Camille & Desiré – Chapitre 8 – La fessée du matin

Accueil Forums Discussions spécialisées Ageplay Camille & Desiré – Chapitre 8 – La fessée du matin

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #84095
    Victor
    Participant


    Chapitre 8 – La fessée du matin

    Je fis un pas en arrière. Je me pétrifiai. Et je demandai, intimidée :

    • Mais pourquoi Daddy ? Je n’ai rien fait. 
    • Justement Camille. Justement. Je veux que tu continues de rester sage. Alors, je vais te donner une petite fessée. Tu auras les fesses roses et qui piquent un peu. Comme ça, tu sauras que si tu échoues à être une gentille petite fille, toi aussi, tu auras droit au martinet et à la brosse en bois. Compris ?

    Qui dirait non ? Une masochiste en manque. Je n’avais pas vraiment le choix. J’inclinai la tête pour dire oui, mais le coeur n’y étais pas. 

    • Tu me donnes la main Camille ?

    Je la lui tendis. Il referma ses phalanges sur les miennes et me remit une tétine entre les lèvres pour que je ne parle pas. On retourna dans la chambre. Je le suivais toute nue. À cet instant, j’aurais bien aimé avoir moi aussi un Doudou pour me rassurer. Alors je tentai, en gardant ma sucette en bouche : 

    • Daddy ?
    • Oui, Camille ?
    • Je pourrais avoir un nounours moi aussi, s’il te plaît ?
    • Tu veux un Doudou rien que pour toi ?
    • Oui, Daddy. 
    • C’est d’accord, ma petite puce. On ira t’en chercher un après la fessée.

    Je n’osai le regarder, même pas pour lui répondre un timide « merci » sans quitter ma tétine. Je ne pensais vraiment pas devoir recevoir une nouvelle fessée ce matin. Je n’en avais pas envie. Et j’avais du mal à le laisser décider. J’avançais doucement. Je préférais être toute nue dans le couloir en tétine plutôt que de me faire rougir les fesses sans raison punitive. Et je crois que mon comportement irrita un peu Daddy. Il haussa le ton :

    • Camille… Tu veux que je t’envoie au coin, au lieu de te féliciter après la fessée ?
    • Nonnnn !!!
    • Tu ferais mieux de faire attention à tes intonations.
    • Mais Daddy ! S’il te plaît. 
    • Camille !

    J’hésitai. Continuer, le faire monter dans les tours et prendre une sérieuse trempe de bon matin. Ou alors, rester une petite fille modèle et accepter quelques tapes sur ma peau rebondie. Ça m’exciterais bien de tester maintenant ma peau toute douce avec ses instruments. J’aurais bien aimé connaître le feu d’une correction. Dilemme. Effronterie ? Sagesse ? J’avais osé réclamer un doudou tout neuf. Il avait accédé à ma requête   Il ne fallait peut-être être pas trop abuser. Allez ! Je décidai de rester correcte pour avoir ma peluche. Je jouerai les vilaines plus tard. Je repris une marche normale et suivis Daddy vers mon lit qui avait été fait. 

    Je dus m’assoir dessus puis basculer sur le dos. Daddy me releva les jambes et je dus attraper mes genoux. Il avait ainsi une vue bien dégagé sur mon minou tout doux, et même sur le trou de mes fesses. Je n’angoissais plus. Je rêvais aux bêtises que j’allais bien pouvoir faire ce matin. Je pensais au moment où j’allais être copieusement grondée et à l’annonce de la correction que je recevrai ensuite. Je m’évadais. Je m’excitais. Je ne sus si cela c’était vu. Qu’importe !

    Il s’assit à côté de moi, tenu mes cuisses relevées et entreprit de me fesser. Il y alla tout doucement. Il me chauffa bien le derrière. Je dégustais cette petite fessée. Une certaine chaleur s’installa. Excitée, je contractai et décontractai les fesses. Je crois que naturellement mon petit orifice s’assouplit alors que je crois, un peu d’élixir s’évadait de mon intimité. Il me mît quelques claques sur l’anus. Je gémis. J’aimai cette découverte. Il s’en rendit compte. Il durcit sa frappe. Il accéléra le rythme des claques. Je commençai à battre des mollets. Il continua encore. Je ne tenais plus mes jambes. Et il finit par une claque, bien forte, main bien ouverte, sur ma cuisse froide. 

    Il me releva. Il m’obligea à ouvrir les cuisses devant lui, mains dans le dos. Il me fixa. Il attendit un geste d’approbation. Je baissai la tête et la relevai. Il plaça sa main sous moi. Il me questionna sans détour :

    • Tu mouilles ?

    J’hésitai : mentir ? Ou avouer ? J’avais dis que je ferais des bêtises plus tard. Il allait forcément contrôler. « Respecte-toi donc, Camille », me disais-je. 

    • Daddy, oui, je mouille. 

    Cette réponse renforça mon excitation. Il posa sa main sur ma chatte. Il la frotta d’avant en arrière. Bref, il me masturbait. Grrrrrr. Il l’enleva :

    • C’est bien vrai, vilaine !

    Il cessa et me claqua vivement la chatte sans me quitter du regard. Je sursautai et quémandai du regard une séance de prolongation en attendant d’être en meilleure posture pour demander une séance de tirs au but. 

    • Allez ! Habilles-toi, ma chérie. Nous avons des achats à faire. 

    Ce salopard me laissa sur ma faim. J’obéis. Germaine avait sorti une tenue pour moi : une large culotte bien couvrante et fuchsia, une brassière assortie, des bas blancs en épais coton à rayures bleues, une mini jupe bleue, un chemisier blanc, un sweat gris, un petit bonnet. Habillée, Daddy vérifia ma tenue, et me prit par la main pour aller au magasin de doudous.

    #84106
    louviere
    Participant


    Magnifique texte comme d habitude, trop d avoir la suite à chaque fois…une chipie impatiente.

    Louviere

    #84151
    Lily18
    Participant


    j’adore

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com