Comme dans sergio léone…Pour quelques dollars de plus…

Accueil Forums Discussions générales Récits Comme dans sergio léone…Pour quelques dollars de plus…

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #90236
    anatole
    Participant


    Et ici…pour quelques micro grammes de moins….

    Mon état de santé étant ce qu’il est, je me rends environ au moins une fois par mois dans ma pharmacie favorite, et j’y croise depuis dix ans une charmante pharmacienne, que j’aime beaucoup…Une adorable chinoise, qui les années passant doit bien friser les 37 ou 38 ans, mais qui ne bouge pas d’un pouce physiquement…toujours aussi menue et jolie, et sourainte, et plaisantant tout le temps…j’adore…

    Dans son officine, j’ai vu défiler un grand nombre d’aide pharmacienne, appelées également préparatrice…Je me souviens d’une en particulier que je trouvais particulièrement agréable à regarder mais qui ne reqta que quelques semaines….Lorsque je demandais à ma pharmacienne favorite ce qu’elle était devenue, elle me répondit avec un grand sourire qu’elle n’en foutait pas une ramée, et qu’elle avait dû la licencier..;d’ailleurs, me dit elle dans un grand sourire, j’aurais dû la fouetter plus souvent…j’avais pris ça pour une boutade.

    Cependant, le mari de..;allez appelons là par son prénom, Caroline, aidait souvent Madame la pharmacienne en chef, et parfois il plaisantait avec moi, me disant que s’il faisait une bêtise, elle allait le punir le soir même….D’où m’est venue l’idée, voire l’impression que Caroline, bien que chinoise et pharmacienne pouvait aussi peut être être une sacrée dominatrice..;et moi de l’imaginer parfois nue mais harnachée de cuir noir, de grandes cuissardes autour de ses jambes et un fouet à la main….

    Bref, hier après midi, je me rends donc dans mon officine préférée mes ordonnances à la main pour récupérer mes 36 boîtes de médoc mensuelles (j’exagère à peine!).

    Je me trouve face à une des préparatrices que j’adore…Nous l’appellerons « la p’tite blonde », vu que du’ne part je ne connais pas son prénom, et que d’autre part c’est…une p’tite blonde.

    Je la croise régulièrement depuis bientôt deux ans…enfin une qui arrive à assumer son travail et qui ne s’est pas fait virer par Caroline….

    Nous plaisantons souvent et elle accepte sans trop sourciller mes blagues plus ou moins graveleuses habituelles.

    Et donc je lui balance sous le nez mes ordonnances…il y a du monde et elle me refile sans grand commentaire mes boîtes avec cependant un charmant sourire qui me fait craquer à chaque fois que je la vois….

    Je rentre chez moi et commence à remplir mon pilulier (rhhhaaa..le pilulier..l’apanage des vieux!!!) et me rends compte que sur un des médocs, le dosage prescrit et de 75 micro grammes et qu’elle m’a refilé du 25…Calcul rapide….fait hiech…j’ai déjà 6 pilules à prendre tous els matins, s’il faut que j’en prenne deux de plus pour arriver au bon dosage..;et en plus faudrait que j’y retourne pour avoir le plein pour le mois….Je remonte dans ma voiture et y retourne.

    Je me retrouve face à la p’tite blonde et lui pose la mauvaise boîte de médoc en lui disant…

    « -Je serais vous, je poserais mes boucles d’oreille que je puisse vous tirez… ».

    Petit temps d’arrêt bien sûr…..tu parles que ça fait des mois que j’imagine que…Je reprends…

    « -Vous tirez les oreilles !!!

    -Ah bon, mais c’est quoi le problème…. ? ».

    Arrive sur ces entre-faits Caroline qui regarde et lui dit.

    « -Ben tu vois bien…c’est du 75 micro grammes et pas du 25…. !!!! Dis donc c’est la deuxième boulette que tu fais cet après midi après Monsieur Dushmoll à qui tu n’as donné qu’une boîte au lieu de deux…. ! »

    Oups…Caroline, que je sens d’un coup un peu furax tourne les talons et retourne vers son client, et la petite blonde rougit jusqu’au oreilles…que j’aurais bien tirées….à défaut d’autre chose….

    « -Bon, vous en faites pas….Filez moi le bon dosage et on n’en parle plus ! ».

    Elle sourit et me refile ma bonne boîte se confondant en excuses…je lui souris…je n’en pense pas moins, mais la salues gentiment avant de me diriger vers la porte de sortie….

