Répondre à : Phase deux

Accueil Forums Discussions générales Récits Phase deux Répondre à : Phase deux

#27137
anatole
Participant


Malgré la chaleur diffuse qui inondait tout le bas de son corps livré à cette longue et douloureuse fouettée, elle sentit un glaçon parcourir sa colonne vertébrale….
Non, il n’allait tout de même pas lui demander de s’humilier ainsi devant lui.
Elle se redressa fièrement, fermant le plus fort qu’elle le pouvait ses cuisses, et hurla presque :
« -Non mais ça va pas ? Je ne vais pas faire ça devant vous !!
-Comme tu veux ma petite chérie…. ».
Il s’était agenouillé devant elle, le nez presque fourré dans son pubis glabre, le vase tenu dans une main. Il huma les senteurs musquées qu’ exhalaient sa peau luisante de sueur et son sexe si proche.
« -Tu sens si bon la chatte….j’adore…. ».
Un nouveau frisson parcourut son échine…La honte mêlée à la fierté de sa féminité…
« -Allez tu vas gentiment écarter les cuisses et te laisser aller…tu sais bien comme ça fait du bien de se vider…. ».
« -C’est hors de question…de toutes façons je peux encore me retenir longtemps…. ».
Tenant toujours le vase d’une main, le collant contre le devant des cuisses zébrées de larges boursouflures rouges, il posa son autre main à plat sur le bas du ventre de la donzelle, commençant à masser la vessie pleine, doucement, puis accentuant de plus en plus la pression. Son pouce s’étira jusqu’à l’orée de la jolie fente étroite du haut de son sexe étirant le plus haut des grandes lèvres, commençant à titiller son clitoris, il en était sûr !
« -Hum, je comprends…mais tu sais, j’ai déjà eu ce genre de refus. Mon armoire là bas est pleine de plein d’objets intéressants. J’ai déjà eu l’occasion d’essayer avec quelques unes de tes copines qui se révélaient récalcitrantes comme toi à pisser devant moi. Il suffit que je prenne une canule…je vais l’enfoncer dans ton cul et au bout de la canule, je vais mettre une grosse seringue que je vais remplir d’eau…et te faire un joli petit lavement….En général, après trois ou quatre giclées de seringue, soit en gros un litre, tes copines ont bien été obligées de pisser, mais pas seulement, si tu vois ce que je veux dire….. !!! »
Elle se cambra violemment, propulsant à ce moment sa vessie de plus en plus pleine et pressante à l’encontre de la main qui la massait.
« Salaud….vous n’êtes qu’un salaud….. !!! »
Il posa doucement le vase au sol, se redressa, et s’empara à pleine mains de ses deux seins, les tordant méchamment, l’attirant vers lui par les mamelons .
« -Qu’est ce que tu viens de dire ? »
Il tordait de plus en plus fort les bouts de sein, lui arrachant un vrai cri de douleur….
« -Aiiiiiiiiieeeee….Noooonnnn…lâchez moi…..Je …je vais le faire….Aiiiiieee ! ».
Il lâcha ses proies charnues. Elle s’affala de nouveau dans la corde, soufflant fortement…Ses cuisses s’étaient entrouvertes….
« -Tu vas faire quoi ? Dis le moi…. »
Le souffle court, encore sous le coup de la douleur intense de ses seins, elle répondit :
« -Je…je vais le faire….je vais …faire pipi….devant vous….
-Ok….voilà qui est mieux…tu vois que tu peux obéir quand on te demande gentiment….allez ma belle écarte toute seule bien grand tes cuisses. ».
Lentement, tremblante, elle obéit, et sentit le froid du vase en verre se frotter contre l’intérieur et venir se coller à l’embouchure de son sexe.
« -J’y arrive pas….
-Je vais t’aider ma douce… ! »
