Jeux publics

Mots-clés : 

Ce sujet a 33 réponses, 23 participants et a été mis à jour par  Elea, il y a 8 mois et 3 semaines.

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 34)
  • Auteur
    Messages
  • #5499

    Anonyme

    Mon dernier “fesseur” prenait un malin plaisir à me provoquer dehors pour que je craque et l’envoie paître…
    Mon caractère impulsif aidant….même si je me retenais un maximum
    Certes c’était derrière un bosquet ou au dernier étage de la tour saint jacques à Paris et toujours déculottée bien évidement !!! personne n’a vu mais entendu oui !!!
    J’avais la rage et je crois que si mes yeux étaient des révolvers il serait ko 🙂
    Il m’a également menacée au MUCEM lieu juste TRESSSSS public à Marseille, il m’avait agacée et je lui avais tiré la langue pour ne pas dire des choses qui auraient pu avoir des conséquences immédiates…
    J’avoue que je ne suis pas adepte des pratiques en lieu public, remontrances oui mais pas l’acte en lui même

    #5508

    lunapower
    Participant

    Menacer en public, j’adore ?

    J’aime ce regard qui dit “mais arrête tu me colles la honte, miam” surtout si la menace a été accompagnée d’une claque.

    Il m’arrive aussi de menacer des gens qui ne sont pas à priori dans le jeu… J’étais avec une amie au furet du Nord, elle me taquinait. Je lui ai lancé bien fort “mais tu veux une fessée”. Elle est devenue toute rouge et a regardé ses pieds… Elle s’est vite redonnée une contenance mais bon je crois que ça ne doit pas la laisser indifférente !!!!

    @liberty
    Encore plus croustillant ^^
    Je connais une demoiselle qui a aussi été privée de culotte au restaurant mais elle a été punie au restaurant. Elle a dû enlever sa culotte assise à sa place et la donner à son Monsieur en la passant par dessus la table, sinon c’est pas drôle ?

    Sinon la fessée dans un lieu public j’ai jamais essayé. Mais c’est sur la “to do” liste!!

    #5512

    Monsieur No
    Admin bbPress

    Je connais une demoiselle qui a aussi été privée de culotte au restaurant mais elle a été punie au restaurant. Elle a dû enlever sa culotte assise à sa place et la donner à son Monsieur en la passant par dessus la table, sinon c’est pas drôle ?

    J’a-dore ! 😀

    Cela me semble un excellent moyen de recadrer une demoiselle qui commettrait l’erreur de se croire hors d’atteinte dans les lieux publics. On accompagnera bien évidemment cette requête de la promesse d’une sévère correction, qui sera administrée dès que les circonstances le permettront. 🙂

    #5975

    Ringo
    Participant

    Bonjour et bonne semaine en ce lundi 26§06

    Qui saurait où à Paris organiser une séance de fessée devant public ? ou y participer ?

    #8138

    Anonyme

    Ce sujet me rappelle une anecdote assez drôle, qui s’est déroulée il y a deux ans, environs.

    Nous buvions un verre avec mon partenaire du moment, dans une terrasse parisienne bondée, où la promiscuité était de mise. Désireuse de le provoquer publiquement, j’ai farfouillé dans mon sac à main et j’ai sorti mon paquet de cigarettes. Devant son regard réprobateur, j’en ai allumé une et j’ai pris une longue taffe, juste sous ses yeux. Il ne supportait pas que je fume en sa présence, et j’ai constaté, satisfaite, qu’il était très fâché. Je savais également qu’il était pudique, et que ce genre de provocations en public ne l’amusait guére. (Quel dommage,soit dit en passant)

    Il m’a gentiment demandé de l’éteindre, j’ai souri en guise de réponse. Et j’ai continué mon manège. Il a alors essayé de prendre ma cigarette des mains, mais j’ai esquivé, et pointé l’extrémité brûlante de celle-ci dans sa direction, l’air faussement menaçant. “Attention, ça brûle.” j’ai répondu avec un grand sourire. Une demoiselle à sa gauche, mon âge tout au plus a pouffé de rire, visiblement amusée.

