Féminisme et fessée

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Féminisme et fessée

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 22)
  • Auteur
    Messages
  • #63631


     

    Aujourd’hui, je voudrais présenter une question controversée. Je suis sûr que vous êtes nombreux à vous considérer comme féministes et pour cause, il y a encore un long chemin à parcourir. Mais cela dit, je crois aussi que le nouveau féminisme nie souvent les souhaits des femmes. Quoi de plus libérateur pour une femme que de pouvoir satisfaire librement ses désirs les plus intimes et les plus profonds? … Eh bien, le féminisme actuel nie souvent ces désirs, simplement parce qu’ils ne sont pas politiquement corrects. Qu’est-ce que tu penses?

    #63640
    CoDée
    Participant


    La question est intéressante. Je ne suis pas sûre de trouver les mots pour bien exprimer ma pensée mais je vais essayer. Le sujet mérite que l’on s’y arrête je trouve.

    Alors je pense me définir comme féministe oui. L’égalité des droits entre hommes et femmes n’est pas acquise encore même si des progrès notables ont été faits, cela n’est pas assez suffisant. Ça c’est indéniable.

    Mais en effet je pense qu’il est difficile parfois pour une femme à notre époque d’exprimer librement ses besoins et ressentis profonds. Surtout quand ceux ci vont à l’encontre de ce qu’il est de bon ton d’assumer en société.

    Pour ne parler que de moi, je devrais donc être une femme forte, indépendante,  disponible pour ses enfants, investie dans son travail…

    Enfin c’est ce qui est attendu de moi. Par la société oui, mais ça encore bon je peux en faire abstraction. Mais c’est aussi ce qu’attend de moi mon entourage, plus ou moins proche. Et là c’est plus complexe.

    Alors là dedans comment assumer et revendiquer mes besoins profonds ?

    La réponse est simple. J’en suis incapable.

    Comment dire et faire comprendre à mon entourage que oui je suis forte, libre et indépendante mais que j’ai aussi besoin d’avoir dans ma vie un homme qui me guide, qui me donne des consignes, qui me punisse parce que j’aurais ignoré ou transgressé ses règles?

    Ici je peux l’admettre et c’est tellement bon de pouvoir enfin le dire ! Parce que dans ma vie quotidienne je ne peux pas l’assumer ouvertement.

    Oui j’ai besoin, pour être heureuse et épanouie, d’avoir au dessus de moi une autorité supérieure, un maître si on veut, qui soulagera ce besoin d’obéissance et de lâcher prise dont j’ai tant besoin.

    Et grâce à cet homme, que j’aurais choisi avec soin, je pourrais enfin être la femme que je veux être.

    Mais alors que je voudrais pouvoir le crier au monde entier, que enfin je suis heureuse et épanouie grâce à lui, je ne peux pas le faire. Cela devra rester secret.

    Enfin sauf ici bien sûr. Et c’est pour cela je crois que je me sens si bien ici.

    Parce que je peux me livrer sans honte, sans filtre, je sais que je serais comprise. Enfin.

     

    (Désolée c’est un peu brouillon j’ai un peu de mal à ordonner mes pensées ce soir 😅)

    #63642
    Karima
    Participant


    Thème intéressant. Déjà tout dépend ce qu’on entend par féminisme.

    Mais deja sans féminisme on ne serait pas libre de pratiquer nos fantasmes. Donc l’existence même de ce site et de l’envie de nombreuses jeunes filles et femmes n’est possible que dans une société ouverte.

    Alors pourquoi la fessée, symbole du patriarcat ? Je ne pense pas que tout le monde la vive comme étant forcément un élément d’autorité masculine deja, et de toute façon justement nous sommes libre de choisir notre sexualité et les relations que l’on veut établir avec les hommes. Vouloir imposer de nouvelles formes de relation obligées relève là aussi d’une forme de conditionnement.

    Moi personnellement, la fessée en elle-même m’a toujours troublée et c’est donc ça qui m’a guidée. Qu’on recherche des hommes plutôt protecteur et dominant s’inscrit dans la logique de la représentation de la fessée.

