Avez-vous déjà vécu un petit raté ?

Accueil Forums Discussions générales D/s Avez-vous déjà vécu un petit raté ?

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 44)
  • Auteur
    Messages
  • #16491
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    On parle toujours des fois où tout se passe comme prévu. Mais parfois on subit la loi de Murphy ou l’effet papillon de plein fouet ! :p
    Racontez-nous un raté, un objet oublié à l’hotel (comme mon martinet chéri, ou mon paddle adoré), un imprévu, un effet inattendu…

    Bon, par exemple, je vous laisse le témoignage d’un pauvre loup ayant essuyé les caprices du hasard:
    ***

    Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y était…

    Dans la chambre de cet hôtel de luxe, elle est attachée, les yeux bandés, nue sur ce bureau en bois.
    Son torse est plaqué contre le plateau, contraint par un ruban extensible enroulé sur plusieurs tours autour de sa taille et du bureau.
    Chacune de ses jambes est solidaire d’un pied du bureau, elle ne peut pas bouger, sa croupe et son sexe sont offerts, accessibles et disponibles.
    Son cul est brulant, zébré par les morsures du martinet que je tiens à la main like a big bad wolf.
    J’écarte ses fesses, dévoile son œillet et, en m’approchant de son oreille, je lui murmure :
    « Mademoiselle vous êtes à moi, toute en mon pouvoir, je viens de choisir un nombre, vous allez compter doucement à voix haute et quand vous aurez atteint ce nombre, je vous sodomiserai parce que je l’ai décidé ainsi ».
    En prononçant ces mots je glisse la main dans ma poche pour en retirer le précieux préservatif, complice de ma larcin à venir.
    Et là ! je réalise que j’ai oublié les préservatifs dans la voiture garée sur le parking.

    Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y était…

    Après une analyse froide de la situation, je lui dis de continuer de compter et je me dirige à pas de loup vers la porte de la chambre qui se referme derrière moi pendant que je m’éloigne dans le couloir en entendant sa voix : « 39, 40, 41 »

    Au bout du couloir, je croise une petite vieille qui me regarde à peine tellement elle fixe ma main droite.
    Je réalise alors que je tiens toujours le martinet et, pour sauver les apparence, je lui lance poliment avec un air concerné : « Vous n’auriez pas vu un gros chien vraiment désobéissant, Madame ? » (Un grand méchant loup sait gérer ces situations embarrassantes and I’m a big bad wolf).
    La mémé me répond que non pendant que je m’éloigne vers les escaliers en faisant mine de chercher le cabot.
    Dans les escaliers, j’enfonce aux forceps le martinet dans mon pantalon et franchis les dernières marches qui me séparent du grand hall en claudiquant pour éviter de désintégrer une de mes testicules qui est tassée contre le manche.
    En bas, je fais un large sourire à la petite réceptionniste qui me regarde traverser le hall avec un air carnassier malgré cette démarche un peu ridicule qui trahit que je suis à l’étroit dans mon pantalon.

    Je file vers le parking en direction de ma voiture où m’attend la précieuse boite de condoms.
    Au moment d’ouvrir la portière, je réalise que, merdemerdemerde ! j’ai laissé les clés de la voiture dans la chambre ! En foutant un coup de pied magistral dans le pneu de ma caisse, je repars en direction du hall que je retraverse en tentant d’arborer le sourire décontracté du big bad wolf à l’intention de la réceptionniste qui me sourit en retour.

    Je reprends les escalier en sens inverse en prenant soins d’éviter l’explosion de mes testicules de canis lupus et me redirige à la hâte vers ma chambre.
    Là, j’entends à l’intérieur une voix qui compte ; « 219, 220, 221 »
    Je tourne la poignée mais dans vide. P’tain ! rugnudjuuuudebordeldemerde ! la clé ! J’ai laissé cette p’tain de clé magnétique à l’intérieur de la chambre.

    J’entends une voix dans la chambre qui dit: « c’est vous Maître ?». J’ai peur qu’elle panique alors je tente de la rassurer à travers la porte. Je lui réponds en essayant de rester discret que c’est bien moi, que je vérifiais juste qu’elle comptait toujours et que je vais bientôt rentrer.

    Et je repars vers les escaliers avec ce maudit martinet qui me mâchouille l’entrecuisse.
    Je les dévale avec difficulté et en arrivant en bas, la couture intérieure de mon pantalon craque avec un son sec en exhibant le bout du manche du martinet.
    Je respire trois fois et je rejoins le comptoir de la réceptionniste en maintenant discrètement le martinet avec la main droite pour éviter que le trou dans mon pantalon ne s’agrandisse.
    Sophie, c’est le nom que je lis sur le badge, est en train de parler avec la mémé que j’ai croisée à l’étage tout à l’heure et qui me dévisage bizarrement.
    J’explique à Sophie ma déconvenue, elle me fait une autre clé magnétique et je file comme un lavement à travers le hall vers les escaliers.

    Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y était..

