Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (4)

Accueil Forums Discussions générales Récits Nouvelle rentrée, nouvelle vie ! (4)

Mots-clés : 

Ce sujet a 6 réponses, 7 participants et a été mis à jour par  lunapower, il y a 20 heures et 33 minutes.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #36466

    Little Princess
    Participant

    Mercredi 4 septembre.

    00h30, il n’y a plus un bruit dans le bâtiment. Avec la journée que j’avais eu, il m’avait été très difficile de rester éveillée jusqu’à cette heure tardive ; mais l’envie de me venger de Madame Christelle l’avait emportée sur la fatigue. J’avais donc attendu que les adultes finissent leur réunion « débriefing de la journée » et qu’ils s’endorment. Maintenant que tout était calme, je pouvais passer à l’action.
    Je me lève de mon lit, prends ma lampe de poche, traverse discrètement la chambre pour ne pas réveiller Victoria et attrape la poignée de la porte. J’appuie délicatement dessus puis tire. Mince, la porte grince.
    – Tu vas où ?
    Vic s’était réveillée.
    – T’occupe, répondis-je.
    – Clem, tu vas encore t’attirer des ennuis !
    – Ce ne sont pas tes affaires. Rendors-toi !
    – Non. Je viens avec toi.
    – Quoi ?! Hors de question !
    Victoria alluma sa lampe de chevet, s’assit sur son lit et se frotta les yeux. Puis, elle enfila ses chaussons, attrapa sa lampe de poche et me rejoignis.
    – Qu’est-ce que tu comptes faire ? me demanda ma coloc.
    – Faire comprendre à Madame Christelle qu’il lui arrivera des bricoles si elle me cause à nouveau des ennuis, expliquai-je.
    – Alors nous y allons toutes les deux, décida Vic.
    – Il est hors de question que tu sois punie alors que ce n’était pas ton idée, dis-je.
    – Non seulement je viens mais en plus c’est non-négociable, insista Victoria. Sinon, je tire l’alarme et tout le monde saura que tu voulais faire une bêtise.
    Ma colocataire montait petit à petit dans mon estime. Moi qui la prenais juste pour une rabat-joie néanmoins sympathique, je commençais à la considérer comme une vraie copine. Elle était prête à risquer ses fesses par solidarité envers moi. Quel courage !

    Nous sortîmes donc de notre chambre et je me dirigeai vers la salle d’arts plastiques. Victoria me suivit. Nous ne communiquâmes pas pour faire le moins de bruit possible. Elle n’avait donc aucune idée de mes intentions et me faisait aveuglement confiance.
    La salle d’arts plastiques était fermée.
    – Merde ! m’exclamai-je en chuchotant.
    – Je sais où trouver les clés, me dit Vic. Suis-moi !
    Ma copine m’emmena jusqu’au local de la femme de ménage, qui se trouvait dans le couloir des appartements de la haute hiérarchie. La prudence était de mise. Nous entrâmes dans le local avec la ferme intention d’en ressortir avec le trousseau de clés. Mais nous ne fîmes pas attention à la porte, qui se referma toute seule en claquant très fort. J’étouffai un cri. Victoria éteignit sa lampe, je fis de même. Enfermées dans ce petit local de cinq mètres carrés, nous nous figeâmes. Nous entendîmes du bruit, puis la voix de Monsieur Hugues : « Y’a quelqu’un ici ?! ». Les pas s’approchèrent de la porte du local. S’il ouvrait la porte, nous étions cuites. Le directeur-adjoint ne laisserait pas passer une escapade nocturne. Heureusement, il ne lui prit pas l’envie de vérifier. Nous l’entendîmes s’éloigner puis retourner dans ses appartements. Ouf !
    Ma copine et moi rallumâmes nos lampes-torche, à la recherche du trousseau.
    – Trouvé ! chuchotai-je alors que j’apercevais l’objet recherché dans une petite pochette du chariot de ménage.
    – Prends-le très délicatement, me prévint Vic. Un seul bruit et nous sommes finies !
    Je fis extrêmement attention. De légers cliquetis se firent entendre mais rien de très bruyant. Je collai le trousseau contre moi et serrai les clés entre elles pour qu’elles évitent de bouger.
    – On repart, dis-je. Et attention à la porte !
    Nous sortîmes du local et déguerpîmes du couloir, beaucoup trop dangereux à notre goût.

    La salle d’arts plastiques déverrouillée, je cherchai l’objet de ma vengeance : des marqueurs indélébiles. Nous embarquâmes la pochette remplie de marqueurs de toutes les couleurs, puis nous sortîmes de la pièce en n’oubliant pas de la verrouiller correctement.
    Nous retournâmes dans notre dortoir et filâmes au bout du couloir. En face de nous, la chambre de Madame Valérie. A gauche, celle de Madame Maud. A droite, celle de Madame Christelle : notre destination. J’ouvris la porte et priai de tout mon cœur pour qu’elle ne grince pas. Elle resta silencieuse : merci Seigneur !
    Vic et moi découvrîmes notre surveillante dormant à poings fermés, allongée sur le côté gauche, sa bave coulant de sa bouche pour rejoindre son oreiller. Dommage que nos téléphones portables aient été confisqués : cette photo collector aurait très vite fait le tour du pensionnat !
    J’ouvris la pochette de marqueurs et je priai encore une fois, pour que ceux-ci fonctionnent sans que je n’aie à les secouer : cela ferait trop de bruit. J’attrape le marqueur noir, enlève le capuchon et commence à écrire sur le front de ma surveillante : « J-E S-U-I-S ». Mince. Elle se met à bouger, nous retenons notre respiration. La voilà sur le dos. Elle entame un ronflement, j’en conclus qu’elle dort profondément. Je reprends mon œuvre : « U-N-E B-O-U-F-F-O-N-N-E ». Je recapuchonne le marqueur et Victoria met son pouce en l’air pour me dire « Bien joué ! ». Mais je n’en avais pas terminé. J’attrape le marqueur rouge et écris sur le mur : « Telle est prise qui croyait prendre ! ». Je suis satisfaite et pense que ce sera assez pour cette fois. Nous devons faire vite : plus nous passons du temps loin de nos lits, plus nos chances de nous faire prendre sont grandes.
    Victoria et moi filons remettre les marqueurs à leur place en n’oubliant pas de verrouiller correctement la salle, puis remettre le trousseau de clés là où nous l’avions trouvé et tout cela sans faire le moindre bruit. Lorsque nous rejoignîmes nos lits, nous étions très fières de nous.

