Une charmante petite capricieuse… stressée.

Accueil Forums Discussions générales Récits Une charmante petite capricieuse… stressée.

Ce sujet a 6 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  lunapower, il y a 2 mois et 2 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #33548

    LeClaqueFesses
    Participant

    Te voila allongée dans ton lit, Il est l’heure d’aller te coucher, demain c’est la rentrée.
    Tu es la, en pyjama, allongée sur le ventre à fixer ton réveil, l’heure avance et te fais stresser…
    La porte s’ouvre juste avant que tu n’entendes ma voix.
    « Anne? »
    Tu ne me réponds pas. Je rentre en essayant de ne pas faire trop de bruit et me rapproche du lit. Arrivé à seulement quelques mètres, je te vois fixant devant toi, allongé  sur le ventre,les yeux bien ouverts…
    « Anne? Tu n’arrive pas à dormir ? »
    Une fois de plus, te ne bouges pas et ne réponds pas.
    Je m’approche jusqu ‘au bord de ton lit, m’y assieds et pose ma main sur le haut de ta tête.
    « Hey, réponds moi au moins demoiselle, ça ne va pas ? »
    Tu soupire avant de plonger ton visage entre tes mains.
    « Non… »
    « Qu’est ce qu’il y a ? »
    Tu laisse passer un silence,
    «  Anne … que se passe t’il ? »
    Tu laisses échapper un long soupirs.
    « Je le sens pas… »
    « Qu’est ce que tu ne sens pas ? »
    « Demain… la rentrée, je ne le sens pas … »
    « Pourquoi ? »
    « j’ai pas envie de parler, de toute façon, je pense que je n’irais pas… »
    « Comment ça tu n’iras pas ? »
    « Non, je veux pas alors je n’irais pas »
    « Mais c’est hors de question, tu ne vas pas commencer comme ça… »
    « Si je fais ce que je veux, et si je dis que je n’y vais pas, j’y vais pas… »
    « Hey mademoiselle, ça ne fait pas partie de tes possibilités, alors c’est hors de questions. »
    « C’est ce qu’on verra… »
    «  Anne… tu vas y aller et je veux t’entendre le dire… »
    « … »
    «  Anne … »
    Tu lâches encore un soupir et refuse à nouveau de me répondre.
    « Ok, puis ce que tu le prends comme ça… »
    D’un coup, tu sens la couverture qui te recouvre décoller.
    A peine ressens tu le courant d’air que tu sens une première claque atterrir sur le fond de ton pyjama. Une belle douleur sur tes fesses bien froides se révèle au même instant que le son du claquement atteint tes oreilles.
    Tu te tends sur le lit, consciente de ce qui risque de t’arriver.
    Une deuxième claque arrive, un peu plus forte, celle ci te fait lâcher un petit gémissement.
    « Alors, si tu veux on peut utiliser cette méthode pour voir si tu vas changer d’avis… »
    «J’m’en fiche, je fais ce que tu veux, j’irais pas »
    A peine as tu finis ta phrase que 3 claques bien appuyées résonnent sur tes fesses … et pas les plus légères, elles t’ont fait commencer à gigoter.
    Tu agrippes ton oreiller et ne dis plus rien.
    « Ok mademoiselle veux n’en faire qu’a sa tête, on va régler le problème »
    Je t’attrape par le poignet et l’éloigne de ton visage. Je le ramène sur le bord du lit avant de tirer dessus. Tu glisse sur le lit, n’opposant pas de résistance à par le fait de laisser ton corps sans réaction.
    Je te fait avancer jusqu’au bord du lit duquel tu commences lentement à glisser.
    Avant que tu ne bascules, mon bras te ceinture avant de te soulever. Te voila désormais sous mon bras, le buste et les jambes ballant vers le bas.
    Te portant je me déplace avant de venir poser un pied sur ta chaise traînant la. Ainsi je pose un pied en hauteur, me retrouvant ainsi avec un genoux en l’air.
    De ma deuxième main je te saisis avant de te soulever plus haut afin de venir t’installer sur ce fameux genoux, de sorte à ce que ni tes mains, ni tes pieds ne soient au contact du sol.
    Tu voila dans une situation bien inhabituelle en équilibre sur un seul de mes genoux, les fesses bien tendues en hauteur.
    « Bien attaquons cette résolution de problème »
    Joignant le geste à la parole, une première claque atteint tes fesses. Dans cette position la douleur est impressionnante. La peau de tes fesses est plus tendue que d’habitude, ce qui a pour effet de démultiplier la douleur.
    Une deuxième claque tombe, cette fois ci un peu plus bas sur tes fesses, celle ci te fait tendre les deux jambes vers l’arrière, la sensation de brûlure est arrivée instantanément.