    Mon partenaire finit par me répondre, très crispé que d’autres choses brûlaient, et que cela m’amuserait beaucoup moins. Je rougis légèrement, j’essaie de le cacher au mieux. Je commence à trouver cette situation particulièrement excitante. Néanmoins, je suis persuadée de le battre à ce petit jeu, et j’ai retorqué, assez fort : “Ah oui, et de quoi tu parles ?”. Il n’a pas répondu, et pour une fois, c’est bien lui qui boudait.

    J’ai pris deux autres taffes, puis écrasé ma cigarette dans le cendrier.. “Tu vois, je suis vraiment gentille avec toi.” Il n’a pas répondu, d’ailleurs il n’a plus rien dit avant que nous sortions du café. Il m’a lancé “Tu vas me le payer très cher”, sur le chemin du retour.

    J’en garde un très bon souvenir…

    #8142

    Professeur Max
    Participant

    @amanda
    Eh bien ! J’imagine la suite: je suppose (et j’espère) qu’elle a été particulièrement cuisante !

    http://professeurmax.canalblog.com/

    #8146

    Anonyme

    Quel dommage qu’il ne vous ait pas donne une punition immédiatement, sous une forme ou une autre…

    #8151

    Paulparis
    Participant

    @amanda… je redoute pas que vous allez nous raconter en détails ce qui s’est passé ensuite… 🙂

    #8243

    Glynda
    Participant

    @amanda
    En lisant ça je regrette terriblement de ne pas fumer ?

    https://call-me-glynda.blogspot.fr

    #8404

    Christal
    Participant

    Une seule fois, une personne a été “invité” pour une fessée que j’ai reçue mais c’était dans le cadre de photos, du coup le trouble est différent de ce que l’on peut ressentir lorsque l’on risque d’être surpris. Je n’ai pas été souvent fessée dans des lieux publics car je n’aime pas l’idée que des yeux qui n’ont rien demandé vois cela.
    J’ai néanmoins le souvenir d’une fessée à la piscine en allant aux vestiaires, dans un couloir d’hôtel ainsi qu’à un mariage. Ça reste de beaux souvenirs qui pimenté le jeu mais je préfère la discrétion, en générale.
    Par contre, enlever ma petite culotte lors d’un dîner au restaurant, ça j’adore !

    #8891

    Anonyme

    J’ai un souvenir que j’aime particulièrement à ce sujet.
    Nous étions dans un restaurant de ma ville, attablés. Mon partenaire de l’époque me grondait pour je ne sais plus quelle raison, et le serveur est venu vers nous pour débarrasser. Un peu piqué au vif, vu notre discussion, j’ai rembarré le serveur ( en même temps on avait pas encore fini de manger aussi , non mais )
    Mon partenaire m’a passé un savon et m’a obligé à aller m’excuser. Ce que j’ai fait contrainte et forcée ( sinon ça aurait été pire )
    J’ai repris place , on a fini nos affaires , puis au moment de payer mon partenaire dit au serveur un truc du genre ” Elle va s’en prendre une pour son comportement ” J’étais mortifiée par la honte. Et là j’ai entendu le serveur dire ” Non mais j’aurais fait exactement pareil ”
    Il m’aura fallut des années pour retourner dans ce resto ( Ceci dit petit conseil, ne retourner jamais dans un endroit où vous avez déjà eu la honte avec des amis du milieu qui connaissent l’anecdote : GRRRRRR !! )

    J’ai toujours fantasmé sur LA fessée publique. J’aime à savoir que mon partenaire en est capable, ça apporte un supplément de craindre très agréable à nos jeux. Et très intimement j’espère que ça se produira un jour, même si c’est surement une rêverie qui devrait en rester une.

    Après il y a les jeux avec/devant publics avertis et ça c’est hyper cool. (ange)

    #8902

    Bertrand
    Participant

    L. c’est un beau souvenir! Il faut un certain courage pour les deux protagonistes chacun, à leur façon : celle qui est grondée en public et celui qui remet vertement à sa place la mal lunée. Et la phrase finale au serveur, qui lui même approuve votre partenaire ! cela a du être un moment inoubliable pour vous, était ce d’ailleurs si désagréable?