    – TOUT LE MONDE DANS LA COUR ! EXECUTION ! DEPECHEZ-VOUS !
    J’ouvris les yeux, me demandant bien qui hurlait ainsi. Mon réveil affichait 6h22, il n’était pas encore l’heure du réveil.
    – DEPECHEZ-VOUS, J’AI DIT ! DANS LA COUR ! IMMEDIATEMENT ! LA PREMIERE QUE JE VOIS TRAINER S’EN SOUVIENDRA !
    C’était Madame Valérie qui hurlait ainsi. Nous n’eûmes pas trop le temps d’émerger : quelques minutes plus tard, nous étions cinquante en rang, en pyjama et en chaussons dans la cour de récréation. Heureusement, il ne faisait pas trop froid, bien qu’un petit vent discret nous parcourait parfois, faisant hérisser nos poils. Victoria et moi avions une idée de la raison de ce rassemblement. Mais pas les autres filles. Nous attendions là, en rang, les cinq surveillantes générales nous faisant face. Soudain, Madame Christelle arriva, accompagné du directeur, de son adjoint, et du surveillant général. Quand les pensionnaires découvrirent Madame Christelle, il y eut des éclats de rire. Il y avait de quoi ! J’étais vraiment fière de mon œuvre.
    – SILENCE ! cria Monsieur Éric, qui avait l’air fou de rage.
    Tout le monde se tut.
    – Que celle qui a fait ça se dénonce immédiatement ! gronda le directeur.
    Je me tus, bien évidemment.
    – Ce n’est jamais personne, bien sûr ! ajouta le directeur. Puisque c’est ainsi, à partir de maintenant et jusqu’à ce que la ou les coupable(s) se dénoncent, les récréations sont supprimées ! Vous les passerez à faire des lignes ! Vous irez toutes au lit directement après le dîner ! Et surtout, à partir de ce matin, vous passerez toutes une par une dans mon bureau, celui de Monsieur Hugues ou celui de Monsieur Matthieu pour recevoir une correction ! Si la ou les coupable(s) ont un tant soit peu d’empathie, elle viendra ou elles viendront très vite se dénoncer au lieu de faire payer les autres à leur place !
    Monsieur Éric allait repartir puis annonça :
    – Ah, j’allais oublier : que la coupable profite du fait de pouvoir s’asseoir, car quand je l’aurais démasquée, cela lui coûtera très cher ! Maintenant, allez faire vos lits et vous préparer pour aller déjeuner. Ensuite, les convocations se feront par ordre alphabétique ! Donc à huit heures, Mademoiselle Abigaëlle, dans mon bureau ! Mademoiselle Adèle, dans le bureau de Monsieur Hugues ! Et Mademoiselle Agnès, dans le bureau de Monsieur Matthieu ! Pour les autres, vous serez appelées en temps et en heure ! Vous pouvez disposer !
    Si la liste était toujours la même, j’étais la 13ème dans l’ordre alphabétique. Cela voulait dire que 12 filles allaient se prendre une volée à cause de moi. 12 filles qui n’avaient rien fait du tout. J’étais vraiment mal.

    Au petit déjeuner, j’annonçai à Victoria que j’allais me dénoncer. Hors de question que des camarades paient pour mes bêtises.
    – Je viendrai avec toi, m’annonça-t-elle.
    Nous nous rendîmes donc à huit heures devant la porte de Monsieur Éric. Abigaëlle, Adèle et Agnès était terrorisées. J’allais bientôt les soulager.
    – Clémence ? Que fais-tu là ? me demanda le directeur en ouvrant la porte.
    – Monsieur, Victoria et moi avons quelque chose à vous dire…

    A suivre…

    “La compétence sans autorité est aussi impuissante que l’autorité sans compétence.”

    #36470

    Karima
    Participant

    Toujours aussi agréable à lire, merci. Vivement la suite je suis sûre que le directeur saura se montrer clément 😉

    #36480

    Déborah
    Participant

    Je n’aimerais pas être à la place des filles.

    #36494

    Lily Rose
    Participant

    Non mais tu ne peux pas nous laisser là, comme ça a ce moment là!!!! Pour le coup, toi aussi, tu mériterais une fessée ;-p
    Non plus sérieusement, c’est super, bravo 😉

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par  Lily Rose.
    #36498

    MlleGrey
    Participant

    Toujours aussi top vivement la suite !!

    #36518

    Severe
    Participant

    Un léger regret que les filles ne soient pas toutes punies. Un peu d’injustice parfois…

    #36584

    lunapower
    Participant

    Ca va barder 😛

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.