Les instruments pour une fessée

Les instruments pour une fessée

Ayant examiné la liste des positions les plus utilisées pour donner une fessée, nous allons à présent nous pencher sur la gamme des instruments avec lesquels cette dernière peut être administrée. Outre une description de chacun de ces instruments et des conseils relatifs à leur utilisation, nous proposerons une évaluation fondée sur trois critères :

  • La technicité correspond à la difficulté qu’il y a à maîtriser l’instrument, et donc la prudence avec laquelle il convient de le manier.
  • Le bruit correspond au volume sonore généré par une fessée administrée à l’aide de cet instrument.
  • Les marques correspondent à la propension qu’a cet instrument à laisser des marques durables (visibles plusieurs heures après la fessée).

On notera que nous avons choisi de ne pas donner d’indications sur la douleur générée par les différents instruments. Deux bonnes raisons à cela :

1.  Deux instruments d’un même type peuvent avoir un impact radicalement différent. Nous évoquerons ces différences au fil de l’article.

2.  La douleur générée par un instrument dépend, avant toute chose, de la manière dont on l’utilise.

Sans plus tarder, entrons dans le vif du sujet !

La main

1sur5
Technicité
5sur5
Bruit
1sur5
Marques

Comment commencer ce panorama sans mentionner le plus traditionnel des “instruments” de correction ? 

La main est l’outil disciplinaire par excellence, et il est parfaitement envisageable de ne jamais en utiliser d’autres. Ses avantages sont multiples : toujours à disposition, elle offre un contact direct avec la demoiselle punie et permet toutes les variations d’intensité, de la plus tendre des caresse à la plus cinglante des claques. 

Ajoutons qu’une fessée à la main peut être tout aussi sévère qu’une fessée donnée à l’aide d’un instrument. Maintes demoiselles pourraient en témoigner…

Après cette entrée en matière, passons à l’examen des instruments proprement dits. Nous commencerons par évoquer les trois instruments les plus utilisés, les grands classiques.

Le martinet

4sur5
Technicité
3sur5
Bruit
3sur5
Marques

Sorte de fouet doté de multiples lanières (typiquement entre 10 et 25), le martinet est l’instrument punitif français par excellence (les anglophones parlent d’ailleurs de “french martinet“).

Chez nous cet instrument a une connotation régressive, puisqu’il servait traditionnellement à corriger les enfants. Une jeune femme qui reçoit le martinet (surtout si c’est un martinet “traditionnel”) n’aura aucun mal à se sentir punie comme une petite fille.

Les sensations qu’il procure sont extrêmement variables, en fonction notamment de la matière dont l’instrument est constitué. Des lanières de laine de coton, de chamois, de daim ou de nylon produisent des sensations très légères : elles sont donc adaptées aux fessées érotiques ou aux fesseurs inexpérimentés. Un martinet aux lanières de cuir d’élan ou de cuir suédé cinglera en revanche bien davantage, ce qui le réservera aux fessées disciplinaires et aux hommes expérimentés dans le maniement du fouet.

À matériau égal, les lanières fines cinglent, tandis que les lanières larges provoquent une sensation sourde. On préfèrera généralement les lanières aux bords arrondis aux lanières à bords droits. On s’assurera en tous cas qu’ils ne soient pas coupants, afin de ne pas risquer de blesser sa partenaire.

Le martinet n’est pas un instrument évident à manier, et il est impératif de s’entraîner avant de l’administrer à une demoiselle. Deux remarques à ce propos :

  • Plus les lanières sont longues, plus leur contrôle est difficile.
  • Les manches courts permettent un meilleur contrôle, tandis que les manches longs assurent un bras de levier plus important et propulsent les lanières avec plus d’énergie.

Le paddle

2sur5
Technicité
4sur5
Bruit
4sur5
Marques

Le paddle est un battoir constitué d’un manche assez court et d’une plaque avec laquelle on porte les coups sur le fessier de la jeune femme.

