cette fessée … oui mais ?

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée cette fessée … oui mais ?

  • Ce sujet contient 17 réponses, 9 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Anonyme, le il y a 11 mois.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Messages
  • #87158
    Anonyme
    Inactif


    A celles qui mettent sur leur profil “Spankee” et surtout celles qui sont curieuses je précise mes pensées :

    – oui la fessée est prévue

    – oui elle fait mal

    Je demande toujours aux nouvelles que je corrige d’exprimer sur une échelle de 10 le degré qu’elle peut supporter, de même je conviens d’un mot à prononcer qui met fin à sa punition. Je ne tiendrais pas compte des “ouilles” ou autres gémissements tant que ce mot de sécurité ne sera pas exprimé. Je rappelle que le but d’une fessée n’est pas de blesser de torturer une femme ! J’insiste que le plan cérébral  a son importance. Il existe des émotions comme l’attente, la mise au coin, l’exposition donnent aussi le piquant de cette pratique. Le rapport d’age joue aussi. Il m’est normal et nécessaire que je donne la fessée qu’aux femmes plus jeunes que moi.  Ce sont de petites explications sur ma façon de procéder. Aussi si vous avez des remarques ou des suggestions à me faire, je serai heureux d’y exprimer mon point de vue

    #87159
    Doucelune
    Participant


    Comme suggestion :  je précise toujours le degré de douleur non pas maximum que je peux supporter (cela n’aurait pas de sens pour moi, car sur le moment on peut supporter mais quid dû plaisir obtenu et après coup c’est désagréable à l´assise par exemple) mais plutôt la douleur optimale pour que la douleur soit toujours inférieure au plaisir. Ce n’est pas exactement la même chose. Cela ne veut pas dire que cela ne fait pas mal, mais ce n’est pas l’objectif de maximiser cet aspect là.

     

     

    #87183
    Monsieurgigi
    Visiteur


    Pour ma part, j’ai du mal à faire vraiment mal sauf si on me le demande.

    Et je n’ai pas de problème avec l’âge. Je trouve d’ailleurs intéressant d’initier une femme mûre… 😉

    Monsieurgigi : l'essayer, c'est l'adopter !

    #87210
    fesrouges1973
    Participant


    A mon sens le niveau de douleur supporté est subjectif. Il dépend de tant de paramètres. Le moment, l’endroit, la méthode mais aussi la sensibilité de la demoiselle à ce moment précis, son état émotionnelle, son désir ou une certaine conscience de la nécessité, etc.

    Outre la correction purement consentie sur la base d’un nombre de coups selon un barème accepté d’avance, il me semble, pour pratiquer plus précisément, le jeu de la fessée (et d’autres plaisirs associés), qu’il appartient au Spanker d’écouter, de lire et de comprendre aux réactions de la demoiselle, la limite où se situe à ce moment précis, la tolérance à la douleur.

    Charge à lui d’alors passer à la phase d’aftercare ou de, peut être, repousser juste un peu plus cette limite qui, la prochaine fois, pourra être ailleurs, plus haute, plus basse.. bel intérêt que de le découvrir à chaque fois.

     

    #87285
    Efficace
    Participant


    C’est l’éternel débat sur la fessée “punitive” ou “érotique”, bien que les deux aient toujours une orientation du deuxième type. Mes quelques expériences dans le domaine m’inclinent à penser qu’une femme ressent souvent le besoin d’éprouver une certaine forme de douleur afin de crédibiliser la pratique. L’aspect régressif la ramène sans doute à l’époque où enfant ou adolescente elle “payait” ses bêtises sur les genoux de ses parents, lesquels lui faisaient comprendre que l’on ne badine pas avec l’interdit. L’utilité du dialogue sert aussi à rassurer la future fessée, mais il n’est pas rare une fois la correction commencée que la “patiente” veuille pousser les choses plus loin en encourageant le fesseur à corser la correction soit en claquant plus fort, soit en se servant d’un accessoire adapté à la fonction, (ceinture, martinet etc…). Notre pratique est plurielle, à nous de nous adapter… La femme reste et restera toujours “Terra incognita”, le continent à explorer.

    #87326
    Paulparis
    Participant


    Je n’aime pas les scénarios prévus à l’avance. La sévérité de la fessée dépendra d’un tas de paramètres qui vont se déclarer pendant la punition. Le degré de résistance ne se prévoit pas non plus et comme exposé ci-dessus dépendra du contexte, du moment, de l’excitation de la demoiselle qui sera alors plus ou moins prête à aller plus loin… C’est au Monsieur de sentir les réactions de sa partenaire, de comprendre que le “ouille” veut dire encore, que le corps qui se trémousse est un appel à fesser plus fort… ou au contraire que le désir de s’arrêter là est exprimé. Je n’ai jamais mis en place un “safe word”, mais je ne crois pas avoir été jamais au delà du raisonnable. Et la notion de raisonnable dépend de chacun.

    Alors évidemment, on se comprend mieux avec la complicité qui naît de plusieurs rencontres. La première fois, je suis plus prudent, plus à l’écoute, moins intuitif… et peut être que la fessée sera décevante pour ma partenaire car plus retenue. Mais c’est le risque à courir pour éviter la pratique excessive qui laissera un très mauvais souvenir

    #87329
    fesrouges1973
    Participant


    Très beaux Mots Paul que je partage entièrement! et agir autrement devrait faire fuir les fesses les plus volontaires!

