Les larmes …

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Les larmes …

Ce sujet a 11 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  Vil1tidiab, il y a 1 semaine et 2 jours.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #15057

    Paulparis
    Participant

    Dans de nombreux récits – ici ou ailleurs – et dans vos témoignages d’expériences vécues, la gourgandine dument fessée pleure. Elle témoigne sans doute ainsi d’un lâcher-prise qui est à mon sens le meilleur témoignage d’une jeu qui arrive à ses fins. La jeune fille se laisse aller, extériorise ses sentiments. Elle a accepté, pire, elle voulu être fessée, sévèrement, et elle en accepte les conséquences jusqu’au bout. C’est beau, c’est bon.

    Et pourtant, les larmes d’une jeune femme me mettent mal à l’aise. Même si je sais qu’elles ne sont que la conséquences d’un “jeu” parfaitement consenti, parfaitement assumé et voulu, je n’aime pas voir une femme pleurer. Et comme j’en suis mal à l’aise je n’arrive plus à poursuivre la punition jusqu’à son terme. Le nounours que je peux être reprend le dessus… et les câlins avec.

    Et vous ?

    #15058

    Duval
    Participant

    Personnellement, je n’ai jamais fessé une dame jusqu’à la faire pleurer.
    Je serais aussi mal à l’aise dans ce cas-là…😮

    #15069

    mi-ange
    Participant

    Personnellement j aimerai énormément pouvoir avoir ce lâcher prise mais je pense que c est très difficile…les dernières fessées que j ai reçues étaient réellement très dures mais….même en forçant….j ai eu les yeux humides…mais pas de larme libératrice.
    Pourtant, chez moi c est un véritable besoin…..

    #15071

    Eilinel
    Participant

    Mi ange, peut être qu’à trop les vouloir, tu bloques et ne peux te laisser complètement aller
    Les larmes , selon moi, n’ont pas forcément avoir avec la douleur, au contraire même quelque part, y a comme une sorte de mécanisme qui s’opère pour supporter la douleur, parfois une forme de dissociation, une colère qui maintiens, mais aussi au bout d’un moment le cerveau libère des endorphines du coup ça shoote.
    Personnellement, j’aime bien quand les larmes se pointent, mais j’évite d’en faire un truc absolue, sinon ça na vient pas. A titre personnelle, c’est pas vraiment la douleur qui me fait craquer, mais un ensemble, quand les émotions sont très ( trop ) fortes. Du coup ce qui compte le plus, selon moi, ce sont les mots, le degré de culpabilité, mélangé à la honte, la douleur ect … C’est ce tout qui peut parfois me faire basculer.
    D’ailleurs les dernières fois où j’ai pleuré, c’est à des moments où mon partenaire finalement ne ” tapait ” même pas, quel pas gentil et sadique ( si tu passes par là : Bisousssssssssssss :p )

    #15073

    mi-ange
    Participant

    Oui mais, pas facile de faire comprendre ça.
    Mon homme veut me «liberer» mais, malgré mes protestations….a part taper vraiment fort….
    J aimerai qu il me fasse la leçon, qu il joue plus sur le cote humiliant…
    Une fessée meme tres forte, avec intruments divers et variés e declenche que le phénomène du a l échauffement des zones sexuelles….mais, pas une larme…
    Alors j essaye de calmer moi même le jeu….Je sais qu un jeu innocent peut déraper facilement quand on cherche à soumettre une partenaire féministe, fière, grande gueule…et jusqu au boutiste.
    Quels mots, quelle(s) situation(s) peuvent vous faire lâcher prise ?
    Au plaisir de vous lire eilinel.

    #15074

    Eilinel
    Participant

    A vrai dire c’est assez intime et personnel.
    Si vous aimez que votre partenaire vous gronde et joue sur votre honte, c’est là que les mots sont importants, je crois.
    A vous de lui exprimer vos envies et attentes, et trouver entre vous , votre façon de faire qui vous convienne à tout les deux.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par  Eilinel.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 3 jours par  Eilinel.
    #15093

    mi-ange
    Participant

    Merci Eilinel,
    J y travaille….mon homme a un.peu de mal a saisir ce que j attends…
    Peut-être(sûrement) parcequ il ewt pçus facile de frapper comme un sourd que de trouver les bons mots.
    Mais j y travaille…..
    Merci encore pour tous ces très bons conseils.
    Cordialement.
    Mi ange

    #15105

    Misty
    Modérateur

    @mi-ange : Il y a quelques années, je me trouvais un peu dans la même situation que vous, dans le sens où j’avais une curiosité et un besoin de connaître ce fameux lâcher prise jusqu’aux larmes, mais cela n’arrivait jamais, si bien que c’en est devenu frustrant. Et puis un jour c’est arrivé, alors que je m’y attendais pas, tout mon corps s’est détendu et les larmes sont arrivées…

