Julien, Fesseur Lyonnais

Accueil Forums Discussions générales Présentations Julien, Fesseur Lyonnais

Mots-clés : 

Ce sujet a 28 réponses, 13 participants et a été mis à jour par  Tarte-au-citron, il y a 2 semaines et 6 jours.

14 sujets de 16 à 29 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Messages
  • #14236

    Julien_Lyon
    Participant

    @elea : je me pose la même question … Je pense que ça pourrait marché ce genre de clubs… Bref ^^

    Pas de soucis pour la pollution, tant que ça parle fessée, ça me va bien hi hi

    Je peux juste attester qu’en moyenne, je trouve les filles plus résistantes… bien que j’ai fessée 2 ou 3 jeunes hommes assez rudement, leurs fesses étaient plus qu’écarlates, et ils n’ont jamais bronché. Pareil chez les filles, il y en a des plus ou moins résistantes. Peu m’importe, en tant que fesseur, du moment que l’autre éprouve honte, douleur et plaisir, à son niveau, ça me va bien. Pas besoin de punitions exceptionnellement sévères pour que j’apprécie fesser 🙂

    #14239

    Tarte-au-citron
    Participant

    => elea

    Merci à vous, je suis aussi venu ici pour les débats qui sortent des sentiers battus et rebattus, quitte à déplaire à certains… rire.

    Vous avez tout à fait raison, les hommes par éducation ne savent plus pleurer… Pourtant, cela n’altérerait en rien leur virilité… Cela les rendrait bien plus libre et bien dans leurs peaux,au contraire .

    Faire pleurer une dame, ce n’est pas une question de sévérité de la fessée. Bien au contraire, si la fessée est trop forte, la personne renferme son corps dans une sorte de mode défensif et protectif qui empêche de pleurer. En fait, il y a comme une sorte de “fenêtre de tir” : assez fort pour que la dame perde prise, et assez doux pour qu’elle reste détendue et en sécurité.

    #14251

    Tarte-au-citron
    Participant

    Je suis d’accord… pourquoi n’y aurait il point des club de fessées dans les grandes villes ? Il y a bien des clubs de philatélistes ou de modélisme…

    #14252

    Julien_Lyon
    Participant

    @tarte-au-citron : un concept à lancer !!!
    bon, le problème serait la discrétion… C’est encore un sujet trop tabou… Perso je n’aimerais pas que ma famille, mes amis ou mes collègues sachent que je fréquente ce site ^^

    #14254

    Fraise Des Bois
    Participant

    pourquoi n’y aurait il point des club de fessées dans les grandes villes ?

    Peut-être parce que la fessée est une pratique sexuelle, donc qui relèvent a priori de l’intimité, contrairement à la philatélie, au modélisme, ou à la cinéphilie ?

    #14256

    Julien_Lyon
    Participant

    @fraise : bien vu !

    #14258

    Tarte-au-citron
    Participant

    Je crois que le problème de la discrétion n’est point dirimant. A ma connaissance, le club de la fessée entre hommes n’a jamais eu de problème d’indiscrétion…
    Je crains que si les choses ne se font pas, c’est peut-être aussi parce que le petit monde de la fessée n’est en rien tout rose, tolérant ni de bonne volonté… et après tout, nous sommes rien moins que des humaines ordinaires.

    Mais peut être un jour…

    #14260

    Tarte-au-citron
    Participant

    Je dirais que “pratique sexuelle” n’est qu’une manière de voir, nombreux, dont moi notamment, ne le voient point ainsi. De plus, quand bien même il en serait ainsi, il y a bien moultes clubs échangistes par exemple…
    Autre fait, il y a de nombreux clubs de fessée en terre américaine, pourtant assez puritaine comme l’on sait…

    #14266

    Fraise Des Bois
    Participant

    Tarte-au-citron, quand je parle de “pratique sexuelle”, je ne veux pas dire “rapport sexuel”. Vous avez dit vous même dans un autre poste, qu’une fessée punitive était réussie s’il y avait des larmes et de la cyprine… La cyprine, me semble-t-il est l’expression la plus absolue de l’excitation sexuelle, non ? Allons, ne nous voilons pas la face. La fessée est un mode d’excitation sexuelle, même si elle est une pratique pour laquelle la cérébralité est capitale. Le plaisir qu’elle apporte, tout cérébral qu’il puisse être, est de nature sexuelle. Le sadomasochisme est une pratique sexuelle. Les sites consacrés à la fessée sont des sites à caractère érotique. Vous pensez sérieusement qu’on puisse fesser ou être fessé(e) comme on fait une collection de timbres ?