    Bref pour moi être une femme libre est pouvoir s’affranchir aussi de la doxa que certains veulent imposer. Et en dehors de fait de violences conjugales rappelons que dans les pays les plus réactionnaires il est très compliqué de pouvoir pratiquer la fessée.

    #63650


    @corrigeedelivree et @lucrezia….Ne pensez-vous pas qu’il existe un courant de féminisme qui nie la biologie? tout n’est pas culture ou éducation, l’être humain est tridimensionnel; biopsychosocial … et féminisme nouvelle vague, nie la partie biologique et la partie psychologique. Un homme a 20 fois plus de testostérone qu’une femme, même castré il en aura plus et cela, comme le disait l’un de mes professeurs d’université, est inévitable: “si à l’extérieur on est différent au premier regard, qu’est-ce qui fait penser qu’à l’intérieur on sont les mêmes », les neurochimiques peuvent influencer plus que l’éducation. Je crois que le féminisme de la nouvelle vague se trompe profondément et le féminisme lui-même traite souvent les femmes comme un être inférieur à protéger et à guider, quand je crois que la libération des femmes est le contraire et plus dans le domaine érotique sexuel, on n’atteint jamais l’égalité tant que la société n’accepte pas que si un homme qui couche avec beaucoup de femmes est un “Don Juan”, une femme qui fait de même librement n’est pas une putain.

    #63674
    salamboflaubert75
    Participant


    En ce qui me concerne, je ne vois pas le féminisme et le fait d’aimer la fessée (ou les fessées) comme étant incompatible ou antinomique.

    Un être n’est pas seulement une facette cela serai réducteur et faux.

    Je suis une femme indépendante, fière et  libre c’est pour cela que j’ai fini par accepter cette autre partie de moi-même plus vulnérable et que je ne contrôle pas ou peu.

    Si je dois attendre de la société qu’elle dicte ma façon de voir mes femmes ou le rapport hommes/femmes je serai perdue dans les contradictions (j’ai déjà beaucoup à faire avec les miennes) mais aussi dans une vaste hypocrisie de l’apparence et du bien pensant.

    Qui dit que telle ou telle façon d’être une femme ou d’être libre et bonne ou acceptable et l’autre non . 

    Je m’y refuse, tout cela est nettement plus complexe et surtout comme vous l’avez fait remarquer ce qui est est accepté pour les uns ( un homme aux multiples conquêtes est un DOM Juan ) et mépriser pour les autres une femme qui s’assume et aime le plaisir et l’érotisme est réduit à une fille légère ( pour être polie ).

    Nous avons là un mélange de peur, de méconnaissance et d’hypocrisie.

    Enfin cela resemble pour moi aux mêmes types d’aberrations qui consiste à réprimer les sentiments et émotions et notamment à vouloir qu’un petit garçon ne pleure pas ( car c’est un garçon et ce dont des choses « de fille ») qui créent des dégâts considérables dans la psychologie, l’estime et l’équilibre des enfants.

    Aurai-t-il une manière meilleure ou plus acceptable d’être une femme/fille ou un homme/garçon ?

    Pourquoi toujours opposer tout ce qui fait de nous un être entier et vivant avec un esprit, un cerveau et un corps ( et tout ce que cela comporte ).

    Pour finir je ne veux plus opposer ma sensualité et ma sensibilité à mes droits fondamentaux.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par salamboflaubert75.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par salamboflaubert75.

    Sal

    #63681
    Plume
    Participant


    Bon déjà @lucrezia a raison : qu’est-ce que le féminisme ?
    Pour moi le féminisme n’existe pas, mais il y a, en revanche, des courants féministes (et qui ne sont pas toujours compatibles entre eux …)

    Ceci dit, on peut passer au cœur du sujet …
    Je ne veux pas mettre de politique dans ma sexualité ou mes pratiques sexuelles, elles sont ce qu’elles sont, point.
    Dans un pays libre, je crois que si l’on ne porte pas tort à autrui, on fait ce que l’on veut de ses fesses (et si cela gêne qqn, grand bien lui fasse !).