    La suite ne tarde pas à arriver et la cadence s’accélère… ça tombe, et ça tombe de plus en plus fort…
    D’habitude j’attaque sur ton jean, mais la vu que tu ne porte que ton pyjama si fin, pour un départ, ça ne prend pas la même tournure… Tu a déjà joins tes deux mains devant toi et tu laisses transparaître une grimace. Tu serres les dents signe à la fois de ta douleur, mais aussi de ta détermination à ne pas céder.
    Les claques atterrissent les une après les autres dans un rythme réguliers… recouvrant progressivement l’intégralité de ton fessier. Du haut des fesses jusqu’au bas des cuisses, aucunes zone n’est délaissée… Et ça chauffe. Tu imagine déjà qu’a ce rythme, ton petit cul va bientôt se transformer en brasier…
    La douleur devient de plus en plus prenante… tu commence à balancer la tête d’avant en arrière à chaque impact, tout ton corps pourtant crispé, subit les effet du début de cette « rouste ».
    Ton popotin te brûle et voila que tu commences déjà sans le vouloir à balancer les jambes d’avant en arrière. Un petit signe qui a tendance à me faire sourire.. à croire que tu essayes de courir pour t’enfuir… mais la ou tu es, tu ne risque pas de t’échapper…
    La fessée ralentie avant de s’arrêter. Tu te décrispe un peu juste avant de sentir mes doigts se glisser sous l’élastique de ton pantalon. Ma main gauche vient relever le bas de ton haut, découvrant tes reins a l’air frais, juste avant que tu sens le bas de ton pantalon commencer à glisser…
    Tu sens l’élastique qui comprime légèrement tes fesses déjà douloureuses pendant sa descente, frottant certaine zones qui te semblent avoir pris une sacrée température et laissant progressivement un courant d’air frais te signaler que tu es désormais déculottée…
    Tes petites fesses déjà légèrement rougies sont désormais sous mes yeux, prête à recevoir la suite de ta punition.
    Tu n’attends d’ailleurs pas longtemps avant que celle ci n’arrive… Une claque déboule et te donne l’impression que je viens de t’arracher un bout de fesses, la deuxième atterrit sur les deux, te faisant ouvrir la bouche même si aucun son n’en sort…
    « Mademoiselle  Anne, je ne vous laisserai pas vous entêter dans vos bêtises et vos mauvaises pensées… je vais vous punir jusqu’à ce que vous me promettiez d’arrêter vos bêtises et d’assumer pleinement vos responsabilités… »
    A peine cette phrase terminée que le rythme accélère, les claques fusent à un point que tu te demandes si je n’utilise pas mes deux mains. Pensée que tu invalides rapidement en sentant ma main gauche appuyer fortement sur ta chute de reins afin de t’empêcher de tomber en gesticulant.
    Tes jambes reprennent leur course effrénée, entraînant dans leur ébats ton pantalon de pyjama et le faisant progressivement glisser de plus en plus bas.
    Tu serres toujours les dents, mais tu ne peux plus t’empêcher de les laisser par instant s’écarter. Tu essayes de résister, mais progressivement un petit son s’échappe après chaque impact de ma main.
    Ton pantalon vient d’arriver au niveau de tes chevilles, t’empêchant de bouger comme tu le faisais jusqu’à la… Tu te sens bloquée car tu ne voudrais pas le déchirer.. mais très rapidement tu oublie cette pensée, la douleur de tes fesses ne cesse de t’obnubiler…
    Pourtant malgré cette sensation de brûlure intense, tu ne veux pas craquer, tu ne veux pas me promettre ce que je t’ai demandé.
    Les impacts sur tes fesses continue de se répéter, désormais ils tombent dans une cadence complètement désynchronisée… il sont proches les un des autres, mais il t’es impossible d’essayer de prévoir quand et ou ils vont tomber…
    La douleur devient maintenant trop forte, tu commences à sentir une envie de pleurer… malgré tout tes mouvements tu n’arrives pas à y échapper.
    Tu tentes desserrement de mettre ta main devant tes fesses en ouvrant pour la première fois la bouche pour parler depuis le début de la correction
    « Arrête ! S’il te plais, je n’en peux plus ! »
    Voyant ta main approcher, je m’empresse de la saisir de ma main gauche avant de venir la plaquer contre tes reins.
    « Ce n’est pas ce que je veux entendre, et encore moins que tu essayes de mettre ta main devant tes fesses… tu veux encore te rebeller…tu vas voir… »
