Fait divers

Accueil Forums Discussions générales Récits Fait divers

Ce sujet a 10 réponses, 4 participants et a été mis à jour par  anatole, il y a 2 semaines et 6 jours.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #24071

    anatole
    Participant

    Fait divers…ou d’été….
    Commençons pas le fait d’hiver….
    En ce début d’hiver, elle grelottait, abandonnée et entravée dans cet endroit dont elle ne voyait rien.
    Deux heures auparavant, la jeune femme avait été enlevée par une bande de malfrats.
    Alors qu’elle sortait de la fac, un homme l’avait abordée, lui disant que son père, président d’une grosse multinationale, avait un problème et qu’il fallait qu’elle vienne vite le rejoindre….
    Innocente (mais était elle vraiment innocente?) elle suivit cet homme d’allure sérieuse jusqu’à sa camionette…Sans même pouvoir réagir, elle fut balancée violemment à l’intérieur du fourgon….elle ne put réagir ni se défendre, puisqu’à l’arrière de la camionette, deux autres hommes n’erurent aucune difficulté à l’immobiliser avec quelques tours de cordes et obturer sa bouche d’un ruban adhésif.
    On lui avait ôté son manteau, bandé les yeux avec un morceau de tissu et depuis une demie heure, elle était attachée debout les poignets encordés et tirés en l’air…Il faisait froid et la jupe courte et le mince chemisier qu’elle portait étaient insuffisants pour l’empêcher de grelotter, d’autant plus que la situation était plus qu’angoissante. Sans qu’elle puisse l’empêcher, sa bouche avait été entravée par ce maudit scotch qui l’empêchait de crier.
    Enfin, elle entendit quelques pas…on s’approchait d’elle…Les pas cessairent, et elle entendit quelques cliquetis qui ressemblaient à ceux d’un appareil photo . Puis la voix de l’homme qui l’avait abordée deux heures plus tôt se fit entendre.
    « -J’ai pris quelques photos de toi..Je vais les envoyer à ton père…il a fait des bêtises…il nous doit beaucoup d’argent….je sais…dommage tu n’y aies pour rien, mais…c’est la vie….je lui laisse une heure pour nous contacter ….sinon je reviens et je vais lui envoyer d’autres photos de toi…mais…tu seras beaucoup moins habillée à ce moment…. ».
    Elle tenta de hurler mais ses lèvres baîllonnées ne purent que laisser passer quelques infimes grognements, lorsqu’il passa sa main sous sa jupe et fit glisser sa culotte à mi cuisse. Après avoir tâté une seconde son cul, comme si de rien n’était et que ça ne l’intéresse pas plus que ça, il dit :
    « -Hum..tu as l’air d’avoir froid….je vais mettre le chauffage….tu seras mieux…tout à l’heure…quand tu seras nue….si ton père refuse notre marché….».
    D’un geste brusque, il arracha le tissu qui masquait sa vue, mais avant qu’elle n’ait pu tourner la tête pour le regarder, il avait déjà disparu, claquant la lourde porte métallique derrière lui.
    Elle fit le tour visuel de l’endroit où elle était séquestrée . Une sorte de garage ou de hangar pourri, aux murs de béton, aux piliers munis de chaînes….très angoissant….
    Malgré la chaleur qui commençait à se diffuser dans le local, elle ne put que frissonner encore plus.
    Le temps passa…il avait dit une heure…après avoir compté les secondes puis les minutes, elle commença à réfléchir….Ses mains lui faisaient mal, entravées par les cordes…
    Un flash traversa son esprit….Quelques semaines auparavant, elle avait discuté sur le net avec un garçon…de ses fantasmes, de ses délires et des siens…il lui avait adressé un récit….elle avait aimé mais trouvant le sujet un peu trop glauque à ses yeux….ses envies à elle étaient un peu moins hard…malgré tout le garçon avait l’air gentil et sympa et ils avaient pris un verre dans un café il y a une dizaine de jours….elle lui avait expliqué que…ce n’était pas vraiment son truc, il lui avait souri, lui disant que ce qu’il avait écrit n’était fait que pour l’impressionner et la tester, mais que, comme elle était là devant lui, il se reverrait peut être bientôt, quand elle le désirerait, juste pour qu’il « obéisse » à ses désirs à elle…une petite fessée ….calme et sage….
    Plus elle y pensait, et plus ce qu’elle était en train de vivre se rapprochait de ce que ce garçon lui avait écrit….Se pourrait il que…. ????