    Et pour élargir le débat : à l’heure de balance ton porc et metoo, je ne sais pas si cela est beaucoup plus simple pour les garçons …

    #63687
    Karima
    Participant


    Très bonne remarque ma petite Plume, puisque tu dis que j’ai raison ^^

    Plus sérieusement oui le risque est de glisser sur un débat politique et sociétal. Mais il est rassurant de constater que la jeunesse sait échapper au diktat des ayatollah moderne.

    Et bien entendu il ne doit pas être simple dans nos générations d’assumer ses envies quand on est un garçon. Mais bon quand on a de la personnalité on sait ce qu’on veut et les regards extérieurs nous passent dessus sans nous toucher

    #63694
    lafessée83
    Participant


    Le féminisme

    Encore un mot que l’on emploi à tout moment, si je dis que pour moi c’est du grand n importe quoi , on va me traiter de matcho et je n ‘est rien compris .  Si je dis j ‘approuve se combat des femmes on vas me dire bravo. ils y a eu de tres grandes femmmes qui on combatu pour le droit des femmes. Maintenand quand je vois comment cela est instrumentallisé , vouloir à chaque fois opposé la femme et l’homme  je trouve cela grotesque . Mais cela n engage que moi!

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par lafessée83.

    Pratique la fessée depuis plus de 30ans, recherche rencontres, amitiés

    #63700
    Paulparis
    Participant


    Il y a certainement plusieurs manières d’appréhender le “féminisme”. Il y a la manière radicale, obsessionnelle, militante et agressive. Il y a la manière réfléchie qui considère la femme comme l’égale de l’homme sans nier ses différences.

    Pour moi, ce qui caractérise le plus souvent les amateurs de la domination (il y a certainement hélas des exceptions mais rares) c’est le profond respect de l’autre et donc le profond respect (voir amour) du dominant envers sa soumise. La personne soumise accepte en toute liberté sa situation et peut y mettre fin à tout moment. Rien qui diminue là la place de la femme.

    Par ailleurs, sur notre site, ici, c’est la femme qui est cul nu sur les genoux du Monsieur. Mais dans d’autres situations -que j’ai vécu aussi plus souvent qu’à mon tour- c’est l’homme qui est soumis et en position d’être puni. Et puis certains “switch”. …

    Une femme qui reçoit la fessée aurait une position incompatible avec un féminisme intelligent. Bien sûr que non. Si que dire d’un homme dans une position similaire ?

    #63703
    Mobby
    Participant


    Pour moi, la fessée et le BDSM au plus général, touchent au coeur du féminisme. À mon avis, il n’y a rien de plus important dans ce jeu que le consentement, le choix libre, portant sur tout ce qu’il y a, les termes, la formule, le scénario, les instruments, les limites… et la femme peut bien vouloir être soumise, vouloir recevoir une fessée ou bien une fouettée. C’est bien son choir libre, et personne n’a aucun droit de la juger. Le féminisme, c’est accepter que la femme à toutes ses libertés et elle puisse bien choisir ce qu’elle veut. La fessée incluse.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par Mobby.
    #63705
    Jaroslav
    Participant


    Le féminisme se doit d’être politique : il s’inscrit dans un cadre légal, la démocratie, ou les individus sont égaux devant la LOI !
    Tout ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé.
    S’il y a des lois qui donnent des privilèges aux hommes, il faut changer ces lois.
    S’il y a des lois qui protègent les citoyens de la violence, il est essentiel qu’elles s’appliquent aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Une démocratie ne souffre pas le déni de justice.
    Quant au problème de la fessée… Imaginez quelqu’un qui voudrait une loi interdisant de fesser une femme consentante… Ça existe peut-être chez les Evangélistes américains…

    Femme fessée, femme aimée

    #63708
    Mobby
    Participant


    Le féminisme se doit d’être politique : il s’inscrit dans un cadre légal, la démocratie, ou les individus sont égaux devant la LOI ! Tout ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé. S’il y a des lois qui donnent des privilèges aux hommes, il faut changer ces lois. S’il y a des lois qui protègent les citoyens de la violence, il est essentiel qu’elles s’appliquent aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Une démocratie ne souffre pas le déni de justice. Quant au problème de la fessée… Imaginez quelqu’un qui voudrait une loi interdisant de fesser une femme consentante… Ça existe peut-être chez les Evangélistes américains…

