Chapitre 3. Au service du Duc

Accueil Forums Discussions générales Récits Chapitre 3. Au service du Duc

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #61067
    CorrigeeDelivree
    Participant


    Gabrielle patientait depuis longtemps. Si longtemps qu’elle s’était endormie, assise sur le sol, la tête posée contre un fauteuil accueillant près du feu.

    Elle fut tirée de son sommeil par un léger effleurement sur la joue.

    En ouvrant les yeux elle vit le duc qui se tenait debout devant elle.

    Il avait l’air à la fois attendri et fâché de l’avoir ainsi trouvée endormie.

    A la main il tenait le même fouet avec lequel il l’avait déjà punie la première fois.  Etait-ce avec cela qu’il lui avait caressé la joue ?

    Gabrielle se leva d’un bond, tremblante.

    -Oh maître, il le faut vraiment ? Je regrette tellement vous savez…

    Il avait le regard sombre et le visage fermé.

    -Oui, tu vas le regretter, c’est certain !

    Elle joignit les mains, en le regardant avec les yeux emplis de larmes.

    -Monseigneur, je vous en prie…

    -Pas de cela avec moi ! Je ne me laisserais pas attendrir. Tu sais parfaitement que cette punition est plus que méritée !

    La jeune fille laissa tristement tomber ses bras le long de son corps, résignée .

    -Ensuite tu seras pardonnée et nous passerons à autre chose, ajouta-t-il. Je te garderais à mon service jusqu’à ce que je trouve un nouveau valet de chambre qui me convienne. Cela me permettra de veiller de près à ton comportement…

    Gabrielle regardait le sol en silence.

    -Allons il est tard, finissons-en, gronda le jeune homme sévèrement. Mets-toi à quatre pattes sur le sol et relève-moi cette robe. Dépêche-toi.

     

    Gabrielle obéit, le cœur battant.

    Elle lui tourna le dos avant de s’agenouiller.

    Ensuite elle se pencha en avant jusqu’à poser sa joue sur le sol.

    D’une main elle retroussa sa robe, dénudant ainsi ses fesses et son intimité.

    Comme il ne semblait pas satisfait le duc froissa davantage le tissu afin de découvrir davantage le bas de son dos.

    -Je pense demander à mon couturier de trouver une solution pour maintenir cette robe relevée quand cela s’avèrera nécessaire. C’est vraiment très agaçant tout ce tissu, pesta-t-il.

     

    Gabrielle, la tête au niveau du sol, ne voyait que les bottes du duc et la lanière du fouet qui se balançait au rythme de ses pas.

    Elle la sentit effleurer plusieurs fois sa peau nue en douceur avant que le premier coup ne tombe, lui cinglant brutalement le bas du dos.

    Gabrielle sursauta mais resta silencieuse. Les coups s’enchaînèrent les uns après les autres, sans répit.

    Certains donnés avec force, d’autres plus supportables.

    A chaque fois que le fouet la mordait avec force, la jeune femme tressautait et tout son corps se projetait vers l’avant par réflexe.

    Elle avait de plus en plus de mal à maintenir sa position.  Les larmes lui montèrent aux yeux  et roulèrent de ses joues jusqu’au sol.

    Un long gémissement plaintif lui échappa après un coup plus fort que les autres.

    -Tu sauras que je ne frappe pas de toute la force dont je suis capable, entendit-elle  dans son dos. Je ne veux pas te fouetter au sang ni te torturer, je veux simplement te punir, que le châtiment te soit profitable et permette de te rendre meilleure. Tu comprends la différence ?

    Gabrielle répondit oui dans un hoquet mais vraiment, sur le moment, elle avait du mal à en saisir la nuance…

    Tout au plus avait-elle retenu qu’il ne frappait pas de toutes ses forces…

    Et cela était plutôt effrayant comme aveu. La douleur lui paraissait déjà insurmontable, qu’en serait-il si un jour il se mettait vraiment en colère et usait de toute sa force ?

    Elle en mourrait peut-être ?

    Il lui infligea encore 5 coups bien sentis avant de lâcher le fouet qui vint s’écraser à côté d’elle, inerte.

    Gabrielle soupira, soulagée.

    Mais hélas pour elle, le soulagement fut de courte durée…

     

    -Relève-toi, ordonna le duc fermement. Je n’en ai pas fini avec toi.

