Convocation chez le censeur

Accueil Forums Discussions spécialisées Jeux de rôle Convocation chez le censeur

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 41)
  • Auteur
    Messages
  • #24908
    Fraise Des Bois
    Participant


    *Dans la salle commune. Fraise ouvre son casier pour ranger son manuel d’algèbre et prendre le dernier numéro du magazine féminin “Espiègle Callipyge”, portant en une des articles titrés “L’été arrive, les meilleurs exercices pour être belle en maillot”, “Mat ou glossy ? Quel rouge pour habiller vos lèvres ?” et en plus petit, dans le coin en bas à droite “Les secrets d’une fellation réussie”. Soudain son regard est attiré par un document plié en deux et épinglé à l’intérieur de la porte de l’étroit placard. Elle le décroche et lit le message écrit à la plume.*

    Mademoiselle,

    Votre attitude inqualifiable tant en classe que pendant votre temps libre m’a contraint à en référer à Monsieur le Censeur qui estime qu’un recadrage vous serait profitable.

    Vous êtes donc convoquée dans le bureau de @monsieurmechant, demain à 16h pour répondre de vos actes.

    Vous porterez l’uniforme réglementaire et vos cheveux seront noués en queue de cheval.

    Soyez ponctuelle, nous détestons attendre, et vous n’avez pas besoin d’ajouter la grossièreté aux travers qui vous animent déjà.

    Signé : M. PAUL ( @paulparisfr )

    *A ces mots, le cœur de Fraise se serre et son bas ventre se soulève. Elle avale bruyamment sa salive et froisse le morceau de papier en une petite boule, avant de l’enfouir dans la poche de son chemisier. Elle sait bien que son comportement de ces dernier temps n’a pas été irréprochable, mais elle a pourtant l’assurance de s’être montrée discrète… De quoi veut donc parler Monsieur Paul ? de son carnet de notes plus que moyen ? de ses devoirs non rendus ? ou bien de toutes ces autres choses auxquelles elle n’ose penser sans frémir…? *

    ********************

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #24954
    Paulparis
    Participant


    Paul avait passé une partie de son week-end à réfléchir. Simple surveillant il y a quelques temps, il avait été nommé, dans cet établissement privé, Prefet de discipline, placé directement sous l’autorité du censeur.

    Il avait conquis ses galons à force d’autorité clairement et concrètement exprimée mais aussi d’un sens de la justice doublée d’une réelle bienveillance.

    Avant de partir jouir des dernières neiges pour le week-end, son supérieur lui avait confié son souhait de reprendre en main, dès son retour, une discipline trop approximative. En exprimant un tel souhait, Monsieur Méchant @monsieurmechant caressait machinalement le manche gainé de cuir fauve d’un jolie cravache. Le message était clair
    Pour mériter son nouveau poste, Paul devait prendre des initiatives.

    Il savait que la jeune Fraise profitait depuis quelques semaines du laxisme ambiant. Les professeurs s’en plaignaient. Lui savait pourquoi elle n’eta Pas concentré sur son travail, quittant trop souvent son lit après l’extinction des feux pour passer par la fenêtre et rejoindre le dortoir des garçons…

    Il était donc temps de mettre un terme à ces escapades coquines !

    #24956
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Notre établissement doit maintenir la réputation sans faille acquise au fil des années et qui fait de notre maison, une référence.
    La sélection est rude à l’entrée mais l’enseignement et les valeurs de nos diplômes sont un sésame pour toutes celles qui s’en réclament.

    La discipline ne devait souffrir d’aucune dérogation et ma tâche était rude. Heureusement que @paulparisfr avait rejoint l’équipe. Les méthodes singulières qu’il avait mises en place avait rapidement porté leurs fruits. j’en avais fait mon bras droit et comptais le présenter comme mon successeur si ma mutation était acceptée.


    @fraise
    était un élément brillant mais turbulent et dévergondée.