    Ah, non, chez eux, c’est juste invers, le consentement vaut rien, la fessee est prise comme un chatiment justifié par la Bible, ils peuvent fesser quelqu’un, un enfant inlclu, en citant la Bible… Une image horrible.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par Mobby.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 3 jours par Mobby.
    #63725


    Depuis que la question du consentement s’est posée, je vous donne un exemple: la législation actuelle en vigueur en Espagne. Article 48.2: Le consentement de la victime n’est pas considéré comme une excuse pour un crime de violence sexiste. Ou ce qui est pareil sur demande légale, les fessées érotiques sont illégales en Espagne, en fait elles constituent un crime grave. Avec lequel l’État se donne la capacité de dire qu’il est et n’est pas un consentement. Il est évident que l’esprit de la loi est de protéger les véritables victimes de violence de genre qui peuvent être retenues, contraintes ou annulées à un point tel qu’elles déclarent un consentement qui ne prend cependant pas en compte les cas de consentement réel et un Une simple visite chez le médecin après un match intense peut devenir une épreuve judiciaire. Je recommande un film belge qui traite de ce sujet: “SM-retcher” de 2009.

    #63736
    Mobby
    Participant


    Depuis que la question du consentement s’est posée, je vous donne un exemple: la législation actuelle en vigueur en Espagne. Article 48.2: Le consentement de la victime n’est pas considéré comme une excuse pour un crime de violence sexiste. Ou ce qui est pareil sur demande légale, les fessées érotiques sont illégales en Espagne, en fait elles constituent un crime grave. Avec lequel l’État se donne la capacité de dire qu’il est et n’est pas un consentement. Il est évident que l’esprit de la loi est de protéger les véritables victimes de violence de genre qui peuvent être retenues, contraintes ou annulées à un point tel qu’elles déclarent un consentement qui ne prend cependant pas en compte les cas de consentement réel et un Une simple visite chez le médecin après un match intense peut devenir une épreuve judiciaire. Je recommande un film belge qui traite de ce sujet: “SM-retcher” de 2009.

    Il ne faut  pas inventer des choses. C’est pas du tout comme ca. Il y a des conditions et des limites, mais c’est pas du tout le cas que les fessées érotiques sont illegales en Espagne, el le consentement est invalidé. Les detailes sont ici: https://infobdsm.com/derecho-y-bdsm/. Si c’était le cas, toutes les fesseuses  espagnoles seraient en France, cherchant des fesseurs. 🙂 Et le film est un film, (basé sur les faits, je sais), le millieu BDSM belge, est un des plus riches en Europe (Fetish Cafe en Anvers vaut une visite).  Le cas dans le film était qu’un des protagonistes était un professionel de droit. Et pourquoi on introduit la matiere de droit dans le theme du feminisme?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 2 jours par Mobby.
    #63743


    @mobby Eh bien vous me mettez une page de BDSM manifestement intéressée, je vous parle de l’expérience de douze ans en tant qu’officier de la Garde civile et croyez-moi si vous ne venez jamais en Espagne et décidez d’avoir un jeu essayez de ne pas être vu par n’importe qui, si vous ne voulez pas avoir de problème juridique majeur. La chance est qu’en général personne ne nous voit, et évidemment personne ne nous dénonce. Mais je connais plus d’un cas de problèmes et d’explications que je ne souhaite à personne. Au fait, les débats sont comme ça, la question du consentement s’est posée et j’ai trouvé intéressant de commenter que le consentement est inutile, dans de nombreuses lois, alors vous dépendez déjà du juge qui vous touche et de votre capacité économique de faire appel . La législation contre la violence de genre en Espagne est l’une des plus restrictives d’Europe, comprend des tribunaux spéciaux exclusifs pour la violence de genre et renverse la présomption d’innocence par présomption de culpabilité, ou ce qui est la même en cas de dénonciation et d’être un homme c’est vous qui devez prouver votre innocence et non l’inverse.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 22)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com