Répondre à : Fait divers

Accueil Forums Discussions générales Récits Fait divers Répondre à : Fait divers

#27432
anatole
Participant


Il fit méchamment siffler autour de son corps la longue branche souple qu’il avait en main, frisant ses hanches et son torse à plusieurs reprises, sans jamais les atteindre, juste pour lui faire peur, et surtout profiter de ses contorsions dans les liens, et des petits cris qu’elle poussait à chaque fois. Il savait qu’il allait vraiment crier, et peut être pleurer sous les coups qu’il allait bientôt vraiment lui infliger, mais déjà, cette petite danse était très excitante. Si elle en avait encore un tout petit peu, elle venait d’abandonner toute idée de pudeur, et lui montrait son sexe entrouvert à chaque fois qu’elle se dandinait, et il aimait aussi beaucoup la valse de ses seins. Il pensa aux forts bons moments qu’il passerait plus tard, assis tranquillement à poil dans son canapé, visionnant le long film qu’il enregistrait depuis le début, se masturbant tranquillement en revoyant ce beau spectacle. Il avait cette vilaine habitude de filmer dès que possible toutes les filles qu’il punissait ici ou ailleurs, et d’en profiter à plusieurs reprises ensuite, sachant gérer à chaque fois sa branlette pour ne jouir qu’au moment le plus hard, même si l’enregistrement durait longtemps ….Un vrai pervers en somme…ce dont elle ne se doutait pas encore totalement.
En fait à cet instant, elle ne pensait pas vraiment à la psychologie noire de celui qui s’amusait avec son corps. Juste tenter d’éviter les frappes de la vilaine branche….La première l’avait saisie par sa brûlure et elle attendait assez apeurée les suivantes….
Après s’être amusé longuement à lui faire peur en tournant autour d’elle, il était temps qu’elle subisse….vraiment….Des mois qu’il attendait cet instant où il allait la faire plier sous les coups et l’amener là où il lui semblait qu’elle ne puisse plus aller….Certes, finalement ils n’avaient jamais évoqué ses éventuelles limites, puisqu’il n’avaient jamais réellement parlé de ça, mais plein d’indices lui avaient montré qu’elle désirait se tester. Il avait joué jusqu’à là le rôle du parfait gentil garçon et ami, respectant son silence….Sa patience trouvait enfin sa récompense.
Il cingla enfin le bas de ses reins de sa belle badine. Elle cria sous le coup qu’elle attendait mais redoutait, surtout qu’il fut suivi de trois autres aussi vertement infligés, striant son cul en travers. La sanction était sévère, mais juste, pour commencer, et à la hauteur de ses désirs à lui. La douleur s’estompa petit à petit alors qu’il avait cessé de la fouetter, laissant place à cette si délicieuse chaleur s’infiltrant vers ses reins et son sexe. C’était la première fois qu’elle goûtait à cette sensation si ambivalente…les maigres fessées manuelles qu’elle avait reçues avant étaient bien loin. Et les quelques claques qu’elle s’était infligée toute seule sur les fesses tout en se caressant n’avaient vraiment rien de commun avec ce qu’elle était enfin en train de vivre. La fraicheur de l’extrémité végétale de la branche vint agacer ses mamelons après cette première cinglée. Le bout de la tige ourlée des petites feuilles si douces dessina quelques volutes sur son ventre puis ses hanches avant de venir se tremper à l’orée de son sexe…Il baîllait tellement…l’entrée fut facile, et elle se tordit dans les cordes sous cette pénétration végétale si douce….mais bien vite ce minime gode improvisé s’échappa et il reprit sa fouettée sur le cul. La position qu’elle tentait de tenir n’était pas forcément confortable, et inéluctablement, il arrivait par instant que sa seule jambe reposant au sol se replie, en particulier lorsqu’il cinglait….Par mégarde ? Par inadvertance ? Par volonté…..l’intérieur de ses cuisses….Il attrappait parfois cette jambe libre, l’ecartant pour fouetter l’intérieur de ses cuisses ou son cul sous un autre angle…Elle râlait, mais n’avait pas d’ autre objection à émettre….Son cul était en feu, tout comme la moitié « vitale » de son corps…Elle ne retenait plus, ni ses cris, quand il la frappait, ni ses râles de plaisir quand il condescendait à chatouiller ses zones les plus érogènes du bout de la branche….elle ne savait même plus comment elle s’appellait, ni ce qu’elle fichait là…et d’ailleurs, elle s’en fichait royalement….La seule idée presque claire qui apparaissait dans son esprit par instant était qu’elle avait le sexe en ébullition et voulait juste qu’il finisse par la faire jouir….
Elle avait arrêté de compter dans sa tête le nombre de fois où la vilaine branche l’avait frappée, même s’il ne lui avait pas demandé de faire çà…elle avait commencé au début, puis avait perdu pied dans ce décompte…
Le vilain/si gentil ami/ fouetteur…enfin bref, elle ne se posait plus la question…arrêta de la fouetter. Un petit tour vers la caméra et quelques gros plans sur les fesses, les reins et les cuisses sur la peau desquels les somptueuses striures rouge violacé continaient d’éclore….Il câla l’objectif sur ses seins qu’il avait épargnés, se demandant pendant quelques instants pourquoi…Peut être inconsciemment les avait il trouvés trop beau pour être châtiés ? Peut être suspectait il que la douleur infligée aurait été trop forte ? Peut être tout simplement se les reséervait il pour une future punition ?
