Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Raconte-moi la punition qui te fait fantasmer aujourd'hui…

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 62)
  • Auteur
    Messages
  • #41647
    Christian
    Participant

    Là maintenant, je n’ai pas envie de lui donner une fessée… Mais elle me regarde d’un air narquois, et ses yeux qui pétillent d’un désir refoulé me provoquent, me poussent à agir..
    Alors je vais me lever et la soulever par la taille, sous mon bras, comme un paquet de linge sale. Et c’est justement jour de lessive!
    Elle va crier, pour de faux, et agiter ses jambes dans le vide, pour de vrai… En serrant sa taille un peu plus fort, je vais commencer à lui donner ce qu’elle m’a demandé, sans oser me le dire. Et j’ai la main lourde aujourd’hui.
    Elle devra écouter mes reproches, promettre un meilleur comportement, et finira par des excuses sanglotantes.
    Elle sait déjà tout çà et c’est c’est bien ce qui fait briller ses yeux.
    Finalement, j’ai maintenant très envie de lui donner cette fessée.

    #41648
    Paulparis
    Participant

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, j’ai envie de prendre mon temps. Une bonne fessée “éclair” sans préchauffage peut être salutaire pour elle comme pour moi mais aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, on va prendre son temps. Je ne la connais pas. Je sais juste qu’elle souhaite être recadrée pour une vie trop dissolue, un rythme trop laxiste. Elle a besoin de cette fessée. Alors si je peux rendre service….

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, j’arrive chez elle avec un petit sac à malice et une boîte de chocolat. Après l’effort, le réconfort. Pour l’heure, c’est un nouveau martinet et une lanière de cuir qui sortent du sac. Deux nouveaux instruments qui viennent juste de m’être livrés par London Tanners. Le martinet me semble sévère. On verra ça plus tard.

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, elle est devant moi, droite et sage. Je la sermonne. Je lui pose des questions précises et exige des réponses courtes et simples. je suis debout, je tourne autour d’elle. J’admire son allure élégante et son air contrit. Depuis combien de temps n’as tu pas rangé ce salon en désordre ? Oui…mais vous savez..La cravache tombe sur son jean pour lui rappeler que je veux des réponses courtes et précises. Un coup sec, sans douleur grâce au tissu tendu, mais qui montre ma détermination.

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, je continue mon sermon sur la nécessité d’avoir une vie organisée et saine. Tout en parlant je baisse le jean sur des cuisses admirablement fuselée. Par le lobe de l’oreille je lui impose de basculer sur mes genoux et la fesse doucement sur une jolie culotte de dentelle qui ne protège pas grand chose. Elle doit se dire que la punition ne sera pas bien sévère. Rira bien qui rira le dernier.

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, je fait glisser la dite culotte jusqu’à la jointure des genoux. Dieu qu’elle est belle. La fessée tombe. La sonorité change. Le rythme de la fessée aussi.Je prend garde à bien répartir mes claques sur toute la surface de ses fesses pour que ce cul soit uniformément rouge. Une fessée c’est aussi de l’esthétisme. Aux contractions de son corps allongé sur mes cuisses, je sens qu’elle compris que j’étais venu lui administré une vraie punition. Son souffle s’accélère, mais pour le lâcher prise que j’espère, nous n’ sommes pas encore. Je l’aide à se relever et lui demande de baisser les yeux. Je lui met dans les mains le martinet de London Tanners. Elle aussi pense qu’il doit faire mal. Elle va vite en savoir plus.

    Je lui demande de prendre position, le buste sur le dossier dur fauteuil en cuir. Je découvre ce martinet et m’en sert d’abord avec précaution. Il laisse de jolies marques mais rien irrémédiable. Tant mieux. Une fessée est une plaisir, une punition, pas un supplice. Maintenant que je l’ai bien en main, je peux accélérer le jeu. Je lui demande de compter. Vingt coups. Elle hoquète. Entre plaisir et douleur. Je sens qu’elle commence à s’abandonner.Je la reprend avec en travers de mes cuisses. Je la fesse à nouveau, mais gentiment, posément. Juste pour apaiser la douleur et changer de rythme. Elle s’abandonne vraiment.

