Répondre à : Et si on parlait du lâcher-prise ?

Accueil Forums Discussions générales Causons d’autre chose Et si on parlait du lâcher-prise ? Répondre à : Et si on parlait du lâcher-prise ?

#73734
Docteur Clack
Participant


J’ai du mal à suivre l’idée du lâcher prise « animal ». La gazelle qui se fait bouffer par un lion peut lacher prise en mode « au moins j’ai fini de courir »… ça peut être… mais le lion? … plaisir de courser ( quoique il doit y avoir des flemmards dans le genre) . Plaisir d’attraper…plaisir de savourer… ok … mais où se situe le lâcher prise dans ce mode « totale action »? ha… peut être dans le petit rot digestif… juste avant la sieste meritée?

😋

Plus sérieusement le lacher prise n’est il pas une fonction hautement cérébrale? relevant de la conscience qu’on accepte de ne plus avoir besoin de tout contrôler?

🤔


@Valdivia
, si vous observez un félin qui a saisi et immobilisé sa proie, vous noterez qu’il ferme les yeux et se concentre pour la papouiller amplement et pas seulement pour la déchiqueter. Si c’est un chat (je vous le recommande plutôt qu’un tigre ou une panthère, l’observation pose moins de problèmes) il ronronne et lèche goulument sa victime comme il le fait avec ses congénères quand il est proche d’eux (ses frères et soeurs ou ses petits quand c’est une femelle).

Les éthologues interprètent ça comme une sincère marque d’affection (je t’aime tellement que je vais te bouffer, merci, merci, merci…je suis sûr que certains et certaines d’entre vous ont entendu ça dans d’autres contextes). Un amour de cruauté en somme (les chats sont fascinants, et nous en sommes plus proches que nous le croyons).

L’animalité n’est pas loin de la sauvagerie mais exprime des pulsions primales qui sont irrésistibles. Notez que ce n’est absolument pas incompatible avec la cérébralité, comme dans la pratique artistique par exemple.

Ce n’est qu’un éclairage que j’essaie de donner, mais il me semble avoir un fond de vérité.

@ Monsieur méchant le sujet est excellent et je dois dire que je recherche personnellement ce lâcher prise quand je fesse une dame. Avec tout ce qu’il comporte de spontané et d’immaîtrisable.

C’est un des éléments que j’exprimais sans m’en rendre compte (c’est vous qui m’y faites penser) dans mes posts sur le moment de grâce ou sur le pouvoir du côté obscur. Deux histoires de lâcher prise mutuel en fait. Avec une dimension inquiétante peut-être, mais tellement de puissance intérieure pour chacun et chacune.

Merci d’avoir lancé ce beau sujet qui fait réfléchir et ressentir (surtout)

 

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com