    La température avait beaucoup monté….ou bien alors, étaient ce ces pensées qui venaient d’avoir inondé son esprit….et pas que son esprit…La culotte baissée à mi cuisse, elle n’avait pu s’empêcher de frotter ses jambes l’une contre l’autre, et, bien malgré elle, elle se sentait humide, en repensant à ce récit qu’elle avait lu….avidemment….caressant son sexe dans son lit devant son écran d’ordinateur, et n’ayant pas eu le courage de lui répondre en lui disant à quel point elle avait joui en lisant ses lignes….
    Elle en était là de ses réflexions lorsque la lourde porte métallique s’ouvrit à grand fracas…elle tourna la tête mais trop tard, la lumière avait été éteinte, et elle n’entendit plus que les lourds pas s’avançant vers elle, et son corps entravé….Un long frisson la parcourut lorsque des mains se posèrent sur sa hanche par dessus sa jupe. Puis une main passa en dessous et déchira d’un seul coup sa culotte, avant de remonter sa jupe sur ses reins, mettant son cul à nu….
    Elle entendait le souffle de l’homme contre sa nuque, et ressentit une forte excitation lorsque une main pétrit fortement une de ses fesses…
    Comme dans le récit qu’elle avait lu, son chemisier fut défait brutalement, libérant ses seins masqués par son soutien gorge….Elle avait beau écarquiller les yeux, elle ne pouvait voir l’homme qui la maltraitait ainsi…mais son parfum…..
    « -Alors, jeune fille…ton père n’a pas répondu….je vais devoir aller plus loin…..pour le convaincre…. je vais être obligé de te frapper et de te violer en enregistrant ça en vidéo pour lui montrer que nous ne plaisantons pas….».
    Cette fois, elle avait reconnu la voix….oui…c’était lui….
    « -Arrêtes….je t’ai reconnu…je sais que…. ».
    Elle ne put pas dire autre chose, alors que deux mains fermes s’étaient emparées de ses fesses, les serrant fortement….Seul un gloussement de plaisir/douleur s’échappa de sa gorge….
    Il relâcha son étreinte sur son cul et se recula, s’avançant lentement vers l’interrupteur.Mais avant d’allumer la lumière il lui dit :
    « -Oui…c’est bien moi…tu m’as reconnu…je suis gentil…j’aurais pu faire durer le scenario plus longtemps….tu veux… ?
    -Non….s’il te plait…détache moi….J’ai eu trop peur…. ».
    La lumière se fit, aveuglante….
    « -Mais si voyons….c’est exactement ce que tu voulais…ce qui t’a excitée dans mon récit…. ».
    Il se rapprocha d’elle, posant doucement ses mains sur ses hanches, collant un long baiser contre son cou alors qu’il cherchait et défaisait la fermeture éclair de sa jupe, la laissant glisser doucement le long de ses jambes jusqu’au sol….Il jeta juste un œil sur les vestiges de sa culotte qu’il venait de déchirer et qui gisaient au sol, ce cul nu et frémissant étant déjà à portée de ses mains.
    Elle se tendit dans les cordes pour se coller à lui lorsqu’il lui murmura à l’oreille :
    « -Mais si tu préfères, j’appelle mes deux amis pour qu’ils viennent voir…. ».
    Il n’en dit pas plus, puisqu’elle colla ses lèvres contre les siennes en murmurant ces mots qu’il attendait….fesse moi….doucement…s’il te plait….et après….tu pourras faire ce que tu veux de moi….
    Une langue profonde s’insinua entre les lèvres brûlantes de l’ôtage qu’il venait d’enlever, et de dénuder partiellement, l’empêchant de dire un mot de plus, alors qu’il commençait à frapper son cul….
    La fessée fut longue et délicieuse. Son corps se cambrait au rythme des claques qu’il assénait sur ses fesses, alors qu’elle venait plaquer à chaque claque son bassin et son sexe nu contre les hanches de son bourreau….jusqu’à ce qu’à force de se frotter contre lui, le cul en feu, elle jouisse…profondément…..
    Puis, un long moment plus tard, elle ôta ses doigts trempés de son sexe, ouvrant progressivement les yeux, reprenant possession de sa chambre, du lit sur lequel elle était allongée nue, venant de se donner ce plaisir si intense sur ce fantasme dont les portes avaient été ouvertes par ce récit délirant qu’il lui avait envoyé la veille et qu’elle venait de relire…
    Elle soupira profondément, encore dans les limbes du plaisir, se tourna sur le côté et la main toujours enfouie entre ses cuisses, elle s’endormit.

    Le temps passa…les semaines et les mois…
    De temps en temps, elle échangeait avec ce garçon quelques messages, et prit parfois un café ou un repas avec lui…Jamais elle n’osa lui dire à quel point ce récit l’avait émoustillée….voire bien plus….
    Jamais il n’osa aller plus loin, lui proposant une vraie fessée…Ils étaient presque devenus amis….
    Un soir de disette, alors que son amoureux récent venait de la plaquer, ce con…n’avait rien compris à son fantasme de fessée/soumission….elle le recroisa sur le net…
    Après quelques mots et lignes échangés, il prirent rendez vous le lendemain, pour un pique nique…Il lui avait dit qu’il connaissait un bel endroit pas loin où on pouvait grignoter quelques victuailles dans un moment bucolique….
    Savait elle …ou refusait elle de savoir ?….

    Fait d’été…..

    #24077

    francois-fabien
    Participant

    Ah, les fantasmes! Si les lits pouvaient parler…

    #24079

    anatole
    Participant

    hum…les lits…certes…mais les doigts des jeunes femmes….S’ils pouvaient parler eux aussi….

    #24140

    Marie
    Participant

    il y a aussi les mains des hommes qui auraient beaucoup a dire messieurs!
    joli texte^^

    #27347

    Héléa
    Participant

    J’y ai cru, moi, et à l’enlèvement, et à la réalisation du fantasme. pfff. Bon, hé bien cela reste un joli récit tout de même @anatoleenfer

    -------------------------------------------------------------------
    https://chroniquespetitecigale13.blogspot.com

    #27349

    anatole
    Participant

    merci pour ce dernier et gentil commentaire, et de rafraîchir ma mémoire. Ce récit était tombé aux oubliettes…L’été arrive bientôt et il serait temps que je passe au fait d’été….je vais m’y coller….!!!