    Alors…le récit de ce qu’il s’est réellement passé hier après midi s’arrête là….Mais….la réalité peut faire place à la rêverie….

    Caroline me rejoint sur le pas de la porte et me chuchote..Revenez juste à 19 heures à la fermeture…et elle retourne auprès de ses clients….

    Il est 18 h 58 quand je pénètre pour la troisième fois de la journée dans la pharmacie…La p »tite blonde m’aperçoit et me dis :

    « -Encore vous ? Un problème ?

    -Ben euh…. ». Et je tourne mon regard vers Caroline quelques plus loin…

    La p’tite blonde saisie d’une interrogation subite tourne également son regard vers elle et….

    « -Oh non !!! Pas…avec lui…. ».

    Quelques secondes de silence…les regards échangés entre les deux femmes….

    Du coup, je me dis que mes soupçons concernant Caroline et ses jeux pervers ne sont peut être pas faux….

    C’est la patronne qui rompt ce lourd silence :

    « -File dans la pièce du fond et …ne discute pas…. ! ».

    La p’tite blonde ne moufte pas et fait quelques pas tournant juste derrière sa patronne et bifurquant vers la gauche ouvrant une porte et s’engouffrant dans ce coin de la pharmacie que je ne connais pas. Peut être …mais l’ai-je imaginé….un petit souffle de mécontentement sort de ses lèvres si joliment ourlées et d’un joli rose lorsqu’elle frôle le dos de Caroline….

    Je reste là quelques instants, attendant que Caroline veuille bien m’adresser enfin un regard…puis quelques mots….

    « -Allez venez….toute faute mérite…..

    -Mérite…pénitence peut être ?…

    -En effet….allez venez…nous allons régler ça…. ! »

    Elle se tourne et ouvre la porte derrière elle, puis me laisse entrer.

    Je regarde… Il y a un canapé…une petite table basse devant une machine à café…des meubles avec des tiroirs….mais tout de même…dans un recoin…devant la machine à café…une p’tite blonde agenouillée, les mains sur la tête.

    Elle a posé sa blouse grise et baissé son jean qui est sur ses genoux….Le message me semble clair….

    Caroline me regarde et me dit :

    « -Il me semble que c’est à vous de vous rendre justice….

    Euh….principe de précaution…Mademoiselle la p’tite blonde agenouillée là-bas est consentante ?

    -(S’adressant à qui vous devinez…) Tu es consentante ?

    -Oui Madame….

    -Et pour quelle raison ?

    -Parce que….j’ai fait des bêtises….

    -Nous sommes d’accord…Tu acceptes que le Docteur te punisse ?

    -Oui….Mais…pas trop fort…avec un homme c’est la première fois que…

    -Ca suffit….Viens sur le canapé et à partir de maintenant tu obéis….

    -Oui…Madame…. ».

    La p’tite blonde se relève et les genoux entravés par son jean abaissé s’avance lentement vers le canapé….Je suis déjà assis et lève les yeux vers Caroline dans un questionnement muet.

    « -Ne vous gênez pas….elle l’a mérité…et en plus…l’habitude…. ».

    Il ne m’en faut pas plus pour saisir le poignet de la p’tite blonde et la planté en travers de mes cuisses. L’heure de la punition a sonné.

    Elle se trémousse à peine lorsque je commence à asséner quelques claques sur sa jolie petite culotte gris perle….

    ( A suivre bien sûr…)

     

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #90237
    anatole
    Participant


    Ne connaissant rien de ses habitudes ni de ses limites, j’y vais plutôt progressivement, alternant des claques parfois un peu plus appuyées au fur et à mesure, tout d’abord juste sur le tissu soyeux de sa petite culotte puis enhardissant mes mains échancrant de plus en plus la culotte pour dévoiler la peau de ses fesses et appliquer directement la sanction sur la peau.

    Cette p’tite blonde a en fait un adorable cul que je n’aurais pas imaginé auparavant…très joliment rebondi et bien ferme, avec une peau d’une délicate douceur, et une carnation de blonde qui a la bonne idée de virer rapidement au rose profond puis au rouge au bout de quelques claques !

    Elle gémit un peu, se débat juste ce qu’il faut pour faire croire qu’elle n’est pas d’accord.

    Et Caroline me direz vous ? Pour le moment, elle a posé ses fesses sur une chaise un peu à distance du canapé sur lequel j’effectue la punition et observe en silence, semblant apprécier mon savoir faire.

