Fessée au théâtre

Accueil Forums Discussions générales Récits Fessée au théâtre

Mots-clés : 

Ce sujet a 6 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  Pomme, il y a 1 semaine et 5 jours.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #24737

    Frederic
    Participant

    Marion est adulte depuis maintenant quelques années… Pourtant elle se sent encore très troublée par les souvenirs qui la ramènent à l’enfance, spécialement celui de la fessée. Elle en a reçu, des fessées, lorsqu’elle était petite,oh oui. Mais c’est si vieux qu’elle se souvient mal. Elle se souvient beaucoup mieux de ses années d’adolescence. Lorsqu’elle était au lycée, elle a entendu parler de fessées magistrales que certains élèves recevaient à l’école, souvent chez le proviseur ou le surveillant, Monsieur Blanc, mais même aussi, parfois, directement en classe, devant toute la classe. Ces récits la laissaient songeuse. Elle en rêvait.

    Elle aurait voulu assister à une fessée, mais elle avait eu la malchance de tomber sur un instituteur qui ne pratiquait pas la fessée. Parfois elle entendait, comme tous ses camarades, le bruit caractéristique d’une fessée qui retentissait derrière les portes closes du bureau de Monsieur Blanc. Le bruit des claques semblait se mêler subtilement au cris désespérés de celle qui se faisait fesser (c’était un lycée de filles). Elle fermait les yeux et tentait d’imaginer, de la manière la plus réaliste possible, l’image de celle qui se faisait fesser, couchée sur les genoux du proviseur, jupette retroussée,culotte baissée, fesses rougissantes.

    Un jour elle a même ressenti quelque chose de l’ordre du plaisir dans son bas ventre. Elle s’est caressée et elle a compris qu’elle ne vivrait plus que pour recevoir la fessée. Elle cherchait toutes les possibilités d’assister à une fessée. Et un jour le miracle s’est produit. Une fille très dévergondée s’en est prise verbalement au surveillant. Elle devait être nouvelle et ne pas savoir ce qu’elle risquait… En effet le surveillant a très mal réagi. S’en est suivi une discussion où le ton a monté très vite, qui s’est terminée par la fessée déculottée de la fille, directement dans la cour, là, sous les yeux de tous les élèves. Le surveillant a attrapé la fille et la courbée sous son bras, il a retroussé la jupette et a baissé la culotte !!! Ouaaaaaaah… elle n’en revenait pas !!! Elle voyait enfin ce spectacle auquel elle avait tant rêvé… Et quel spectacle : la pauvre fille se tortillait dans tous les sens, hurlant, gémissant, et essayant désespérément d’interposer sa pauvre petit main tremblotante. Le spectacle était sublime. On voyait tout !!! Quelle honte terrible ça a dû être…

    Elle a revu d’autres fessées plus tard, et c’était à chaque fois une excitation extrême pour elle. Mais son grand, son immense regret a toujours été de ne pas avoir osé faire en sorte de la recevoir elle-même. Elle avait trop peur de la honte terrible qui était associée à ce châtiment public terrible. Aujourd’hui, elle rêve encore de la recevoir, bien qu’elle ne sache absolument pas comment faire pour rencontrer quelqu’un qui serait intéressé à la lui donner… et comment oser le lui demander, à supposer qu’elle ose aborder la personne. Et puis, comme au lycée, le miracle s’est produit un jour, soudainement. Il faut dire qu’elle en était à faire des études de théâtre et qu’elle cherchait des castings.

    Elle a lu une annonce rédigée ainsi : « Cherchons demoiselle jeune, mais adulte, pour scénette au théâtre en introduction à une pièce de théâtre sur le thème de l’éducation. Il n’y aura qu’une représentation. La scénette tournera autour du thème de la fessée. Mais la fessée sera symbolique. » Son coeur s’est mis à battre très fort. Elle s’est inscrite, a été reçue au casting, puis acceptée pour la représentation publique. Elle était folle de joie. Et aujourd’hui, au moment ou commence cette histoire, elle vient d’entrer dans le théâtre où elle va donner sa représentation. Durant les quelques répétitions, la fessée a toujours été évitée,comme si les responsables avaient voulu la ménager avant la représentation réelle. Elle était sûre que ce serait juste un simulacre de fessée, une sorte de petite fessée, pas même forte, pour initialiser un débat qui succéderait, après la pièce de théâtre. Elle en était même arrivée à regretter que la fessée ne soit pas une vraie fessée, celle qu’elle avait toujours rêvé de recevoir ! Mais, à son âge, elle avait de plus en plus peur de la honte d’être déculottée en public, et des conséquences…

