Répondre à : Ces gaffes qui ont pu vous “trahir”

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Ces gaffes qui ont pu vous “trahir” Répondre à : Ces gaffes qui ont pu vous “trahir”

#74404
Stan
Participant


Une gaffe, hein ? J’ai raconté cette histoire datant de près de 30 ans il y a un moment dans le blog (février 2006), mais quand j’y repense, j’ai toujours un petit sourire qui me vient.

“Le train… Oser jouer certaines partitions sonores, à l’heure des compartiments uniques tout en longueur. Cela semble difficile désormais. Ou alors dans l’Orient Express ? Parce que franchement, le TGV tue la magie.

En tout cas, qui n’a pas un jour pensé à ce genre de chose dans un train ?

Je me souviens d’un retour d’Allemagne un matin avec une dame et moi, dans un vrai compartiment six places à l’ancienne où nous n’étions que trois. Un Allemand rougeaud lisait l’Allgemeine Zeitung en face de nous… C’est tout juste dans ma mémoire s’il ne portait pas des culottes de peau et un chapeau tyrolien. Tout ça pour dire que c’était de l’autochtone pur jus…

J’ai commencé en français bien entendu à menacer mon amie des pires excès devant lui et notre voyageur ne mouftait pas… Pour elle et moi, il était clair que cet homme qui nous encombrait de sa présence inopportune ne parlait pas un mot de français.

Le jeu pervers entre mon amie et moi a duré une demi-heure…

Je terminais de décrire la belle fessée déculottée qui l’attendait sitôt que “Herr Deutschland” s’en irait aux toilettes ou au bar, avec force détails scabreux faisant monter une certaine tension entre nous deux, de minutes en minutes, lorsque le contrôleur est entré. Il a vérifié nos billets, nous a dit en français que le repas allait être servi au wagon-restaurant. (Oui ça existait encore au siècle dernier !) Puis a parlé en allemand avec l’autre voyageur, confirmant ce que nous pensions…

Pas un mot, vous dis-je !

Le contrôleur parti, l’autre replonge dans son journal…

Et nous deux, on repart de plus belle en s’échauffant sur la suite culière à venir quand nous serons seuls…

L’homme s’ébroue, jette sur nous un oeil distrait sans sembler nous voir vraiment et sans sourire particulièrement, d’un beau regard vide dans lequel rien ne transparaît. Avant de se lever, de replier tranquillement son canard et d’enfiler sa veste pour aller déjeuner en nous laissant seuls dans le compartiment, enfin !

En passant devant nous dans un français impeccable, il lâche avec un petit sourire juste avant de quitter notre compartiment: “Et bonne continuation, messieurs-dames”

… (silence gêné !)

Précisons que la fessée qui suivit fut magnifique, une fois le fou-rire estompé… Et que le plaisir qui advint ensuite, son corps partiellement dénudé du bas collé à la vitre fut tout aussi exemplaire, ma foi.”

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par Stan.
  • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines par Stan.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com