    J’ai tellement étiré la culotte de ma p’tite blonde que ses fesses sont presque totalement dévoilées et soumises à ma sanction et que le mince tissu encore apparent a pris la forme d’une grosse ficelle enserrant les lèvres de son sexe et masquant son petit orifice. La teinte que le tissu a pris ne trompe pas mais je vérifie tout de même en glissant un index tendu dessus….Oui, c’est bien ça….le tissu est tout de même très humide, pour ne pas dire trempé !

    Tout cela devient vraiment sympa….mais Caroline intervient alors :

    « -C’est bon, stop, ça suffit…. ! »

    Ah bon ? Mince je commençais juste à m’amuser…Je me sens un peu frustré, mais au fond, je ne suis qu’un invité….

    Caroline reprend :

    « -Allez, descend de là, pose ton pantalon et va chercher…et rapporte au Docteur ! ».

    Je suis un peu surpris du ton, et de la réaction.

    La p’tite blonde s’exécute sans broncher, glisse en bas de mes genoux pose vite fait ses baskets et son pantalon, réajuste à peine sa culotte puis se met à quatre pattes et avance vers le bout de la pièce…Et oui….une vraie petite chienne, obéissante et bien dressée !

    Elle se redresse et ouvre un tiroir, saisit un objet qui s’avère être un très beau martinet au manche gainé de cuir, le porte à ses lèvres, le prend entre ses dents et reviens vers moi à quatre pattes, déposant l’objet à mes pieds….

    J’allonge le bras et saisis l’objet de la suite de la punition, croisant son regard un peu inquiet.

    « -Levez vous et laissez la s’installer ! ».

    Finalement, moi aussi je me sens d’un coup très obéissant, et j’avoue trouver assez excitante cette situation.

    Je laisse donc la place sur le canapé à la p’tite blonde qui demande comment elle doit de poser.

    « -Tu le sais bien idiote…à genoux et les épaules aplaties. »

    Elle prend la pose. Je mate son cul de nouveau recouvert par la culotte dont l’humidité centrale est maintenant évidente et j’apprécie aussi la rougeur bien marquée laissé par les mains sur les zones que le tissu laisse apparaître de chaque côté.

    Caroline se lève enfin, me lance au passage un grand sourire et un compliment sur mes capacités qu’elle avait devinées depuis longtemps, et vient se mettre à genoux sur le canapé elle aussi mais les cuisses écartées posées de part et d’autre des épaules de la pénitente, l’immobilisant ainsi en lui tenant les poignets sur le bas du dos.

    « -Bien alors, 50 micro grammes, ça va faire 50 coups non ?

    -Oh non Madame, c’est trop….

    -Tais toi, sinon ce sera le double !

    -Oui Madame….d’accord…

    -Je tiens à ce que tu te souviennes de ta bêtise et qu’elle ne se reproduise plus….Tu es bien trop étourdie….

    -Oui Madame, désolée….

    -Alors, Docteur, je vous propose….2 coups sur la droite, 2 coups sur la gauche et un au milieu , répétés 10 fois, ça fera le compte….et elle va compter par groupe de 5 jusqu’à 50….Ca vous convient ?

    -Hum….ça me convient parfaitement….. ! »

    La pénitente tente de se dégager en entendant le principe de la sanction, secouant son torse mais sans résultat si ce n’est que Caroline lui inflige une claque monumentale sur chaque fesse, lui arrachant pour la première fois un petit cri…

    « -Allez Docteur..quand vous voulez…. ! »

    Je ne me fais pas plus prier, m’approche doucement le martinet de cuir tenu fermement dans ma main droite, et lentement je fais glisser la petite culotte trempée au milieu des cuisses de la p’tite blonde…. Son cul est vraiment ravissant ainsi, déjà bien rouge et l’empreinte des deux claques qu’elle vient de recevoir bien visible.

     

    (a suivre..encore)

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #90282
    Saul
    Participant


    Partir du réel pour extrapoler un récit, c’est top. Bravo @anatole

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #90296
    anatole
    Participant


    Nonobstant (j’adore ce mot et le replace dès que je peux dans mes histoires…) à…deux doigts….de commencer la sanction, j’admirai le spectacle….Certes, après avoir abaissé sa culotte, ma pénitente en attente m’offrait une fort jolie vue sur son arrière train, mais relevant un peu les yeux, je pouvais aussi détailler Caroline …Depuis le temps que je fantasmais sur cette belle asiatique…Elle aussi avait depuis de longues minutes ôté sa blouse, maintenant dans la position où elle était entravant les épaules de la p’tite blonde, elle avait relevé sa courte jupe bien haut, sur le bas de son dos et c’est la peau nue de ses cuisses fines et musclées que je voyais de part et d’autre du torse de celle que j’allais punir. J’apercevais aussi sa petite culotte de dentelle noire. Son chemisier blanc largement échancré laissait deviner vu la position le haut de ses seins…menus certes mais donc les mamelons déformaient le chemisier…pas de soutien gorge manifestement, mais elle n’en avait nul besoin…