    Non seulement elle se dévergondait la nuit en circulant entre les dortoirs mais une inspection secrète de son casier avait révélé qu’il recélait d’ouvrages de débauche interdits dans l’établissement.
    Des rumeurs couraient qu’elle en faisait commerce.
    Ce qui, quand on connait ses allures d’ange et la réputation de sa famille, pouvait faire l’office d’une bombe si on laissait les choses perdurer.

    Il fallait que cela cesse et vite, en plus. J’avais donc demandé à Paul de prendre ce dossier en main et de désamorcer cette bombe à retardement en mettant cette petite dévergondée au pas…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #24977
    Paulparis
    Participant


    Voilà donc pourquoi Paul avait convoqué Melle @fraise dans le bureau de @monsieurmechant ce matin.

    Il y était arrivé le premier pour préparer un entretien qui devrait marquer l’esprit de la jeune gourgandine et pas seulement son esprit.

    Il avait installé une chaise au milieu du vaste bureau et préparé quelques instruments parfaitement alignés sur la table de réunion : un martinet, la tawse préférée de @monsieurmechant, une badine en rotin et la jolie cravache en cuir fauve. La dimension psychologique de l’accueil était importante.

    Son supérieur semblait en retard mais tout était prêt et @fraise ne devrait plus tarder

    #24992
    Fraise Des Bois
    Participant


    16h… Fraise, une fois n’est pas coutume, est exacte, postée devant la porte fermée du bureau du censeur @monsieurmechant . Sans faire trop d’effort, elle parvient à distinguer qu’un homme à la voix posée, calme, mais déterminée, est en train de tenir une conversation téléphonique de la plus haute importance. Elle entend à une ou deux reprises son nom cité par celui qu’elle croit bien avoir identifié comme le préfet de discipline @paulparisfr. Cependant, elle ne perçoit pas exactement, et cela l’incommode, ce qui semble se décider pour elle. Son anxiété monte d’un cran ; ses mains se crispent ; ses joues rosissent. Il va bien falloir qu’elle se résolve à se manifester. Elle pense bien à reculer et à quitter en courant ce couloir de malheur, mais une petite voix au fond d’elle lui conseille d’affronter le tonnerre pour mieux éviter la foudre.

    16h05. Il n’est plus temps d’hésiter. Après avoir rapidement tamponné ses mains humides dans les pans de sa jupe et réajusté sa queue de cheval, elle frappe timidement.

    Toc toc…

    *********

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #25000
    Paulparis
    Participant


    Paul aime l’exactitude. Même concentré sur la conversation qu’il avait avec le censeur @monsieurmechant, il avait bien noté que l’heure fatidique de la convocation était légèrement dépassée. En entendant frapper à la porte, il regarda machinalement sa montre. 16h05 soit 5 minutes de retard.
    Ne venait il pas justement de se mettre d’accord avec son supérieur sur le fait qu’il ne fallait rien’laisser passer. Surtout avec @fraise !

    Respectueux de la hiérarchie il laissa le soin au censeur de faire rentrer la gourgandine

    #25005
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    16h05, J’espère que les trois coups sur la porte de mon bureau annonce l’entrée de Mademoiselle @fraise dont @paulparisfr vient de me faire une présentation à charge qui ne doit souffrir d’aucune complaisance.
    Cette demoiselle a un gros potentiel mais se dévergonde de plus en plus. Elle est brillante et maligne. Peut-être trop maligne, même.
    J’ai demandé à Paul de l’avoir à l’œil et de démêler cet enchevêtrement de rumeurs qui la concernent et menacent la réputation de notre maison séculaire.

    Il m’a demandé de pouvoir appliquer une tolérance zéro, le temps de mettre cette dévergondée au pas en lui faisant reprendre le cour tranquille et routinier de son éducation jusqu’à ce fameux diplôme de droit qu’elle convoite.

    Entrez ! dis-je avec fermeté.

    La porte s’ouvre timidement et le visage contrit de cette demoiselle apparaît dans l’ouverture. Paul et moi sommes aussi autour de mon bureau.

    Mademoiselle, allez donc vous immobiliser au centre de la pièce, les bras le long du corps, afin d’écouter ce que nous avons à vous dire.
    Mon cher Paul, c’est à vous !