    #27359

    anatole
    Participant

    Elle avait hésité à accepter, pesant le pour et le contre une multitude de fois dans les heures précédentes, écrivant un mail d’excuse, prétextant un problème familial urgent pour se défiler, écrivant des mots enflammés lui disant à quel point elle avait attendu ce moment depuis des mois, ou quelques lignes décrivant le mélange de peur et de désir qui l’habitait avant ce rendez vous tant espéré…Elle avait même écrit quelques lignes racontant comment elle se masturbait régulièrement en relisant ce récit…..Finalement, elle n’avait rien envoyé, se contentant de se pointer à l’heure dite au rendez vous qu’il lui avait donné.
    Si elle avait bien tout compris, et elle en était persuadée, ils allaient pique niquer dans les bois, et il allait ensuite probablement….sûrement lui proposer de « jouer » dans une clairière paisible. Elle n’avait jamais oublié le récit torride de kidnapping qui l’avait fait jouir tant de fois depuis des mois, et dont ils n’avaient jamais reparlé. Plusieurs fois, quand ils s’étaient croisés sur le net ou vus en chair et en os, elle avait hésité à lui dire que…et elle avait senti que parfois, il aurait suffit d’un mot, d’un geste pour que lui en reparle….Mais ils étaient restés tous les deux dans ce non-dit qui entrouvre bien des portes.
    D’autant plus qu’elle était là, un quart d’heure avant l’heure du rendez vous, plantée dans un abri bus. Le programme était celui d’un pique nique dans les bois, sans équivoque. Elle avait choisi une robe légère, mais des basket pour crapahuter s’il le fallait quelques hectomètres sans s’écorcher les chevilles.
    Il lui restait quelques minutes encore pour prendre ses jambes à son cou (elle était très souple, nous allons le découvrir bientôt….) et s’enfuir, quitte à laisser un petit mot d’excuse sur le banc d’arrêt du bus. Après tout, il n’avait été question que d’un petit repas entre amis dans les bois, mais elle savait bien à quel point ses fantasmes à lui pouvaient être pervers…presque autant que les siens…et puis l’abandon de son dernier compagnon avait majoré l’excitation de ses désirs….Finalement, juste avant que l’heure soit dite, elle se sourit toute seule dans la tête…allait il être à la hauteur de ses espérances, et des désirs qu’il avait fait naître dans son esprit depuis des mois ? Peut être n’était ce qu’un baratineur, incapable d’assumer ce qu’il écrivait (pouf pouf moi ça va, j’assume en général ce que j’écris….!). Peut être qu’au bout d’une heure de grignotage campagnard il lui dirait qu’il avait du boulot et qu’il devait la raccompagner à l’arrêt de bus. Peut être que…
    Un coup de klaxon la fit sortir de ces mauvaises idées. Il avait ouvert la porte passager et elle se glissa sur le siège, acceptant le doux baiser sur sa joue. C’est tout se demanda t ‘elle ?
    « -En route jeune fille….Je commence à avoir faim….tu vas voir, c’est en endroit charmant ».
    Grrrr….Elle ne connaissait pas cette région ouest de la banlieue parisienne et s’était demandé dans quel petit bois tranquille il allait l’entraîner. Ele n’avait pas trouvé grand chose en cherchant sur google map !
    La discute en route fut banale et elle commençait à se demander dans quel pétrin de banalité elle venait de se fourvoyer. Son attente agacée fut vite récompensée…
    Au bout de quelques kilomètres, alors qu’ils avaient quitté les zones habitées, il stoppa sans prévenir sa voiture sur le bord de la route.
    « -Tu es prête à jouer ? »
    Elle avala sa salive…avant de répondre très bêtement…depuis le temps qu’elle attendait de sa part une phrase de ce genre….elle bredouilla…
    « -Euh…ça dépend….c’est quoi le jeu ? ».
    Il tendit le bras et ouvrit la boîte à gants, en sortant une étoffe de soie noire, puis la lui tendit….
    « Mets ça sur tes yeux et fais un nœud dans ton cou…à partir de maintenant tu vas m’obéir ! ».
    Un long frisson parcourut son corps, malgré la douce température. Enfin, il s’était décidé à passer aux actes…Cependant…Il dut insister….
    « -Allez, obéis….Bande toi les yeux…. » .
    Il tenait fermement le foulard de soie devant ses yeux, elle le prit dans sa main, et se banda les yeux, presque mécaniquement. C’était comme dans un rêve…elle y était…
    Elle sentit une main chaude se poser sur sa cuisse partiellement dénudée alors que la voiture démarrait violemment . Elle n’avait plus qu’à se laisser guider, vers quel genre de plaisir ? Elle ne pouvait que constater que ses jambes s’ouvraient presque malgré elle, espérant que la main chaude posée sur le bas de sa cuisse ne remonte jusqu’à l’endroit qu’elle sentait déjà humide.
    Ainsi, c’était le jeu lancé.
    La voiture stoppa très vite. Elle entendit une porte s’ouvrir, une grille grincer, son compagnon de voyage se réinstaller et rédémarrer, puis s’arrêter de nouveau, le même grincement de ferraille alors que la grille se refermait, la voiture redémarrer, puis stopper très vite.
    Il descendit puis vint lui ouvrir la portière, l’invitant à descendre.
    Tremblante, elle réussit à s’extirper du véhicule puis le suivit, guidée par la main qui la tenait.
    « -Avance, et laisse moi t’amener là où il faut…. ».
    Elle fut surprise du ton calme de sa voix. Lui qui avait tant hésité et jamais réussi à aborder les sujets fantasmatiques qu’ils partageaient…..
    Après une courte marche, il lâcha sa main.
    « -Maintenant, déshabille toi…. ! »
    Elle fut sidérée de cette demande…..Il réitéra
    « -Déshabille toi, complètement…je veux te voir nue…. !!! ».
    Non, mais….Elle avait les yeux bandés et ne voyait rien de ce qu’il y avait alentour….Quel changement par rapport à ce qu’elle avait perçu de lui….si timide…si coincé même….
    Une forte claque s’abattit sur ses fesses, au travers de sa robe légère….
    « -Fous toi à poil…. !!! Faut te le dire comment ? »
    Elle était abasaourdie…ce n’était plus le gentil mec qu’elle avait croisé tant de fois au café ou au restaurant….Mais…finalement, c’est ce qu’elle espérait depuis si longtemps….
    Dans la cécité où il l’avait plongée, maladroitement, elle baissa la fermeture éclair du dos de sa robe et la fit glisser le long de son corps, la tendant comme elle pouvait vers le son de la voix qui l’obligeait ainsi. Il s’en saisit brutalement.
    « -La suite ….vite….Ton soutien gorge et ta culotte…je veux te voir à poil… !!! ».
    Elle avait encore l’opportunité d’ôter le foulard obscurcissant son regard….Mais…ça y était…elle était dans le jeu….Elle dégrafa l’attache de son soutien gorge, le faisant doucement glisser le long de ses bras, le posant devant ses seins nus pour ne pas qu’il les voit.
    « -Ta culotte …vite ou je me fâche… ! ».
    Il se fâcha gentiment, agrippant le soutien gorge et le lui arrachant des mains….
    Un bras recourbé devant ses seins ainsi mis à nu, elle se plia en deux pour faire glisser sa culotte le long de ses jambes, la posant tout de suite devant son sexe. Il s’en saisit et la tira à lui aussi vertement qu’il avait fait avec le soutien gorge.
    « -Bien…Lèves tes bras au dessus de la tête que je vois enfin à quoi tu ressembles…. ».
    Elle mit juste un peu trop de temps à obéir, et une forte claque s’abattit sur ses fesses nues.
    Elle se cabra, mais finit par obéir, livrant pour la première fois son corps nu à la vue de son….ami ?
    Il se passa quelques secondes.
    Elle sentit sa présence tout proche d’elle…Qu’allait il faire ? La fesser de nouveau ? Enfoncer directement ses doigts, voire son sexe dans son vagin qu’elle sentait déjà dégoulinant le long de l’intérieur de ses cuisses, la violant tout de suite dans ce bois dont elle avait rêvé depuis si longtemps ?
    Elle frissonait, tant de désir que par le léger courant d’air qui flirtait sur sa peau nue.
    Un très léger baiser sur nuque la surprit, alors qu’une main délaçait le bandeau qu’elle s’était mise sur les yeux.
    Elle prit quelques secondes pour s’accoutumer à la lumière du jour.
    Une grande table de jardin était devant elle, sur laquelle étaient déposées quelques douceurs à grignoter ainsi qu’un seau à champagne avec la bouteille adéquate dedans….
    Doucement il la prit par la main et la dirigea vers une siège recouvert d’un coussin profond et accueillant.
    « -Bienvenue chez moi….Ca fait longtemps que je t’attendais ! Tu es aussi belle que je l’espèrais… ».
     