Si le paddle traditionnel est en bois, on en trouve aujourd’hui de toutes les matières : cuir, plastique, lexan… Certains ont une forme et une dimension proches de celles d’une brosse à cheveux ou d’une raquette de ping-pong ; d’autres, inspirés du modèle utilisé autrefois dans les écoles anglaises, sont beaucoup plus imposants.

Plus le paddle est grand plus la résistance de l’air sera importante lorsque le fesseur l’abattra sur le fessier de la demoiselle : les paddles de petite dimension sont donc généralement plus sévères que les grands. Pour lutter contre ce phénomène physique, certains paddles sont percés de trous ; ces instruments sont alors d’une efficacité redoutable. 

Le fait que la paddle frappe une zone relativement étendue en fait un instrument peu dangereux mais très intense : il est bien souvent redouté des demoiselles, ce qui le rend adapté aux punitions sévères. Il ne coupe pas la peau mais peut facilement laisser des marques, des bleus dès lors qu’il est utilisé de manière un peu intense. 

La ceinture

5sur5
Technicité
3sur5
Bruit
4sur5
Marques

Si elles existent en une variété de matériaux, ce sont les ceintures en cuir qui sont les plus adaptées à la correction des demoiselles. Lors d’une fessée à la ceinture, on plie cette dernière en deux : cela permet d’assurer au fesseur un meilleur contrôle tout en renforçant la puissance de l’impact.

La ceinture est très connotée “discipline domestique“, ce qui en fait un instrument très populaire. Un homme qui retire sa ceinture pour administrer une bonne correction à une demoiselle affirme clairement son autorité masculine. Bien des jeunes femmes apprécient de se sentir prises en main de cette manière…

La ceinture est un instrument très sévère, qu’il convient de manier avec la plus grande prudence. Il est impératif de s’entraîner sérieusement avant de songer à l’administrer à une jeune femme. On pourra par exemple pratiquer sur un oreiller, en décidant de l’endroit précis que l’on veut atteindre et en s’entraînant jusqu’à ce qu’on y parvienne à chaque fois.

Il est fréquent de demander à la demoiselle de compter les coups de ceinture qui lui sont administrés. Outre l’aspect humiliant de cette tâche, cela permet de s’assurer qu’elle va bien et est prête à recevoir le coup suivant.

Penchons-nous à présent sur les autres instruments disciplinaires. Nous les présenterons ici par ordre alphabétique.

La badine

2sur5
Technicité
2sur5
Bruit
4sur5
Marques

La badine est une baguette de bois fine et flexible, assez longue, traditionnellement utilisée pour les châtiments corporels. Il peut s’agir d’une simple branche d’arbuste, de noisetier ou de saule par exemple. 

L’avantage évident de cet instrument est la facilité avec laquelle on peut se le procurer, pour peu que l’on ait accès à un jardin, un parc ou tout autre espace boisé. On veillera naturellement à demander à la demoiselle d’aller elle-même couper et préparer l’instrument qui servira à la corriger…

Le battoir à tapis

1sur5
Technicité
2sur5
Bruit
2sur5
Marques

Un ustensile qui nous vient d’Italie, où sa légèreté, sa prise en main facile, et (bien sûr) son usage domestique, en ont fait l’instrument de prédilection des mamma. Il a, pour cette raison, longtemps été considéré comme un instrument féminin.

Traditionnellement fabriqué en osier, c’est en quelque sorte une version plus légère du paddle. On aurait cependant tort de croire cet instrument inoffensif : une fessée au battoir à tapis peut être tout à fait sévère et laisser un cuisant souvenir à la demoiselle. 

La brosse à cheveux

1sur5
Technicité
4sur5
Bruit
4sur5
Marques

Tout comme le battoir, la brosse est, traditionnellement, un instrument de correction féminin, utilisé par les mères pour punir leurs enfants. Rien n’empêche cependant un homme de l’utiliser pour punir sa compagne, en utilisant la brosse à cheveux de cette dernière.

Il s’agit là encore d’une variation sur le thème du paddle, qui présente l’avantage d’être disponible partout et de passer parfaitement inaperçue ; pratique pour les corrections impromptues en dehors du foyer, lors des voyages par exemple.