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #25007
    Paulparis
    Participant


    Avant d’administrer la punition que devra recevoir @fraise, puisque les châtiments corporels sont une base de l’éducation de cet établissement privé, Paul veut d’abord et avant tout insister sur la dimension psychologique de l’entretien. La fessée viendra en son temps et en complément. Il s’agit d’abord de faire comprendre à @fraise qu’elle risque de compromettre son année, son diplôme voire celui de certains de ses camarades.

    Il prend place derrière elle et, d’une voix calme, posée et déterminée : Mademoiselle, votre comportement est inadmissible. Non seulement TOUS vos professeurs se plaignent de votre attitude désinvolte, de votre travail mal préparé, de vos devoirs rarement rendus, mais en plus votre conduite et dehors des heures de cours laisse singulièrement à désirer !

    Face à ce réquisitoire, @fraise tente de se défendre et commence une phrase rapidement et sèchement coupée. Taisez vous ! vous allez répondre à quelques questions par oui ou par non et je vous déconseille de désobéir sur ce point. Les instruments que vous voyez là devant vous sur la table pourraient bien servir plus durement que prévu ajouta Paul en désignant la cravache, la tawse, le martinet et la badine…

    Pour vous encourager à répondre correctement et pour vous motiver, vous allez maintenant relever votre jupe et vous appuyer sur vos mains posées à plat sur le bureau de @monsieurmechant. Nul doute que vous irez moins envie de vous égarer.
    Allez, ouste, en position

    #25054
    Fraise Des Bois
    Participant


    N’étant prête à se laisser faire aussi facilement, tout en retroussant mollement le pan de sa jupe écossaise, Fraise ose prononcer à toute vitesse mais d’une voix intelligible :

    “Mais Monsieur le Préfet, je voudrais tout de même savoir la cause de ma présence dans ce bureau… Vous parlez de mes devoirs, mais il aurait été bien simple pour mes enseignants de m’indiquer eux-mêmes leur mécontentement, ce qu’il n’ont fait à aucun moment (que devrait-on déduire ?)… Je ne comprends donc pas de quoi ils se sont plaints à vous… Et vous évoquez une conduite “inqualifiable”, j’ignore tout à fait de quoi vous voulez parler… Le ton que vous employez pourrait traduire que je suis déjà condamnée, sans même avoir eu l’occasion ni de me défendre, ni de vous apporter ma version des faits (si faits il y a)…”

    *************************

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #25158
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Mademoiselle,
    Pour commencer vous allez me faire le plaisir de mettre de côté ce ton péremptoire et revenir à plus de politesse et à une attitude respectueuse.
    Si j’entends encore un mot dans votre bouche babillarde, je demanderai à Monsieur @paulparisfr de vous y nicher votre culotte pour ramener dans ce bureau le silence qui sied à ce moment solennel.

    En finissant sa phrase, le censeur attrape dans son armoire les revues trouvées la veille dans le casier de @fraise. Il les étale ensuite sur le plateau de son grand bureau 17ème.
    En les voyant, celle-ci s’empourpre immédiatement incapable de dissimuler sa gêne et sa honte…

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #25160
    Fraise Des Bois
    Participant


    En elle-même : La réponse cinglante du censeur a le mérite de donner le ton… et il semble ne pas être tellement à la plaisanterie. Il va falloir la jouer serré pour garder la tête haute et le derrière bas (à tout bien réfléchir, la tête haute, ce n’est pas si important, mais le derrière, ça, oui, c’est capital)…

    Laissant son regard se balader vers le bureau du censeur : Mais ce sont… mince… mes magazines… bon, ne pas avouer, ne pas perdre le nord, trouver des explications plausibles, en gardant à l’esprit cette petite sentence du cours de littérature “le vrai peut quelque fois n’être pas vraisemblable”. C’était de qui déjà ? J’ai dû décrocher à ce moment… ça ne fait rien, l’essentiel est ce qu’elle dit, et non de qui elle est. Réfléchissons plutôt à la position à tenir : si je réplique tout de suite, je peux donner quelques éléments pour atténuer la gravité de la situation, mais pour sûr qu’il va faire ce qu’il a dit, et je n’aurais plus l’occasion de m’expliquer en suite… si je ne dis rien, je le laisse prendre le dessus (ouais bon, il l’a déjà, c’est un fait, mais moins), mais cela me laissera une opportunité de me refaire un peu plus tard… (ou pas, mais nous verrons bien).