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant,je lui demande de se dévêtir complètement et de se mettre au coin. Après une courte pause je lui ordonne de prendre appui contre le mur et caresse ses fesses avec ma badine en rotin, fine et cinglante. Maintenant que je sais que tu compte jusqu’à vingt, nous allons essayer d’aller jusqu’à trente. La badine siffle dans l’air et cingle ce postérieur une première Fois. Une première ligne rouge en haut des fesses. Par trop haut. Juste dans le gras. J’espace chaque coup, à la fois pour qu’elle puisse reprendre on souffle, que l’onde de choc de la badine soit absorbée par son derrière et que je puisse bien placé le coup suivant. Je tapote doucement ses fesses avec la badine puis soudain… le second coup dessine une nouvelle ligne rouge… jusqu’à trente. Elle tremble, elle à les yeux embués de larmes ou de plaisir… Je ne sais.

    Je la prend dans mes bars et je l’accompagne jusqu’au canapé. Je l’allonge sur le ventre et enduit son postérieur d’une agréable crème fraiche et sentant bon. J’ai l’impression que je n’apaise pas que son cul mais son esprit. Elle s’est abandonné un peu comme quand on appuie sur le bouton “reset” de l’ordinateur…. C’est merveilleux. Pour elle comme pour moi.

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant,… ben je me réveille. Dommage

    #41649
    maindejustice
    Participant

    Aujourdh’ui la nous sommes le soir dans ce bon restau Toulousain ou nous venons pour la première fois… Et sans regrets car la cuisine et et ke service y sont excellents. Bien sur je ne suis qu’un de tes fesseurs occasionnels et de passage et pas des plus brillants; toi la belle étudiante de Sup Aéro , moi le redresseur de torts d’occasion…bien sur tout notre manège n’est qu’un jeu car malgré ton carnet de punitions bidon; tu es super sage en vrai. Donc nous sommes attablés . Tu es jolie, châtain clair aux yeux noisettes , les cheveux mi longs tombant sur tes épaules ,ta robe fendue bleu nuit te va à ravir. Et après avoir papoté jusqu’au dessert puis au café ; Voila qil me prend la hardiesse la plus folle de notre relation ; je te demande de fermer les yeux pour une surprise.tu t’executes. Quand tu les rouvres j’ai l’inconscience et la folie de te mettre sous le nez une belle bague séchez Cartier… Tu écarquilles les yeux puis tu éclates d’un rire moqueur qui fait se retourner toute la salle! – Non mais Ca ca pas? T’es malade! Tu te prends pour qui? Qu’est ve que tu imaginais pauv’ naze? Et tu repars en cascade de rires rapides et meurtriers comme la rafale d’un pistolet mitrailleur. D’autres dans la salle commencent à t’imiter. Les serveurs super stylés ; d’abord interloqués affichent des rictus narquois dans ma direction. Un instant le service est comme suspendu. Autour de moi les têtes des gens commencent à tournoyer , de même que les portraits accrochés aux murs. Je voudrais qu’elle temps s’arrête , ou etre téléporté dans les entrailles de la Terre. Toi tu es pencher en arriere ,les yeux fermés, incapable de reprendre ton souffle tellement tu t’esclaffes! Ce n’est que dans un hoquet bruyant que tu réussis à te courber en avant et retrouver ta respiration. Les gens continuent de me fixer comme quelqu’un qui regarde trop les pubs de la télé . Un brouhaha fait de rires , de commentaires et de quolibets légers bourdons dans la salle. C’est alors que je te prends par oreille avec plus de force et de rage que dans nos jeux habituels ; et sans régler l’addition nous sortons prestement de la salle pour monter dans les chambres . Et c’est la dans le meme lieu de nos jeux précédents je décide cette fois de t’en mettre une bonne!Je te tiens sous mon bras alors que nous montons le majestueux escalier( le meilleur moment de l’amour selon Georges Clemenceau !) tes jambes magnifiques battent vainement le vide et troussent deja involontairement ta superbe robe fendue couleur sombre. Arrivées dans la chambre je te jette sur le lit et avec une brutalité déchirant le tissus de ta robe je te dénude. Tu portes encore un string alors que je déteste Ca… Circonstance aggravante! Terriblement aggravante ! Rapidement de fortes claques tombent sur tes globes . CLAC! CLAC! CLAC! CLAC ! CLAC! CLAC! CLAC! CLAC! CLAC !CLAC! CLAC! Celle fois tu l’insultes bien pire qu’en vas dans la salle. Puis rapidement tes injures font place à des cris: AHOHEHOHOU! AHOHEHOHOU! AHOHEHOHOU! AHOHEHOHOU! AHOHEHOHOU! Et toute la clameur en Fa Dièse immortalisée per le cinéma parlant! Je ne sais combien de temps a duré cette correction , 3 heures ou plus peut être . T’es fessés cramoisies sont d’un rouge vif indescriptiblement magnifique . Cette fois tu pleure a chaude larmes . Je te consoles . Avec ton corps magnifique et ton sexe épilé vient l heure d’une reconciation inoubliable car nous avons fait l’amour comme jamais. Nous sommes si heureux et si détendus que le lendemain nous quittons ce 3 étoiles sans la moindre gene. Bien sur par la suite nous avons repris notre relation routinière . Mais depuis y a qq chose de changé , un petit plus. Buen sur he n’ai pas de doigts de fée pour te masser apres une bonne rouste mais je sais dorénavant que notre amitie sera i destructible , chere S. L’incident stupide de la bague est oublié Bien sur un jour nous cesserons de nous voir et de jouer, mais comment t’oublier toi la belle future ingénieure d’aviation? ( chez Airbus peut être?) Et je me suis chargé de te rappeler que si les choEs s’aggravaient ou se renouvelaient tu goûterais au Battoir a tapis en guise de nouvel instrument! C’est plus terrible que le paddles et Ca laisse des marques en losange sur toute la largeur du cul et des cuisses!!!