    Quand j’entre dans la chambre, elle en est à 465, j’enlève tout de suite cette saloperie de martinet pour désentraver ce qui me reste de testicules. Je lui dis que c’est bien, qu’elle est très très sage. J’attrape discrètement les clés de la voiture dans la poche de ma veste, je pose une main sur son sexe, c’est bon, elle mouille toujours ! Je lui dis que je reviens de suite et refranchis la porte en direction des escaliers alors qu’elle attaque les 500.

    En bas, je repasse devant Sophie avec le sourire du big bad wolf qu’elle commence à connaître et, en arrivant sur le perron, je détale vers ma voiture pour récupérer cette satanée boite de préservatifs !!!!
    En retraversant le hall avec mon trophée dans la main droite, je me sens tellement immortel que je l’agite en l’air en faisant un clin d’oeil à Sophie.
    Je reprends les escaliers quatre à quatre et j’arrive devant la porte de la chambre, j’entends: 887, 888, 889.
    J’ouvre la porte. « C’est vous Maître ? » dit-elle avec un air inquiet.
    Je luis réponds que c’est moi, en m’approchant lentement comme un violeur des bois.

    « c’est un peu long, vous avez choisi quel nombre pour m’enculer, Maître ? » Je la sens un peu perturbée et dubitative. En constatant mon érection défaillante, je réalise que je suis moi-même un peu contrarié.
    Je lui réponds que le fameux nombre est pour bientôt alors qu’elle est sur le point d’attaquer son premier millier.
    Après une nouvelle analyse froide de la situation, je surmonte mon dépit et j’attrape le martinet comme s’il était un Saint Graal au bout de la planche de mon salut. En soupirant, j’entreprends alors de dérouler le préservatif le long du manche.

    Et, au moment où je pointe ce spectre encapuchonné sur l’œillet de ma prisonnière, une sonnerie stridente me fait sursauter. C’est le téléphone.
    J’attrape le combiné sur la table de chevet. C’est la réceptionniste, elle me dit qu’elle a eu une réclamation d’une vieille dame et que les chiens sont strictement interdits dans l’hôtel. J’essaye de lui expliquer que c’est un terrible malentendu mais elle me répond qu’elle est désolée, qu’elle fait juste son travail, que son patron est en train de monter pour me voir dans ma chambre et elle raccroche.

    Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas. Si le loup y était…

    Au moment où les trois coups résonnent sur le porte, je m’assois lentement sur le lit, elle en est à 1129. J’ai le combiné dans la main droite et dans la main gauche, je tiens le martinet sur le manche duquel se balance un préservatif, la fille me demande si elle doit toujours continuer à compter.

    J’ai un p’tit coup de mou, là. Je repartirais bien dans ma forêt chérie.
    Si c’est les chasseurs qui viennent de frapper à la porte, je leur dirai simplement que tout va très bien et que je veux manger personne… like a big bad wolf.

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #16496
    Anonyme
    Inactif


    Non sérieux Monsieur le big bad wolf ? Je rigole mais je rigole ?

    #16522
    Christal
    Maître des clés


    J’ai adoré. J’ai même interrompu mon homme pendant sa lecture des rois maudits pour lui conter votre histoire de loup ?

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #16529
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Oui mais toutes les deux, Christal et Héléa, plutôt que de vous bidonner sur le sort de ce pauvre loup abandonné par la providence, vous ne nous avez pas narré “un petit raté” !

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #16530
    Anonyme
    Inactif


    @monsieurmechant : Reconnaissez qu’à votre façon de le raconter, nous étions obligée de rire 🙂

    Sauf votre respect, bien sur…

    #16536
    Bertrand
    Participant


    Monsieur méchant difficile de passer après un tel récit. Ça ferait une très bonne scène comique : j’ai beaucoup ri! (J’admire la patience de cette jeune femme)

    #16568
    Christal
    Maître des clés


    @monsieurmechant : Rien de raté pour ma part pour le moment du coup. Ca signifie peut-être que j’essaie pas assez de choses… Du coup, je préfère rire de ce que vous écrivez ;D

    Rien n'est acquis, tout est fragile...

    #16569
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    @christal, Mademoiselle, il faut essayer plus de choses alors… ;D

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #16681
    Monsieuralex
    Participant


    Je suis écroulé de rire!!! Ést-ce vraiment vrai Oû une fiction???

    Tres Tres drôle en tout cas et, pour moi, l’autodérision est une immense qualité , chapeau bas monsieur

    Monsieuralex, fesseur nantais

    #16715
    Fraise Des Bois
    Participant


    Pauvre Loup et pauvre fille surtout ! Quelle angoisse ! Oser le “c’est vous Maître, à travers la porte, elle a du cran ! Et si au lieu de l’affreux @monsieurmechant, ça avait été la femme de chambre ou piiiire ! le patron de l’hôtel ? J’adore ! Mais je n’aurais jamais osé.

    Sinon pour le récit, c’est magnifique ! Par contre, il faut à tout prix nous dire la fin de l’histoire ! Que s’est-il passé après ? Il est venu le gars ? avant le 1200 ?

