que j’ai pu lire si ça n’a aucune résonance chez la demoiselle, quel est l’intérêt?

    J’associe volontiers la fessée à l’infantilisation pour peu que cela éveille un minimum de choses chez la demoiselle que ça soit ce sentiment de délicieuse honte, le côté protecteur et prise en charge que certaines recherchent, le besoin de cadre ou que sais-je…

    J’ai déjà pratiqué ce type de jeu avec quelques partenaires à divers degrés allant de petites phrases infantilisantes à des jeux plus poussés  mais parce que ça faisait partie de leur univers. J’oriente le jeu en fonction de la demoiselle, de ses réactions, des envies du moment… et oui dans ce cas là pour moi l’infantilisation peut-être un beau moment de complicité!

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 62)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com