Répondre à : La science, le bdsm, la vie, tout çaaa….

Accueil Forums Discussions générales Causons d’autre chose La science, le bdsm, la vie, tout çaaa…. Répondre à : La science, le bdsm, la vie, tout çaaa….

#73845
Monsieur Méchant
Maître des clés


Bon, c’est dimanche, on reste au fond du lit, en regardant la mer et en retardant l’instant où l’on va aller courir sur la plage, moment propice à toutes les introspections: suis-je assez sévère? Suis-je assez bienveillant? pourquoi sa bouche m’obsède-t-elle autant? est-ce que je mets pas trop de nutella sur mes tartines? tout ça… Alors j’en profite pour mettre un truc sur mon forum chéri qui concerne l’existence et l’essence.

L’Existence précède l’Essence

« Je pressentais la religion, je l’espérais, c‘était le remède; me l’eût-on refusée, je l’eusse inventée moi-même. On ne me la refusait pas. Élevé dans la foi catholique, j’appris que le Tout-Puissant m’avait fait pour sa gloire, c’était plus que je n’osais rêver. Mais, par la suite, dans le Dieu fashionable qu’on m’enseigna, je ne reconnus pas celui qu’attendait mon âme: il me fallait un Créateur, on me donnait un Grand Patron… »

Et c’est là que, mortecouille, Sartre bascule dans l’athéisme, en gros, tu vois ?

Je suis pas mégafan de Sartre (que je ne connais pas beaucoup d’ailleurs), je suis plutôt supporter de Camus, s’il fallait choisir son camp.

Mais je trouve ses mots admirables et je partage sa vision quand il dit que l’existence précède l’essence.

C’est qu’elle a de la résonnance cette vision, tu vois ?

Elle nous convoque pour nous rappeler que notre ADN est à quelque chose près le même que les vertébrés qui partagent notre petite planète perdue dans 100 milliards de galaxies.

Ce qu’il nous dit là, le Sartre, c’est que nous partageons le même ticket gagnant que les autres animaux de la terre et que notre essence humaine n’est pas un dû !

Non, notre essence humaine, c’est comme un livre dont il nous faut écrire chaque jour les pages à l’encre de nos actes.

Et là, je m’écris Yes Jean-Paul !
Je suis libre, libre d’aimer ou de haïr.

Seuls mes actes resteront, précieux ou odieux.

Je ne dois pas me défiler car ce n’est pas un Grand Patron qui décidera pour moi comment élever mon existence.

Devenir un Homme…

Mais si je me considère comme athée, je reconnais qu’il m’arrive parfois de me comporter comme un pauvre pêcheur…

Par exemple je me rappelle d’une fois où j’avais niché deux boules de geisha entre ses cuisses, happées par son sexe qu’une délicate incision dans ses collants avait rendu accessible.

J’avais monté une ligne d’environ 9 mètres fixée à ce leurre doré que son sexe avait englouti.
Seul l’anneau qui pointait entre les lèvres de son sexe trahissait la présence de ces boules japonaises avec lesquelles je l’avais appâtée.
Et il était solidement noué à ma ligne.

Comme un vieux loup de mer, assis sur un épais tapis, appuyé contre le mur, je jaugeais ma prise de l’autre coté de la pièce.
Elle était encore loin… à quatre pattes, tête baissée, regard en coin, nue et gainée par l’unique filet de ses collants.
En tirant sur la ligne, je la manœuvrais avec douceur et fermeté.
Puis vint le moment où je l’ai sentie prête et vulnérable.
Alors, doucement, j’ai ramené la ligne, centimètre par centimètre, mètre après mètre en surveillant le déhanché qu’elle avait quand elle se rapprochait, fébrile et vulnérable, les joues en feu, le souffle altéré par la lutte.

Et, quand je n’ai plus eu de ligne à ramener, elle était là, tout contre moi, la tête posée dans le creux de mon cou, immobile.
Je sentais sa respiration sur ma clavicule, je percevais ses gémissements.

J’ai enfoui mon visage dans ses cheveux pour y trouver son cou et son odeur.

Elle ne bougeait plus.

J’ai enlevé le leurre enfilé entre ses cuisses qui salivaient avec abondance…

Je l’ai remise à l’O, je suis un pauvre pêcheur mais j’essaye d’être un homme bien…

Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com