    Pour ce qui me concerne, j’ai eu un raté il y a quelques années, dans une chambre d’hôtel aussi. Je n’avais pas perçu que ma chambre faisait l’angle avec la chambre d’à côté (deux chambres en L quoi, chacune de chaque côté de l’angle), et que donc, si je n’avais pas de vis à vis direct “à l’horizon”, j’en avais un sacré de biais, avec ladite chambre. Sauf que je n’ayant pas fait attention à cela, et nous n’avons pris la peine de tirer le rideau. J’ai reçu sur ce canapé, juste en regard de cette fenêtre, une fessée dans les formes. A la main, au martinet, et à la ceinture, à genoux dans le canapé, mains sur la tête, mon derrière directement en proie au vis-à-vis de la chambre que bien entendu, de jeunes gens pas très fins occupaient (ils devaient être à peine majeurs, compte tenu de leur vocabulaire).

    Ils nous ont laissé aller au bout de la séance (ou presque). A la fin de la fessée, j’ai entendu tambouriner à la porte de ma chambre… et me faire traiter de tous les noms par cette bande de d’jeunes que j’avais sans aucun doute excités. C’était horriblement gênant. D’autant que question classe, vraiment, c’était pas ça. Au bout d’un moment, comme ils ne se calmaient pas, je suis allée de l’autre côté de la porte (sans l’ouvrir évidemment) et je leur ai dit “bon, ok, c’est bon, les gars, vous avez pris votre pied, maintenant allez vous coucher”. Ca a suffi. Ils sont partis. Je restais dans cet hôtel plusieurs jours (j’étais en déplacement professionnel)… Tout ce que j’espérais c’était 1. que je ne les croiserais jamais, et 2. que l’accueil n’avait pas été mis au courant. Heureusement, aucune de ces deux options ne s’est réalisée.

    C’était juste affreux. Autant vous dire que niveau excitation, ça m’a séchée, si j’ose m’exprimer ainsi… Et Waldo aussi d’ailleurs 😀 Bon on a recommencé rapidement après cet incident, mais depuis, je suis une parano des rideaux tirés !

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #16718
    Monsieur Méchant
    Maître des clés


    Alors La Fraise, je compatis pour cette mauvaise expérience. Il m’est arrivé plusieurs fois de me faire “gauler” mais c’est agréable seulement avec un public approprié. Dans ton cas, ce n’était pas le cas…

    Allez, j’en décris une !
    Je revenais de Cadaques (un magnifique village espagnol où vivait Dali, pour ceux qui aiment la peinture).
    J’étais avec une vilaine que j’avais éduquée pendant tout un week-end et j’avais dans une “valise au trésor”, tous mes jouets…
    Forcément, nous avons été arrêtés par la douane volante, ma voiture n’était pas discrète.
    Ils m’ont demandé d’ouvrir le coffre et forcément d’ouvrir les valises.
    Je pressentais ce qui allait arriver et me suis exécuté.
    Elle? elle était terriblement mal à l’aise.
    Au moment où ils ont ouvert la valise d’alibaba, j’ai pris un air un peu concerné et j’ai dit: “Heu, ça? c’est pour elle, elle a été très vilaine…”
    Le gars a souri, ma complice était de la couleur d’une pivoine…
    moi, j’étais aux Anges !

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #16719
    Fraise Des Bois
    Participant


    <3 Mais ça, c’est quand ça se passe bien… dans mon cas, je n’ai pas trouvé de complices, mais des merdeux voyeurs et vulgaires 🙁

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

    #16736
    Anonyme
    Inactif


    @fraise : je crois que c’est la crainte de chacune ce qui t’es arrivé. Tu leur a envoyé ce qu’il fallait leur dire.


    @Monsieurm
    échant : Quand même, fallait oser….

    #16932
    iioko
    Participant


    Aaaah mais ça doit être terriblement la honte à la douane O.o
    M’enfin c’est quand même plus rigolo que l’histoire de Fraise… Les gens jaloux sont bêtes et méchants !
    Bref ce topic me fait penser à un fail, il y a quelques années où je fréquentais un ami qui habitait comme moi chez ses parents, on avait pris l’habitude de se retrouvez la nuit dans un parc parisien fermé mais avec un endroit facile à escalader…
    C’est la fin de l’été, il doit être minuit, on est bien installés sur un banc (enfin moi pas trop vu que je suis allongée sur ses genoux, la robe relevée et la culotte au pied du banc), quand en plus des claquements un autre bruit s’invite dans la partie : des aboiements et un magnique « qu’est ce qui se passe ici »
    C’est ainsi qu’on a appris qu’il y avait parfois un gardien avec un chien dans ce parc, mais aussi qu’heureusement ledit chien est tenu en laisse parce qu’on s’est enfuis en courant comme jamais…
    RIP petite culotte abandonnée et jamais revue…

    #16951
    Monsieuralex
    Participant


    Ouah….!!! Gros coup de stress le chien et le gardien!
    Il n’y a pas que les fessee qui devaient être rouges apres cette course! ?

    Monsieuralex, fesseur nantais

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 44)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com