    #41652
    Misscil
    Admin bbPress

    Aujourd’hui, là, tout de suite, maintenant, je suis d’une humeur si malicieuse, qu’il me tarde de jouer avec votre patience…

    J’imagine une attitude qui se veut espiègle et à la fois lubrique. Une demoiselle dont la contenance passera doucement d’un ton badin à un ton beaucoup plus licencieux.

    Une impertinence subtile, mêlée à une outrecuidance rare et parsemée d’une arrogance notable… J’alerte vos sens et vous pensez déjà à la sentence…

    C’est ainsi qu’arborant un regard défiant, lubrique et un de ces sourires qui agace. Je m’enfle à penser naïvement que j’ai le contrôle. Sous l’impulsion d’une attitude joviale et légère, je m’amuse à vous provoquer. Je le ferai jusqu’à temps que vous soyez au paroxysme de votre éréthisme.

    Je m’imagine être une petite crâneuse dont l’instinct la pousse à se croire tout permis. Elle se sent pousser des ailes et se plait à croire en la pérennité de la situation. L’interdit favorisant ce sentiment d’euphorie.

    Mais cette idylle prend malheureusement fin lorsque vous décidez qu’il est temps de faire redescendre cette petite prétentieuse de son piédestal, motivé par l’idée que c’est pour son bien et que si elle en vient à être si agaçante, c’est nécessairement qu’elle a besoin de cette punition.

    Alors, votre patience ayant été mise à rude épreuve, vous ne la ménagerez pas. Sous tension depuis quelques instants, légèrement dépassé par tant d’audace et de frivolité, vous la saisirez par les cheveux pour l’emmener près du canapé. Vous lui ordonnerez d’un ton sec de se déshabiller entièrement et vous lui ferez remarquer le ridicule de sa situation.

    Vous attendrez de sa part qu’elle adopte une bonne tenue et vous exigerez qu’elle s’exprime convenablement pour vous faire part de la puérilité de son comportement. Vous lui demanderez de se justifier tout en sachant que ses arguments seront pauvres et qu’il vous sera aisé d’arguer le caractère mérité d’une sévère correction imminente.

    Vous la conduirez au milieu de la pièce et lui ferez la demande de rester debout, immobile, les mains sur la tête. Muni de votre martinet, vous le brandirez à de nombreuses reprises pour punir son derrière insolent. Il ne lui sera bien évidemment pas permis de bouger même si vous êtes conscient de l’inconfort de la position demandée.

    Elle tentera cependant de se soustraire à cette punition, essayant à plusieurs reprises d’anticiper les coups pour minimiser sa douleur.

    La saisissant par l’oreille, vous l’emmènerez vers le canapé où vous l’allongerez à plat ventre prenant le soin de lui lier les poignets dans le creux de son dos. Vous tiendrez à ce qu’elle soit cambrée pour le reste de sa punition et déferez votre ceinture. Elle aura l’ordre de se taire et d’assumer la punition dans le plus beau des silences.

