La révolte des chatons

Accueil Forums Discussions générales La vie du site La révolte des chatons

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • #45809
    Amarante
    Participant

    Fesseurs, chers camarades, ne nous leurrons pas : l’heure est grave ! Un insidieux mouvement de révolte, connu sous le sobriquet de « #MeChatonToo », agite notre petite communauté jusque-là si paisible. Entraînées par des meneuses déjà fort défavorablement connues pour leurs écarts de conduite répétés, des Vilaines ont décidé le 19 avril au soir, en plein chat, de remplacer leurs photos de profil par des chatons et – pire encore – de faire la grève des images !

    Vous avez bien lu : plus de fessiers rebondis, plus de galbes provocants, plus de rougeurs ardentes… Un cataclysme, l’arme de destruction massive de la Vilaine en colère !

    Leurs revendications : des histoires pour s’endormir ! Il semblerait que les échanges sur le chat du type « bonjour, bonsoir, je vais te mettre une fessée ! » paraissent très insuffisants pour l’imaginaire de ces dames, qui exigent désormais une colossale rançon en mots sonnants et trébuchants pour restituer leurs appâts à nos écrans désormais bien vides.

    Mais elles-mêmes, protesterez-vous à juste titre, en racontent-elles des histoires ? Bon, ben, il faut l’admettre, oui, en fait, en tout cas plus que les messieurs… Par ailleurs, elles savent nous faire rêver d’un mot, d’une image bien troussée, d’un rire moqueur… Privilège ancestral des femmes en général, et des Vilaines en particulier ! Il faut bien reconnaître que la réciproque est nettement moins vraie, pour rester dans l’euphémisme. Nous sommes donc conduits à devoir faire quelques – pardon beaucoup, euh ENORMEMENT d’efforts pour leur bon plaisir. Et surtout, parce qu’elles le valent bien !

    Votre serviteur a été hier soir derechef mis au défi de devoir là, à l’improvisade, inventer non pas une ballade, mais une histoire en direct sur le chat. Une certaine Christal (connue ici ?) ayant sans doute pensé que le sujet était un peu trop simple ajouta un thème : s’inspirer des mots « chaton, fraise, glace, chocolat et bain ». Des trucs qui font instantanément et typiquement penser à la fessée, en somme…

    Je vous livre ici la première partie, celle d’hier soir sur le chat (désolé si c’est un peu décalé, c’était de l’impro !). Elle s’est conclue sur un « fin du premier épisode » décrété par la sus-nommée vilaine souhaitant se coucher, avec prière de ces dames de poursuivre la seconde partie sur le forum. Je m’exécuterai donc, pour le bien commun, en vous exhortant à déchaîner votre imagination sur le chat. Mesdames, écoutez la complainte des déculotteurs en détresse : si vous ne voulez pas voir disparaître l’espèce, rendez-nous vos jolies images ! 😉

    PREMIER EPISODE
    Il était une fois (une histoire commence toujours comme cela, non ?) une bande de vilaines qui arborait des chatons pour emblème et en signait ses nombreuses bêtises.
    Les méfaits s’étendaient sur toute la ville : doudous des enfants sages noyés dans le chocolat fondu, glace à la fraise répandue sur les coussins du salon…

    On avait lancé des enquêtes pour découvrir la chef des vilaines en question, mais rien n’y faisait. Heureusement, Guignol… euh pardon, un nouvel inspecteur prit les choses en main. Il découvrit Nono, une lointaine complice, en flagrant délit de “jeveutisme aigue” (Nono a dit « on veut une histoire » sur le chat, note du traducteur). Une séance de sévères gros yeux n’ayant pas suffi à la faire avouer, il fut contraint d’employer de nouvelles méthodes de police scientifique.

    Nono fut convoquée dans une salle d’interrogatoire spécialement aménagée et attachée sur un drôle de banc surnommé “confession des âmes”…
    Comme elle refusait toujours de parler, il lui fut appliqué une sévère fessée, en présence bien entendu de son avocate Christal, qui faisait d’ailleurs preuve d’une grande inefficacité dans la défense de sa pauvre cliente.

    Une simple fessée ne saurait avoir raison d’une Nono endurcie par les squats, et il fallut bien se résoudre à passer à l’étape suivante de l’interrogatoire : après rappel des droits de la défense des vilaines (vous avez le droit de parler, mais uniquement poliment et lorsque l’on vous interroge, vous avez le droit à de la crème sur les fesses si vous en faites la demande, etc.), son legging fut cérémonieusement baissé.