    Alors qu’il remplissait son verre de champagne, elle regarda autour d’elle. Ils étaient dans un grand parc arboré, calme et tranquille, manifestement à l’abri des regards de quiconque…Un truc accrocha ses yeux….un peu plus loin, accrochées à deux grosses branches de deux arbres gigantesques, espacés de deux ou trois mètres, deux lourdes cordes pendaient….et juste en face, un grand trépied surmonté d’une caméra.
    Il lui tendit son verre rempli de champagne et trinqua .
    « -Mangeons quelques bricoles avant qu’on ne commence à jouer… »
    Elle le regarda intensément, nue sur son fauteuil, le verre à la main…Jamais elle n’avait envisagé ce pique nique ainsi….jamais en fait ne s’était elle retrouvée totalement nue devant un homme qui lui offrait du champagne avant de la punir….Ce qu’elle avait vu il y a quelques instants était assez limpide….Il allait l’attacher entre ces deux arbres et la punir….celà dépassait largement tout ce dont elle rêvait…tout ce qu’elle avait pu imaginer….Elle lui sourit en trinquant…en guise d’acceptation….A cet instant elle ne regrettait pas d’avoir accepté ce rendez vous..Elle avala quelques gorgées, regrettant juste d’avoir encore au pied ses basket ridicules….

    #27360

    Héléa
    Participant

    Hé bien @anatoleenfer, ce fut rapide. Rapide, mais efficace. On attend la suite avec impatience.

    -------------------------------------------------------------------
    https://chroniquespetitecigale13.blogspot.com

    #27376

    anatole
    Participant

    Elle ne savait plus vraiment depuis combien de temps elle était là, allongée nue le dos et les fesses dans l’herbe, les mains liées par les grosses cordes qui descendaient des deux arbres.
    Il faisait chaud en ce début d’après midi, mais quelques courants d’air effleuraient la pointe de ses seins tendus et le haut de ses cuisses.
    De temps en temps, il passait près d’elle, s’agenouillant à ses côtés et caressait un de ses seins ou le haut d’une cuisse, hasardant parfois un doigt vers son sexe, ou tripotant doucement un mamelon. Il lui murmurait des mots à voix basse, qu’elle ne comprenait pas vraiment.
    Il avait insisté pour qu’elle finisse le champagne et elle se sentait un peu pompette lorsqu’il se leva et vint replacer lui même le bandeau de soie noire sur ses yeux. Il l’aida à se lever et la guida doucement vers le lieu de sa future punition, au pied des deux grands arbres d’où pendaient les cordes. Elle faillit trébucher plus d’une fois malgré le court trajet, mais il la driva finalement sans casse jusqu’à l’endroit choisi, lui demandant de s’allonger sur le dos. La fraîcheur de l’herbe lui fit du bien, et elle aima le contact soyeux sur ses fesses nues. Elle avait oublié ses maudites basket, et se laissa faire lorsqu’il étendit ses bras au dessus de sa tête et noua l’une après l’autre les cordes autour de ses poignets, sans serrer le moins du monde.
    Elle dérivait dans une douce langueur alcoolique, mêlée de désir et d’idées folles. Tout au plus se rendait elle compte par instant qu’elle était nue allongée dans l’herbe, les mains entravées, livrée prochainement à n’en pas douter à quelques tourments….Au fond, elle adorait cette sensation…c’était là sa véritable ivresse. Et elle frissonnait à chaque contact que daignait lui octroyer son futur tourmenteur.
    Comme à chacune de leurs rencontres précédentes, pendant tout le petit repas, il n’avait nullement été question de jeu pervers. Tout au plus la situation était elle un peu plus incongrue qu’avant, elle totalement nue assise et dégustant les petits canapés, devant lui, habillé et qui la regardait de façon très explicite, tout en parlant de la pluie et du beau temps, de ce domaine dont il était fier de l’en faire profiter, et de la qualité du champagne. Juste, il évoqua ce qu’il savait de sa rupture précédente, la trouvant navrante, mais s’arrêtant avant de lui confier qu’il était vachement content de pouvoir en profiter ! Avant que l’alcool ne lui tourne trop la tête, elle remarqua tout de même la différence de ton qu’il savait apporter à ses phrases, entre le vilain Monsieur qui l’avait sommée de se mettre nue devant lui quelques minutes plus tôt et le charmant ami qui discutait comme si de rien n’était, devant la fille nue qu’il convoitait.
    Elle ne savait donc plus trop combien de temps s’était écoulé depuie qu’elle était allongée nue dans l’herbe, n’étant pour le moment soumise qu’à quelques caresses furtives.
    Elle entendit le bruit d’un bouchon de champagne qui saute et n’eut que quelques secondes à patienter avant que le liquide ne vienne inonder ses seins…C’était frais et étrange comme sensation, avec ces bulles qui frétillaient sur sa peau, mais elle sentit très vite les lèvres de son hôte venir lécher la peau imbibée de champagne et sucer les mamelons jusqu’à la dernière goutte. Elle s’était tendue dans les cordes lorsqu’il l’avait aspergée ainsi mais ouvrit franchement les cuisses dans les secondes ultérieures, râlant de plaisir à cette caresse improvisée. Quelques gouttes dégoulinèrent sur son pubis avant de s’infiltrer entre ses cuisses longeant les lèvres de son sexe…C’était délicieusement affreux, et la langue qui vit laper ce liquide mêlé à ce qui suintait de son sexe trouva ce mélange fort agréable. Elle se tendit, écartant ses cuisses au mieux qu’elle pouvait, se laissant aller à cette presque jouissance, mais….Il se redressa et vint se placer debout à sa tête.
    « -Allez, il est temps que je te donne ce que tu es venue chercher…. ».
    Doucement, il la saisit par les hanches et l’aida à se remettre debout. Sa tête tournait un peu moins qu’avant et elle réussit à tenir l’équilibre. Elle était encore dans l’onctuosité des lèvres qui venaient de la laper si langoureusement.Elle sentit une tension sur ses poignets alors qu’il étirait lentement les corde enroulées autour des grosses branches, l’une après l’autre. Elle se retrouva debout, nue (sauf ses basket!) les bras en l’air.