Deux choses à noter cependant :

  • Une fessée à la brosse aura tendance à être très bruyante, plus bruyante encore qu’une fessée à la main.
  • La zone d’impact de la brosse étant plus restreinte que celle du paddle, la brosse aura davantage tendance à laisser des marques très visibles sur le fessier de la demoiselle.

La brosse de bain

2sur5
Technicité
3sur5
Bruit
3sur5
Marques

Se distinguant de la brosse à cheveux par son manche plus long (de 20 à 40 cm sur la plupart des modèles), la brosse de bain se rapproche davantage d’un paddle relativement léger. 

Comme les autres objets du quotidien détournés de leur fonction première qui figurent dans cette liste, elle présente l’avantage de pouvoir être achetée dans n’importe quelle grande surface et de passer parfaitement inaperçue dans une salle de bain.

La canne

4sur5
Technicité
2sur5
Bruit
5sur5
Marques

La canne est traditionnellement fabriquée en rotin, mais on en trouve également en bambou ou en roseau. Elle mesure ordinairement entre 1 mètre et 1,20 mètre. Très connotée “éducation anglaise“, tout comme le paddle, elle est relativement peu utilisée par chez nous.

Une fessée à la canne est généralement administrée sur les fesses nues. Assurez-vous que vous disposez de suffisamment d’espace autour de vous pour l’élan du coup. Le mouvement du poignet est important compte tenu de l’énergie cinétique causée par la flexibilité de la canne. Si l’extrémité de la canne n’entre pas en contact direct avec le fessier de la demoiselle, elle s’enroulera et risquera de la blesser : il est donc essentiel que le bout de la canne atterrisse sur la partie ciblée.

Lors d’une fessée à la canne, la sensation est en général double : l’impact initial provoque une douleur aigüe due à la compression du muscle, puis l’expansion du muscle irradie cette douleur sur une surface plus étendue. Pour cette raison, il est préférable d’attendre 30 à 45 secondes entre chaque coup.

La cravache

4sur5
Technicité
2sur5
Bruit
4sur5
Marques

La cravache traditionnelle mesure 60 cm environ. Elle est fabriquée dans un matériel flexible, comme la fibre de verre, et est ornée d’une claquette en cuir mesurant environ 5 centimètres de long sur 3 de large. Cette claquette est soit une boucle en cuir soit deux pattes en cuir superposées . Lors de l’impact c’est le choc entre les deux épaisseurs de cuir qui produit la sensation et le son si caractéristique.

Une fessée à la cravache est généralement administrée sur les fesses nues. On ne doit pas frapper sa partenaire avec le corps de la cravache : seule la claquette doit entrer en contact avec son fessier. Plus le mouvement sera limité à une flexion sèche du poignet, plus celui-ci sera précis. Trouver la distance idéale et maîtriser ce mouvement implique bien évidemment de s’entraîner avant de donner la cravache à une demoiselle.

La cuillère

1sur5
Technicité
2sur5
Bruit
4sur5
Marques

C’est bien évidemment de grande cuillères en bois qu’il est ici question. Pour rester dans la série des ustensiles culinaires, notons que les spatules peuvent également convenir. 

Les avantages les plus évidents de cet instrument sont sa disponibilité et sa discrétion : nul ne s’étonnera de trouver une cuillère de ce type dans une maison. Cependant, assez peu adapté à un usage punitif, il risque de causer des bleus. 

La règle

2sur5
Technicité
2sur5
Bruit
2sur5
Marques

Souvent utilisée par les enseignants comme instrument de punition par le passé, la règle produit un effet similaire à celui d’un paddle de bois fin, sans être aussi douloureuse que ce dernier. Les règles en plastique sont trop légères et risquent de casser, et les règles en métal sont inadaptées : ne restent donc que les bonnes vieilles règles en bois.

En raison de son faible poids, une fessée à la règle sera presque toujours donnée sur les fesses nues. On veillera à maintenir l’instrument parfaitement à plat au moment de l’impact, faute de quoi on risquerait de créer des contusions à l’endroit où atterrit la tranche.