    Je sentais une lourdeur au bas de mon ventre qui tendait fortement mon pantalon….Une seconde, je me demandai laquelle de ces deux jeunes femmes m’excitait le plus mais j’avais une tâche à accomplir, et je refoulai cette interrogation, me concentrant sur la demande…2 à droite, 2 à gauche, 1 au milieu…au milieu donc…entre ses cuisses…J’avais décidé sans me poser de question d’obéir et donc, je passai le bout du martinet que j’avais en main entre le haut des cuisses de ma p’tite blonde lui intimant l’ordre, malgré la culotte qui entravait ses cuisses de les écarter un peu…un peu plus….avant de commencer à frapper….Juste le temps d’un échange de regard vers Caroline….elle fronçait les sourcils, marre d’attendre que…alors je cinglai doucement la fesse droite, deux fois de haut en bas comme demandé puis même chose du côté opposé. Une petite hésitation de ma part avant d’oser attaquer la cinglée du milieu…Tout de même….Jamais auparavant dans ma vie je ne m’étais posé ce genre de question avant de fouetter le sexe d’une femme, mais pour toutes, cela était convenu d’avance….Caroline me montra …le chemin si j’ose dire…

    « -Ben alors…vous attendez quoi ? ».

    Cette fois comme s’il m’avait fallu une preuve supplémentaire, Caroline était bien une vraie dominatrice…Je m’exécutai donc, frappant le plus doucettement possible le sexe de la p’tite blonde…qui réagit à peine….Hum.. ;ce ne devait pas être la première fois que….Elle prononça le mot cinq, confirmant qu’elle suivait pour le moment calmement le cours du jeu…J’attaquai la seconde salve…cette fois un peu plus fort vu le peu de réaction sur le premier test. Deux à droite, deux à gauche et sans une seconde de répit une dernière entre les cuisses…Entre ma force de frappe un peu plus marquée et l’absence de temps de latence, quelques soubresauts secouèrent son corps alors que quelques gémissements sortaient de ses jolies lèvres….Dix….ok .. au moins elle savait compter.

    Je ne vais pas vous détailler la suite seconde par seconde….Au fur et à mesure des fouettées, la donzelle était passé du geignement aux petits cris, puis aux plaintes plus sonores…Ses tentatives d’esquive étaient annulées par Caroline qui l’écrasait de plus en plus fortement sur le canapé…Quant à ses fesses, elles se striaient de plus en plus artistiquement…Je jouais un peu au méchant sur la sixième salve, refouettant la fesse gauche avant la droite ! Bref, le jeu suivait son cours gaillardement et Mademoiselle p’tite blonde commençait à plus que se plaindre, Caroline veillait au grain et lui intimait l’ordre régulièrement d’arrêter de geindre. Quant à moi j’orientai parfois l’inclinaison des lanières du martinet de manière à créer de jolis carrés sur ses fesses, tel un jeu de morpion (dont j’espérais qu’elle n’en hébergeait pas !).

    Il fut un moment vers la huitième fouettée où il me fallut bien me rendre compte que la petite culotte abaissée sur ses cuisses devenait un obstacle car à chaque fouettée sur son sexe, elle lui permettait de resserrer les cuisses, afin de se soustraire à ce châtiment. Il ne s’était pas passé un temps fou depuis le début de la punition, mais mon hésitation initiale à frapper son sexe s’était évanouie depuis pas mal de temps….J’attrapai de ma main gauche son talon et allongeai sa jambe afin d’ôter ce petit bout de tissu qui me gênait tant. Heureusement Caroline la maintenait toujours aussi fermement ce qui lui évita de basculer par terre. Cependant je pus m’apercevoir en relevant un peu les yeux lors de la manœuvre que la patronne avait peut être depuis quelque temps déjà enfouie sa main dans sa petite culotte et se caressait joyeusement ! Sacré Caroline !

    Pour la neuvième salve, ayant libéré le chemin direct, je commençai par cingler les lèvres cramoisies de son sexe qui s’était largement entrouvert. Je ne pus résister à aller y fourrer mes doigts qui n’eurent aucune difficulté à s’y introduire tellement il était lubrifié.

