Robert spanko raconte

Accueil Forums Discussions générales Récits Robert spanko raconte

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  missdroopy, il y a 5 jours et 2 heures.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #25986

    Robert spanko
    Participant

    Rentrée trop tard

    Cela faisait maintenant trois mois que nous vivions ensemble, d’un comme un accord une amitié cooptée en amour de deux cœurs lassés de se nourrir de leurs belles histoires au passé.
    En fait j’aimais Karine et il est vrai qu’elle avait remis de la vie dans cet appartement que j’avais au dessus de mon bar.
    C’était pas une bonne ménagère la Karine, mais elle faisait de son mieux, c’était pas une spirituelle ma Karine mais tellement elle était ingénue je lui pardonnais tout, et surtout on riait beaucoup,
    Un soir de 14 juillet ou j’avais travaillé toute la journée et drogué de fatigue, elle me dit :
    On va a la fête?
    Non Karinette je suis trop fatigué
    Oui mon Cheri tu veux un massage ?
    Oui s’il te plait
    Elle a commencé a me masser tellement bien en me susurrant des mots doux a l’oreille et sentant que j’étais juste au bord du sommeil elle me dit d’une voix encore plus douce « Je sors je serais la a 1h du matin »,

    -OK si tu veux mais pas plus tard et fais attention
    -Promis promis mon Chéri a tout à l’heure,

    Suite à quoi je m’endormais profondément et joyeux à l’idée que quand elle rentrerait, contente de cette largesse de liberté que je venais de lui accorder, elle serait d’humeur « taquine »,

    Deux rêves plus tard le froid me réveille la fenêtre était ouverte
    En me levant pour la fermer je m’aperçois qu’il est 5h du matin,,,,,,

    J’allume une cigarette pendant que mon sang ne fait qu’un tour , attrape mon téléphone et appelle Karine ,

    Tuuuuuut
    -Mais tu es ou ?
    -Ho tu m’emmerdes je suis en train de boire le café ,,,,,clap
    Elle me raccroche au nez,

    Je la savais légère dans l’esprit mais je compris très vite que sa légèreté avait d’autre frontières dont une qu’elle venait clairement de dépasser,

    Excédé j’entrepris de rassembler ses affaires dans sa valise, j’ai tourné mon fauteuil en face de la porte d’entrée, je me suis servi un whisky, et j’ai disposé sa valise bien en vue.
    Bref je l’attendais de pied ferme,

    1,2,3 Cigarettes il est 7h20 :
    J’entends qu’elle met ses clés dans la serrure, je reste dans le noir et regarde comment elle va se comporter.
    Elle a ses Talons à la main pour faire moins de bruit, elle contourne l’îlot de la cuisine et se rend à l’évidence qu’il faut qu’elle allume la lumière ,
    BBBim elle me voit sur mon fauteuil et lache ses talons de par la surprise,

    -Hou tu m’as fait peur !!!
    -Alors je ne vais te dire qu’une seule chose Karine !!! Tu as le choix (je pointe du doigt sa valise)
    -Ho non tu vas pas me mettre dehors !!!
    -Ou alors tu vas ce coup ci prendre la punition que tu as mérité et la tu vas voir que je ne plaisante pas avec ce genre de choses, Tu vis avec moi donc TU NE DECOUCHES PAS Mais tout d’abord tu vas aller prendre une douche puisque je ne sais même pas d’où tu viens !!!
    -Maiisss,,,,
    -Il n’y a pas de mais ,,,,

    Elle entre en furie dans la chambre et se déshabille en marmonnant « et maintenant il décide quand je prend ma douche , pfffff »

    Je suis au aguets et dés que sa petite culotte a fini de tomber sur ses chevilles je lui mets une première claque sur les fesses qui la fait sursauter :

    -A la douche !!!!

    -Mmmmm Mais non Mais ,,,,
    Je la regarde d’un air insistant avec la main sur la boucle de ma ceinture,
    Elle s’exécute rejoint la salle bain en me jetant un regard de défiance et claque la porte.
    Ce qui me laisse largement le temps de mettre le tabouret au milieu de la chambre qui sera l’autel de sa punition, preuve de son amour pour moi ou, si elle décide de partir, de la fin de notre histoire.