    #27406

    anatole
    Participant

    Cette fois, son esprit s’était vraiment éclairci, les vapeurs d’alcool s’étant évaporées, même si elle sentait distinctement l’odeur du champagne qu’on venait de verser sur sa peau mêlée à une fine sueur. Elle prit conscience que c’était la première fois de sa vie qu’elle était totalement nue dehors, livrée aux caresses de l’air léger (et pour le moment, c’étaient les seules caresses… d’autres sortes de caresses allaient venir à n’en pas douter…), et elle trouva cette sensation excessivement excitante. Ses seins et ses cuisses se délectaient de ces sensations nouvelles…C’était à mille lieues de ce que l’on peut percevoir lorsqu’on se promène en bikini ! Rien que pour cette découverte, elle avait envie d’inonder le corps de celui qui venait de l’attacher ainsi d’une tonne de baisers….Sa cécité majorait ces sensations épidermiques…Elle se souvint qu’elle avait hésité avant de venir….Quelle idiote elle aurait été !
    Des mains se posèrent sur son cul, et elle en fut surprise, tirant un peu sur les cordes.
    Ces mains chaudes époussetaient les brindilles d’herbe collées à ses fesses, histoire de faire un peu le ménage avant que….
    Ce n’était que de très légères petites tapes, mais qui lui laissaient bien augurer de la suite.
    Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas perçu sa voix.
    « -Voilà, je voudrais que ton cul soit bien propore avant que je m’en occupe…. ».
    Elle creusa ses reins sous cette promesse à venir….
    « -Je vais te fesser puisque c’est ce que tu désires, j’en suis sûr…. ».
    Elle ne répondit que par un petit geignement de plaisir, acceptant ces mains baladeuses sur l’objet de la future fessée.
    « -Mais je n’ai pas l’habitude de punir une jolie fille sans raison….Je t’aime bien depuis le temps qu’on se connait et je n’ai vraiment rien à te reprocher….En plus je n’imaginais même pas à quel point tu pouvais être belle….enfin surtout toute nue et attachée….j’adore…. ».
    Elle osa enfin répondre, ce qui lui passa par la tête à cet instant…
    « -Je suis contente de te plaire….alors vas y punis moi…enfin….
    -Non…pas tout de suite…il faut que je me mette en situation….et je sais…pourquoi je vais te punir…. ! »
    Il laissa passer un long moment de silence pendant lequel elle frissonna, se demandant quelle bêtise ou erreur elle avait pu commettre….Un mot incongru qui l’aurait blessé ? Une attitude un peu trop rovocatrice ? Ou pas assez ? Ou bien….peut être ? Oui…ce fut ça…
    « -Tu ne m’as jamais dit si tu avais aimé le récit que j’ avais écrit rien que pour toi il y a quelques mois quand on s’est rencontré sur le net…. »
    Elle resta muette, ce qui l’agaça un peu. Placé derrière elle, il agrippa un de ses seins et le tordit un peu, l’obligeant à creuser ses reins…ses fesses venaient de se plaquer contre son pantalon au milieu duquel une poutre était déjà bien apparente….mais elle ne pouvait la voir…juste la ressentir au creux de son sillon fessier…Tenttant de se dégager de l’emprise de la main qui tordait son sein, elle se contorsionna, frottant encore plus son cul contre la bite tendue.
    Il lâcha son sein mais lui adressa pour la première fois une salve de claques retentissantes sur les deux fesses….
    « -Arrête de me provoquer…. !! ».
    Hum….cette première volée de claques la ravirent et elle respira profondément, appréciant enfin ce début de sanction….
    Le silence se fit pendant un long moment. Elle laissa s’infiltrer en elle la chaleur de ce début de punition. Il ne savait pas que pendant ces quelques instants de latence, elle repensait aux rares fessées qu’elle avait déjà reçues….la comparaison était évidente….là c’était le pied….elle en rêvait depuis si longtemps….pas forcément avec lui, puisque cela faisait des années que ça la taraudait. Elle ne le connaissait pas encore…mais depuis quelques mois, et ce fichu récit qu’il lui avait adressé, c’était toujours lui qui revenait dans ses fantasmes de masturbation….et il faisait bien pire que ces quelques premières claques….il allait toujours bien plus loin , et de plus en plus, avant qu’elle en jouisse de ses doigts agrippés sur et dans son sexe….

