Répondre à : Rendez vous avec le pire

Accueil Forums Discussions générales Récits Rendez vous avec le pire Répondre à : Rendez vous avec le pire

#27116
Anonyme
Inactif


@curious2b Merci beaucoup.
Voici donc la suite.

Paris,
Jardin de L’hotel de Nesle
14 mars 1355.

La salle de « la question» n’était éclairée que de chiches lueurs. L’ombre s’étendait, lourde et lugubre. Seul l’écritoire bénéficiait de la lumière tremblante d’un chandelier. La porte grinça, puis s’ébranla dans un bruit de tonnerre. Il pénétra en silence dans la pénombre où la puanteur du lieu agressa à nouveau ses narines, il était suivi par 3 moines encapuchonnés portant une robe de bure épaisse et exhalant une odeur acre de stupre et de débauche. Un copiste fermait la marche. Chacun s’installa dans un coin de la salle sans un mot sans un bruit.
D’un geste sec le tourmenteur jeta le bâillon au sol. A sa grande surprise il n’y eu aucun cri : la jeune femme semblait résignée, presque impatiente.
-Elle s’appelle Flore dit-il à l’intention du copiste
-…et je sais ce que vous voulez reprit une voix faible presque inaudible.
Le tourmenteur s’arrêta net « un single tail », à la main.
– Et que sais-tu de ce qui nous intéresse femme ?
– Ce qui les intéresse tous le Roi, l’Eglise…Les hommes ne veulent qu’une chose : le pouvoir.
Un éclat de rire retentit dans la salle humide.
-Le pouvoir, Grande nouvelle, et tu crois peut être nous apprendre quelque chose ?
Le cuir mordant du fouet s’abattit sur la croupe ruisselante de la jeune femme.
-Il va falloir m’apprendre autre chose, si tu veux un jour pouvoir t’assoir de nouveau.
Il jubilait, il parcouru sa nuque avec son bout de cuir s’attardant sur sa joue ses épaules. Il caressa cette peau souple et douce d’une beauté presque suspecte puis enfin ses hanches et son cul. Il s’attarda sur ce dernier comme pour exhiber son pouvoir. Il lui suffisait d’un geste pour qu’il la marque à tout jamais.
– Tu sais le traitement que l’on réserve aux exclus, aux hérétiques, aux catins de ton genre qui se sont souillées pour ourdir contre le Roi : on les purifie par là ou elles ont péchés. Mais ce n’est rien comparé à ce qui t’attends alors parle avant que je ne perde patience.
– Le roi est condamné ce n’est plus que l’affaire de quelques heures avant qu’il ne trépasse sous les affres de la douleur…mais je n’en dirais pas plus.
Pendant un instant, on n’entendit plus que le crépitement de la plume du copiste sur le parchemin, il notait tout ce qu’il entendait à la virgule près pour en rendre compte au Roi dans la soirée. Puis le tourmenteur jeta son fouet au pied de la jeune femme, agacé furieux et s’avança vers elle. Il l’a prit par les cheveux sans douceur pour la forcer à le regarder dans les yeux.
-Tu ne le sais pas encore mais tu n’oublieras jamais cette journée.
Il abattit sa main sur sa cuisse puis sur sa croupe, la peau marquait instantanément. Une volée de claques sèches, sonores, précises vinrent rejoindre la première. Son cul orgueilleux devint rapidement un brasier ardent, une couleur rouge soutenue uniformisait désormais inexorablement ses fesses glabres. Mais de sa bouche, pas un mot, pas un cri, seules des larmes amères de douleurs et de honte coulaient sur son beau visage ravagé par la crasse.
-J’ai ordre de ne pas te laisser de marques indélébiles, femme, les liens du sang sont décidément indéfectibles et sa majesté le Roi est trop bon. Mais on m’a confié une mission et je la remplirai, quels qu’en soient les desseins. Alors je te laisse le choix, Parle ou ton corps parlera. Il s’avança à nouveau vers son cul plus déterminé que jamais.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com