Répondre à : Le bureau du directeur : la punition de Fraise

Accueil Forums Discussions spécialisées Professeurs et étudiantes Le bureau du directeur : la punition de Fraise Répondre à : Le bureau du directeur : la punition de Fraise

#5507
Monsieur No
Participant


“Vous n’écoutez pas, mademoiselle” répond l’homme, d’une voix calme et grave, en reculant sa chaise pour se lever.

Contournant le bureau, il passe derrière elle, sans qu’elle ose esquisser un geste. Se plaçant dans son dos, à une quarantaine de centimètres d’elle, il saisit calmement le bas de sa jupe plissée et entreprend de la soulever. La jeune fille réagit instantanément, et avec violence : poussant un petit cri de stupeur, elle projette ses mains en direction de son fessier, dans un réflexe commandé par la pudeur. Montrer sa culotte au directeur ! Impossible ! Choquée, elle se tourne brusquement vers lui, lui adressant un regard implorant et terrifié, mais n’obtient d’autre réponse qu’un visage sévère et impassible.

“J’ai dit mains sur la tête.”

“Mais… mais… Mons… Je ne.. Je ne…” commence à bredouiller la demoiselle. C’est alors que ses yeux croisent le regard sombre du directeur. Ce qu’elle y lit la conduit au silence. Elle comprend soudain qu’il est de son intérêt de ne pas l’obliger à répéter ses instructions une troisième fois… Lentement, d’un geste hésitant, elle ôte donc ses mains de son fessier, les joignant au sommet de son crâne.

Sans perdre davantage de temps, le directeur achève ce qu’il avait commencé : il trousse la demoiselle, faisant reposer le haut de la jupette au sommet de ses hanches, révélant la culotte de coton règlementaire, d’un blanc immaculé. Posant une main sur l’épaule gauche de la jeune fille et une autre sur sa hanche droite, il lui fait signe de se courber légèrement. Une fois la demoiselle en place, il soulève sa main droite.

“Je vous ai dit…”

Sa main s’abat violemment sur le fessier de la demoiselle, qui sursaute et glapit mais est maintenue en place par la poigne ferme du directeur. Les claques se succèdent alors, rapides, sévères, fendant l’air, ponctuant chaque mot.

“… que… (Clac !) vous… étiez… là… pour… obéir… et… non… pour… discuter…”

La jeune fille est sonnée, le souffle court. Son fessier est en feu et la honte, terrible, indescriptible, donne une teinte écarlate à son visage.

Relâchant son emprise, le directeur contourne à nouveau la jeune fille, sans daigner lui adresser un regard. Il se penche sur son bureau et appuie sur un bouton de l’interphone. Une voix de femme se fait immédiatement entendre.

“Oui, Monsieur le directeur ?

– Daphné, pourriez-vous demander à M. Rousseau de venir me voir s’il vous plaît ?

– Tout de suite, Monsieur le directeur.”

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com