    Puis une série d’instruments soigneusement choisis pour leur intensité graduelle se trouva appliquée : martinet, strap, lourde ceinture de cuir, paddle en bois…
    L’inspecteur, d’origine anglaise sans doute, appliquait imperturbablement 12 coups à chaque fois, avant de calmement reposer sa question : qui sont vos complices?

    La pauvre Nono, qui n’en était encore qu’à 15 squats, finit par jeter un regard éloquent vers son avocate Christal, dont le silence s’expliquait soudain bien mieux!

    L’inspecteur se tourna lentement vers l’avocate, dans son strict tailleur, qui faisait mine de consulter ses notes d’un air intéressé.
    – Mademoiselle, fit-il d’un ton sévère tout en libérant Nono, veuillez vous approcher un peu…
    – Pourquoi? J’entends très bien d’ici!
    Le ton ironique et hautain de la jeune femme ne fit que renforcer les soupçons de l’inspecteur.
    – Videz votre sac à main!
    – Certainement pas!
    Le policier attrapa prestement le sac et le retourna d’un coup… Sous le regard scandalisé de Christal, le contenu se répandit sur la table : maquillage, clés de voiture, carte d’identité, stylo… mais aussi une série de cartes de chatons (tous plus adorables les uns que les autres) et… un petit martinet tout en cuir, souple et pliable!
    – Je vois je vois… Pouvez-vous m’expliquer?
    – C’est pour faire les poussières. (réplique sur le chat de la véritable Christal, manifestement rompue à l’exercice de la fourniture immédiate d’excuses variées aux situations même les plus invraisemblables, toujours note du traducteur qui a décidément beaucoup de boulot…)
    – Vraiment?… Vous allez me dire que vous venez de nettoyer la salle de bain, peut-être? (ça-y-est, fini les mots du défi! Si, si, vous pouvez vérifier… note de qui vous savez)
    – J’ai une audience, je dois partir… tenta alors l’avocate en se levant.

    FIN DU PREMIER EPISODE décréta alors Christal…

    L’inspecteur finira-t-il par découvrir le reste de la bande des Chatons ? Quel rôle joue la troublante Christal dans cette affaire ? Qui est la cheffe des Vilaines ? Que va devenir la pauvre Nono ?
    Vous le saurez en lisant le tome 2 de ces aventures, Le Trésor de Rackham le R…

    Euh, non, pardon, en lisant LE DEUXIEME EPISODE (il est pas beau ce titre ?)… Un jour… Enfin dès que j’aurai le temps de l’écrire… parce que rien que réussir à expliquer ce qu’il s’est passé hier soir, pfouu, c’était du boulot ! (signé Amarante, qui a aussi un vrai travail en plus)

    PS : les déculotteurs, allez raconter des histoires à nos charmantes vilaines, sérieux !

    #45820
    Badine79
    Participant

    Bonjour et beau recit

    #45822
    salamboflaubert75
    Participant

    Bonjour, le récit est vraiment beau et plutôt crédible. Merci

    #45824
    Saul
    Participant

    très drôle, je vais tenter de relever le défi 😉

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #45826
    Saul
    Participant

    Très modestement… mais tout les mots y sont :

    La sagesse exceptionnelle d’une demoiselle, lui valu une glace au parfum fraise-chocolat.

    Mais l’ingénue aimant aussi les chatons, laissa grimper sur ses genoux, un gentil chaton, celui ci fort calin lui fit renverser sa glace sur sa jolie robe.

    Le monsieur qui lui avait offert la glace… la fit rentrer à la maison histoire de lui donner un bain…

    Mais que croyez vous que de la petite fille modèle il advint ?

    Suite sans doute à mon post récent, je reçois des sollicitations de fesseurs. donc pour éviter ses importuns avec lesquels je ne me connecterais je précise immédiatement que je suis HETERO, donc messieurs passez votre chemin MERCI

    #45839
    Sombrelle
    Participant

    ha mais en fait y’a toujours pas la suite…je vais de ce pas ajouter mon chaton…

    Alea Jacta Est

    #45841
    Sombrelle
    Participant

    Sympathique et bien tourné ce petit texte @homfc

    Alea Jacta Est

    #45897
    LotharioGrimm
    Participant

    Ah excellent ! J’adore !!!
    Cela dit, il est vrai que cette épidémie de chatons (qui se répand plus vite qu’une pandémie de coronavirus) devient inquiétante. Il est urgent d’y mettre un terme 😉

    Je suis un homme de 44 ans habitant en région centre. Attiré par la fessée depuis mon adolescence.

