Émotions et sentiments

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Émotions et sentiments

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #63303
    CoDée
    Participant


    Alors alors… Cela fait longtemps que j’ai envie d’aborder ce sujet ici mais je n’ai jamais osé me lancer. Trop intime, trop délicat?
    (Merci à @MissBetty pour avoir réussi mieux que moi à formuler ce que je voulais dire 😘 La phrase suivante est d’elle)

     

    Au sein de la relation D/S, comment alliez-vous les émotions multiples qui vous envahissent, les sentiments plus profonds qui peuvent parfois naître et les éventuels interdits qui pourraient s’imposer à vous?

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 semaines et 4 jours par CoDée.
    #63304
    FrenchTouch
    Participant


    Emotions ? Sentiments ? Connais pas…

    Interdits ? Quelle horreur !

    🙂

    Adepte du tout répressif

    #63306
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Vous voulez parler des sentiments, du désir et du manque qui s’invitent toujours dans nos relations?

    “J’ai reconnu le bonheur au son qu’il a fait en partant ! “

    C’est du Prévert ! ça nous renvoie à notre incapacité à voir le bonheur qui nous entoure, chaque jour, embastillés que nous sommes dans nos croyances et nos émotions.

    Un samedi matin, après avoir fermé les portes de mon donjon pour partir en week-end, laissant une demi-douzaine de vilaines aux fers, nues, exposées et contraintes par des carcans ou des jougs qui leur imposaient l’indécence et une disponibilité totale, j’ai longé la mer pour profiter du soleil qui se levait.

    Et pendant que je marchais sur le sable, je me suis souvenu de Platon, ce petit con qui disait, rejoint plus tard par ce pleutre de Schopenhauer que: Aimer, c’est Désirer et que quand on désire ce qu’on a pas, on éprouve le Manque et par voie de conséquence, on expérimente la Souffrance !

    Je l’aime, je la désire, je ne l’ai pas, elle me manque, je suis malheureux et donc: je souffre !
    What the fuck ?

    Et du coup, ces deux pisses-vinaigre, ils en rajoutent pour faire les malins !
    ils nous disent que: quand on a ce qu’on désire et bien on ne le désire plus et du coup, on ne l’aime plus et là, on se noie dans les méandres de quoi? je vous le donne dans le mille ! l’Ennui !!! 0_°
    What the fuck ?

    Merci les mecs !
    Alors si je résume la situation quand j’ai pas ce que je désire, je souffre et quand je l’ai, je m’ennuie!
    Et bien moi qui marche au désir, on peut dire que je suis mal barré dans mes relations, avec la vision de ces deux rigolos !

    Forcément là, j’ai failli me jeter dans les vagues comme un désespéré, pour que la mer m’arrache à l’absurdité du monde.
    Mais comme je devais remplir les gamelles d’eau de mes suppliciées lundi matin, je me suis retenu. Qui s’occuperait d’elles, sinon?

    Et là, peut être pour me récompenser de la miséricorde dont je venais de faire preuve, je me suis souvenu de Baruch, le merveilleux !
    Baruch, lui il nous tire de ce seum absolu en prenant à contre-pied les deux renfrognés !
    C’est qu’ils sont dangereux ces gars-là ! On les écoute, on finit reclus dans une caverne, les désirs solubles dans l’idée d’un bonheur platonique !

    Alors qu’est-ce qu’il nous dit Spinoza ?
    Si j’ai bien compris, il nous explique que le désir, c’est pas le manque !
    Noooooooon, le désir, c’est le moteur de la vie, le désir c’est la puissance et la puissance, c’est le bonheur !

    Parce que, quand je la désire, quand je désire la voir, la fesser et lui tirer les cheveux , quand je désire la tenir en laisse en lui faisant subir les pires outrages, et bien j’en éprouve une toute puissance, celle d’en jouir !
    Alors là, quand je dis “d’en jouir”, bien-sûr, vous allez m’imaginer grimaçant, la main vissée sur mon sexe disproportionné.
    Mais non, je ne parle pas de ça ! (ou pas QUE de ça !).

