Répondre à : Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui… Répondre à : Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

#40505
Rosy
Participant


Bon, allé je me lance ?

Là maintenant, tout de suite j’imagine ce que pourrait être ma première fessée punitive… Une fessée inconnu pour moi… Mais qui intrigue et effraie en même temps… (récit totalement fictif et fantasmé)

Soirée entres amis… Mon mari, moi et un autre couple… Nous savons qu’ils pratiquent la fessée sans être entré plus dans les détails… Il savent que nous en parlons dans notre couple… Pas le sujet principal de la conversation de ce soir mais pas de tabou pour autant…

Soirée sympa… J’enchaîne les verres malgré quelques recommandations de mon mari sur l’alcool. Je rigole beaucoup et deviens trop extravagante… Mon mari un peu excédé sans trop rien dire… Du côté de nos hôtes l’exaspération se ressent surtout pour monsieur qui demande ouvertement à mon mari si j’étais souvent ainsi… Celui-ci confirmant mes débordements constants…
Monsieur suggère à mon mari de sévir et va jusqu’à suggérer de s’en charger… Phrase qui sur le moment me fait bien rire ne réalisant pas la réalité de la situation… Je suis loin d’imaginer que la situation puisse m’échapper… Surtout que madame est elle aussi très enjoué comme moi malgré pour elle aussi des remontrances de son homme… Il ne s’agit pour moi que de menaces en l’air…

Après un moment de chahut ma complice et moi avons renversé les verres… Cette fois la patience de son homme a atteint ses limites, il lui intime l’ordre d’aller au coin lui indiquant un lieu dans le fond de la pièce. Lui rappelant qu’elle savait ce qui l’attendait. Sans contestation madame se dirige vers le mur… Un peu abasourdi j’étais loin de me douter de la suite (même si elle avait été ouvertement évoqué auparavant). Se tournant vers mon mari il demande son approbation pour remettre lui même un peu d’ordre estimant qu’étant fautive toute les deux notre sort devait être le même. Avec l’accord de mon mari, il m’indique le mur et c’est machinalement que je rejoins ma complice face au mur sans une certaine appréhension.

Il l’appelle tout d’abord me laissant le petit espoir que ça ne reste une menace juste pour m’impressionner et me montrer comment ça se passe chez lui. Je l’entends sermonner sa compagne qui ne prend pas la peine de se défendre. J’entends des bruits de tissu et suppose qu’il relève simplement sa jupe… Mon mari est tout de même présent et moi aussi même si je ne peux rien voir. Je n’ose pas bouger pour apercevoir de peur que la menace de passer sur ces genoux devienne réelle.

La première claque tombe accompagnées d’un petit cri… Le bruit me fait tout de suite remarquer qu’aucun tissu n’avait atténué le son… Elle était déculottée. C’est à ce moment que l’angoisse s’installe vraiment… Il n’a pas l’air de plaisanter… Les claques me semble sévères dès le début et les petits cris de souris de mon amie suggèrent que la douleur est immédiate… Les claques se succèdent, les cris deviennent une plainte continue avant de laisser place à de francs sanglots… Fasciné et abasourdie par la sévérité de la fessée j’en ai presque oublié ma position face contre mur dans l’attente d’une hypothétique fessée similaire.

Après une avalanche de claques bien marquées le calme s’installe d’un coup seuls les sanglots de la copine résonnent dans la pièce. Après quelques que mots que j’entends à peine (plongée dans mes sombres pensées), la copine revient se positionner à mes côtés toujours secouée par les larmes.

Après un temps très court mon nom résonne ce qui me fait surssauter. J’avais oublié… Je ne sais pas vraiment comment réagir, quand il me demande clairement et explicitement de venir le rejoindre.

Je me retourne… Il est installé sur le canapé et m’indique de venir me positionner devant lui… Je m’y rends la gorge serrée par la peur… Il me sermonne à mon tour, il a raison sur mon attitude inacceptable et je ne trouve aucune excuse valable.

Tout en me sermonnant il m’explique le sort qui m’attend… Comme sa compagne j’ai eu un comportement de gamine et je dois être corrigé comme tel…

Sur ces mots il deboutonne mon jeans et le fait descendre délicatement. Je n’ose bouger, mes jambes tremble. Il passe ensuite les doigts sous l’élastique de ma culotte et je ne peux réfréner un geste de protestation en retenant le précieux tissu qui protège encore mon intimité. Il ne peut pas… Il m’assène une claque sur la cuisse qui stoppe immédiatement mon geste. C’est du réel cette fois… Il me faut pour la première fois assumer mon comportement puéril… Une larme perle sur ma joue. La soirée prend un tournant que je n’attendais pas.

La culotte vient rejoindre le jeans laissant apparaître mon intimité face à lui. J’ai honte. Nue… Prête à être corrigé pour la première fois et de plus devant mon mari qui n’en loupe pas une miette sans jamais intervenir montrant ainsi son consentement.

C’est avec dextérité et conviction qu’il me place sur ses genoux. Une position qui me donne un équilibre précaire en offrant mes fesses à la correction. Dans ma tête, les cris et les pleurs de ma complice de bêtise résonne encore en moi. La peur me saisie et l’angoisse m’envahit quand une première claque vient s’abattre sur mon postérieur. Sèche et vigoureuse je l’accompagne d’un long cri. La surprise dans un premier temps, la douleur dans un second… Mon dieu que ça fait mal. Pas le temps de réfléchir à la suite que les claques s’enchaînent à un rythme régulier sur mon arrière train. Dès le début gesticulations et cris sont de la partie et j’en perds toute pudeur… Plus qu’une chose en tête : que ce supplice prenne fin. Mes fesses me semble être un brasier… Une douleur sans nom, une douleur insupportable. Je lâche totalement prise, je crie, je pleure à gros sanglots. La fessée s’arrête enfin mais je ne bouge pas… Je m’effondre mélangée entre douleur et rédemption. Il me relève, je n’ose le regarder. Je suis vaincue. Il me renvoie au mur les fesses nues et brûlantes afin de réfléchir à mon comportement.

Je rejoins la copine le visage mouillé de larmes. J’ai reçu ma première vraie fessée. Déculottée. Par un tiers et devant mon mari. Je ne suis pas prête de l’oublier.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com