Répondre à : Mon histoire (peu érotique) 2 : la dernière fois

Accueil Forums Discussions générales Récits Mon histoire (peu érotique) 2 : la dernière fois Répondre à : Mon histoire (peu érotique) 2 : la dernière fois

#74652
la vilaine
Participant


Alors la suite (et fin)… (avec des maladresses dans les temps mais bon c’est pas grave)

Il m’a emmenée jusqu’à ce tabouret haut, au milieu de la pièce, et toujours en tirant mes cheveux, m’a penchée au-dessus. « Tes bras ! ». Il n’était absolument plus question de protester ou hésiter – son ton était sans appel. J’ai posé aussitôt mes avant-bras sur l’assise du tabouret, en grimaçant. Je me sentais complètement nue – et je l’étais. Je n’avais donc pas d’autre choix que de rester penchée, nue, et d’attendre ce qu’il avait décidé pour moi. Il m’a lâché les cheveux (petit soulagement…) et est revenu vers le fond de la pièce. Ce coin près du lit où sont accrochés ses accessoires « d’adulte ». J’ai préféré ne pas regarder.

Il est revenu vers moi. Instinctivement, je me suis légèrement tournée, ou peut-être mon corps a un peu fléchi – le besoin de se protéger. J’ai aussitôt senti sa main dans mes cheveux, sa main très ferme, et là j’ai compris que vraiment, il n’y allait pas avoir le choix. J’avais cherché, il allait falloir assumer jusqu’au bout…

Mais juste le temps d’apercevoir cette sorte de large strap en cuir dans sa main, et déjà il commençait à me battre. Il me frappait les fesses sans ménagement. J’ai essayé de me dégager un peu, car c’était dur – il a juste serré plus fort sa prise dans mes cheveux. C’était imparable. Il fallait subir la correction, comme il le souhaitait, aussi durement qu’il le souhaitait.

A un moment il a fini par s’arrêter. J’étais pas très loin de pleurer – en tous cas je ne la ramenais plus du tout. J’ai osé un regard vers son visage. Ses yeux étaient toujours noirs. Il s’est assis sur le bord du tabouret, m’a approchée de lui. J’étais à moitié assise sur ses cuisses.

Je ne vais pas mentir : je ne me souviens plus de ses mots exacts. Mais je me souviens ses derniers propos : « Embrasse-moi ».

Je ne savais pas quoi faire. Je ne voulais pas l’embrasser. Je l’ai regardé, sans oser lui répondre – pour essayer qu’il comprenne, sans que les choses s’enveniment. Il a répété : « Embrasse-moi ». J’ai baissé la tête. « Très bien, on va recommencer. Et tu m’embrasseras en pleurant, ce sera encore mieux ». « Non, non, s’il vous plaît…».

Même pas eu le temps de négocier, de l’amadouer ou de gagner du temps. Déjà il m’avait reprise sèchement par les cheveux, penchée sur ce tabouret, le cul bien en vue, et il avait repris les coups, peut-être plus durement encore. Une vraie raclée.

Ce fut la dernière fois que je vis L.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com