    #87342
    lunapower
    Participant


    Encore une fois je suis d’accord avec toi @paulparisfr

    Je trouve tout à fait ridicule cette idée d’échelle pour plusieurs raisons la douleur est quelque chose de très subjectif d’une personne à l’autre! Et même sur une même personne le seuil de tolérance peut varier d’un moment à l’autre selon ses émotions, son état physiologique (je pense à une amie à qui j’avais donné une fessée pendant ses règles et qui était vite arrivée à sa limite) et ses envies du moment.

    Il est toujours intéressant de savoir pour les demoiselles ayant déjà expérimenté la fessée si elles préfèrent une petite fessée ou une vraie grosse fessée, de l’écouter un peu parler de ses expériences mais ce n’est en aucun cas une science exacte! Pour moi une fessée se construit pendant la fessée selon les réactions physiques, verbales de ma partenaire et je préfère donner une fessée un peu moins forte qu’elle aurait souhaitée que lui faire réellement mal.

    Après je ne suis pas contre flirter ou dépasser légèrement les limites de ma partenaire de lui coller une vraie bonne fessée mais ça exige une assez bonne connaissance de l’autre

     

     

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #87350
    Doucelune
    Participant


    quand je disais donner une échelle de douleur je parlais de sur le moment « non attends cette claque est trop forte et désagréable » «  non là c’est trop mou » la première fois est souvent un essai et ensuite plus besoin d’en parler.

    quant à petite ou vraie grosse, je trouve ça ridicule, déjà il y a pléthore des possibilités entre les deux, ni petite ni grosse mais 50 nuances de « normale ». Quant à dépasser les limites de sa partenaire, je n’en vois aucune utilité, à moins qu’elle l’ai expressément demandé ayant gagné en endurance…

    de la même façon distinguer érotique et punitive n’a aucun sens pour moi trouvant la punition très erotique.

    #87355
    Paulparis
    Participant


    . Quant à dépasser les limites de sa partenaire, je n’en vois aucune utilité, à moins qu’elle l’ai expressément demandé ayant gagné en endurance… de la même façon distinguer érotique et punitive n’a aucun sens pour moi trouvant la punition très erotique.

    D’accord avec vous le le second point ce )-dessus, c’est à dire que moi aussi je pense que la fessée punitive a forcément une connotation érotique, dans la mesure ou elle est consentie (préalable évidemment indispensable) et donc s’intégre dans une dimension plaisir. Ensuite, il peut y avoir des fessées données pour punir et d’autres en préliminaires aux malins.

    En revanche, le dépassement des limites est quelque chose d’assez important pour moi. C’est un élément qui amène à l’orgasme car c’est la logique du “lâché prise” que de s’abandonner à son partenaire et donc de le laisser aller au delà de ses limites. Difficile à dire avec des mots… mais c’est ainsi que je l’ai maintes fois ressenti.

     

    #87359
    BadCristou
    Participant


    Tout à fait d’accord avec fesrouges, donner une fessée n’est pas une science exacte, et dépend de plein de paramètres, il faut être le plus à l’écoute de sa partenaire, car une fessée peut être ressentie différemment selon comme elle a été donnée

    #87361
    lunapower
    Participant


    quand je disais donner une échelle de douleur je parlais de sur le moment « non attends cette claque est trop forte et désagréable » « non là c’est trop mou » la première fois est souvent un essai et ensuite plus besoin d’en parler. quant à petite ou vraie grosse, je trouve ça ridicule, déjà il y a pléthore des possibilités entre les deux, ni petite ni grosse mais 50 nuances de « normale ». Quant à dépasser les limites de sa partenaire, je n’en vois aucune utilité, à moins qu’elle l’ai expressément demandé ayant gagné en endurance… de la même façon distinguer érotique et punitive n’a aucun sens pour moi trouvant la punition très erotique.

    Je suis entièrement d’accord pour la différence entre érotique et punitive, c’est souvent juste l’introduction ou le motif qui change.

    Je parlais pour des partenaires différentes, il est intéressant de savoir si elle est plutôt douillette ou plutôt endurante ce qui est je pense plus objectif  et représentatif qu’une échelle. Le 8 d’une pouvant être le 3 d’une autre et inversement.

    Quant au dépassement des limites je rejoins Paul, c’est ce que certaines personnes recherchent ! Une forme d’abandon, d’acceptation… Et ce n’est pas quelque chose qui se quantifie en nombre de claques et il y a souvent une grande part psychologique

    https://lesaventurescuisantesdecamille.blogspot.com/

    #87362
    Doucelune
    Participant


    Pour ma part aller au delà des limites choisies aurait tendance à le bloquer justement ce fameux orgasme. Dire que les dépasser provoque un orgasme concerne peut être des personnes mais ce n’est certainement pas mon expérience.  Il ne faut pas tout mélanger , j’atteins parfaitement aussi le lâcher prise sans avoir à dépasser les limites. L’abandon vient plus facilement d’ailleurs si on a totalement confiance en le partenaire, et donc que l’on sait qu’il ne les dépassera pas justement… ce n’est que mon point de vue.

    #87363
    Doucelune
    Participant


    J’ajoute que ce serait vraiment triste si on ne pouvait attendre l’orgasme qu’en ayant très mal (vu qu’on a dépassé ses limites).

    #87364
    fesrouges1973
    Participant


    Parfaitement d’accord avec Doucelune, mais encore une fois une idée très personnelle. Je pense que le plus important réside dans la communication verbale et non verbale. La fessée est-elle toujours une affaire de punition? pas dans mon esprit.. et je viens d’en faire un récit que peut être vous lirez. Il existe de multitudes de raisons d’accéder à ce plaisir COMMUN. Et d’ensuite l’explorer… L’orgasme est-il un but en soi? à mon avis non. Le bien être, celui qu’on a après un orgasme, peut aussi se trouver sans orgasme sexuel, à mon sens.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com