Répondre à : Petite histoire du soir

Accueil Forums Discussions générales Récits Petite histoire du soir Répondre à : Petite histoire du soir

#49989
Sombrelle
Participant


Merci @salamboflaubert75 et Sandrine @19-11
Voici la suite

Par dépit elle reprit un cocktail, et se lança dans la danse…

Malgré l’impression de tournis elle pirouettait de plus belle, grisée par l’ambiance et l’alcool, poussée par la déception…
Soudain elle sentit une main ferme lui enserrer la nuque et la pousser vers l’avant, ce fut irrépressible pour elle d’obéir à cette injonction muette, elle se laissa guider. En transe elle traversa la nuée de danseurs dirigée par cette main dans sur sa hanche mais plus encore par cette douce emprise sur sa nuque. Arrivée devant un grand escalier de marbre, elle se mis à grimper les marches, presque avec empressement, le trouble au creux des reins.
Sur le palier il la fit tourner à gauche, nul doute il s’agissait bien là d’une main d’homme ! Puis à droite, face à une belle porte en bois sombre.
Hésitante devant cette porte close, une pression sur son cou la convainquit de presser la poignée, elle entra dans une vaste pièce toute marbrée. Une fois la porte franchit, la main sur sa hanche la fit stopper.
Sur sa droite une rangée de portes, la même chose sur sa gauche, face à elle des lavabos de marbre encore, surmontés d’un immense miroir.
Elle entendit la porte se refermer derrière elle, puis l’autre main prendre à nouveau possession de son cou.
Elle s’avança sous l’ordre silencieux, puis dans le Miroir pu distinguer son mystérieux « sauveur », son beau ténébreux, son cœur se mit à battre la chamade, un sourire s’esquissa sur ses lèvres. Elle se mit à l’observer à la dérobade, elle fut troublée et surprise de son regard dur, de ses sourcils froncés et de ses lèvres pincées s’attendant à un regard enfiévré de désir elle en fut pour ses frais. Ce visage fâché rendu encore plus sévère par le masque noir de Capitan la décontenançait.
Elle allait ouvrir la bouche, quand la main sur sa nuque se fit plus pesante, et que la main sur sa hanche glissa sous ses jupons pour la trousser, déconcertée, elle ne dit rien et ne réagit même pas !
Elle se retrouva ainsi jupes retoussées sur ses reins, penchée en avant, mains en appui sur les lavabos, nuque maintenue fermement par la main d’un inconnu debout derrière elle lui caressant les fesses, impudiquement dévoilées, par-dessus le tissu soyeux de sa culotte pourpre, dans des toilettes, certes majestueuses, mais surtout publiques !
A suivre

Alea Jacta Est

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com