    La jeune fille se leva tant bien que mal, ses jambes étaient chancelantes.

    Le jeune seigneur la prit par le bras pour l’accompagner jusqu’à la fenêtre. Elle eut juste le temps d’apercevoir le ciel étoilé avant qu’il ne la contraigne à se courber en appuyant sur son dos.

    Le rebord de la fenêtre était bas, presque au niveau de ses genoux. Gabrielle y posa ses mains, frissonnante.

    -Ecarte tes pieds, relève ta robe et ne bouge pas ! Lui ordonna le duc fermement.

    Gabrielle entendit ses pas s’éloigner en direction de la chambre.

    Mais qu’allait-il faire ou chercher là-bas ?

    La jeune fille tourna la tête vers lui quand elle l’entendit revenir dans la pièce. Il tenait quelque chose dans sa main mais quoi ? Dans la position où elle se trouvait elle ne parvenait pas à voir…

    -Tu vas compter les coups reçus. Deux fois douze. Entendu ?

    Le jeune seigneur n’avait pas attendu sa réponse.

    Presque aussitôt elle entendit  un sifflement dans l’air et une forte douleur s’ensuivit.

    Mais qu’est-ce que c’était ? La douleur était si vive et insoutenable qu’elle eut du mal à articuler :

    -1…

    Un sifflement à nouveau…

    Gabrielle gémit faiblement.

    -2… Oh maître pitié, cela fait trop mal…

    Un nouveau coup tomba avant qu’elle ne termine sa phrase.

    -Tu n’aimes pas ma canne alors ? J’aurais pourtant pensé que le fouet était plus douloureux…

    Du bout de sa canne il la caressa en douceur du bas du dos jusqu’en haut des cuisses avant de lui infliger un autre coup qui la fit gémir de douleur.

    -3-4… Maître je ne sais plus, je…

    -C’est 4 ! Gronda-t-il sévèrement. Mais si tu oublies à nouveau je recommence au début, attention !

    Le duc continua la punition en alternant les effleurements et les coups, parfois mesurés, parfois sévères.

    Gabrielle ne savait plus à quel moment le coup allait tomber ni qu’elle en serait l’intensité…

    La malheureuse pleurait, criait, quand la canne s’abattait sur elle.  A chaque coup tout son corps essayait de s’échapper.

    Ses jambes faillirent la lâcher plus d’une fois mais, forte et docile, elle reprenait à chaque fois son humiliante position.

    Quand la deuxième douzaine fut enfin terminée elle se redressa aussitôt, le visage rougi et baigné de larmes.

    Elle replaça sa robe avec précaution sur son fessier meurtri avant de lever un timide regard embué de larmes vers son maître.

    Il se tenait debout devant elle et tapotait rêveusement le sol avec sa canne sans même la regarder.

    Comme la première fois où il l’avait punie elle se sentait douloureuse, vidée de toutes ses forces. Mais son esprit lui, était apaisé et serein.

     

    Comme le duc ne la regardait toujours pas elle hésita à s’agenouiller devant lui pour implorer son pardon. Mais elle avait été si sévèrement punie qu’elle eut peur de ne pouvoir se relever si elle se mettait à genoux…

    Aussi elle se contenta de chuchoter :

    -Maître je suis tellement désolée…

    Quand enfin il la regarda, elle le fixa fiévreusement, suppliante, cherchant le pardon et le réconfort.

    Il le comprit car il posa sa canne contre le rebord de la fenêtre  avant de s’approcher d’elle.

    En lui glissant un doigt sous le menton il leva le visage de la jeune fille vers lui.

    -Tu es pardonnée Gabrielle. Je ne suis plus fâché contre toi.

    Une larme glissa sur la joue de la jeune fille.

    Il l’essuya délicatement avec un sourire, avant de l’accompagner près d’une bassine d’eau posée sur un meuble. Avec un linge humide il essuya doucement les larmes séchées sur le visage de la jeune fille.

    Reconnaissante elle lui baisa fiévreusement la main avant de la coller contre sa joue en soupirant de bonheur.

    Il portait désormais sur elle un regard presque affectueux et bienveillant.

    Elle se sentit vraiment pardonnée…

     

    Il est tard Gabrielle, dit-il en ôtant sa main doucement. Je suis fatigué. Tu vas maintenant remplir ton nouveau rôle. Aide-moi à me déshabiller.

