Et si on parlait du lâcher-prise ?

Accueil Forums Discussions générales Causons d’autre chose Et si on parlait du lâcher-prise ?

Étiqueté : 

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Auteur
    Messages
  • #73629
    Monsieur Jones
    Maître des clés


    Le lâcher prise ?

    Ce week-end, je discutais avec un petit groupe sur le tchat et nous parlions de lâcher prise.

    Forcément, le lâcher prise de celle qui se soumet aux fantaisies contrastées de la contrainte de l’obéissance ou de la punition est facilement appréhendable.

    Pour elle, cette destination est un peu comme le saint graal, un moment de grâce qu’elle convoite, ce moment où en petite princesse déchue, elle descend de son piédestal.

    Parce qu’en allant vers cet apesanteur au cours de cette petite reddition, c’est à sa propre rencontre qu’elle va, en faisant sauter les verrous.

    Mais le lâcher-prise du Sieur rédempteur, qu’en est-il, hein ?

    J’y ai du coup un peu réfléchi à mon lâcher-prise à moi.

    Ce voyage à ma propre rencontre… que se passe-t-il quand je prends le large en sa compagnie et qu’elle m’accueille dans l’intime ?

    En ce qui me concerne je suis vraiment dans le contrôle des choses et c’est pas tous les jours facile croyez-moi car étant doté d’un tempérament rêveur et créatif, ça m’immerge parfois dans un petit océan de contradictions et de désarroi.

    Heureusement certaines ont le pouvoir de nous aider. Elles ont ce pouvoir bien malgré elle, ce je ne sais quoi, ce presque rien qui change tout !

    C’est donc ça son pouvoir à elle… dégoupiller mes dernières résistances et décadenasser cette part animale en moi, me permettant ainsi de dépasser mes manières d’homme de la société.

    Parce qu’on dit toujours que l’un dirige et que l’autre se laisse guider.

    C’est vrai, en gros, mais…

    Mais à regarder de plus près c’est un peu plus compliqué que ça. Parce que si le premier dirige bien, il ne peut le faire qu’avec empathie et une bonne lecture de celle qui l’inspire et qui, souvent malgré elle, sème une infinité de petits cailloux qui sont autant d’indices qui donnent la carte du voyage à venir.

    Et c’est justement dans cette osmose et avec le fil de cette alchimie qu’on tisse le cocon de tous les lâcher prises.

    En ce qui me concerne quand je lâche prise, c’est ma nature animale qui prend le dessus sur mes allures d’homme. Je ne me mets plus aucun filtre et quand ça m’arrive parce qu’elle m’accueille dans un fantasme commun, c’est comme une petite délivrance.

    Et plus tard quand comme Jekyll, j’y repense et me dis : « noooon, tu lui as pas fait ça quand même ? le Hyde au fond de moi lui répond : « si mon vieux, et elle a sacrément aimé… »

    Et vous que vous soyez déculottée ou déculotteur, qu’en pensez-vous?

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #73631
    Anonyme
    Inactif


    Pour ma part, il n’y a qu’une pièce dans lequel il commande pleinement.

    Comme vous, il a besoin de décompressé dans nos séances de ces obligations quotidiennes.

    Nous avons appris à trouver notre équilibre et nos lâchers prises se font simultanément, c’est vraiment l’osmose

    parfaite.

    Bien entendu, parfois il me punit aussi sévèrement car je reste très vilaine même quand j’essaie de

    faire les choses en mieux ^^.

    #73633
    Yves
    Participant


    Bonjour,

    C’est assez fou ce que vous dites @MM car je m’y retrouve assez. Souvent, quelques heures après une bonne correction administrée, j’ai la même réflexion de me dire :”C’est pas toi ça !” Et en fait, si, c’est moi, et je ne l’accepte que parce que ma partenaire aime ce que je lui fais.

    Alors, je peux me libérer, je peux lâcher prise pleinement, sans avoir à me juger moi-même. Mon plaisir passe par le sien, et pour moi, c’est l’essentiel, car c’est l’essence même du partage. D’ailleurs, c’est grâce à cela, que j’ai pu développer une vraie relation amoureuse avec ma partenaire actuelle. Je la remercie de m’avoir offert cela.

    Ce que je dis est très réducteur par rapport à ce que je ressens, c’est plus complexe que cela, mais dans l’idée, c’est ça.