    Elle finit ses ablutions et sort finalement ses cheveux blonds frisés trempés et sa nuisette bleue transparente qui laisse deviner qu’elle n’a pas de culotte  :
    -Mais il faut que je te dise ,,,,
    -Non c’est trop tard Karine, Tu as un choix à faire et il me semble avoir été clair, je t’écoute
    -Mais je ne veux veux pas qu’on en arrive la j’ai déconné un soir ce n’est pas pour ça qu’il faut que tu me mettes a la rue et puis en plus ,,, je t’aime.
    Alors si tu m’aimes tu connais la suite, et puis tu n’as pas « déconné » comme tu le dis si bien tu as été vilaine dis le !
    En finissant ma phrase je l’empoigne et l’enjoint a me rejoindre sur mes genoux et pose ma main sur son fessier qui, je le sens frémit déjà, DIS LE !!!
    -j’jjjjj’ai été vilaine
    – et donc conclusion ?
    -Tu vas me mettre une fessée
    -VOILA

    Les premières claques sont douces sur le fessier vêtu seulement de la mousseline de sa nuisette ,1,2,3 elle geint et se débat 4,5,6 avec plus d’intensité je marque une première pause
    -C’est tout ce que tu as a me dire jeune fille ?
    -NNNooon Pardon
    -C’est trop tard et on va continuer alors.
    Je relève doucement la nuisette sur ses hanches tout en caressant ses fesses qui sont maintenant totalement nues et à la merci de la correction que je lui administre.
    J’entreprends de corser les choses jusqu’à obtention de la couleur rouge qui me plaira sur ses fesses,
    Elle se débat de plus belle et tente de protéger son céans avec sa main que j’éloigne et plaque sur son dos pour plus de contrôle.
    Tu commences a comprendre ?
    Oui Cheri Oui je ne le ferais plus
    Je sais
    Je finis avec 4 belles claques sur chaque fesse et la remet en position debout
    Ses yeux sont a la limite des larmes mais apaisés maintenant la défiance a complètement disparu

    -Tu as Compris tu dis ?
    -Oui
    -Par contre il nous reste un petit détail à régler,
    -Non Chéri j’ai compris!!!
    -Si il me semble que tu m’as dit que je « t’emmerdais » ?
    -oouii mais c’était dans le délire de la fête je ne voulais pas te parler mal
    – Il fallait y réfléchir avant , Du coup tu sais ce que tu as gagné ? C’est comme à la fête ;
    -Non s’il te plaît je suis désolée,
    -C’est trop tard. Et c’est ma Karinette qui a gagné 10 coups de ceinture !!!!
    -nnoooonnn

    -Mets tes main sur tes genoux, tu vas compter chaque coup en me disant « je ne le ferais plus »

    Je défais ma ceinture et l’aide a se pencher un peu plus en avant et commence a chaque coup elle s’exécute et me dit « je ne le ferais plus » jusqu’au 7 eme ou elle entreprend de remplacer la phrase par « je t’aime »en sanglots ce qui m’emplit de bonheur et me fait décider d’arrêter là la punition,

    Elle pleure je me rassoit sur le tabouret et lui prend la main
    -Non S’il te plait
    -scchuuuut viens

    Je la prend dans mes bras et lui caresse doucement les cheveux
    -Tu vois ce que je dois faire ?
    -Oui mon ange j’ai compris, plus jamais,
    Elle descendit d’elle même sa tête entre mes jambes pour me remercier de toute la bonne éducation que je venais de lui prodiguer,

    C’était la première et la dernière fois que je l’ai fessée, puisqu’un mois et demi plus tard elle réitéra ses escapades et comme la fessée ne se donne que par amour je ne lui ai laissé que sa valise.
    Cette histoire est comme elle est puisqu’elle est vraie.

    ROBERT SPANKO

    #26024

    missdroopy
    Participant

    « la fessée ne se donne que par amour » : je partage complètement votre avis. Si on se réfère uniquement à votre récit, cette belle histoire se termine de façon assez abrupte 😰

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.