Il reprit sa forte poussée sur la peau de son bas ventre soulevée par cette vessie si pleine, et appuya fermement deux ou trois fois, jusqu’à ce que le liquide jaune clair commence à sortir, inondant les parois et le fond du vase dans un ruissellement fort sympathique. Il abandonna le ventre de la fille si humiliée, et saisit entre son pouce et son index le clitoris entre le haut des petites lèvres, le secouant, majorant ainsi la puissance du jet d’urine qui remplissait le vase dans un clapotis ravissant. Elle ne put réprimer un râle de plaisir, se détendant et libérant son bas ventre d’une pression trop forte. Une fois la miction terminée, elle affala sa tête en avant dans son cou, soupirant longuement. Cette humiliation presque suprême (le pire aurait été qu’il la lavemente….) mêlée à la jouissance de pisser quand on en a trop envie….elle se sentait toute molle…épuisée, mais presque ravie…Elle n’éprouvait même plus de honte, lorsqu’il souleva le vilain bout de tissu de son visage et lui présenta le grand vase aux trois quarts rempli de son pipi….
« -C’est vrai que tu avais une grosse envie…. ».
Elle ferma les yeux, pendant qu’il arrachait enfin de son visage ce qui obstruait sa vue et posait au sol l’urinal improvisé.
Ses lèvres mordirent les siennes et elle se laissa faire pour ce nouveau baiser alors qu’il massait doucement un des seins qu’il venait de torturer si méchamment.
Il se dégagea….
« -Ouvre les yeux, et regarde moi….Alors je recommence à te fouetter, pour finir en beauté ? ».
Elle avait peine à tenir ses yeux ouverts, tant la fatigue l’ankylosait de partout.
« -Non, s’il vous plait…je suis morte…détachez moi, je ne sens plus mes bras…. ».
Il se posa la question quelques secondes….Hum…il l’ aurait bien encore un peu fouettée….Oh oui…sur ces si jolis seins, et puis surtout là, juste entre les cuisses….Il ferma les yeux un instant, imaginant ses seins danser sous ses forts coups de fouet, se couvrir de traces rouges, puis de délecter de ses cris et de ses contorsions lorsqu’il aurait immobilisé ses chevilles cuisses écartées au maximum et qu’il aurait fouetté son entre jambe, par devant et par derrière, tournoyant autour d’elle et faisant siffler la lanière de cuir avant de la frapper, jusqu’à ce qu’elle hurle et le supplie d’arrêter….Hum….plus tard peut être…une autre fois…il lui apprendrait à jouir sous les coups de fouet frappant ses lèvres et son clitoris….
Il ne répondit pas, mais commença par délacer la corde enserrant fortement sa taille, laissant échapper les derniers vestiges de son T-shirt au sol….Une large et profonde trace rouge marquait sa peau, dessinant les torsades de la corde, qu’il balaya doucement du bout du doigt, lui extorquant un petit gémissement. Puis doucement il dénoua la corde suspendue au plafond déliant ses poignets meurtris et massant délicatement ses mains presque bleues et froides. Elle s’affala lentement au sol, alors qu’il la soutenait pour ne pas qu’elle s’étale trop brutalement. Il lui laissa un long moment le temps de reprendre vie, puis l’aida à se relever, la soutenant sous un bras…l’entraînant vers le fond de son bureau. Il ouvrit une porte et elle découvrit une autre pièce avec un grand lit. Il la poussa vers ce lieu de repos, une main toujours sous un bras, mais l’autre déjà contre son cul brûlant. Elle s’allongea et entrouvrit les yeux. Au bord du lit, il défaisait son pantalon et baissait son caleçon, exhibant enfin son sexe bandant à craquer. Elle détourna la tête et aperçut accrochés au mur toute une ribambelle de fouets et martinets, des menottes de toutes sortes et des godes de toutes tailles…..
Il s’allongea contre elle et l’embrassa doucement, puis plus fougueusement, avançant sa main vers l’intérieur de ses cuisses…elle le laissa faire…il sentit l’humidité ruisselante de son sexe…
« Tu es un vrai salaud…
-Oui, je sais…et là, maintenant, tu peux me tutoyer…. ».

Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com