    Mesdames, mesdemoiselles, mon propre plaisir passe par le vôtre

    Blog : histoires-jr33.blogspot.com

    #73639
    Eva
    Participant


    Le lâcher prise comme St Graal…et si….il y avait deux formes de lâcher prise?Et si….certaines personnes voulaient toucher les deux?
    Le lâcher prise je le vois comme une acceptation de la perte de contrôle ( en tant que receveuse je parle là de m’en remettre à son autorité pour “partir,” guidée par une main ferme et aimante, dans ce tourbillon de sensations qui me libère des charges qui me pèsent) ou de la perte d’une forme de contrôle de soi(en exemple libérer l’animal qui est en soi face à Elle, comme évoqué par MM, ou alors j’ai pas tout compris;).
    Mais là, je me rends compte d’une chose. Dans les deux cas, je libere mon animalité. Et l’animalité, et bien c’est Animal. Je libere donc la femelle qui est en moi, dans toute sa pluralité. Soumise à lui et dominante avec elle.
    Alors mes St Graal se situent à la frontière entre envies et besoins. J’ai besoin de lâcher prise pour assouvir mes envies de lâcher prise. C’est un équilibre,  entre celle qui veut être en contrôle et celle qui veut remettre ce contrôle sur des instants particuliers. Et là j’en retiens cette image (issue du café philo du samedi)de corde, de ligne rouge au milieu,  la corde étant le contrôle de soi, et les deux extrémités d’une part le freak control,  de l’autre le lâcher prise.
    Bon je suis pas plus avancée moi étant tiraillée d’un côté ou de l’autre;)…tant que ces St Graal m’apparaissent des fois comme des “portoloin”.
    Voyez ce que je veux dire ou pas du tout?
    #PlongeDansLesPenséesd’UnePersonneSwitch

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 années et 4 mois par Eva.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #73647
    Anonyme
    Inactif


    J’ai du mal à suivre l’idée du lâcher prise « animal ». La gazelle qui se fait bouffer par un lion peut lacher prise en mode «  au moins j’ai fini de courir »… ça peut être…

    mais le lion? …

    plaisir de courser ( quoique il doit y avoir des flemmards dans le genre) . Plaisir d’attraper…plaisir de savourer… ok … mais où se situe le lâcher prise dans ce mode « totale action »?

    ha… peut être dans le petit rot digestif… juste avant la sieste meritée?😋

    Plus sérieusement le lacher prise n’est il pas une fonction hautement cérébrale? relevant de la conscience qu’on accepte de ne plus avoir besoin de tout contrôler? 🤔

     

     

     

     

     

    #73661
    Biloba
    Participant


    Un peu avant la conFiance, les pas dans le noir – pas tout à fait dans le noir mais un peu – les mains cherchant l’interrupteur comme le grain de s’appeau, mais ce n’est encore à tes doigts que le relief d’une tapisserie obscure du couloir vers, vert ou rouge selon ton feu. OrAnge àMère en PèrFusion. Un deux venir. D’AVEUgle à bougie, une flemme  de surVeillance, à SOIf, à l’autre, veillait sur nous en JEu de dupes, la veilleuse puis le phare au fard à la tombée des masques. Au lever de la vie. Nus, révoltés de réserve antérieure, souffle apaisé jusqu’au prochain désir, coupables de n’oser, nausée ante fuego, s’endormant au saint sueur du m’aime drap, satiss de l’avoir fêt…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 années et 4 mois par Biloba.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 années et 4 mois par Biloba.
    #73668
    Manfred
    Participant


    Ayant moi même un niveau bac -12 en lâcher prise, je n’ai pas d’expérience personnelle à partager sur la question. Mais votre belle façon d’en parler dans ce sujet me donne envie de prendre des cours de rattrapage. Merci pour le partage de ces émotions !