    Quand je l’imagine, en me racontant toutes mes petites histoires, quand je vibre en pensant à elle, je suis heureux, tout simplement.

    Et je dois être conscient de ce bonheur, au lieu de me perdre dans la passion et ses émotions qui le tiennent à distance.
    Et là, au lieu de lui dire : « tu me manques », je lui dirai : « je suis heureux de te connaître».

    C’est ça ce que Prévert voulait nous rappeler aussi à sa façon.
    Le poète et Spinoza nous rappellent que le bonheur est en nous, qu’il faut savoir le trouver dans le monde tel qu’il est et pas dans le désir d’un monde qui n’existe pas.

    Ben voilà, je trouve que c’est une belle destination, la philosophie de Spinoza ! Même si, il faut bien l’avouer, les concepts de Platon me tenaillent toujours un peu…
    Du coup, comme j’étais en joie, je me suis dit que mes suppliciées auraient double ration de coquillettes, lundi ! Petites veinardes !

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #63307
    Atalyon
    Bloqué


    Sacré sujet que celui-ci !!

    Les émotions mènent-elles aux sentiments  ? Les sentiments subissent-ils les interdits ? Attachement et sentiment est-ce pareil ?

     

    Cela a déjà été évoqué plusieurs fois dans d’autres textes, beaucoup, dont je fais partie, ne se lanceront dans une telle relation que si il y a intérêt pour la personne.

    Mais intérêt c’est vaste, ca englobe la curiosité, le plaisir d’être ensemble, l’attirance physique, voire l’attirance intellectuelle pour les sapiosexuels et cela peut aller jusqu’aux sentiments et surement d’autres choses.

    Une chose me parait à peu près certaine, si une relation dure un tant soit peu et qu’il y a osmose , alors il se créera un attachement à l’autre.  Mais attachement et sentiments sont deux mots différents et le Français est une langue assez précise.

    L’idéal (?)  me semble être de concevoir et surtout mettre en oeuvre une approche détachée dans laquelle chacun apportera et recevra ce qu’il  pourra en faisant au mieux et profitant de l’instant présent sans se demander ce qu’il adviendra.

    Il faut bien vivre n’est-ce pas.  Le temps viendra bien assez tôt pour que les interdits s’en mêlent.

    Par exemple revient souvent ce dilemme là, du moins pour les gens en couple : je suis marié(e) et j’aime mon conjoint puis-je m’autoriser cet attachement ou dois-je le fuir ?

    La réponse est très intime et dépendant de la situation de chacun.

     

     

    #63356
    FrenchTouch
    Participant


    Pour donner une réponse un peu sérieuse à ce joli sujet de CoDée : je n’ai pas de “méthode” pour gérer les émotions et les sentiments de ce genre de relation. J’accueille ce qui vient. Pour les sentiments, notamment, un mot assez glissant pour moi, je peux en éprouver beaucoup (une affection très forte pour ma partenaire, de l’amour pourquoi pas) ou peu (rencontres plus distantes, plus éphémères), mais il est très rare qu’il n’y ait rien, ou alors ça ne dure pas, ça ne fonctionne pas. Il y a forcément une sorte de lien.

    A l’inverse, je n’ai jamais trouvé que l’affection rendait difficile une relation de ce type. Faire mal à une femme que j’aime ? Je ne vois pas le problème 🙂

    Pour les interdits, je botte en touche, je ne vois pas trop. Si ce n’est que : parfois le seul interdit, ce sont les sentiments, justement.

    Adepte du tout répressif

    #63368
    Chelonia
    Participant


    Émotions, sentiments, interdits…

    Vaste débat…

    Je pense qu il faut être au clair avec soit même de ce qu on cherche…

    Et avancée petit à petit dans la relation…

    Être sur d être en accord avec son partenaire…

     

    Pour ma part je suis mariée et j ai juste envie de jouer.

    Je vais veiller à ne pas m enflammée dans une relation avec des sentiments amoureux, une simple amitié c est suffisant.

    Je vais rester sincère et surtout ne pas faire croire à l autre à des choses qui n existerait pas.

    Mon jeu n est qu une parenthèse à ma vie.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com