    Tu tourne la tête et vois que j’attrape ta brosse à cheveux sur ton chevet.
    « Non ! Pas la brosse ! »
    Je ne prend pas la peine de te répondre et t’en donne un premier coup bien appuyé.
    Le coup t’arrache un cri, et te fait tellement gesticuler qu’une de tes jambes quitte ton pantalon qui se retrouve à pendre à l’autre.
    Je ne perd pas de temps avant de t’asséner une dizaine de coups supplémentaires, ceux ci te font comprendre que tu vas céder… A peine quelques coups de plus retentissent que tu sens des larmes qui coulent sur ton visage, tu es en train de commencer à pleurer …
    « Je te promets ! Je te Promets ! Demain J’irais au cours! Et j’arrêterai mes bêtises ! C’est promis ! »
    Je me stoppe un instant, avant de te donner 3 coups supplémentaires qui te font continuer à pleurer….
    Je me stoppe, et repose la brosse, tu es sur mon genou, ton corps se tend au rythme de tes sanglots…
    je te laisse dans cette position quelques secondes , à pleurer… je sais que cela te fais du bien, que cela t’aide à déstresser… Tu y es souvent sujette et à ce jour, c’est une des méthodes qui marche le mieux pour t’aider quand tu t’entête… mais si cela m’oblige à être sévère…
    Je sors un tube de crème de ma poche avant de venir en appliquer sur tes fesses.
    Je prends le temps de masser tes fesses pour que la crème y pénètre bien, je ne veux pas que demain tu es du mal à t’asseoir pour ton premier jour… Même si la, tes fesses te rappelleront quand même mes « encouragements »…
    Une fois celui ci finit, je t’aide à te relever, tes pieds touchent le sol, mais je te maintiens toujours, vu ton état, je ne pense pas que ces derniers pourront te porter…
    Je te soulève à nouveau du sol, cette fois ci avec une main dans ton dos et une autre sous tes cuisses.
    Je te porte jusqu’à ton lit, ou je te dépose avec délicatesse…
    « C’est fini Anne , c’est fini… »
    Tu sanglotes encore, tu n’arrives pas à me répondre…
    « C’est terminé… je ne plus que te fasse toutes ces idées… tu es une superbe jeune femme, alors j’aimerais vraiment que tu te mette à penser positivement… »
    Tu me réponds difficilement entre deux sanglots
    « Oui… »
    je te regarde, j’essuie de mon pouce les larmes qui perles encore sous tes yeux avant de te serrer dans mes bras…
    « Je n’aime pas te faire mal, mais j’aime encore moins te voir ruminer tes mauvaises pensées…  détends toi… tout vas bien se passer…»
    « Oui…. »
    « Ça va aller maintenant ? »
    Tes sanglots semblent s’être calmés…
    « Oui, ça va mieux, je vais y aller demain. »
    « C’est bien, je préfère te voir ainsi » te dis je te faisant un sourire.
    Je pose délicatement ma main sur ta tête.
    « Aller maintenant c’est l’heure de dormir, alors fais de beaux rêves. »
    Tu poses ta tête sur ton oreiller, et fermes les yeux, je me dirige vers la porte, et j’entends un petit
    « Merci, et bonne nuit »
    « Bonne nuit  Anne»
    J’éteins la lumière et te voila déjà endormie…

    De nombreuses heures plus tard, ton réveil sonne, tu l’éteins. Tu tourne la tête, allume la lumière et tu vois que ton pantalon de pyjama et toujours la, trônant au milieu de la pièce… les rayons du soleil passent à travers les rideaux, tu souris… tu as encore un peu mal aux fesses, mais tu souris… ça va être une superbe journée!

    #33554

    bella
    Participant

    Très joli texte, j’aime beaucoup

    #33555

    Câline
    Participant

    Bravo pour ce récit Mr @leclaquefesses 😉 c’est fou ce quelques arguments bien frappant peuvent faire …

    #33563

    LeClaqueFesses
    Participant

    Merci mesdemoiselles.
    Tout à fait @caline , parfois il est même nécessaire de faire usage d’un argumentaire cinglant pour permettre à une personne d aller de l avant.😉

    #33567

    LucieInTheSky
    Participant

    Tiens… J’ai comme l’impression d’avoir déjà vu ce récit… 😋

    #33574

    LeClaqueFesses
    Participant

    Certainement car en tant que petite capricieuse, vous l’avez reçu en avant première…😉 (comme une autre petite d’ailleurs… 🙂 )

    #33607

    lunapower
    Participant

    J’adore merci beaucoup 🙂

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.