    #73677
    Sombrelle
    Participant


    J’adore vos visions du lâcher prise @monsieurmechant et @evaeyes, cette histoire d’animalité me parle pleinement.
    J’adorerais que mon partenaire laisse parler son côté animal lui aussi… (a bon entendeur…)
    Il me semble aussi qu’il y a plusieurs formes de lâcher prise, non ?
    Ou plusieurs étapes ? Déjà pour moi c’est lui faire une totale confiance (lâcher prise conscient) puis il y a ce moment particulier ou je bascule, ou l’univers se transforme et ou j’accède à une autre partie de moi ou à la totalité de ce que je suis…

    https://sombressensuelle.blogspot.com/

    #73678
    salamboflaubert75
    Participant


    Le lâcher prise le Graal de l’abandon suprême, si souvent convoité de moi et désiré si ardemment dans ma chair et mon esprit parfois trop encombré, trop rarement atteint…

    L’abandon du contrôle et de l’autorité à mon partenaire est déjà un don de moi qui me coûte beaucoup mais si c’est mon envie/besoin profond.

    Si il parvient à déconnecter mon esprit car la complicité, la confiance et l’alchimie sont présentes nous aurons toutes les changes de passer un moment magique, précieux, lubrique et hors du temps .

    Je crois qu’il peut arriver à couler dans ce lâcher prise également même si il a les rênes et c’est mon désir le plus profond que nous nous retrouvions entièrement nous-mêmes a l’état primitif, bestial , passionné et animal.

    Plus de vernis, d’apparences pour ces moments si rares et inestimables.

    Je reviendrai développer mon ressenti pour mon autre côté où son abandon et son lâcher prise me comblent…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 années et 4 mois par salamboflaubert75.
    Pièces jointes:
    Vous devez être connecté pour voir les fichiers attachés

    Sal

    #73710
    Paulparis
    Participant


    Pour avoir expérimenté dans ma vie la position de soumis et de fesseur, je dois dire que la lâcher prise -enfin, vu par moi – est plus facile à atteindre quand on est soumis (soumise). Le lâcher prise consiste à s’abandonner, à se laisser diriger, à faire confiance et faire sauter des barrières… Admettons alors que c’est le principe de al soumission que de s’abandonner en toute confiance.

    A l’inverse, le dominant doit avoir une certaine retenue, respecter des limites, faire attention aux réactions de sa partenaires pour doser, improviser, prévoir… Un contexte moins favorable à cette notion de lâcher prise.

    Mais quel bonheur absolu de sentir sa partenaire s’abandonner, vous faire confiance et chercher à se dépasser pour vous… Notre plaisir de dominant est bien là… dans le plaisir de l’autre et dans son abandon

    #73722
    Sombrelle
    Participant


    Le lâcher prise le Graal de l’abandon suprême, si souvent convoité de moi et désiré si ardemment dans ma chair et mon esprit parfois trop encombré, trop rarement atteint… L’abandon du contrôle et de l’autorité à mon partenaire est déjà un don de moi qui me coûte beaucoup mais si c’est mon envie/besoin profond. Si il parvient à déconnecter mon esprit car la complicité, la confiance et l’alchimie sont présentes nous aurons toutes les changes de passer un moment magique, précieux, lubrique et hors du temps . Je crois qu’il peut arriver à couler dans ce lâcher prise également même il a les rênes et c’est mon désir le plus profond que nous nous retrouvions entièrement nous-mêmes a l’état primitif, bestial , passionné et animal. Plus de vernis, d’apparences pour ces moments si rares et inestimables. Je reviendrai développer mon ressenti pour mon autre côté où son abandon et son lâcher prise me comblent…

    J’adore ta description @salamboflaubert75, c’est tout à fait ça!
    Et la photo est sublime aussi. 😉
    J’aime plus de mal à lâcher prise quand je suis de “l’autre cote du martinet”, quand je tiens le manche, j’ai tout de même eu la chance de le vivre une fois et c’est tellement plus satisfaisant, envoutant, enivrant cependant cela nécessite vraiment (selon moi) une  relation forte et solide, une confiance et une complicité totale et égale.

    https://sombressensuelle.blogspot.com/

    #73734
    Docteur Clack
    Participant


    J’ai du mal à suivre l’idée du lâcher prise « animal ». La gazelle qui se fait bouffer par un lion peut lacher prise en mode « au moins j’ai fini de courir »… ça peut être… mais le lion? … plaisir de courser ( quoique il doit y avoir des flemmards dans le genre) . Plaisir d’attraper…plaisir de savourer… ok … mais où se situe le lâcher prise dans ce mode « totale action »? ha… peut être dans le petit rot digestif… juste avant la sieste meritée?