    « -Ainsi donc tu l ‘as lu….et apprécié ?
    -Ouiiii….
    -Et qu’en as tu pensé? » .
    Pas de réponse…pour le moment, elle avait encore trop honte de lui avouer que….
    Quelques nouvelles claques sur ses fesses ainsi qu’une main empoignant ses cheveux et tirant sa tête en arrière appuyèrent le renouvellement de la question.
    « -Qu’ en as tu pensé ? Est-ce que ça t’a plu ? Réponds…. !!!
    -Ouiiiii….j’ai aïe…..j’ai aimé….
    -Tu as aimé quoi ?
    -Ce que tu as…aïe….écrit….. ».
    Il relâcha sa tête et claqua de nouveau ses fesses, à pleine main, de droite et de gauche. Elle commençait à trépigner, tapant les semelles de ses baskets sur le sol herbeux.
    « -Et alors ? Pourquoi ne m’en as tu jamais reparlé ? »
    Il venait de se reculer de quelques pas, faisant le tour de la jolie fille entravée nue entre les deux arbres préférés de son parc, allant jeter un œil dans le viseur de la caméra qu’il avait déclenchée depuis un bon moment. Le point de vue était sympa, mais il ôta l’appareil de son trépied, et fit le tour de la pénitente, faisant un gros plan sur ses fesses qui commençaient à rougir.
    Pendant ce temps, elle avait commencé à répondre.
    « -Parce que…c’était trop fort….et que je n’y croyais pas vraiment… » .
    Tout en tournoyant autour d’elle caméra en main , filmant son corps nu, il lui demanda :
    « -Explique…
    -Hum…que veux tu que j’explique…c’était une belle histoire…mais ….aïe… ».
    Il venait de recommencer à balancer quelques claques sur son cul. Les jambes de plièrent à chaque coup porté…la fessée commençait à être un peu plus dure et violente.
    Il posa enfin la question qui lui brûlait les lèvres depuis des mois, attendant avec impatience et…la main levée…. la réponse !
    « -Est-ce que ça t’a excitée ? Est-ce que tu t’es caressée en lisant çà ? ».
    La réponse tarda suffisamment pour qu’une violente claque s’abatte en travers de ses fesses, suivie de quelques autres encore plus fortement appliquées…L’autre main qui tenait la caméra tenta de suivre les frappes sur les fesses et les mouvements désordonnés du corps qui les subissait.
    Le temps qu’il retourne vers le trépied et refixe la caméra, elle souffla, respira, et chercha une réponse cohérente.Que désirait il qu’elle lui dise ? La vérité ? Qu’elle s’était masturbée un nombre incalculable de fois en lisant et relisant ce récit, à tel point qu’elle n’avait même plus besoin de le lire tellement la situation était gravée dans sa tête ? Ou qu’elle n’avait pas osé lui en reparler de peur de le vexer d’avoir été si honnête avec elle, lui dévoilant dès ce premier écrit la profondeur de la perversité de ses fantasmes, car finalement c’était trop hard pour que….
    Elle ne finit pas l’ébauche de sa pensée.
    Il était revenu derrière elle et commença enfin à la fesser vraiment, à pleines mains, alternant les claques à droite et à gauche, du dos puis du revers de ses mains, sans arrêt, bloquant quand elles s’exprimaient trop violemment ses jambes avec les siennes….bref, une vraie longue et intense fessée à laquelle elle commença enfin à répondre par quelques cris qui s’évanouirent dans le parc désert….
    Son esprit venait de se perdre dans la punition, laissant juste émerger par instants quelques bribes de lucidité. Là elle était dans ce qu’elle avait désiré depuis des années…un vrai et intense châtiment auquel elle ne pouvait se soustraire, mais conjointement, était elle réellement capable d’aller au delà de ça, jusqu’au niveau de ses fantasmes ? Par réflexe, peut être juste le temps de prendre une pause, elle décida intuivement de répondre….de dire la vraie vérité…..
    « -Aïe …Aïeeeeee….arrête…s’il te plait…Aïeeeee…je vais te répondre…. ».
    Il la laissa reprendre son souffle et ses esprits, posant juste ses deux mains à plat sur les fesses bouillantes et rouges. Elle respira profondément, laissant s’insuffler tout le long de son corps cette chaleur intense….Il fallait qu’elle réponde, vraiment, en toute sincérité…sinon, elle ne doutait pas que le châtiment allait reprendre de plus belle. Elle inspira profondément.
    « -Oui, j’ai aimé ton récit….et je l’ai lu….plein de fois….et….oui, j’ai aimé….et je me suis caressée….souvent en y pensant….mais…. ».
    Il venait d’abandonner ses fesses bouillantes et de plaquer ses mains aussi chaudes sur ses seins, les câlinant doucement. Elle plaqua son dos contre lui qui la tenait ainsi, se délectant de cette langoureuse caresse. Sa tête vint se poser contre son épaule et elle poursuivit.
    « -Oui….Hum…tes mains sont douces….Oui….j’ai adoré jouir en pensant à ce que tu avais écrit, même si… ».
    Elle laissa sa phrase en suspend, juste le temps suffisant pour qu’il s’empare de ses mamelons et commence à les faire rouler entre ses doigts….
    « -Même si quoi ?
    -Aïeeeee….Hum…Non arrête s’il te plait….Hum….Ouiiii……Même si ….Je n’ai jamais cru que je pourrais vivre….ce que tu as imaginé…un enlèvement et une punition aussi forte…. » .
    Il lâcha ses seins et la repoussa en avant. « 
    « -Certes, je ne t’ai pas kidnappée, mais tu es tout de même à ma merci…. et tu vas peut être regretter maintenant de ne pas m’avoir raconté ça plus tôt…depuis le temps que j’attends que tu m’avoues tes vrais fantasmes…. ».
    Elle sut alors qu’elle allait de nouveau être châtiée. Le ton de la voix de cet homme avait changé….Comme lorsqu’il lui avait imposé de se mettre nue devant lui deux heures plus tôt.
    Sans qu’il la prévienne, il agrippa une de ses chevilles, chaussée de cet admirable basket, et l’ entoura de plusieurs centimètres de corde…une autre qui pendait derrière ce grand arbre. Sans lui demander son avis, il tira sur la corde et allongea sa jambe à l’équerre.
    « -Tu as bien fait de garder tes chaussures…là je peux serrer bien plus la corde….tu ne vas pas pouvoir bouger…. ! ».
    Elle sentit un grand courant d’air s’engouffrer entre ses cuisses ainsi ouvertes, et son sexe totalement offert à la vue de son ami/punisseur….Elle sentit alors que le jeu venait de basculer.
    « -Imagines, dans quelques minutes….quand je vais accrocher ton autre jambe sur l’autre arbre….tu vois dans quelle position tu vas être ? Les cuisses ouvertes, et ton sexe ouvert lui aussi…imagines ce qui se passer…. ».
    Elle imagina très bien, visualisant la position dans laquelle elle allait être offerte…Elle envisagea le pire…voire le meilleur, mais n’eut pas le temps de s’apesantir sur ce sujet. Son attention fut attirée par un grand craquement, suivi d’un long sifflement….elle comprit très vite de quoi il s’agissait, d’autant plus qu’il lui expliqua….
    « -Je vais te fouetter avec cette grande branche que je viens de cueillir…Elle est longue et très souple….tu entends comme elle siffle bien ? Ca va être chaud sur ton cul maintenant…surtout dans cette position…. ! ».
    Elle réussit à proférer un nonnnnn retentissant avant que la branche se s’abatte en travers de ses fesses, étranglant son nonnn dans un geignement….
    Doucement il balaya son sexe déjà bien offert avec l’extrémité de la branche qui était couverte le feuilles tendres….L’alternance entre cette caresse si douce et intime et la cinglée qu’elle venait de recevoir était génialement étrange….Elle propulsa son bassin en avant comme les cordes le lui permettaient encore s’abandonnant quelques secondes à ce câlin….mais elle le savait bien la vraie fouettée allait reprendre très vite….