    « -Neuf »….

    La voix était maintenant un peu brisée, haletante, mêlée de sanglots et de râles, et j’attaquai enfin la fin de la punition, fouettant à toute volée les deux fesses et une dernière fois le centre de….ses…nos…plaisirs…. !

    Malgré la pression des cuisses sur ses épaules, elle réussit à s’affaler totalement à plat ventre en criant « DIX ! » dans un hurlement qui était autant de libération que de satisfaction d’être arrivée au bout.

    Je restai interdit quelques secondes, contemplant non pas mon œuvre, mais celle des lanières du martinet sur ce cul ravagé, rouge cramoisi et croisillonné,lâchant le martinet qui atterrit sur le bas de ses reins, portant instinctivement ma main vers la braguette de mon pantalon totalement boursouflée.

    Caroline activait toujours sa main dans le fond de sa culotte et releva son regard vers moi.

    « -Tu peux aller te servir dans le rayon préservatif si tu veux… »

    Tiens elle me tutoyait pour la première fois !

    J’avoue n’avoir pas trop hésité et fis demi-tour vite fait pour trouver l’objet adéquat. J’étais probablement autant en transes que les deux filles que je venais d’abandonner pour quelques secondes…

    Le temps de faire l’emplette gratuite (pour une fois en cet endroit !) de ce qu’il me fallait, j’entendis quelques cris et des mots étranges….que je ne pus analyser et comprendre que quelques secondes plus tard lorsque je revins dans l’arrière pièce, lieu de punition et de plaisir ….oui j’avais bien cru entendre quelque chose comme « lèche moi »….

    J’avais posé mon pantalon et mon caleçon et enfilé là où il fallait ce que je venais de dérober sous l’ordre de la patronne, avançant la bite tendue et en avant et pu observer.

    Caroline avait ôté sa culotte et s’était redressée les cuisses ouvertes…la p’tite blonde avait enfoui son visage entre ces cuisses si fines et musclées qui enserraient maintenant son cou et elle obéissait à l’ordre que j’ai vaguement perçu dans la pièce à côté une des mains de Caroline posée fermement sur sa nuque alors que de l’autre main, elle maniait le martinet que j’avais déposé sur le dos de la pénitente, cinglant à tout va ses reins et ses épaules !

    Malgré le plaisir que je sentait monter en elle vu la manière dont elle me parla, elle réussit à articuler de façon suffisamment claire ce que j’avais à faire maintenant…

    « -D’habitude je l’encule avec le manche du martinet…..humps….oui….lèche moi…encore…mieux que ça…. »

    Et vlan que je te fouette encore son dos….

    « -Mais toi, tu peux….ouiiiii….oui…..Ta langue….Tu peux…..Ouiiiii…. ».

    Pas besoin qu’elle m’explique la suite…D’ailleurs elle venait de lâcher le martinet, se servant cette fois de ses deux mains pour enfouir encore plus la tête de la p’tite blonde entre ses cuisses.

    Je saisis les hanches de celle que j’allais sodomiser et redressai son arrière train bouillant à hauteur de de mon sexe…Juste par principe, parce que même dans ces moments là, j’ai quelques principes, je m’enfouis dans son sexe histoire de lubrifier un peu plus le préservatif, arrachant quelques gémissements étouffés avant que de vérifier d’un puis deux puis trois doigts la possibilité d’obéir à qui me l’avait demandé…Certes quelques contorsions du bassin de la p’tite blonde furent une première réponse, mais la pénétration fut aisée…Et ma jouissance bien trop rapide…Mais que voulez vous….

     

    Bref, le délire s’arrête là….mais il faut bien une vraie fin

     

    Je sais j’ai mis pas mal de temps à écrire tout ça, mais des fois je bosse et revenons à la vraie réalité…

    Pas plus tard que ce matin, je suis retourné dans ma pharmacie préférée pour un vaccin conjoint grippe/Covid…Et….une charmante p’tite blonde m’attendait seringues à la main…c’est avec une drôle de sensation dans mon bas ventre que je fermai les yeux lorsqu’elle enfonça les aiguilles dans mon deltoïde…hum…j’aurais presque eu envie de lui dire….mais non que ce reste un secret entre moi et moi…et qui sait si un jour…mais je n’y crois même pas !

     

     

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #90308
    Paulparis
    Participant


    J’irai bien dans cette pharmacie moi…. Cette p’tite blonde m’exciterait 🙂

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com