    Se devant de se tenir cambrée et d’y rester même sous l’impulsion des coups de ceinture qu’elle recevra sévèrement, elle n’aura qu’à serrer les dents et s’abandonner à ces sévices qu’elle a allègrement provoqué.

    Ce n’est que lorsque vous verrez que son corps en aura eu assez, que vous lâcherez votre ceinture afin de la troquer pour la douceur de votre main. Vous flatterez ses fesses, ses cuisses, vous lui caresserez les cheveux et lui embrasserez le front sans pour autant la détacher puisque vous n’en n’avez pas encore fini avec elle …

    [ membre ] [ /membre ]

    Ni vu, ni connu, je t'embrouille :p

    #41658
    Monsieur Méchant
    Admin bbPress

    Température en hausse, légère hyperhidrose du visage, tachycardie accompagnée d’une petite fausse route alimentaire…
    mais sinon tout va bien ! t

    Faites de vos fesses le plus bel endroit de la terre...

    #42790
    Saku 😇
    Participant

    Waouh ❤️❤️..merci @misscil pour ce magnifique partage et cette splendide photo ?.

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #42791
    Mystic78
    Participant

    Magnifique description merci pour ce beau récit.

    #42792
    Mystic78
    Participant

    Saku je ne suis pas convaincu que ta sagesse et ta rédemption ai duré plus de quelques heures,tu es trop rebelle et indisciplinée pour ca. Mais ça serais une belle surprise et un exploit de ta part si cela avait été le cas

    #42794
    nono1087
    Participant

    c’est bien les bêtises mais après on peut avoir les fesses rouge ou alors pas se faire prendre mais difficile

    #42983
    lunapower
    Participant

    Là tout de suite maintenant, nous rentrons du restaurant et tu as eu un comportement vraiment puéril… Tu as voulu faire une petite blague mais ça a mal tourné… pourtant tu le sais que tu es parfois maladroite! Tu as voulu me lancer une boulette de pain, même si je t’ai déjà répété maintes et maintes fois qu’on ne jouait pas avec la nourriture et que ça t’a déjà causé des ennuis auparavant… Tu as loupé ton coup, cependant ton verre de champagne n’a pas loupé ta robe… Heureusement que ça ne tâche pas! Le serveur a voulu te re-servir une coupe que tu as poliment refusé, j’ai rajouté que tu serais privée de dessert car tu n’étais vraiment pas sage ce qui t’as fait rougir et bien rire le serveur! Sur le chemin du retour tu m’as demandé d’une toute petite voix si tu allais être punie, cette petite voix enfantine que tu prends souvent quand tu veux une fessée ou que tu es prise “en faute”… J’ai hoché la tête et j’ai déposé un baiser sur ton front, le trajet du retour s’est passé juste au son de Mozart, les badineries ne doivent pas perturber ton trouble naissant…

    Nous arrivons à la maison et là tout de suite maintenant tu vas prendre une fessée… Je te prends par la main et t’entraîne vers la salle de bain.

    – “Non mais regarde moi ça, on dirait une gamine de 8 ans qu’on a laissé jouer avec de la confiture! Ta robe est trempée! Et combien de fois je t’ai déjà dit de ne pas jouer avec la nourriture? Ça ne t’as pas suffit la fessée que tu as pris pour avoir lancé des M&M’s? Il va falloir que je te punisse encore?”

    Tout en te sermonnant j’enlève ta robe, ton soutien-gorge et m’attaque maintenant à ta petite culotte…

    – “A ce que je vois il n’y a pas que ta robe qui est mouillée…”

    Je passe deux doigts sur ton sexe ruisselant et te fais constater. Tu rougis et baisses instinctivement les yeux. Je me baisse pour enlever tes chaussures tout en essayant de croiser ton regard et te souris.

    – “Allez grimpe dans la baignoire!”

    Je contemple quelques instants ta nudité puis te savonne et te rince délicatement en insistant un peu sur ton entrejambe. Je donne une petite claque sur tes fesses et tu pousses un petit cri.

    – “Aiiiiiie”
    – “Ah bah qu’est ce que tu vas dire dans quelques instants!!”
    – “Pffff t’es vraiment trop vilain toi! Si on peut même plus rire!”