    Une fessée, c’est bien plus qu’une série de coups plus ou moins forts appliqués sur les fesses, c’est un subtil mélange de honte, de douleur, d’excitation… le fait d’accepter de remiser sa fierté au fond du placard est un exercice particulièrement difficile en ce qui me concerne – je suis une entêtée orgueilleuse :-p – et ce n’est pas juste les coups qui me feront baisser les yeux (à moins de me battre réellement peut être, mais on sort du domaine du fantasme dans ce cas…), ni simplement le fait de montrer mon corps à moitié nu (au risque de paraître imbue de ma petite personne, je suis très à l’aise avec mon corps). J’ai besoin de me sentir aimée, désirée, en toute confiance, guidée, sermonnée (avec des mots cinglants, vrais, justes, appropriés, auxquels on ne peut émettre aucune objection), dépossédée de mes droits de femme adulte (infantilisée en d’autres termes). Si je devais voir la fessée comme une réaction chimique, ces éléments-là seraient les réactifs, la douleur en serait le catalyseur et en guise de produits je dirais une honte incandescente, un lâcher prise allant parfois jusqu’aux larmes, conduisant à une excitation indécente (les joies d’une réaction en chaine ! :D).

    Bref, le secret c’est d’être en phase avec son partenaire (si besoin, essayer de lui faire comprendre ce dont on a réellement envie), de ne pas faire de fixation sur un état que l’on voudrait à tout prix atteindre au risque de bloquer toutes les chances qu’il se produise, de garder à l’esprit que les larmes ne sont pas non plus une fin en soi (personnellement, je les aime occasionnelles ;)), de se laisser porter, d’essayer de vivre l’instant présent à fond … pas forcément évident, mais les meilleures choses sont rarement les plus faciles à atteindre et comme on dit : tout vient à point à qui sait attendre 😉

    En tous cas, bonne chance @mi-ange dans votre quête du Graal (é_è)

    @paulparis : difficile de répondre à ce post, je ne suis pas un monsieur, et je ne donne pas de fessée, mais la petite sadique que je suis aime voir, quand elle est spectatrice, une demoiselle repentante et reniflante (aimer au sens où en principe, c’est le signe d’une fessée réussie), et vous l’aurez compris à travers ce que je viens d’écrire : en ce qui me concerne, plus je me sens honteuse, morveuse, « matée » plus plus plus… (blush) (bon, bien sûr, au bout d’un moment, j’ai eu ma dose et je suis contente de voir mon affreux tortionnaire virer gros nounours et me faire plein de câlins… )

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par  Misty.
    #15108

    Etienne
    Participant

    Je pense que les larmes sont un élément difficile à analyser pour le fesseur. On peut y voir chez certaines un accomplissement, un lâché prise salvateur.
    J’ai connu aussi une fois des larmes qui exprimaient plutôt une honte d’avoir céder à son fantasme et ce moment délicat ou l’on sort du rôle et du plaisir juste pour ce dire qu’est ce que je fais la. Je ne sais pas si je le fais bien comprendre?

    #15109

    mi-ange
    Participant

    Oui…tout a fait clair…
    Mais j ai un âge ou on admet sans honte nos fantasmes…
    Donc, personnellement il me serais difficile de pleurer pour ça.
    Plus comme le disait ci poétiquement misty …une alchimie entre plusieurs choses….
    C est que…je suis une sacrée dure a cuire….un vrai démon.
    Cordialement.
    Mi ange

    #15111

    Eilinel
    Participant

    Etienne, peut être étais-ce une étape , qui lui était nécessaire dans l’acceptation de son fantasme. Je ne pense pas qu’il faille se focaliser sur les larmes. Pourquoi certain(e)s pleurent devant un film, un bouquin, une toile, une discussion ect … Ce sont simplement des émotions, c’est humain, je crois. Les larmes ne sont pas que la démonstration d’une souffrance, et encore si elles le sont, mieux vaut, selon moi, que ça sorte plutôt que ça reste pourrir tout au fond.

    #15116

    Vil1tidiab
    Participant

    Pour ce qui est de nos pratiques, Tit’ Plume et moi même n’allons pas jusqu’au larmes. Je respecte son désir même si ce n’est pas l’envie qui me manque.
    Une fois j’ai faillit lui décrocher ces larmes mais me suis arreté dès que j’ai vu que ça arrivait.
    Ceci dit, ce ne sont pas des fessées punitions que nous pratiquons.

    Pleures
    M’est avis qu’elle en a reçu une bonne.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.