    #14268

    Eilinel
    Participant

    Je partage le point de vue de Fraise, ça me dirait trop rien d’aller dans un club ” spécial ” fessée , si j’aime la pratiquer en groupe ( mais toujours en choisissant les personnes avec qui je pourrais le faire ) , si j’ai adoré jouer en club sm , il n’empêche que pour moi , je préfère avant tout la pratiquer dans l’intimité avec mon partenaire.

    En club SM, moi qui aime pratiquer la fessée de manière punitive, quelque peu régressive, en club j’ai pas pu m’y sentir libre. Je n’aurais pas pu assumer cette partie de moi. Tout simplement parce que j’ai besoin de confiance et bienveillance pour ces jeux , et ce n’était ( pour moi hein ) pas possible de le faire entouré de personnes que je ne connais pas.
    Mon fantasme de fessée est certainement le plus important mais aussi le plus intime que j’ai.

    S’il m’est plutôt aisé de me faire fouetter publiquement, il en est beaucoup moins de me faire gronder au milieu de personnes dont je ne sais rien.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par  Eilinel.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par  Eilinel.
    #14276

    Tarte-au-citron
    Participant

    => ellinel
    Un “club” n’est pas nécessairement un endroit où l’on pratique en public avec des inconnus. La plupart des clubs américains sont des clubs qui ne sont que la version “vie réelle” d’un endroit comme ici. L’on s’y rencontre, l’on parle, l’on rit devant un buffet, l’on échange des expériences. L’on apprend à se connaître entre personnes qui partagent le même goût. Des jeux peuvent ensuite s’organiser entre personnes qui se sont choisies… Mais rien de glauque n’est nécessaire pour former un club.

    #14277

    Eilinel
    Participant

    J’ai pas plus envie de montrer ma trombine de spankee à des gens dont ça se trouve je ne voudrais rien savoir. Personnellement… Toujours

    #14281

    Tarte-au-citron
    Participant

    => fraise des bois

    Certes, j’ai en effet parlé de cyprine, mais en précisant bien immédiatement que cela pouvait aussi n’être en rien sexuel. Je ferais en quelque sorte la parallèle avec la bandaison masculine matinale, qui n’est en rien sexuelle, mais strictement physiologique…
    De la même façon que l’on peut pleurer de tristesse, mais aussi de stress, de douleur, de fatigue… parler de bander ou de mouiller ne suffit point en soi, à caractériser la sexualité, et moins encore dans un état “limite” comme l’est la fessée, où la douleur, la honte, la rupture des conventions sociales, sont prédominantes. Quand Thérèse d’Avila ressentit l’extase, était-ce sexuel ? La statue du Bernin est fort ambiguë…

    La question est de savoir ce que l’on met sous le terme de “sexuel”. Le naturisme, le massage où l’on est nu, sont ils sexuels ? La fessée telle qu’elle était autrefois employée pour l’éducation par les parents, les pensionnats, est elle sexuelle ? Suffit-il que soient mis à nu des parties “pudiques” de notre corps pour qu’il y ait sexualité ?

    Tout à l’opposé, certains trouveront très sexuel une chaussure, une fourrure, un aspirateur ou que sais-je. Le dernier livre du Dr Giard en parle fort bien.

    L’on peut, en effet, pratiquer notre jeu avec l’intentionnalité du plaisir sexuel, et cela est bel et bon. Mais cela n’épuise point le sujet. Quand l’intention est punitive ou éducative, il ne m’appert point que l’on eut pu la qualifier de sexuelle.

    Ces choses sont bien plus complexes et ambiguës que l’on eut pu dire et la psyché humaine fort riche.

    #14282

    Tarte-au-citron
    Participant

    => eilinel

    Cela se conçoit en effet, et constitue une bonne raison que l’on ne saurait ignorer.

14 sujets de 16 à 29 (sur un total de 29)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.