Petite parodie !

Ce sujet a 7 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  Vil1tidiab, il y a 5 jours et 13 heures.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #19039

    Vil1tidiab
    Participant

    A toutes les filles que j’ai fessées avant
    Qui sont BD SM’ maintenant
    A leur volcan de larmes
    A leur torrent de spasme
    Je suis resté turgescent *

    A toutes les filles que j’ai fouettées avant
    En cours de lycée, postérieur bondissant
    Aux fesses déchirées
    A leurs culottes abaissées
    Je suis resté turgescent

    Elles avaient, elles avaient,
    Des océans au fond des yeux
    Elles dansaient, elles dansaient,
    Pour regarder plus aà nos yeux
    Elles disaient, elles disaient,
    Que l’amour c’est toute une vie à deux
    Elles avaient dans un sourire moqueur
    Quelque chose de secret
    Elles gravaient nos deux cœurs
    Lié aux arbres des forêts
    Elles pleuraient comme on pleure
    Quand on a bien été fessée

    Des beaux séants au fond des yeux

    A toutes les filles que j’ai fessées avant
    Qui sont devenues femmes maintenant
    De leurs éclats de rire
    A nos nuits de plaisir
    Je suis resté turgescent
    A toutes les filles martineté avant
    De plage, de soleil, en dîners dansants
    Aux secrets murmurés
    Aux passions fustigées
    Je suis resté tur – gés – cent

    Oui, je sais, je suis zorib et Satan m’habite.

    * turgescent :

    1. PHYSIOL. [En parlant d’un tissu ou d’un organe] Qui est devenu gonflé, notamment par l’apport de sang veineux. Pendant les attaques et quelques minutes encore après leur disparition, la face devient turgescente et violacée (Cadet de Gassicourt, Mal. enf., 1880, p. 97).Nous allons, dit le médecin, vous faire une nouvelle saignée, madame, pour vous soulager mieux. En sortant, il expliqua: − C’est malheureusement la quasi-vacuité du système artériel, que voulez-vous? Toutes les veines sont turgescentes, et aussi le foie (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 350).
    − En partic. [En parlant de la verge] Qui est en érection. La verge d’Aaron toute droite et turgescente (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 309).

    2. BOT. [En parlant d’une cellule végétale] Qui devient gonflé à la suite d’un apport d’eau. Lorsqu’on plonge un tissu végétal dans l’eau pure, il absorbe de l’eau par osmose, ses cellules se gonflent et deviennent turgescentes (Adr.-Legr.1981).

    B. − P. ext., littér. Qui est gonflé. Dans un cadre noir, un énorme potiron s’étale, turgescent, près d’un coquemar de fer noir et d’une écuelle de cuivre jaune (Huysmans, Art. mod., 1883, p. 164).
    − P. métaph. Hugo poète turgescent. Quinet poète turbulent (Sainte-Beuve, Poisons, 1869, p. 32).

    Prononc. et Orth.: [tyʀ ʒesɑ ̃], [-ʒ εs(s)ɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1812 physiol. (Boiste); 2. 1869 p. métaph. (Sainte-Beuve, loc. cit.). Empr. sav. au lat.turgescens, part. prés. de turgescere « se gonfler, s’enfler ». Cf. au xvies. turgent (1561, G. Paradin, Hist. de notre temps, 635 ds Delb. Notes mss: humeurs […] turgens; apr. 1568, A. Paré, Œuvres compl., éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 3, p. 411b: matiere […] turgente), empr. sav. au lat. turgens, part. prés. de turgere « être gonflé, enflé ». En angl., turgescent apparaît dès 1727 et turgent, ca 1440 (v. NED). Fréq. abs. littér.: 10. Bbg. Blochw.-Runk. 1971, p. 263.

    #19041

    Anonyme

    @vil1tidiab Martineté lol

    #19061

    Vil1tidiab
    Participant

    Pourquoi, @helea, c’est pas comme ça qu’on dit ?

    #19062

    Anonyme

    J’avoue que je ne connaissais pas lol

    Mais, ça rime au moins.

    #19164

    Fraise Des Bois
    Participant

    J’adore ! il y a des trucs géniaux dans cette parodie “de beaux séants au fond des yeux-eux” Super bien trouvé !

    #19735

    Elea
    Participant

    J’adore aussi.
    Moi c’est plutôt sur les paroles suivantes que je craque :
    “A leur volcan de larmes
    A leur torrent de spasme”

    C’est tellement çà….Quel talent !!! 😉

    #19743

    Coolflyer59
    Participant

    Bravo, Tres beau texte!

    #20629

    Vil1tidiab
    Participant

    z’en voulez une autre ?
    Bon, d’accord :

    À la claire fontaine
    M’en allant promener,
    J’ai trouvé “O” si belle,
    Que j’ l’ai déculottée

    Il y a longtemps que je fesse
    J’aimerais tant vous fesser.

    Sous les feuilles d’un chêne
    Je me l’ai allongé,
    Avec une haute branche,
    Je me suis fait un fouet.

    Il y a longtemps que je fesse
    J’aimerais tant vous fesser

    Hurle donc, couine et chante,
    Toi qui as le cul rossé
    Tu as un cul a frites,
    Moi, j’aime te faire pleurer.

    Il y a longtemps que je fesse
    J’aime tant et j’aimerais.

    T’en as pris une bonne dose
    Sans l’avoir mérité,
    Pour une paire rose,
    Que je t’ai distribué.

    Il y a longtemps que j’te fesees
    Jamais je ne te raterais.

    Je voudrais que la rose
    Fût couleur du rouget,
    Et que ma douce amie
    Se frotte le fessier

    Il ya longtemps que j’la fesse
    Et j’ vais encore la fesser

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.