Il zooma, fondant l’objectif sur son autre main qui s’empara du mamelon tendu…
« -J’espère que cette petite raclée t’a fait du bien.. ».
Elle ne répondait pas…Allanguie dans les cordes, elle commençait à sentir une si lourde tension sur sa cheville attachée en l’air….et puis….son sexe si désireux….et cette main qui triturait si délicieusement son mamelon….
« -On va passer au dessert….Depuis que le temps qu’on déjeune ensemble, je sais que tu n’aimes pas le sucré….je t’ai préparé autre chose….. ».
Elle n’avait plus l’heur de réfléchir à la portée de cette phrase….
Il retourna poser sa caméra sur le trépied, ajustant le zoom pour que ce qu’il allait faire soit bien enregistré en gros plan.
Revenant vers sa si jolie amie , il mit sa menace précédente à exécution. Attrapant la si jolie basket rose reposant encore au sol, il l’entoura de la seconde corde cachée derrière le grand arbre, l’entoura et tira, pour l’écarteler totalement….Elle cria de surprise…Il lui avait dit…elle avait oublié que….
Sa tête coula en arrière…Même dans ses fanttasmes les plus débridés, elle n’avait imaginé un jour se retrouver dans cette position….Ses bras tendus en l’air entre deux grands arbres, les chevilles attachées cuisses ouvertes au maximum….
« -Je sais que tu vois rien, mais je sais aussi que tu ressens dans quelle position de soumission totale tu es….Visualise ton corps offert…Veux tu que j’appelle quelques amis pour venir t’admirer ? »
Elle râlait doucement, la tête basculée en arrière….Ouiiiii…elle aimait cette vision qu’elle avait dans son cerveau, de son corps aussi offert….Mais putain, qu’il vienne la baiser enfin..et ouiiiiiiiiii il pouvait appeler qui que ce soit, le pape même si besoin….juste qu’on la fasse jouir enfin…..
Il sortit de sa poche un long rhizome de gimgembre qu’il avait acheté le matin même chez le traiteur africain du coin, ainsi qu’un couteau suisse…Calmement, il éplucha le légume, tout en regardant avidemment ce corps nu et supendu et offert, au milieu duquel il allait bientôt enfoncer ce gode torride. Le liquide suintait du gingembre lorsqu’il eut fini son épluchage, et qu’il commença à le balader sur l’intérieur des cuisses de la fille. Il remonta lentement vers son torse et agaça longuement ses mamelons….Elle se tordait dans les cordes nouées, l’immobilisant, et l’empêchant de s’absoudre de cette brûlure si nouvelle, surtout quand il emprisonnait un sein dans sa main, et fait gicler le liquide irritant tout autour d’un mamelon…c’était terriblement excitant et insupportable…
Après avoir si violemment excité ses seins, sans aucun préparatif, il enfourna cette saloperie de gingembre dans son sexe….le violant profondément et longtemps….elle hurlait maintenant, le suppliant de la faire jouir….elle disait n’importe quoi….demandant que finalement il fasse tout ce qu’il voulait, qu’il la branle, la baise, l’encule…enfin tout quoi…mais qu’il arrête cette sensation torride non assouvie….
Ayant si profondément laissé le rhizome en place, il put l’abandonner, dégrafer sa ceinture et commencer à fouetter à toute volée le cul si joliment offert pas la position contraignante…Les cuisses ouvertes de la fille prisonnière de ces sensations terribles, elle encaissa autant les ondes de jouissance venues du fond de son sexe que les coups de ceinture qui balayaient son cul et l’intérieur de ses cuisses…Elle hurlait à chaque coup, puis se tordait dans les cordes lorsqu’il arrêtait de la frapper, tordant sans espoir ses poignets, essayant de les diriger vers son sexe pour assouvir son envie de jouir.
La suite….fut purement sexuelle….je ne vous la raconterais pas….
Bien plus tard, elle était de nouveau allongée nue dans l’herbe, sur le côté. Son ami aussi nu qu’elle était collé contre son dos, enserrant gentiment ses seins dans ses mains, la queue molle et luisante de sperme affleurant ses fesses et ses cuisses encore striées de rouge.
Doucement, se réveillant de cette petite sieste, elle tendit son bras en arrière, posant sa main sur la nuque de son partenaire.
« C’était terrible….hum…merci…je revines quand tu veux… ».
La pauvre..Elle ne savait pas….encore…
Un peu plus loin, au fond de ce joli parc, était sa demeure…au sous sol, un dédale de caves, toutes agencées, comme il aimait…tous les instruments et objets de contention et de torture….tous ces endroits dans lesquels il avait soumis à ses désirs pervers et sadiques, à tant de tourments, les filles, plus ou moins consentantes qui avaient un jour ou l’autre accepté de le suivre dans les entrailles de sa demeure….
Il apprécia cette remarque…Bien joué…elle était peut être à sa merci….
« -Bien sûr ma belle….je vais voir quand je peux trouver un moment pour te réinviter chez moi…. ».

Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com