La strap

3sur5
Technicité
4sur5
Bruit
3sur5
Marques

La strap est un instrument flexible, généralement en cuir, composé d’un manche court et d’une lanière de 30 à 40 cm environ. On peut la considérer comme une variante de la ceinture, dans une version plus courte et plus légère, ce qui la rend plus facile à manier.

En raison des dimensions réduites de l’instrument, diverses positions sont envisageables pour une correction à la strap : la jeune fille peut être placée soit sur les genoux du fesseur, soit debout, soit courbée… Plus la distance entre le fesseur et la jeune femme est important, plus les coups pourront être appuyés, en raison de l’élan donné à l’instrument : tout dépend donc de la sévérité de la correction envisagée.

La tawse

3sur5
Technicité
3sur5
Bruit
4sur5
Marques

Un instrument qui nous vient d’Écosse, où il a longtemps été utilisé dans des contextes conjugaux, éducatifs et judiciaires. Il s’agit d’un morceau de cuir taillé en forme de paddle  et dont la partie destinée à frapper le fessier est fendue en deux ou trois.

Cet instrument est réputé plutôt douloureux. Lors d’une fessée à la tawse, la jeune femme se tient ordinairement debout et penchée en avant, les fesses nues, bien que d’autres positions soient tout à fait envisageables.

Les verges

3sur5
Technicité
1sur5
Bruit
3sur5
Marques

Les verges sont un ensemble de fines branches de bouleau enfagottées. Jusqu’au XIXe siècle, elles étaient l’instrument punitif le plus utilisé en Europe.

Les verges ne sont douloureuses que si on les applique à un fessier nu. Même une fine couche de vêtement absorbe la plus grosse part de leur effet, car prise individuellement chaque verge est fine et légère. La douleur produite par cet instrument est tout d’abord étonnamment légère, mais elle augmente de manière cumulative avec le nombre de coups. Les verges laissent un enchevêtrement de fines lignes rouges sur la peau, qui peuvent sembler impressionnantes mais qui disparaissent en quelques heures.

Le bouleau est le seul arbre dont les branches soient assez fines et flexibles pour cet usage. Les verges doivent être préparées peu de temps avant la correction (elles doivent avoir été coupées le jour même). Quand les branches sèchent, elles deviennent en effet cassantes, et perdent leur flexibilité. Sachez également que la pièce dans laquelle la fessée a eu lieu aura besoin d’être nettoyée après la correction pour ramasser tous les petits morceaux de bois qui se seront séparés du reste de l’instrument.

Conclusion

Quel que soit l’instrument utilisé, la règle d’or est d’assurer la sécurité de sa partenaire. Pour ce faire, rien de tel que le dialogue (avant, pendant et après la fessée) et l’entraînement, qui seul permet d’éliminer (ou tout du moins de réduire considérablement) le risque de coup maladroit. Corriger une demoiselle est une responsabilité importante, dont on doit se montrer digne par une attention de tous les instants.

 

36 commentaires

  1. pour moi les ustensiles sont a bannirs car ils martyrise plus qu’il punisse et je pense que une bonne féssée punitive et très sévere bien appliquée d’une main très ferme fera beaucoup plus d’effet mais c’est un avis personnel

    • Les instruments quand ils sont bien utilisés ne “martyrisent” pas. Ils apportent des sensations différentes. Ils permettent en fonction de notre imaginaire justement de nous sentir encore plus punie, plus honteuse.
      Je ne pense pas qu’il y ait à comparer la main ou les instruments. Chacun y trouve son plaisir en fonction de ses envies mais il ne faut pas être fermé à la ” nouveauté”.

      • 200% d’accord avec toi Christal 🙂

      • Je rejoins totalement Christal moi aussi. Comme très bien dit en tête de l’article, l’effet dépend en premier lieu de la manière dont on utilise l’instrument!
        Pour avoir une fois donné une sévère fessée uniquement à la main pendant plus d’une heure (souhaitée par la récipiendaire, je le précise, elle ne voulait pas d’instrument!), je peux dire que :
        – elle a eu plus de marques que bien souvent avec des instruments (une petite semaine)
        – ma main s’en souvient encore, j’ai presque cru que j’allais céder le premier!

