Répondre à : Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui… Répondre à : Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

#45019
FrenchTouch
Participant


Essayons. La scène se passe à la campagne, dans une maison que nous occupons à deux. Peut-être la nôtre, ou celle d’un ami qui nous l’a prêtée pour un week-end printanier.

Nous rentrons en fin d’après-midi d’une longue promenade dans les bois. Nous avons beaucoup parlé. Une mise au point que nous avons longtemps repoussée. Nous marchons maintenant en silence, un peu vite peut-être. Il est entendu qu’au retour à la maison elle sera punie.

Passé le portail, je lui demande d’aller chercher sa cravache et de me retrouver dans la dépendance, ancienne grange reconvertie en atelier, garage, local à bois. Elle est très bonne cavalière. Il y a plusieurs cravaches dans la maison, mais elle sait laquelle elle doit rapporter. Celle avec laquelle elle ne monte jamais, une cravache pour saut d’obstacles qui n’a jamais servi que pour elle, courte et mordante. Elle revient.

Je l’installe au milieu de cet espace vaste et haut. C’est un bel édifice, ouvert sur l’extérieur. On est abrité mais quand même dehors. Elle retire ses bottes et son pantalon. Je baisse sa culotte et la fais se pencher en avant, mains sur les genoux. Elle doit compter.

Sa punition sera courte mais intense. Une douzaine de coups, espacés, portés sans retenir le bras. Chacun une punition en soi. Douze marques rouge vif. Des larmes silencieuses.

Peut-être me dirait-elle, entre le septième et le huitième coup, que jamais au grand jamais on ne cravacherait ainsi un cheval. On lui laisse voir la cravache et c’est tout. Il file doux. Je lui répondrait que l’expérience montre que cette méthode ne suffit pas avec elle, et qu’il y a peut-être là quelque chose à méditer.

Nous ne pourrions pas en rester là. Je la prendrais sur place, sans trop d’égards, pour solder ce qu’il nous reste de comptes à régler. Nous resterions enlacés un moment, allongés par terre, un peu de tendresse revenue, avant de retourner dans la maison ensemble pour dîner, ouvrir une bouteille de vin, regarder les quinze premières minutes d’une film.

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois et 3 semaines par FrenchTouch.

Adepte du tout répressif

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com