    Et donc elle était en coulisses, le coeur battant la chamade, à l’ouverture de rideau. Ses parents sur scène l’attendait.Il y avait une discussion sur la punition à lui infliger si elle ramenait un bulletin scolaire encore plus mauvais que le précédent. Le père avait promis une fessée. La mère n’était pas d’accord. Elle devait entrer après la phrase « elle va voir ce qu’elle va voir ». C’est le moment ! Elle entre sur scène. Chacun joue son jeu magnifiquement. La fesse approche. Et soudain, c’est le moment. Mais là, le scénario change. Le père dit une phrase qui n’était pas prévue : « Tu te souviens de ce que j’avais dit, à propos de la fessée ? » Marion ne sait tout à coup pas quoi répondre… Quoi ? De l’improvisation ? Elle marmonne « Euh … non … » Le père se met à parler d’une voix très cassante « « Plus fort ! » Elle redit « Non » Et elle l’entend dire « J’ai promis que je te baisserai les culottes !!! » Un murmure d’approbation se fait entendre dans la salle. Soudain elle comprend : il a toujours été question d’une vraie fessée, déculottée, sur scène, devant tout le monde…

    Et les choses s’enchaînent très vite. En quelques minutes elle se retrouve elle se retrouve couchée en travers des genoux du père, derrière tourné vers la salle. Et ce qu’elle craignait se produit : le père lui baisse la culotte. Des applaudissement crépitent dans la salle.

    Elle sent le petit courant d’air frais sur ses fesses qui lui rappellent sa position tellement honteuse.La Et la fessée commence. Ouille ! Mais ça fait mal !… Immédiatement elle sait que le moment qui commence sera le pire cauchemar de sa vie. Les claque résonnent, elle les entend clairement, et chaque claque lui brûle les fesses et lui rappelle sa position si honteuse. Elle voudrait résister, ne pas perdre complètement sa dignité, mais elle craque au bout de quelques dizaines de claques, et se met à pleurer comme une toute petite fille. Exactement comme sa camarade il y a de nombreuses années, elle ne peut s’empêcher de hurler, se tortiller, et essayer désespérément d’interposer sa pauvre petite main tremblotante. Mais le pire : elle entend les rires dans la salle, qui en disent long sur le ridicule du spectacle qu’elle offre !!!

    Et à la fin de la fessée, elle voudrait s’enfuir, honteuse, mais le père lui prend le bras fortement et la force à se tourner vers les spectateurs, bras sur la tête, pour s’excuser d’avoir été une petite fille dévergondée qui ne travaille pas comme elle le devrait à l’école. Elle le fait, le rouge de la honte aux joues, en exhibant son intimité, le visage bouffi de larmes, hoquetant encore dans ses pleurs. Puis on la chasse dans sa chambre,c’est à dire dans les coulisses.

    Elle s’enfuit dans la nuit et va cacher sa honte. Mais depuis … devinez ce qui s’est passé ?… Elle y a repensé. Elle s’est caressée en y repensant. Et elle a joui !!! Et elle n’a eu de cesse de recommencer. Elle a retéléphoné au théâtre qui l’a reprise, et maintenant, chaque soir, elle jouit de sa fessée publique mernsuellee de plus en plus terrible et longue, au plus grand plaisir des spectateurs !!!…..

    #24738

    Frederic
    Participant

    C’est l’administrateur qui mets le récit dans les récits de membres ?

    #24782

    Frederic
    Participant

    Ma fiction ne plaît à personne ?

    #24848

    Marie
    Participant

    Marion est elle en quête d’un Molière?
    très joli! je me demande si je voudrais prendre son rôle sur scène, ou si rester spectatrice me suffit.

    MERCI

    #24907

    Frederic
    Participant

    Oh merci Marie !!!

    #25878

    CROCODELLE
    Participant

    Très joli texte !! @fredsss
    J’ai fais du théâtre mais je n’ai jamais eut ce genre de rôle. Lol

    #25889

    Pomme
    Participant

    Très belle histoire ….

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.