    Tu me regardes d’un petit air boudeur, tout en sortant de la baignoire. Je te sèche et t’enfile ton pyjama.

    – “Va m’attendre dans la chambre, on va rigoler un peu!”

    Tu prends un air faussement choqué et tire la langue, ce qui te vaut une nouvelle claque puis tu te diriges vers la chambre. Je te rejoins quelques instants plus tard, armé d’un martinet. Je te retrouve sagement assise sur le lit.

    – “Noooon tu ne vas pas avoir besoin de ça! Regarde je suis parfaitement sage!!!”
    – “Oui très sage, jamais tu ne lancerais des boulettes, jamais tu ne gâcherais du champagne!!”
    – “Mais j’ai déjà pas eu de dessert!!!”
    – “Et maintenant tu vas avoir une fessée!”

    Joignant le geste à la parole je t’installe sur mes genoux et te tapote les fesses. Je commence par quelques claques légères pour chauffer progressivement ta peau puis accélère progressivement le rythme. Je saisis ensuite l’élastique de ton pyjama et le descend jusqu’à tes pieds, je caresse doucement tes fesses et reprend la fessée sur un rythme plus soutenu couvrant le moindre centimètre carré de tes fesses marquant de temps en temps de petites pauses pour jauger la température de ton fessier et pour contempler mon œuvre. Tes fesses sont maintenant bien rouges et tu commences à t’agiter, ton pyjama à quitté tes pieds et j’assène maintenant une bonne série de claques à la jonction des cuisses et des fesses, cette zone si sensible… Je t’attrape la main et tu la sers… L’avalanche s’arrête et je te passe la main dans les cheveux. Nous restons ainsi quelques instants et je t’aide à te lever.

    – “File te brosser les dents et aux toilettes, après ta fessée c’est dodo”

    Tu me souris et pars dans la salle de bain. Pendant ce temps je prépare le lit, j’ai tiré toute la couverture de ton côté. Tu reviens quelques instants après.

    – “C’est bien rouge!!!!”
    – “Oui mais à mon avis pas encore assez pour que tu sois sage! Allonge-toi! 20 coups de martinet et ça sera parfait! Qu’en penses-tu?”
    – “moui” dis-tu de ta toute petite voix

    Tu t’installes, je pose ma main sur tes reins et ballade le martinet sur tes fesses. Un premier coup tombe et tu ne peux retenir un gémissement, je continue ainsi alternant caresses et morsures, ce qui visiblement ne te laisse pas indifférente.

    – “C’est fini ma chérie”

    Je m’allonge à côté de toi et te serre dans mes bras tout en te caressant les fesses. Je te rends ensuite ton bas de pyjama!

    – “Je crois que je ne vais pas en avoir besoin, j’ai bien chaud” dis-tu en rigolant

    Je te borde et t’embrasse
    – “Je vais me préparer, je reviens!”
    – “A toooute!”

    10 minutes plus tard je reviens et trouve la belle endormie !

    #43022
    Saku 😇
    Participant

    Aujourd’hui, la tout de suite , maintenant, j’ai comme une envie de provoquer, une envie de laisser un peu tomber la Sagesse.

    Là tout de suite, je ne me poserai pas, m’arrêterai pas, j’ai envie de vous tester, voire jusqu’où vous iriez, nous irions.

    A force de menace devant mon audace et ma provocation, vous poserez votre regard sévèrement sur moi.
    Me tirant par le bras, vous me placerez là, debout devant vous, vous, assis dans votre fauteuil.

    Mes yeux ne quittent pas les vôtres, mon regard ne fuit pas, je vous cherche toujours.
    Il m’est impossible de m’arrêter.

    Là tout de suite, vous bondissez pour vous redresser, votre main s’abat sur mon visage me demandant de baisser ce regard insolent
    Pas un mot, cette claque en dit long : “Il est a présent venu l’heure que tu t’arrêtes !”
    Ma main rejoindra l’empreinte que vous m’avez laissé sur le visage avant de rejoindre l’autre au dessus de ma tête
    Vous êtes de nouveaux assis devant moi, vos mains me saisissent par ma ceinture de cuir (votre préférée), vous dégrafez délicatement mon pantalon

