Fessée d’Histoire

Accueil Forums Discussions générales Récits Fessée d’Histoire

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Messages
  • #73634
    jjack
    Participant


    Bonjour à toutes et tous : Un petit texte qui me trottait dans la tête depuis un moment, une idée… inspirée d’un fait réel mais que j’ai bien sûr enjolivé.

    Mesdames, mesdemoiselles messieurs bonsoir, et bienvenue pour notre rendez vous mensuel de Fessée d’Histoire. Je suis Edouard en Berne et aujourd’hui notre numéro de Fessée d’Histoire sera consacré à Sœur Eugénie Guillou religieuse devenue maîtresse de la fessée dans le Paris du début du XXème Siècle.

     

    Eugénie Guillou fut religieuse, lors de sa tumultueuse adolescence, sa famille décide à l’unanimité de l’envoyer au couvent de la pécheresse repentie. Elle y découvre alors une vie faite de méditation de prière et de silence, bien loin de ses frasques de jeunesse.

     

    Son arrivée au couvent, à 18ans, fut marqué dès les premières heures par la punition d’une Sœur, troussée, les fesses nues exposées, recevant la discipline, une sorte de long martinet. Ses gémissements étaient entrecoupés du sifflement des lanières et de l’impact sur ses chairs, laissant apparaître un fessier largement marqué. Le palefrenier du couvent qui appliquai la punition, semblai y consacrer tout son art !

     

    Le soir, dans sa cellule, Sœur Eugénie fut parcourue d’étranges idées, parcourue de papillons dans le ventre, parcourue d’envies intimes… Elle ne parvint à s’endormir qu’après s’être donnée du plaisir.

    Les nuits suivantes s’enchaînèrent de la même façon, enivrée par ses pensées, la fessée semblait être devenu sa principale source de plaisir. Jusqu’à ce soir de septembre où sa jouissance fut trop sonore et qu’elle fut surprise par la Mère supérieure…

     

    La sentence fut immédiate ! Demain matin Sœur Eugénie, vous serez punie pour ce comportement indécent. Notre palefrenier vous appliquera 50 coups de discipline. Et maintenant dormez !

    Les sentiments de peur et de désir de recevoir cette punition se mélangeaient dans la tête de Sœur Eugénie, et le sommeil fut long à arriver.

     

    Le lendemain, après l’office du matin, elle fut conduite dans la petite chapelle. L’assemblée complète des Sœurs et des novices était déjà rassemblée. Elle fut donc rapidement conduite vers le banc à fessée, penchée contre son dosseret. La mère supérieure retroussa la robe de la punie puis, d’un signe de tête ordonna le début de la punition.

     

    Sœur Eugénie ne s’attendait pas à cela. La morsure du martinet parcourait tout son séant. Cette cuisante sensation irradiait tout son bas ventre. Elle se sentit honteuse, de plus que, maintenant, toute l’assistance pouvait apercevoir cette trace d’humidité sur le fond de sa culotte.

    La mère supérieure se rua sur elle et baissa d’un coup sec son slip blanc. La fessée prit une autre tournure, le palefrenier mettant tout son cœur à la correction.

    Les fesses de Sœur Eugénie étaient rouges cerises maintenant et des stries faisaient leur apparition.

     

    Les Sœurs novices, quand à elles, n’en perdent pas une miette de plus qu’elles sont dans les premiers rangs… L’humidité de Sœur Eugénie donne une sensualité à la scène et les gourgandines commencent à se toucher discrètement, à se frotter sur le coin des chaises. Les derniers coups de martinet sont maintenant entrecoupés des gémissements du public. Devant ce carnage, La Mère supérieure mis fin aux tourments en promettant une punition générale si le calme ne revenait pas.

     

    Sœur Eugénie Guillou finit par être expulsée du couvent au bout de quelques années à cause de son goût trop prononcé pour la fessée.

    Elle devint tenancière de maison close, où elle pu enfin exercer son art et sa passion.