    😋

    Plus sérieusement le lacher prise n’est il pas une fonction hautement cérébrale? relevant de la conscience qu’on accepte de ne plus avoir besoin de tout contrôler?

    🤔

    @Valdivia, si vous observez un félin qui a saisi et immobilisé sa proie, vous noterez qu’il ferme les yeux et se concentre pour la papouiller amplement et pas seulement pour la déchiqueter. Si c’est un chat (je vous le recommande plutôt qu’un tigre ou une panthère, l’observation pose moins de problèmes) il ronronne et lèche goulument sa victime comme il le fait avec ses congénères quand il est proche d’eux (ses frères et soeurs ou ses petits quand c’est une femelle).

    Les éthologues interprètent ça comme une sincère marque d’affection (je t’aime tellement que je vais te bouffer, merci, merci, merci…je suis sûr que certains et certaines d’entre vous ont entendu ça dans d’autres contextes). Un amour de cruauté en somme (les chats sont fascinants, et nous en sommes plus proches que nous le croyons).

    L’animalité n’est pas loin de la sauvagerie mais exprime des pulsions primales qui sont irrésistibles. Notez que ce n’est absolument pas incompatible avec la cérébralité, comme dans la pratique artistique par exemple.

    Ce n’est qu’un éclairage que j’essaie de donner, mais il me semble avoir un fond de vérité.

    @ Monsieur méchant le sujet est excellent et je dois dire que je recherche personnellement ce lâcher prise quand je fesse une dame. Avec tout ce qu’il comporte de spontané et d’immaîtrisable.

    C’est un des éléments que j’exprimais sans m’en rendre compte (c’est vous qui m’y faites penser) dans mes posts sur le moment de grâce ou sur le pouvoir du côté obscur. Deux histoires de lâcher prise mutuel en fait. Avec une dimension inquiétante peut-être, mais tellement de puissance intérieure pour chacun et chacune.

    Merci d’avoir lancé ce beau sujet qui fait réfléchir et ressentir (surtout)

     

    #73735
    Anonyme
    Inactif


    @john

    Je n’ai jamais douté du plaisir félin à savourer et à transposer sur sa proie son plaisir à le faire. Je ne suis pas certaine par contre qu’il a pleinement conscience du plaisir d’un cadavre a être dégusté.

    je n’ai jamais douté aussi de l’animalité qu’il pouvait y avoir dans les rapports de domination et du plaisir commun qu’elle peut engendrer quand celle ci a lieu dans une forme d’osmose.Elle est loin de me déranger et je l’ai un peu évoqué par ailleurs sans qu’il y ai equivoque.

    Je ne confond pas pour autant ce plaisir (résultat)avec le lâcher-prise (fonction , moyen , chemin vers)qui est un tout autre domaine, et qui a un peu trop tendance à être conjugué à tous les temps .

    Peut être faudrait il se référer à sa véritable définition , savoir où on se situe vraiment pour comprendre mon approche?

    et si elle n’est pas entendue, c’est vraiment pas grave . Je lâche très facilement prise sur mes désirs d’informer aussi.

    #77445
    chtiFesseur
    Participant


    Je remonte cette publication datant de quelques mois car j’y adhère complètement.

    Pour moi, le lâcher prise, c’est m’autoriser d’avoir des pensées vicieuses (dans le bon sens du terme) avec la personne qui va m’offrir sa soumission, et puis ensuite lui faire subir ce que j’ai fantasmé, tout en respectant ses limites et ses envies bien évidemment. Et c’est pour ça que je pense qu’il est plus difficile pour la personne dominante de lâcher prise. En effet, une fois que la personne soumise a fait entièrement confiance à la personne dominante et qu’elle lui a offert sa soumission, elle peut complètement se laisser aller à ce sentiment délicieux. Alors que la personne dominante doit faire attention à ne pas rompre cette confiance qu’on lui a accordée. Donc, la personne dominante peut parfois observer une certaine retenue. Pour finir, je pense que le lâcher prise augmente au fil du temps avec la même partenaire, dès qu’il y a des envies communes.

    Pour pouvoir être vicieux et pervers dans l’intimité, il faut être un gentleman dans la vie réelle et respecter les femmes. C’est aussi pour ça que c’est parfois difficile de lâcher prise.

14 sujets de 1 à 14 (sur un total de 14)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com