    La tout de suite, j’ai décidé de baisser les armes, de me laisser aller devant votre sévérité
    Vos mains agrippent mon jean mais pas que…
    Mon regard prendra le chemin de mon pantalon et ma culotte
    Ce silence se fait pesant mais rassurant
    Vous vous redressez face a moi, j’ose ne pas vous fuir du regard, vous y verrez de l’insolence mais je cherchais de la compassion, mes désirs se mélangent entre ce besoin de douceur et de fermeté
    Vous me saisirez par l’oreille pour me placer là devant ce mur blanc que je connais tant
    Mais la réflexion, le calme, cette position statique n’est pas mon fort
    Au bout de quelques minutes, après de multiples demande que vous me ferez de cesser de danser, je me retrouve, là, allongée au travers de vos cuisses. Une série de claques s’abat avant que votre jambe droite ne vienne croiser les miennes
    Cette contention annonce la dureté que prendra la punition
    Votre main s’abattra jusqu’à ce que mes fesses prennent une couleur homogène qu’elles n’avaient pas prises depuis bien longtemps.
    Vous marquerez une pause pour prendre connaissance de la chaleur diffusée tout en me massant
    Ce n’était qu un répit, les claques qui s’abattent alors, me coupent le souffle, je me laisse enfin aller sous ce rythme effréné.
    Vous et nous avons compris là où je voulais aller.
    Je sais ce pourquoi je suis là aujourd’hui.
    Mon fessier est brûlant, mes sens sont en éveil, je savais qu’aujourd’hui ne ressemblerait en rien à hier voire demain. Je savais que je le vivrais comme une première rencontre, vos menaces, vos mots et sermons résonnaient si différemment que les autres fois
    Je vous avais déçu, Cette contrariété que j’ai pu lire en vous, je m’en suis voulue pendant des semaines. Je veux et j’ai besoin que tout soit effacé, que je sois punie pour le mal que je vous ai occasionné.
    Cette honte je l’ai portée longtemps. Là sur vos genoux, elle commence subtilement à se dissiper mais non, je le sais, cela ne peut pas s’arrêter là et cela ne s’arrêtera pas là !
    Vous me redressez face à vous et me demandez de prononcer ce pourquoi je suis punie et vous exigez que je vous réclame cette punition en insistant sur la sévérité .
    Je le fais, je n’aime pas cela , cela m’a toujours troublée.

    Là tout de suite, maintenant, votre main empoignera fermement la mienne pour me guider cette fois au travers du lit. J entendrai le crissement de la ceinture glissant entre ses passants. Mes fesses seront surélevées par deux coussins que vous aurez pris soin de placer

    Vous me ferez choisir par ordre de préférence 2 instruments. Mon choix se portera alors sur mon strap et mon martinet, tous deux personnalisés et faits main.

    Je suis allongée là, nue, repentante et attentive devant votre sermon. Pour une fois je ne dirai pas un mot.
    Cette punition se veut sévère, les premiers coup de strap s’abattent sur mon fessier, suivi par la ceinture puis frénétiquement par le martinet… Ce circuit reprend, vous ne vous arrêtez pas, je ne bouge toujours pas.
    Vous attendrez que mes fesses prennent une teinte plutôt blanche cette fois pour cesser.
    Ma respiration est haletante, il me faudra plusieurs minutes pour récupérer.
    Vous me redresserez pour m’enlacer fermement, une larme suivie de toutes celles de mon corps couleront sur ma joue, cela sera la première fois, enfin je me laisserai aller à mes émotions.

    coin

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par Saku 😇.

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #43024
    Christal
    Modérateur

    Euh… Il manque pas la photo, du coup. Moi, je pensais que tu allais illustrer. Les histoires du soir, elles​ ont toujours des images 😋

    https://entre-force-et-fragilite.blogspot.com

    #43025
    Saku 😇
    Participant

    Bah siiiii elle y est 😋.
    T as encore oubliée tes lunettes toi ! Ou de lire jusqu’ au bout 😉

    - Ne rate jamais une occasion de faire une bêtise

    #43026
    Christal
    Modérateur

    Petite maligne, t’as édité ton post au moment où j’ai publié le mien.
    Du coup, je veux une deuxième photo ☺️

    https://entre-force-et-fragilite.blogspot.com

    #43028
    Mystic78
    Participant

    Magnifique histoire Saku.merci je vais pouvoir aller me coucher en faisant de beaux rêves.

15 sujets de 46 à 60 (sur un total de 62)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com