    #27432

    anatole
    Participant

    Il fit méchamment siffler autour de son corps la longue branche souple qu’il avait en main, frisant ses hanches et son torse à plusieurs reprises, sans jamais les atteindre, juste pour lui faire peur, et surtout profiter de ses contorsions dans les liens, et des petits cris qu’elle poussait à chaque fois. Il savait qu’il allait vraiment crier, et peut être pleurer sous les coups qu’il allait bientôt vraiment lui infliger, mais déjà, cette petite danse était très excitante. Si elle en avait encore un tout petit peu, elle venait d’abandonner toute idée de pudeur, et lui montrait son sexe entrouvert à chaque fois qu’elle se dandinait, et il aimait aussi beaucoup la valse de ses seins. Il pensa aux forts bons moments qu’il passerait plus tard, assis tranquillement à poil dans son canapé, visionnant le long film qu’il enregistrait depuis le début, se masturbant tranquillement en revoyant ce beau spectacle. Il avait cette vilaine habitude de filmer dès que possible toutes les filles qu’il punissait ici ou ailleurs, et d’en profiter à plusieurs reprises ensuite, sachant gérer à chaque fois sa branlette pour ne jouir qu’au moment le plus hard, même si l’enregistrement durait longtemps ….Un vrai pervers en somme…ce dont elle ne se doutait pas encore totalement.
    En fait à cet instant, elle ne pensait pas vraiment à la psychologie noire de celui qui s’amusait avec son corps. Juste tenter d’éviter les frappes de la vilaine branche….La première l’avait saisie par sa brûlure et elle attendait assez apeurée les suivantes….
    Après s’être amusé longuement à lui faire peur en tournant autour d’elle, il était temps qu’elle subisse….vraiment….Des mois qu’il attendait cet instant où il allait la faire plier sous les coups et l’amener là où il lui semblait qu’elle ne puisse plus aller….Certes, finalement ils n’avaient jamais évoqué ses éventuelles limites, puisqu’il n’avaient jamais réellement parlé de ça, mais plein d’indices lui avaient montré qu’elle désirait se tester. Il avait joué jusqu’à là le rôle du parfait gentil garçon et ami, respectant son silence….Sa patience trouvait enfin sa récompense.
    Il cingla enfin le bas de ses reins de sa belle badine. Elle cria sous le coup qu’elle attendait mais redoutait, surtout qu’il fut suivi de trois autres aussi vertement infligés, striant son cul en travers. La sanction était sévère, mais juste, pour commencer, et à la hauteur de ses désirs à lui. La douleur s’estompa petit à petit alors qu’il avait cessé de la fouetter, laissant place à cette si délicieuse chaleur s’infiltrant vers ses reins et son sexe. C’était la première fois qu’elle goûtait à cette sensation si ambivalente…les maigres fessées manuelles qu’elle avait reçues avant étaient bien loin. Et les quelques claques qu’elle s’était infligée toute seule sur les fesses tout en se caressant n’avaient vraiment rien de commun avec ce qu’elle était enfin en train de vivre. La fraicheur de l’extrémité végétale de la branche vint agacer ses mamelons après cette première cinglée. Le bout de la tige ourlée des petites feuilles si douces dessina quelques volutes sur son ventre puis ses hanches avant de venir se tremper à l’orée de son sexe…Il baîllait tellement…l’entrée fut facile, et elle se tordit dans les cordes sous cette pénétration végétale si douce….mais bien vite ce minime gode improvisé s’échappa et il reprit sa fouettée sur le cul. La position qu’elle tentait de tenir n’était pas forcément confortable, et inéluctablement, il arrivait par instant que sa seule jambe reposant au sol se replie, en particulier lorsqu’il cinglait….Par mégarde ? Par inadvertance ? Par volonté…..l’intérieur de ses cuisses….Il attrappait parfois cette jambe libre, l’ecartant pour fouetter l’intérieur de ses cuisses ou son cul sous un autre angle…Elle râlait, mais n’avait pas d’ autre objection à émettre….Son cul était en feu, tout comme la moitié « vitale » de son corps…Elle ne retenait plus, ni ses cris, quand il la frappait, ni ses râles de plaisir quand il condescendait à chatouiller ses zones les plus érogènes du bout de la branche….elle ne savait même plus comment elle s’appellait, ni ce qu’elle fichait là…et d’ailleurs, elle s’en fichait royalement….La seule idée presque claire qui apparaissait dans son esprit par instant était qu’elle avait le sexe en ébullition et voulait juste qu’il finisse par la faire jouir….
    Elle avait arrêté de compter dans sa tête le nombre de fois où la vilaine branche l’avait frappée, même s’il ne lui avait pas demandé de faire çà…elle avait commencé au début, puis avait perdu pied dans ce décompte…
    Le vilain/si gentil ami/ fouetteur…enfin bref, elle ne se posait plus la question…arrêta de la fouetter. Un petit tour vers la caméra et quelques gros plans sur les fesses, les reins et les cuisses sur la peau desquels les somptueuses striures rouge violacé continaient d’éclore….Il câla l’objectif sur ses seins qu’il avait épargnés, se demandant pendant quelques instants pourquoi…Peut être inconsciemment les avait il trouvés trop beau pour être châtiés ? Peut être suspectait il que la douleur infligée aurait été trop forte ? Peut être tout simplement se les reséervait il pour une future punition ?