    #46184
    Amarante
    Participant

    LA SUITE – verrons-nous disparaître les chatons?
    Note explicative : lors du chat du 20 avril, Amarante s’est auto-infligé d’inclure les mots « ornithorynque, anticonstitutionnellement et démiurge » dans la fin du récit. Vous avez déjà remarqué ce qu’un individu de sexe masculin peut dire comme bêtises lorsqu’il est placé face à une agréable audience féminine ?… MM, toujours prompt à aider ses petits camarades, a sympathiquement ajouté à la liste « héros des temps moderne » et « héron d’étang moderne ». Bon, ben voilà, faut assumer maintenant…

    DEUXIEME EPISODE
    – Partir, si vite ? Oh, ce serait bien dommage, fit le policier en attrapant d’une poigne de fer la jeune femme par le bras.
    – Lâchez-moi immédiatement ! Mais… Que faites-vous, vous êtes fou ? protesta l’avocate alors qu’il la traînait vers le banc, basculait son buste à l’horizontal et l’immobilisait à l’aide d’une large ceinture velcro, à l’exact emplacement où l’infortunée Nono se tenait quelques instants plus tôt.

    Christal tapait des pieds et tentait de se dégager, mais le banc était solidement fixé au sol. Toutefois, un coup de talon bien placé atteignit l’inspecteur à la jambe, déchirant son pantalon et lui arrachant un cri de douleur.
    – Je vois, Madame est du genre rétive ? J’ai ce qu’il vous faut… fit-il en liant les deux chevilles aux pieds du banc avec deux autres bandes, maintenant ainsi les jambes légèrement écartées.
    – Anticonstitutionnellement parlant, vous faites très fort ! s’époumona l’avocate. C’est une atteinte à la base même de la défense pénale !
    – Oui, et bien vous n’allez pas tarder à constater que je vais atteindre non seulement la base de la défense, mais même son fondement ! répliqua l’inflexible inspecteur en assénant une longue série de claques sur la jupe tendue à craquer par la position de sa propriétaire.
    – Vous n’avez pas le droit ! Je vous interdis ! Brute épaisse !…
    – Vous avez raison, et ce traitement est manifestement totalement inapproprié à une prise de votre envergure et endurance, répliqua-t-il en commençant à descendre très lentement la fermeture éclair de la jupe.
    – Je… Vous… Mais…
    – Ce premier échauffement n’était que pour le coup de pied, mais j’en viens à mon interrogatoire : vous avez été prise en flagrant délit d’appartenance à la bande des chatons, et je vous assure que je ne m’arrêterai pas avant de savoir qui est votre cheffe !

    Il remontait dans le même temps la stricte jupe droite jusqu’aux hanches de sa prisonnière, insensible à ses protestations, dévoilant des bas et une lingerie raffinée mettant en valeur les fesses déjà rougies par les premiers coups… mais également striées de marques plus anciennes dont l’origine ne laissait aucune place au doute.
    – Je constate que vous n’êtes pas étrangère à ce traitement, manifestement ! Il va donc falloir que je sois d’autant plus… déterminé, fit l’inspecteur en attrapant le martinet tombé du sac à main, pendant que les joues de Christal s’empourpraient instantanément.

    Le policier commença à fouetter d’importance la présumée coupable, tout en la questionnant sans relâche. Mais des fesses de Christal ne sauraient se laisser impressionner par un vulgaire martinet, et l’entrelacs croissant des marques n’obtenait pour toute réponse que protestations véhémentes et remarques impertinentes.
    La punition durait depuis un bon quart d’heure lorsque l’homme s’arrêta soudainement, intrigué, et approcha le martinet de ses yeux : il avait bien vu, de fines lettres se détachaient à peine, inscrites sur l’une des lanières, sans signification apparente…
    – Qu’est-ce que c’est que ça ?
    – De la décoration, c’est interdit ? Evidemment, les types comme vous ne sont certainement pas très réceptifs à l’art !
    L’inspecteur levait déjà la main pour sanctionner cette insolence lorsque le téléphone de l’avocate, toujours sur la table au milieu du reste des affaires, se mit à vibrer et afficha un message : « Tu en es où pour Nono ? J’attends des nouvelles ! Démiurge des chatons »

