À la forêt des singes.

Accueil Forums Discussions générales Récits À la forêt des singes.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #24067
    francois-fabien
    Participant


    Allez, tiens, un peu d’humour!

    Depuis des mois Jeanne rêvait d’une fessée « comme ça »
    – Pas vraiment en public, non, tu vois, mais quand même dehors. Assez loin des gens, mais pas trop loin non plus. Qu’on puisse les entendre, savoir qu’ils sont là, se dire qu’il y a un risque, qu’on sait jamais.

    On avait eu des occasions On en avait suscité d’autres, mais toujours, au dernier moment, une circonstance imprévue nous avait empêchés de mettre notre projet à exécution.
    Quand, le mois dernier, enfin… On avait décidé de profiter de l’extraordinaire douceur de ce samedi d’Octobre. Rocamadour d’abord. Puis, dans l’après-midi, la forêt des singes. Des macaques de Barbarie vivent là, en liberté, sur vingt hectares, répartis en trois groupes qui guettent les visiteurs pour les détrousser des pop corn dont ils ont fait provision à l’entrée.

    Il est en principe formellement interdit de s’aventurer hors de l’artère principale qui mène d’un groupe à l’autre, mais les sous-bois, touffus à souhait, exerçaient sur nous un irrésistible attrait. Un coude… Personne en vue. On s’y est engouffrés. On s’est éloignés J’ai doucement attiré Jeanne vers moi, plongé mes yeux dans les siens
    – Ici ? Maintenant ? Tu veux ?
    Elle voulait, oui, elle voulait. Comment elle voulait ! J’ai pris appui sur un rocher, je l’ai couchée en travers de mon genou, j’ai retroussé la robe, j’ai baissé la culotte jusqu’à mi-cuisses et j’ai commencé à « œuvrer ». Comme elle aime. À rythme lent, soutenu, appuyé.

    La fessée avait pris son rythme de croisière quand j’ai soudain eu l’impression que quelqu’un nous observait. Je me suis retourné. Effectivement, un macaque nous considérait avec curiosité. Et un intérêt évident. On a ri et j’ai continué. Un autre. Un troisième. Une dizaine bientôt qui se sont rapprochés, qui nous ont entourés. L’un d’entre eux a tendu la main vers le derrière de Jeanne, a fait mine de m’imiter. Hou là ! Ça prenait une drôle de tournure. Mieux valait battre en retraite. Ce qu’on a fait en toute hâte, escortés par une horde hurlante et gambadante de macaques qui nous serraient au plus près.

    La « route » et, là, à quelques mètres, sur sa base, le reste du groupe vers lequel nos acolytes se sont aussitôt précipités. Et d’empoigner derechef leurs congénères. Et de les mettre en position. Et de taper à qui mieux mieux, à fesses-que-veux-tu. Au grand affolement de la responsable qui courait, impuissante, des uns aux autres.
    – Arrêtez ! Mais arrêtez enfin !
    Arrêter ? Ils n’y pensaient pas le moins du monde. C’était bien trop amusant ce nouveau jeu qu’ils venaient de découvrir. Et c’était tout le groupe qui s’y adonnait maintenant avec délectation tandis que la pauvre femme s’égosillait dans son portable.
    – Au secours ! Au secours ! Ils sont devenus fous.
    Tout en nous jetant, à Jeanne et à moi, des regards de plus en plus soupçonneux. On a préféré s’éclipser discrètement.

    #24070
    maindejustice
    Participant


    (Censuré)

    @maindejustice
    , je suis partagé en ce qui vous concerne.
    Ou bien ce que vous avez écrit est de la bêtise ou bien c’est de la provocation.
    Pour le moment, je vous donne le bénéfice de la bêtise, faites en bon usage. A bon entendeur.

    #24076
    francois-fabien
    Participant


    Tu vas pas te faire que des amis… 😉

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com