Auprès de mon feu…

Accueil Forums Discussions générales Récits Auprès de mon feu…

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Auteur
    Messages
  • #59580
    Eva
    Participant


    Nous n’avons pas toujours besoin de raison. Juste un regard et un geste du menton. Nous y allons?
    Oui…
    -Je vais t’attacher.
    Je sais.
    Je vais l’attendre nue. Pas longtemps, juste le temps de me demander quelle est la suite prévue pour moi.
    Je suis assise sur le lit perdue dans mes pensées. C’est sa main dans mes cheveux et sa poigne ferme qui me sortent de ma rêverie en me descendant au pied du lit.
    A genoux devant le miroir, les mains sages derrière le dos, je ferme les yeux. Cette pudeur envers mon propre corps dans certaines circonstances me laisse perplexe. Mon regard me fuit. Je ne cherche que le sien.
    Il ouvre le premier tiroir de la commode, je repère le bruit de la glissière, et de la chaîne tintant sur le bois.
    Je sens alors se poser sur ma gorge mon collier. Il le serre et l’ajuste, tourne sa boucle entre ses doigts et le replace autour de mon cou. J’entends l’ouverture du mousqueton de la laisse et clic : le bruit de l’accroche. Je suis enlaissée.
    Il se saisit alors de mes poignets , me passe mes bracelets rouges, et les relie par une chaînette. Il fait de même avec mes chevilles. A chacune son bracelet, et entre : ce lien qui les unit.
    Le métal froid de la laisse vient alors se poser le long de ma colonne vertébrale. Il la passe entre les poignets, remonte et me verrouille les mains bien haut au creux du dos.
    Je sens dans mon cou son sourire satisfait et sa main passer sur la pointe de mes seins.
    -j’aime voir tes seins comme ça.dit il en en torturant la pointe entre ses doigts.
    Je crispe la mâchoire.
    Ah si je pouvais bouger…ma main serait déjà venue les protéger. Garde les yeux fermés petite ou ils vont jeter des petits éclairs.
    Je sens une tension au creux des reins et il me fait me relever et me placer allongée sur le lit. Vu que je suis entravée, je sens le tissu frotter ma joue et mes seins.
    Ça m’excite au plus haut point.
    Je me rends compte que j”ondule, pour frotter mes cuisses l’une contre l’autre.
    C’est son doigt ferme sur mon anus qui me fait m’arrêter. Je prends conscience alors que je suis totalement a sa merci.
    Il va entre mes cuisses chercher ma mouille et l’etale sur mon cul.
    -hum, ça t’excite ?
    Je rougis de gêne et fourre ma tête entre les draps.
    Sa main dans mes cheveux, il répète sa question
    -ça t’excite?
    -oui.
    Il passe alors devant moi, se saisit de mon menton, me fait le regarder droit dans les yeux et dit:
    -Je vais te fesser au martinet et je ne veux pas t’entendre.
    Je sens alors la dentelle de ma culotte forcer mes lèvres et pénétrer dans ma bouche jusqu’à la remplir.
    Me voila réduite au silence mais mes yeux parlent.
    Je me sens petite femelle docile et apaisée alors que mon corps brûle déjà d”un feu intérieur.
    Telle une chatte couchée devant mon feu.
    Lorsque je sens les lanières de cuir cingler ma fesse je sursaute, il enchaîne rapidement et, fort. Là où les lanières cinglent plus fort, cela me fait comme une décharge qui paraît recharge, j’ai mal mais je m’en fiche. Je pense a cette douleur et je me galvanise, j”aime ça.
    Je tends la croupe et mes reins, exposée, impudique, offerte.
    Je me love dans notre odeur et ce coton intérieur.
    Mon feu est ronronnant, rougeoyant, des langues de feu me lèchent, ses caresses m’attisent puis m’apaisent…enfin.pour quelques minutes du moins.sourire.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 2 semaines par Eva.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #59582
    Lord Stephen
    Participant


    Magnifique @evaeyes !

    Un petit brin de perversité, juste un petit soupçon, qui rend votre récit plutôt excitant…

    Vos mots permettent parfaitement à notre esprit de visualiser la scène comme si nous en étions spectateur.

    Merci.

    Un homme n’est rien sans une grande femme à ses côtés.

    #59583
    anatole
    Participant


     

    Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

    #59591
    lunapower
    Participant


    Hum c’est délicieux 🙂 Voici un joli conte au coin du feu!

    #59596
    Eva
    Participant


    @lordstephen oui effectivement, un zest de perversité…et je vous assure que tout se joue dans le regard au moment de l’insertion de la culotte dans la bouche😋

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #59597
    Eva
    Participant


    @lunapower…whopopop..c’est pas un conte celui là 😉mes fesses s’en souviennent trop.

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #59599
    Biloba
    Participant


    Toi qui souhaitais une histoire calme avant d’hâler au Plume,

    Te voici en nAge de bronze au soleil de pleine lune…

     

    #59625
    Paulparis
    Participant


    Bravo Mademoiselle @evaeyes. C’était très joliment rédigé. Félicitations !

     

    #59652
    Dyonisos
    Participant


    j’adore le feu et l’allumer encore plus. Récit très excitant qui sent le vécu ou alors une grosse envie de se brûler o:)

    je suis comme vous passionné par la fessée donnée et reçue et tout ce qui tourne autour de ce fantasme.

    #59668
    Anonyme
    Inactif


    Comme toujours magnifique récit @evaeyes qui attise mon propre feu, merci.

    #59697
    SandrineG🍑
    Participant


    Doux brasier…merci pour ce partage…

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" ;-)"

    #59726
    Eva
    Participant


    Merci @laurette et @19-11 pour vos commentaires. Je suis ravie que mon feu attise votre flamme aussi les filles.😘 Et meilleurs vœux !

    Se révèle être "comme une boule de flipper,qui roule qui roule...".

    #59730
    Badine79
    Participant


    Superbe eva merci

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com