    • 1 bonne punition çà doit laisser des traces sinon pas obligée dy aller fort & rapidement tout en douceur & tout en longueur pour faire durer le plaisirs & les plaisirs mais aussi pour changer de l ordinaire & mettre du FUN ensuite çà peut être rapide & souple puis ferme & lent & 1 fois bien rodée bien échauffer soit au cours d 1 séance où au long court …rapide & ferme

  2. Bonjour,j’aimerais savoir où est-ce qu’on peut obtenir ces instruments,chez moi il n’y a que la règle et encore ellle ne fait pas mal , merci.

    • Bonjour, tu peux en trouver sur les sexshop en ligne, dans les sexshop boutique ou bien encore sur internet en faisant une recherche spécifique. j’ai acheté la tawse à 4 lanières sur ebay (et elle est très beaucoup efficace, mon chéri l’adore)

      • Si on fait preuve d’un peu d’imagination, on trouve des instruments tout plein autour de soi! Moi, j’en vois partout… (mais non, je ne suis pas du tout focalisé sur le sujet!)
        Il faut juste faire bien attention à l’hygiène dans ce cas (nettoyer/désinfecter avant et après), et y aller doucement au début pour bien se rendre compte des effets…
        Cela peut être très troublant pour les deux de détourner les objets du quotidien.

        • Chez nous, on teste. Si c’est trop violent ou “désagréable”, on ne refait pas si non, on garde dans un coin de mémoire.
          Pour lhygiène, c’est une question de logique mais c’est bon de le rappeler.

  3. Deux petites remarques :
    – Certains instruments, comme la ceinture quand elle est repliée ou les Langues de Dragon, font un effet de Double Impact.
    La deuxième lanière vient frapper sur la première, ce qui rajoute du piquant à l’instrument.
    En général l’effet douleur est sévèrement amplifié. 😉 et “apprécié”.

    – Pour les orties, effectivement très pratiquées en saison, est-ce que c’est vraiment de l’ordre de la “Fessée” proprement dite ? Un peu comme le martinet d’ailleurs ?
    Car si effectivement tout ce qui tape les fesses peut être considéré comme Fessant, c’est quand même plus de un geste de fouetter que de taper, je trouve.
    Vous “Tapez” avec des orties, vous ?

    • Les orties ? On peut les utiliser pour frictionner les fesses , ou les “caresser” du bout des feuilles ou encore les utiliser comme ” coussins” sur lequel le(la) soumis(e) va devoir d’asseoir … effets garantis et d’une certaine durée ….
      Quant au martinet … c’est un must, selon moi ! Pratique, cinglant , souple , non dangereux mais tellement efficace
      Et pour ceux qui cherchent d’autres effets encore, il a l’avantage de pouvoir ” s’insinuer” où l’on veut …
      De plus , rien que à sa vue , les puni(e)s souvent se mettent à paniquer …

      • Paniquer, vraiment ? ^^ Je crois que beaucoup adorent ça, en fait. 😉

        • Panique, stress , anticipation … tous les ingrédients pour effectivement créer le trouble… que beaucoup adorent….

  4. belle trés belle inventaire de l art & la maniere de l art de la féssées enfins les arts & manieres avec où sans maniere de faire féssée

  5. avez vous essayer avec des orties ? oui il faut tout essayer & ne pas hésiter a réessayer 1 seconde fois tout en sachant que çà seras problablement la derniere & dans dans ce cas pourquoi ne pas y aller bien bien fort ..si madame où monsieur ne veut pas ainsi pratiquer 1 premiere puis 1 derniere féssée de la sorte de maniere a en refuser le minimum ..si par exemple 1 féssée classique dure 1/4 d heure faire durer celladmin@deculottees.fr ci 1/2 heure voir 1 heurede sorte a peut etre prefere en recevoir1 bien dure 1 fois dans l année que trés trés dure même 1 seule fois1 bien severe 1 fois par mois qu 1 trés trés dure 1 fois touts les ansoù ne sait jamais il n y as que les imbéciles qui ne changent pas d avis

Répondre

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com