    – Démiurge… On fait dans la culture antique, chez vous, à ce que je vois ! Mais cela me fait penser… fit-il en remuant les objets du sac…
    – Laissez cela, c’est personnel !
    – Mmm… Inhabituel, ce stylo hexagonal et tronconique… et bien long…
    – C’est un souvenir des îles, c’est tout ! tenta la jeune femme, toujours coincée sur son banc, une note d’inquiétude dans la voix.
    – Voyons cela de plus près, continua le policier en enroulant la lanière du martinet portant les lettres sur le curieux stylo… Mais oui, je m’en doutais, un scytale ! (bâton de forme spécifique sur lequel on enroulait une bandelette avant d’écrire un message, en usage chez les spartiates. Le destinataire, possédant un bâton identique, pouvait ainsi décrypter le message. Décrit par Plutarque, il est considéré comme le plus ancien système de codage répertorié. Note du traducteur, qui pense que fessée et histoire font bon ménage !)

    « Démiurge de la semaine : Magnolia », décoda le policier tandis que Christal se taisait soudain.
    – Ainsi vous changez de cheffe chaque semaine ! Astucieux, je dois dire… Mais avec ces preuves, fini les bêtises ! C’est la gloire pour moi, je serai le secours de la société, un héros des temps modernes !
    – Ce grand échalas? Un héron d’étang moderne, plutôt, murmura la jeune femme…
    – Vous ne savez pas qu’un policier se doit d’avoir une excellente ouïe, chère avocate ? Je vais vous offrir un petit avant-goût de ce que vous réserve le tribunal. Ensuite, vous resterez attachée ici jusqu’à ce soir, afin de méditer sur votre comportement, et j’ouvrirai cette porte, juste derrière vous et dans l’axe de vos fesses. Elle donne sur l’accueil du commissariat, ce sera un excellent exemple pour dissuader nos visiteuses de rejoindre votre mouvement séditieux.

    Un ami australien m’a offert ceci, continua-t-il en tirant d’un tiroir un épais et lourd paddle de cuir. Je le garde pour les cas les plus graves. Là-bas, ils l’ont surnommé « queue d’ornithorynque », car il parait que la forme est exactement la même… mais aussi que la douleur est semblable à celle causée par l’animal. (le mâle ornithorynque possède des éperons venimeux causant une très vive douleur, pouvant durer plusieurs jours. Note du traducteur qui pense que fessée et biol… OK, le traducteur sort !)
    Vous me donnerez votre avis, ajouta-t-il avec une amabilité feinte en levant haut le bras, tandis que Christal se crispait instinctivement…

    NB : aucun ornithorynque n’a été maltraité durant la rédaction de cette histoire.

    #46187
    Christal
    Modérateur

    C’est génial. J’adore. Merci @amarante. Mais juste pour info des fesses de Christal c’est fragile hein, alors mollo avec votre paddle australien. Si dans le prochain épisode @magnolia s’en prend une aussi. Je remets mes “petites” fesses en avatar 🙂

    Braqueuse de rêves : https://entre-force-et-fragilite.blogspot.com

    #46189
    Magnolia
    Participant

    Ohhhhh mais il est trop chouette ce récit…. Quoique je n’aime pas trop la tournure qu’il prend.
    Heuuu sinon @christal t’étais pas censée être l’avocate du groupe !!
    Tu parles d’une avocate, je suis contente qu’elle s’en soit pris une ?

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 3 semaines par Magnolia.

    ?

    #46295
    Sombrelle
    Participant

    Oh! Excellent ce récit! Je suis captivée et j’attends la suite impatiemment. J’ai bien ri aussi. Merci Mystic :+1:

    Alea Jacta Est

    #46299
    salamboflaubert75
    Participant

    J’ai bien aimé et j’ai beaucoup ri…

    #46307
    SandrineG
    Participant

    Très sympa! Bravo!

    "Et mes fesses, tu les aimes mes fesses" 😉

    #47009
    laurentfrou-ge1
    Participant

    Moyennement dans le sujet mais un peu quand même. A propos de chaton, on m’a expliqué dans la chat que ceux-ci
    étaient des membres féminins ? Il y a plusieurs 10zaines d’hommes avec des avatars de croupes féminines.
    On ne sait pas du tout qui est qui ici. Assez rare sur les forums “sensuel”.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par laurentfrou-ge1.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com