Répondre à : Le bureau du directeur : la punition de Fraise

Accueil Forums Discussions spécialisées Professeurs et étudiantes Le bureau du directeur : la punition de Fraise Répondre à : Le bureau du directeur : la punition de Fraise

#5597
Monsieur No
Participant


Les mains du directeur descendent vers la jupe de Fraise. S’attendant à être de nouveau troussée, cette dernière ferme les yeux, faisant un effort surhumain pour ne pas intervenir, malgré l’humiliation, la terrible humiliation que cela lui procure. Alors, à sa stupéfaction, elle sent sa jupe glisser le long de son fessier et tomber à même le sol.

“Voilà qui devrait vous ôter la fantaisie de vous rhabiller lorsque l’on vous trousse. Maintenant ramassez votre jupe, pliez-la et posez la sur mon bureau. Vous n’en aurez plus besoin avant un petit moment.”

Tremblante, trop choquée pour réfléchir, trop effrayée pour désobéir, Fraise ramasse la jupette. Avançant tel un automate, elle la dépose, pliée en deux, sur le bureau du directeur, derrière lequel ce dernier a repris place.

“Maintenant, remettez-vous en position”, ordonne-t-il tout en paraphant des documents, sans même lever les yeux vers la jeune fille, qui s’exécute à nouveau.

Durant plusieurs minutes, qui lui semblent des heures, elle attend ainsi, en culotte, mains sur la tête, au beau milieu du bureau directorial. Tremblante à l’idée de ce qui l’attend, terrorisée à l’idée que quelqu’un entre et l’aperçoive dans cette humiliante position, elle sanglote en silence. Soudain, une voix résonne à l’interphone.

“Monsieur le directeur ? Monsieur Rousseau est arrivé.
– Très bien, faites-le entrer.”

Fraise croit mourir de honte. Elle voudrait disparaître sous terre. L’idée d’être vue ainsi, en petite tenue, par un étranger est insupportable. Pétrifiée, peinant à respirer, elle parvient tout de même à tourner discrètement la tête pour apercevoir l’homme qui vient d’entrer.

Vêtu d’une salopette à bretelles verte et d’un tablier de même couleur, c’est un gaillard d’une cinquantaine d’année, au faciès buriné. Tenant son chapeau à la main, il baisse la tête en signe de respect, visiblement intimidé à l’idée de pénétrer dans le saint des saints. Il semble stupéfait en apercevant la demoiselle à demi-nue qui se trouve à quelques mètres de lui et se tourne vers le directeur, qui vient à sa rencontre.

“Entrez, mon cher monsieur Rousseau, entrez. Je suis enchanté de vous voir.”

Serrant la main de l’homme, le directeur le guide vers son bureau.

“Pourriez-vous me rendre un grand service mon ami ? J’aurais besoin que vous vous asseyiez à mon bureau.
– À votre bureau monsieur le directeur ? Mais je ne peux pas…
– Si, si, j’insiste. Allez-y s’il vous plaît.”

Toujours hésitant, l’homme prend place sur le grand fauteuil de cuir, n’osant désobéir à son supérieur. Saisissant de nouveau Fraise par l’oreille, le directeur la guide alors elle aussi vers le bureau, du côté opposé.

“Permettez-moi de faire les présentations. Monsieur Rousseau, voici Fraise, l’une de nos nouvelles étudiantes, qui semble avoir bien des difficultés à se faire à la politique éducative de notre établissement. Mademoiselle Fraise, voici Monsieur Rousseau, notre jardinier en chef, un membre estimé de notre communauté. Je veux que vous le regardiez bien. Je veux, pour dire les choses clairement, que vous ne le quittiez pas des yeux durant tout ce qui va suivre.”

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com