Répondre à : Une rentrée difficile

Accueil Forums Discussions générales Récits Une rentrée difficile Répondre à : Une rentrée difficile

#30081
anatole
Participant


Malgré sa voix étranglée par les sanglots qui montaient, elle réussit à articuler quelques mots.
« -Mais enfin, Monsieur, vous ne pouvez pas faire çà…. » .
Son regard éperdu allait de l’un à l’autre, de son élève vers son père. Dans un geste de survie elle avança son bras vers son sac et en sortit son téléphone.
D’un mouvement ferme, le père de l’enfant stoppa son poignet….
« -Tssss…pas de çà Mademoiselle….posez votre sac et levez vous, que je vous corrige une bonne fois pour toute comme vous le méritez…. ! ».
Elle n’arrivait plus à réfléchir, mais elle savait qu’au fond il avait raison. Elle risquait de ne plus jamais pouvoir exercer, et comme çà, dans l’instant, elle n’envisageait aucune autre alternative que ce qu’il venait de lui proposer, quelque soit l’obscénité de la chose….
Elle regarda encore une fois Anatole, cherchant désespérément un soutien dans son regard, mais elle n’y vit que des lueurs de jeune mâle en rut…d’ailleurs, le geste qu’il faisait vers la braguette de son pantalon déformé était clair….Comme un zombi, elle se leva et implora…
« -S’il vous plaît….Je…je sais bien que vous ne me laissez pas le choix…mais…non…s’il vous plaît….pas devant lui…. ».
Il partit d’un grand fou-rire et répondit….
« -Ne vous inquiétez pas, il a l’habitude, quand je corrige sa mère, il regarde aussi… ».
Elle était effondrée…elle allait recevoir une trempe qu’elle ne méritait vraiment pas mais à laquelle elle ne pouvait se soustraire, et en plus devant un de ses élèves, qui ne manquerait pas de s’en vanter…Elle eut juste la pensée qu’il fallait pour éviter cette suprême humiliation….
« -Mais, Monsieur…Anatole est un gentil garçon en fait, et….il peut et doit faire des progrès….sniff…comment voulez vous qu’il me respecte et que je fasse mon travail avec lui après…il n’apprendra plus rien…snifff… ».
Elle s’était levée de sa chaise, toujours derrière son bureau et regarda l’homme qui voulait la punir…
Elle avait visé juste.
« -C’est pas faux ce que vous dites…En effet…Bon…Anatole, fiche le camp, va dans le couloir…et ne regarde pas par la vitre comme d’habitude à la maison…Si je te vois, je te flanque une rouste dont tu te souviendras après…Allez, fous moi le camp…. ! ».
Le gamin obéit à son père en râlant, mais il connaissait les roustes que son père lui infligeait régulièrement…Il se contenterait d’imaginer la suite, ce soir, dans son lit pour….
La porte de la classe claqua et ils se retrouvèrent seuls….Elle était toujours debout, tremblante, derrière son bureau, et lui la toisait de l’autre côté, laissant s’installer le silence tout en massant lentement et ostensiblement ses deux énormes mains, comme pour les préparer et les échauffer.
La sortie d’Anatole l’avait un peu rassérénée, et elle reprit un tout petit peu confiance. Elle tenta.
« -Allons, Monsieur, je pense qu’on peut peut être discuter calmement…Je vous présente mes excuses d’avoir giflé votre fils, et vous promets que… ».
Elle venait de se rasseoir….
La voix grave et calme qui lui répondit la fit frissonner.
« -Restez debout…et arrêtez de discuter !
-Mais, enfin, reconnaissez, vous savez bien, que je n’ai pas menti et qu’il…»
Elle stoppa net son discours, le poing de l’homme venant de s’abattre bruyamment sur le bois du bureau…Il la regardait droit dans les yeux.
« -Taisez vous…Je sais…je sais tout….et je ne peux pas lui en vouloir…vous êtes….hum….mais vous ne pouvez rien prouver, alors que moi…. ».
Il sortit de sa poche le certificat médical de son ami médecin et le fit virevolter devant les yeux de la pauvre enseignante.
« -Alors maintenant, venez ici, et obéissez moi…Je vais vous flanquer une raclée dont vous allez vous souvenir longtemps…venez…venez…. ».
Dans un geste qui aurait presque pu être doux, il s’empara de la main de pauvrette qui se laissa guider, descendant la petite marche de l’estrade de son bureau, résignée.
« -Voilà…c’est bien….vous aussi vous faîtes des progrès…Alors maintenant, mettez vous face à votre bureau et posez les deux mains à plat dessus… ».
Elle accepta, essayant de ne pas imaginer la suite….retenant encore les sanglots qu’elle avait dans la gorge pour ne pas lui donner ce plaisir, mais..Une main ferme appuya sur ses épaules et la força à coller son torse sur le bureau, écrasant ses seins. Elle sentit un poids appuyer contre l’arrière de ses cuisses. Il la plaquait de tout son corps et vint murmurer doucement à son oreille. Elle sentait son souffle contre sa nuque.
« -Hum…tu es vraiment une jolie salope….Je te baiserais bien comme çà, mais là je sais que ce serait trop….Je vais juste de flanquer une belle rouste…Plus jamais tu ne gifleras aucun gamin, et surtout pas mon fils…Tu comprends çà ? ».
Les trois derniers mots avaient été hurlés, alors qu’il venait d’empoigner ses cheveux tirant sa tête en arrière, l’obligeant à croiser son regard de fauve.
Elle avait vraiment peur et répondit par un « Oui » timide….
« -Alors c’est bien…Nous allons procéder à ta punition maintenant… ».
Il lâcha son emprise sur son corps, se reculant de deux pas….

(A suivre)

Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com