    #19669

    coupledd75
    Participant

    C’est assez grisant de jouer avec la possibilité que les autres entendent, entrevoient ou comprennent quelle est notre relation et quels sont nos jeux. Mais il n’est pas toujours facile de savoir jusqu’où aller. Parfois on regrette de ne pas avoir été plus audacieux, parfois on se dit qu’on a peut-être été un peu trop loin. Mais c’est précisément ce jeu avec la limite qui contribue au plaisir et à l’excitation. On peut en donner quelques exemples…

    Peu après notre rencontre, nous sommes partis en week-end dans un lieu champêtre, où nous avons logé dans une chambre d’hôtes bâtie dans le style traditionnel de la région. Le second matin, madame se réveille comme toujours en pleine forme et tente une subtile provocation, qui atteint son objectif plus vite qu’elle ne l’imaginait. Elle se retrouve prestement couchée en travers de mes genoux pour une cuisante et sonore fessée à la main qui dure plusieurs minutes. Nous descendons ravis pour le petit-déjeûner ne pensant plus du tout à ces amusements qui ont encore égayé notre humeur, quand le monsieur de la chambre d’hôte, qui avait manifestement aussi savouré le moment, nous lance à notre grande surprise une remarque qui disait à peu près “toute faute doit être punie”. Il me semble lui avoir répondu que je partageais tout à fait son avis et que j’y veillais, mais sans oser aller plus loin – nous ne nous connaissions encore pas beaucoup et je ne savais pas comment madame le prendrait. Mais le monsieur avait manifestement tellement apprécié que cela lui avait donné des idées et il s’est mis à faire des remarques à sa femme sur ses supposées bêtises ou oublis pour ces hôtes et les sanctions que cela mériterait, laquelle s’est mise à se défendre, tant bien que mal. C’est sans doute une fois où j’ai pu regretter de ne pas avoir été plus loin. Mais, au fond, ce n’est pas bien grave. Nous connaissons l’adresse et nous aurons sans doute l’occasion d’y repasser !

    Pendant ce même charmant week-end, madame qui aime beaucoup de baigner et ne craint pas l’eau froide – vous aurez compris que, d’une façon générale, madame n’a pas froid aux yeux — avait prévu de profiter d’un tour à la plage pour aller plonger dans la mer. Or, elle avait déjà reçu plusieurs sévères corrections et elle en possédait des marques relativement visibles. Néanmoins elle ne s’est nullement défilée et, arrivée sur la plage, elle s’est déshabillée, laissant apparaître un maillot de bain rouge, des plus seyants, mettant en valeur sa croupe généreuse et laissant voir les marques de ses fessées, en tous les cas pour un oeil un peu attentif. J’avoue avoir été touché et conquis par ce courage, belle marque de force et de soumission. A côté de nous, un couple dans la trentaine, dont la dame remarque à peu près instantanément les traces sur les fesses de ma douce compagne et en comprend tout de suite le sens; elle le fait remarquer le sourire aux lèvres à son homme qui n’avait rien vu, car nos gestes amoureux et complices ne laissent pas place à l’idée que madame serait une femme battue. Cela a l’air d’émoustiller cette jeune femme. S’imaginerait-elle volontiers à la place de madame ? Tentera-t-elle ce soir-là d’obtenir les mêmes faveurs de son homme ? Nous ne le saurons jamais, car là encore, nous n’avons guère osé aller plus loin. Dommage, sans doute. Mais c’est peut-être aussi cette part de mystère qui fait le charme de l’expérience.

    Un peu plus tard, nous montons sur une colline à travers un chemin sinueux et ombragé, mais inévitablement fréquenté par d’autres marcheurs du dimanche. Nous profitons de l’abri des courbes pour exhiber celles de madame, mais aussi pour me donner l’occasion d’administrer de longues séries de claques sur ses fesses nues pour des motifs que j’ai aujourd’hui oubliés. Arriva alors ce qui devait arriver : un jeune couple de promeneurs descendant la colline, jeune femme en tête, sort du lacet supérieur, avant que nous ne les ayons vus. Là encore, la jeune femme a tout compris, tandis que son compagnon semble perdu dans ses pensées. Mais elle n’a pas l’air de trouver cela drôle du tout : elle nous regarde avec un mélange d’inquiétude et d’indignation, sans piper mot à son ami. Quant à nous, nous rions bien de la voir ainsi effarouchée et nous demandons en plaisantant si derrière son indignation, il n’y a pas en même temps une certaine fascination. Là encore, libre à notre imagination d’y voir ce qu’elle désire.