    La jeune fille frissonna en entendant cela. Elle avait à ce moment-là si envie de se blottir tout contre lui !

     

    Gabrielle déposa délicatement sur le fauteuil les vêtements qu’elle lui avait ôtés un à un.

    D’abord la veste, ensuite le gilet, puis la culotte, les chaussures…

    C’était délicieusement troublant pour elle de pouvoir effleurer de si près ce corps qui l’attirait tant.

    A genoux elle déroula les bas de soie un à un.

    Quand il se retrouva en chemise et caleçon, Gabrielle, brûlante de désir, se leva et recula de quelques pas.  Timidement elle leva les yeux vers son maître. Allait-il remarquer à quel point elle le désirait à ce moment-là ?

    Même ainsi dévêtu, tout en lui respirait force et puissance. Il était si beau !

    -Si tu es si longue à chaque fois que je dois me déshabiller, nous allons passer beaucoup de temps dans cette chambre je crois bien… glissa-t-il en souriant malicieusement.

    -Maître je ne sais pas si je dois… vous enlever le reste ou pas… dit Gabrielle en rougissant violemment.

    Il ôta sa chemise lui-même avant de la donner à la jeune fille.

    Gabrielle se mordit les lèvres. Son désir devenait si puissant qu’il la brûlait toute entière. Cela en était presque douloureux.

    -Dans le meuble derrière toi, tu trouveras mes sous vêtements propres, lui expliqua-t-il avec un petit sourire au coin des lèvres. Prend donc une chemise et un caleçon.

    Gabrielle obéit, le cœur battant. Elle l’aida à enfiler sa chemise propre, laissant glisser ses doigts le long de son corps un peu plus longtemps qu’il n’était nécessaire.

    Ensuite il retira son caleçon et enfila l’autre lui-même.

    Gabrielle avait détourné les yeux, le souffle court.

    -Cela ira pour ce soir Gabrielle. Tu peux aller te coucher.

    -Je ne dois pas rester ici maître ? Demanda-t-elle timidement.

    Il laissa échapper un rire clair qui fit vibrer plus fort le cœur de la jeune femme.

    -Mais non enfin. Dormais-tu dans la chambre de ma sœur quand tu étais à son service?

    -Non, répondit Gabrielle le rouge aux joues.

    -Je m’en doutais oui, dit-il avec un petit sourire. En revanche demain matin, à la pique du jour, tu devras te trouver dans le petit salon à côté. Je t’appellerai à mon réveil. Entendu ?

    La jeune fille opina silencieusement.

     

    Gabrielle sortit des appartements de son maître, profondément bouleversée par toutes les émotions qu’elle avait traversées en si peu de temps. Le frottement du tissu de sa robe sur sa peau si sévèrement meurtrie rendait chaque pas affreusement douloureux.

    Fessée, fouettée, cannée, la jeune fille n’avait pas été épargnée aujourd’hui !

    Mais elle devait bien admettre que c’était plus que mérité au vu du comportement irresponsable dont elle avait fait preuve.

     

    Gabrielle tenait toujours dans ses bras la chemise du jeune seigneur. Son odeur y était imprégnée. Elle porta le vêtement à son nez avec délice, ravie de se dire que désormais elle était sa servante à lui, toute à lui…

     

    #61093
    Gabrielle
    Participant


    Grave sévère le duc dites donc. Mais j’adore cette fiction.
    merci

    je préfère masquée

    #61094
    CorrigeeDelivree
    Participant


    Ah oui tu le trouves sévère ? Elle a quand même bu du vin en douce jusqu’à se saouler avant un repas où elle l’a mis mal à l’aise par son comportement.

    Un comportement difficilement acceptable pour une simple servante…

    Ceci dit peut-être avait-il un peu trop abusé de son vin lui aussi et cela a pu jouer sur la rigueur dont il a pu faire preuve envers elle 😉

    En tous cas je te remercie pour ton soutien ❤

    #61132
    lunapower
    Participant


    moi aussi j’aime beaucoup cette série 🙂 merci @corrigeedelivree ! Vivement la suite!

     

    #61139
    CorrigeeDelivree
    Participant


    Lunapower, merci pour tes encouragements !  Je suis ravie de savoir que mon petit récit te plaît tant.

    J’écris pour moi, pour mon plaisir, mais le partager ici n’est pas si facile alors c’est très agréable d’avoir un retour positif comme le tien ❤

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com