Répondre à : Tempête de neige…et pas que…

Accueil Forums Discussions générales Récits Tempête de neige…et pas que… Répondre à : Tempête de neige…et pas que…

#60450
anatole
Participant


Un long moment ? Un court moment ? Elle n’avait plus notion du temps qui passait….plus notion de rien du tout d’ailleurs…

Son esprit aurait dû dire non, son corps lui intima l’ordre de ne rien dire et de se laisser aller…de se laisser faire…

Des années et des années qu’elle livrait dès qu’elle le pouvait son corps à des hommes, parfois à des femmes, pour se faire punir et en jouir….mais là, si elle s’abandonnait, et elle sentait bien qu’elle allait s’abandonner, c’était tout ce qui dépassait ses rêves et ses fantasmes les plus fous…

Alors, oui, enfin, non…elle ne dit rien qui puisse arrêter ce supplice…sauf que parfois, elle s’entendait demander encore…encore et encore plus…

Le temps avait donc passé….Les deux hommes étaient nus maintenant, leur sexe flamboyant dans leur droiture lui faisant comprendre à quel point elle les excitait dans cette position, dans ce traitement qu’ils lui faisaient subir et qu’elle appréciait tellement, maintenant que sa volonté et sa dignité avaient baissé pavillon…Oui, ils étaient devant elle, derrière elle, tournant et dansant autour de ce corps nu qu’elle acceptait maintenant de livrer à leur délire et à leurs envies. Et leur bite tendue, elle les acceptait au plus profond de ses endroits les plus intimes, dans celui là qui faisait que, dans celui ci qui faisait aussi que….Lorsque par intermittence, l’un ou les deux cessaient de la frapper et s’enfonçait dans ses chairs, elle hurlait de plaisir, mais parfois, l’un profitait de ces pénétrations alors que l’autre continuait de martyriser sa peau à coups de ceinture ou de violenter ses seins à coups de claques…Et parfois, l’un s’approchait de la cheminée, armé d’un tisonnier,faisant gicler des flammèches minimes qui inondaient son corps que l’autre maintenait devant l’âtre, lui faisant ressentir des sensations tellement nouvelles, terribles, sensuelles….

Son corps n’était plus que souffrance et jouissance…elle ne savait plus définir ce qu’elle ressentait. Peut être que l’alcool encore ingurgité presque de force au goulot tendu devant ses lèvres, alors que l’autre la pénétrait dans son cul et l’abandonnait juste au bord de la jouissance majorait cet état second dans lequel elle se trouvait.

Ce qu’elle ressentait, c’était trop, pas assez, douloureux, jouissif, instantané, insupportable, insuffisant, enfin…Son cerveau et son sexe étaient encore plus en feu que la cheminée.

Son être ne répondait plus qu’à des sensations primales, et elle ressentit à peine la délivrance de ses mains mortes quand la corde fut défaite, et que son corps fut allongé sur un doux tapis de peau de bête …Enfin c’est beaucoup plus tard qu’elle sut que c’était une peau de bête.

Avant de sombrer enfin dans un sommeil profond, elle laissa ces deux jeunes loups profiter de ses entrailles sexuelles pour qu’ils y prennent elle et eux tout le plaisir possible….

Un étrange ding dong résonna à ses oreilles et la réveilla.

Son corps était pétri de douleurs, et elle mit un long moment à émerger, tentant de disperser les limbes de ce sommeil qui venait de s’arrêter…Elle avait mal partout et tenta de se remémorer les heures précédentes. Petit à petit, l’origine de ces souffrances qu’elle ressentait sur le moment lui revinrent en tête…Non….Mais enfin….Du bout des doigts elle parcourut les traces boursouflées qui ornaient la totalité de son corps et le souvenir de la nuit précédente finit par s’imposer dans sa tête. Elle glissa une main entre ses cuisses….elles étaient encore empreintes de…..alors oui….

Douloureusement, elle s’étira et jeta un regard circulaire sur l’endroit où elle se trouvait. Elle était â terre emmitouflée dans une peau de bête. Pas si loin d’elle deux mecs dormaient et ronflaient doucement, l’un affalé sur un canapé, une couverture mal posée laissant voir son cul nu, l’autre devant la cheminée dans laquelle des résidus de bûches encore fumantes sanglotaient doucement.

Un peu plus loin une grande horloge venait de faire le ding dong qui l’avait réveillée… 10 heures 15…Elle se leva doucement, étirant son corps nu et si douloureux devant la cheminée, et se dirigea vers la fenêtre dont elle écarta les rideaux. Le temps était beau, il faisait grand soleil et la neige tombée en abondance pendant la nuit décorait si joliment l’entrée de la maison juste en face…la maison….enfin l’hôtel dans lequel elle avait pris résidence pour la semaine….Putain….son hôtel…. !!!

Elle aurait fait vingt mètres de plus skis aux pieds, s’il avait fait plus clair, elle aurait frappé à la porte de son hôtel !!!!

D’un geste sec, elle tira sur lest les rideaux et ouvrit grand la fenêtre.

Elle se dirigea vers les canapé et arracha d’un geste rageur la couverture qui couvrait le corps d’un de ces hommes qui…puis avança vers la cheminée et visa soigneusement du pied ce qu’elle pensait être l’endroit le plus sensible de l’autre homme….

« -Allez les mecs debout…faites moi un café et allez chercher les croissants, je meurs de faim !!! ».

Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com