    Il zooma, fondant l’objectif sur son autre main qui s’empara du mamelon tendu…
    « -J’espère que cette petite raclée t’a fait du bien.. ».
    Elle ne répondait pas…Allanguie dans les cordes, elle commençait à sentir une si lourde tension sur sa cheville attachée en l’air….et puis….son sexe si désireux….et cette main qui triturait si délicieusement son mamelon….
    « -On va passer au dessert….Depuis que le temps qu’on déjeune ensemble, je sais que tu n’aimes pas le sucré….je t’ai préparé autre chose….. ».
    Elle n’avait plus l’heur de réfléchir à la portée de cette phrase….
    Il retourna poser sa caméra sur le trépied, ajustant le zoom pour que ce qu’il allait faire soit bien enregistré en gros plan.
    Revenant vers sa si jolie amie , il mit sa menace précédente à exécution. Attrapant la si jolie basket rose reposant encore au sol, il l’entoura de la seconde corde cachée derrière le grand arbre, l’entoura et tira, pour l’écarteler totalement….Elle cria de surprise…Il lui avait dit…elle avait oublié que….
    Sa tête coula en arrière…Même dans ses fanttasmes les plus débridés, elle n’avait imaginé un jour se retrouver dans cette position….Ses bras tendus en l’air entre deux grands arbres, les chevilles attachées cuisses ouvertes au maximum….
    « -Je sais que tu vois rien, mais je sais aussi que tu ressens dans quelle position de soumission totale tu es….Visualise ton corps offert…Veux tu que j’appelle quelques amis pour venir t’admirer ? »
    Elle râlait doucement, la tête basculée en arrière….Ouiiiii…elle aimait cette vision qu’elle avait dans son cerveau, de son corps aussi offert….Mais putain, qu’il vienne la baiser enfin..et ouiiiiiiiiii il pouvait appeler qui que ce soit, le pape même si besoin….juste qu’on la fasse jouir enfin…..
    Il sortit de sa poche un long rhizome de gimgembre qu’il avait acheté le matin même chez le traiteur africain du coin, ainsi qu’un couteau suisse…Calmement, il éplucha le légume, tout en regardant avidemment ce corps nu et supendu et offert, au milieu duquel il allait bientôt enfoncer ce gode torride. Le liquide suintait du gingembre lorsqu’il eut fini son épluchage, et qu’il commença à le balader sur l’intérieur des cuisses de la fille. Il remonta lentement vers son torse et agaça longuement ses mamelons….Elle se tordait dans les cordes nouées, l’immobilisant, et l’empêchant de s’absoudre de cette brûlure si nouvelle, surtout quand il emprisonnait un sein dans sa main, et fait gicler le liquide irritant tout autour d’un mamelon…c’était terriblement excitant et insupportable…
    Après avoir si violemment excité ses seins, sans aucun préparatif, il enfourna cette saloperie de gingembre dans son sexe….le violant profondément et longtemps….elle hurlait maintenant, le suppliant de la faire jouir….elle disait n’importe quoi….demandant que finalement il fasse tout ce qu’il voulait, qu’il la branle, la baise, l’encule…enfin tout quoi…mais qu’il arrête cette sensation torride non assouvie….
    Ayant si profondément laissé le rhizome en place, il put l’abandonner, dégrafer sa ceinture et commencer à fouetter à toute volée le cul si joliment offert pas la position contraignante…Les cuisses ouvertes de la fille prisonnière de ces sensations terribles, elle encaissa autant les ondes de jouissance venues du fond de son sexe que les coups de ceinture qui balayaient son cul et l’intérieur de ses cuisses…Elle hurlait à chaque coup, puis se tordait dans les cordes lorsqu’il arrêtait de la frapper, tordant sans espoir ses poignets, essayant de les diriger vers son sexe pour assouvir son envie de jouir.
    La suite….fut purement sexuelle….je ne vous la raconterais pas….
    Bien plus tard, elle était de nouveau allongée nue dans l’herbe, sur le côté. Son ami aussi nu qu’elle était collé contre son dos, enserrant gentiment ses seins dans ses mains, la queue molle et luisante de sperme affleurant ses fesses et ses cuisses encore striées de rouge.
    Doucement, se réveillant de cette petite sieste, elle tendit son bras en arrière, posant sa main sur la nuque de son partenaire.
    « C’était terrible….hum…merci…je revines quand tu veux… ».
    La pauvre..Elle ne savait pas….encore…
    Un peu plus loin, au fond de ce joli parc, était sa demeure…au sous sol, un dédale de caves, toutes agencées, comme il aimait…tous les instruments et objets de contention et de torture….tous ces endroits dans lesquels il avait soumis à ses désirs pervers et sadiques, à tant de tourments, les filles, plus ou moins consentantes qui avaient un jour ou l’autre accepté de le suivre dans les entrailles de sa demeure….
    Il apprécia cette remarque…Bien joué…elle était peut être à sa merci….
    « -Bien sûr ma belle….je vais voir quand je peux trouver un moment pour te réinviter chez moi…. ».

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.