    Se taisant immédiatement et baissant le front : Oui, Monsieur.

    **************

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #25166
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Voilà un ton plus approprié Mademoiselle !

    Non seulement Monsieur Paul collectionne les rapports sur vos manquements: désinvolture, manque d’assiduité, impertinence et j’en passe.
    Mais vous avez dans votre casier une « jolie » collection d’ouvrages pornographiques qui semble être la source des troubles que nous observons dans notre maison depuis quelque temps.

    Encore la semaine dernière, après l’extinction des feux, nous avons surpris une veillée dans le dortoir des garçons pendant laquelle ceux-ci s’étaient amassés en grappe pour reluquer un numéro de ce magazine consacré à la fessée !

    En énonçant les faits, il présenta le numéro à Fraise.

    Relevez tout de suite votre jupe comme vous l’a ordonné Monsieur Paul et prenez tout de suite la position qu’il vous a ordonnée que nous puissions poursuivre.
    Et prenez garde, en posant vos mains à plat sur le bureau, à ne pas effleurer les accessoires punitifs qui s’y trouvent sous peine d’en découvrir immédiatement les effets !

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #25178
    Fraise Des Bois
    Participant


    Abasourdie d’être découverte aussi facilement, Fraise regarde le magasine qui lui est présenté.

    Monsieur le Censeur, si vous permettez, ces magazines ne sont pas pornographiques… on les lit pour les conseils beauté et psycho qu’on y trouve… et on les achète pour le petit cadeau qu’ils renferment. Tenez, dans le dernier numéro, il y avait un baume pour les f…, pour les lèvres à la cerise. Bien sûr, ces journaux parlent aussi de fesses sur quelques pages, car ce sont des sujets actuels, mais on ne s’y intéresse pas… pas du tout même !

    Pose prudemment ses mains sur le bureau.

    Tout bas : Faut dire que si nous avions un peu plus de cours d’éducation sexuelle aussi…

    ———–

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #25217
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    “Mademoiselle, je crois qu’en ce qui concerne les choses du sexe, votre éducation ne souffre d’aucune défaillance.
    Je crois aussi que, sous vous allure pudibonde, se sache une petite dévergondée qui cultive des idées subversives pour notre établissement renommé”

    En disant ces mots, j’observe la croupe joufflue que cette vilaine nous présente en se penchant vers le bureau les mains bien à plat.
    Cette garce a un joli petit cul mais mes responsabilités m’obligent à une certaine retenue…

    J’attrape le tawse sur le bureau, le présente devant sa bouche et j’ajoute:

    “Prenez-ça dans la bouche, ça vous nous permettra d’avoir le silence. Et faites-y attention !
    Si jamais il venait à tomber sur la parquet, c’est votre culotte qui prendrait sa place pendant qu’il vous cingle et vous châtie parce que vous l’avez mérité”

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #25267
    Fraise Des Bois
    Participant


    Fraise, avec la mauvaise volonté qui sied à pareille humiliation, entrouvre à peine la bouche pour accueillir l’instrument qu’on souhaite y loger. Elle sent alors la poigne du censeur lui élargir la mâchoire avec la poignée du tawse, qu’il fait osciller d’un quart de tour. Ses canines à présent plantées dans la tranche de l’instrument, elle affiche une grimace de mécontentement, souffle bruyamment d’exaspération, et fronce les sourcils. Prête ou non, elle ne dispose désormais d’aucune alternative à écouter les deux représentants de l’autorité égrainer lentement les faits qu’ils lui reprochent et les conséquences qui s’ensuivront.

    …………………….

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 41)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com