     

    Je vous remercie pour votre attention, et pour votre intérêt pour cette sainte ; C’était Edouard en Berne et je vous donne rendez vous très vite pour un autre Fessée d’Histoire.

     

    #73646
    Anonyme
    Inactif


    Merci pour cette intéressante  découverte d’un destin que je ne connaissais pas, la vie de cette femme fut marquée par son éducation avant de devenir flagellante et de se suicider en se pendant en 1933 est assez incroyable et mérite bien un post sur mon blog, à venir.

    #73648
    Anonyme
    Inactif


    Les destins historiques ( rayon fessées): un sacré sujet , effectivement…

    peut être un peu décalé, mais dans l’idée… il existe en Amérique du Sud un nombre incalculable de couvents / musées . Les instruments de flagellation exposés ( métalliques souvent ) remiseraient aux rayons jouets barbie tous nos accessoires actuels. Frissons garantis… et je suis pas certaine que ce soit de plaisir!😱😈😬

    #73651
    lunapower
    Participant


    très intéressant 🙂 merci pour ce partage !

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #73652
    Manfred
    Participant


    Je crains en effet que la thématique religieuse ne fonctionne dans le cadre de notre fantasme que lorsqu’elle est extrêmement romancée. La flagellation y est le plus souvent l’expression d’un fanatisme, il suffit pour s’en convaincre de voir les photos des défilés de l’Achoura au Pakistan encore aujourd’hui…
    Néanmoins, sympathique récit sur un personnage dont il me semble avoir déjà entendu parler.

    #73660
    jjack
    Participant


    En effet nul fanatisme dans mes propos, j’ai volontairement adapté l’histoire à notre fantasme sans autre but que de distraire.

    #73670
    Yves
    Participant


    Bonjour,

    D’abord merci pour ce partage. Ce récit me laisse un sentiment mitigé, sans doute l’ambiance, je ne saurais bien le définir. Mais c’est bien raconté. C’est peut-être le côté un peu journalistique du ton du récit. C’est l’apanage des récits historiques où on a très peu d’informations concernant le ressenti des protagonistes.

    Mais c’est moi, ça. Je suis toujours sensible aux ressentis des personnages dans une histoire.

    Cela doit être assez rare de trouver de tels récits historiques dans le domaine de la fessée.

    Merci pour cette recherche…

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #73682
    jjack
    Participant


    Bonjour à tous, j’ai d’autres sujets en réserve si cela intéresse. Par contre ils laissent plus libre cour à mon imagination… J’espère ne pas vous importuner avec la nouvelle “émission” Fessée d’Histoire présentée par Edouard en Berne

    #73685
    salamboflaubert75
    Participant


    Bonsoir!

    Personnellement je pense que c’est une façon qui peut être intéressante d’appendre des choses, parfois de manière ludique…

    Sal

    #73695
    Anonyme
    Inactif


    Cela doit être assez rare de trouver de tels récits historiques dans le domaine de la fessée.

    Non il y en a beaucoup, j’en ai développé pas mal sur le blog mais je ne connaissais pas du tout celle-ci. Par contre, dans le même genre, j’ai causé de la redoutable Edith Cadivec

     

    #73718
    Saul
    Participant


    Quel très joli récit qui n’est pas sans évoquer le roman licencieux de Diderot : la religieuse. A ce sujet certains d’entre vous ont ils vu le film Benedetta avec la séduisante Virginie Efira?

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #73720
    Sombrelle
    Participant


    J’ai beaucoup aimé, cette première chronique de Fessée d’histoire, je penses suivre assidument les prochaines merci @jjack69

     

     

    https://sombressensuelle.blogspot.com/

    #73790
    Anonyme
    Inactif


    J’ai bien aimé pour ma part ! Merci pour ce petit récit bien sympathique.

    #73986
    jjack
    Participant


    Merci à vous tous et à vous toutes pour vos retours. Un nouvel épisode est en préparation…

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com