    Sébastien

    #19888

    Adamas
    Participant

    En ce qui me concerne et pas plus tard qu’en juin 2017, j’ai, au motif de réclamations incessantes et pénibles d’une cigarette (une amie adepte de la fessée m’avait demandé de l’aider à se retenir d’allumer clope sur clope et nous étions parvenu à l’accord de 20/22 cigarettes/jour), administré un bonne fessée sonnante et bien claquante sur un chemin de randonnée menant à la ruine du château fereyrolles, dans le 30 (entre le camping naturiste la sablière et celui du Ran du château du même nom).

    Donner à cette amie une cuisante fessée qu’elle n’attendait pas, assis sur le promontoire rocheux surplombant la ruine et dans ce théâtre de verdure formidable (pour ceux qui connaissent) ne m’a pas posé de problème au premier abord si ce n’est que le bruit a fait fuir tous les oiseaux du maquis… Cela a été un réel plaisir (pour moi !).

    Sachant que c’est plutôt une “dure-à-cuire” question résistance et que son postérieur, plutôt bien entrainé à ce genre de massage et m’ayant déjà mis le “feu” aux mains (j’ai déjà eu des ampoules de sang sous chaque durillon main droite + ligne de vie et main gauche presque une entorse à l’articulation base auriculaire… et ce juste pour que Madame prenne son pied et fasse une jolie fontaine ! en commençant doucement par contre), j’y suis allé de bon coeur mais efficacement…

    Sauf que… Et bien sauf qu’une fois qu’elle eût compris qu’il fallait qu’elle me foute la paix avec ses clopes (je ne fume pas) et que ses masses molles étaient durablement colorées, il a fallu rentrer…

    Rentrer ? Rien de plus simple me diriez-vous ? Sauf que nous étions nus comme des vers tous les deux puisque cette ruine est à 5 min de marche du domaine naturiste de la sablière (et que tous les habitués randonnent en “tenue de peau même jusqu’aux 2 camping suivants 1h30 de ballade et je ne suis pas le genre à trimbaler des fringues quand on me permet d’avoir la liberté d’être nu…). Revenir nus dans un domaine naturiste, quoi de plus banal, sauf que Madame avait les fesses plus que rouges (2 jours durant) et qu’il a fallu redescendre en traversant tout le camping jusqu’à la Cèze, partie “mésange” où nous avions réservé…

    J’avais l’impression que tous les gens que nous croisions avaient le regard braqué sur ses fesses, ne regardaient que cela… Qu’elle fut longue la descente par l’unique route (1,5 km bien tassé) des piscines jusqu’à mésange tout en bas sur les rives de la Cèze (malgré le raccourci que je connaissais) et que nous avons rasé les murs (plutôt la roche) devant la supérette et le restaurant “les 3 arches”…

    l’après midi ce fut no plage pour nous et c’est moi qui en fut le plus puni, tant il faisait chaud… Bien que cette fessée “nature” ne fut pas un jeu public (bien que le risque de nous faire surprendre fut réel) sa conséquence fut, elle, publique.

    A bien y réfléchir, si c’était à refaire je choisirai les orties, c’a chauffe vite mais pas longtemps (elle déteste) mais surtout 2h après il n’y a plus de trace…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 3 semaines par  Adamas.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 3 semaines par  Adamas.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois et 3 semaines par  Adamas.
    #19889

    Fraise Des Bois
    Participant

    @adamas : je viens de prendre un fou rire en lisant votre mésaventure, mais alors, un vrai ! merci d’avoir partagé cela avec nous… je compatis, ca n’a pas dû être très rigolo sur le moment.

    (dites, 20/22 clopes par jour, vous êtes permissif !)

    "Fi des femelles décharnées, vive les belles un tantinet rondelettes !"

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 34)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.