Du rêve à la réalité

Accueil Forums Discussions générales Récits Du rêve à la réalité

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #73090
    Docteur Clack
    Participant


    Elle ne le trouvait pas suffisamment sévère. Trop joueur au ton trop badin. Agaçant même. Elle se disait que jamais il ne pourrait lui administrer la punition qu’elle désirait tant. Elle voulait un homme qui prenne le contrôle, qui la contraigne et lui fasse regretter ses fautes. Au lieu de cela il lui parlait jeu autour des désirs qu’elle exprimait sans adopter l’attitude autoritaire qu’elle attendait.

    Puis un jour elle se décida à le rencontrer. Pour voir…

    Quand il elle le vit, elle ne fut pas spécialement impressionnée, et regretta presque d’être là. Mais son regard perçant la dérangeait. Elle avait du mal à le fixer. Et sa voix grave dégageait une autorité qui lui serrait la gorge.

    Ils parlèrent des fautes qu’elle avait commises et se découvrit hésitante et fuyante. Son ton sec et sobre, avec peu de mots et ce regard si difficile à soutenir était une brûlure. Elle se tortillait d’un pied sur l’autre et ressentait une inquiétante culpabilité, elle qui pensait pouvoir braver les remontrances et se montrer insolente.

    Puis il s’assit calmement et prit son bras pour l’allonger en travers de ses genoux. Elle ricanait en essayant d’être ironique mais ne parvint pas à se débattre, et avala sa salive en se demandant comment diable elle avait pu se mettre dans une situation pareille. Il se montrait bien plus ferme qu’elle l’avait imaginait, et alors que c’est ce qu’elle pensait souhaiter, la sévérité de son ton la piquait au vif et lui faisait monter le rouge aux joues.

    Elle fit l’indifférente blasée quand il roula sa culotte et son collant au bas de ses cuisses, et se retrouva bouche entrouverte à attendre pendant qu’il la laissait sentir le frais sur sa peu nue.

    Puis la première claque arriva. Intense, brûlante, incroyablement forte. La piqûre lui arracha une protestation mais elle eu le souffle coupé par la série qui s’ensuivit aussitôt. Ininterrompue, inattendue et insupportable. Comment la douleur pouvait devenir aussi forte aussi vite ? Elle voulait une punition mais pourquoi si fort, et sans pouvoir prendre le contrôle de ses sensations ? Sa fierté lui commanda de supporter le supplice. Elle respirait fort et se concentrait pour garder le contrôle, ne pas supplier, rester maîtresse d’elle-même.

    Mais les claques continuaient sans répit alors elle essaya de se protéger avec la main, de ruer, demanda une pause, cria à l’injustice, promit la lune, et atteint un sentiment d’impuissance et d’abandon qui lui fit réaliser que oui, elle était punie. Elle l’avait voulu et c’est ce dont elle avait rêvé, mais ses sensations dépassaient son attente et la fureur d’être ainsi endolorie la gagnait.

    Une pause arriva et elle se relâcha brutalement sous la caresse qui lui fit dresser le poil et frissonner dans le dos. mais elle n’eut pas le temps de rassembler ses esprits ni de se donner une contenance, que la fessée reprit avec la même intensité insupportable. Le feu sur sa peau nue lui faisait perdre la tête et elle disait stop, stop, stop. Qu’ai-je fait, pourquoi j’ai demandé ça ? Pourquoi n’arrête-t-il pas? Qu’est-ce que c’est bon d’être ainsi abandonnée. Je regrette, je serai sage, je ne ferai plus de bêtises.

    Une pause rapide avec des caresses fit encore monter la tension de cent mille volts et la fessée se réinstalla, plus rythmée et toujours aussi féroce. Mais maintenant son esprit se calait sur les claques, les images de ses manquements défilaient et chaque claque ponctuait son repentir qui devenait de plus en plus sincère mais sans plus souhaiter la fin du supplice. Elle était enfin punie et profitait de chaque instant.

    La réalité avait enfin rejoint le rêve par des chemins insoupçonnés, d’autant plus délicieuse que ceux-ci avaient pu paraître déplaisants. Douleur et plaisir, culpabilité et repentir. Tout était mélangé pour le meilleur et pour le pire.

     

     

    #73099
    Valdivia
    Participant


    Le texte est vraiment bien écrit et déroule une sorte de film qui impactera les esprits .
    Perso,  je suis admirative de la capacité de l’auteur à se projeter dans la vision féminine du sujet, d’autant plus ( mais là c’est ma perception toute personnelle) que la «  victime » n’est pas particulièrement sympathique.

    Mais bon,  Peut être faut il ceci pour que la fessée prenne sens après tout? 😉

    Je me demande aussi si tout l’impact de ce récit ne se situe pas dans le véritable ciblage sur le regard au départ… la suite fort bien détaillée n’étant qu’une conséquence qui coulerait de source.

    Bravo!

    #73193
    Docteur Clack
    Participant


    Vous avez vu juste chère Valdivia. J’avais parlé de mes dons de télépathie dans ma présentation. Non là je me vante et je serais presque dans le cadre d’une “présentation too much” chère à Mr Méchant)… Vos dons de clairvoyances à vous sont intéressants en revanche.

    J’ai pu remarquer dans ma vie qu’un peu de frottement psychologique dans une relation homme-femme pouvait déclencher des envies en obligeant chacun à se dévoiler davantage, et donc donner bien plus de saveur à une fessé notamment. La frontière entre irritation et antipathie est ténue et il faut être très à l’écoute en pareil cas pour ne pas basculer dans le désagréable. Humilité, humilité.

    Et oui le jeu de regard au début est ce qui matérialise le rapport de force, le bras de fer mental de chacun avec ses propres envies et convictions, qui assoit à la fois la relation d’autorité, le sentiment de trouble, et ce savant mélange de révolte et de désir d’abandon.

    Ce qui a rendu cette expérience intense est justement cette animosité initiale qui a provoqué l’agacement mutuel qui a donné tout son sens à cette fessée.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com