Derrière les rideaux … un ailleurs

Accueil Forums Discussions générales Récits Derrière les rideaux … un ailleurs

Mots-clés : 

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #51540
    Marc
    Participant


    Monsieur Méchant, en commentant ma présentation, m’a inspiré l’idée de ce récit. Merci à lui :-).

    Photographie de rideau

    Clémence venait de finir de prendre sa douche. Après la chaleur étouffante de la journée, enlever ses vêtements collés au corps avait été un vrai soulagement et l’eau tiède ruisselant longuement sur elle lui avait fait un bien fou. Heureusement, l’orage qui avait éclaté en fin de soirée avait fait baisser la température, et elle frissonna presque lorsqu’elle sortit de la douche. Après s’être soigneusement épongée, elle enfila sa nuisette presque trop légère. Elle aurait dû fermer la fenêtre, mais au moins, cette nuit, elle pourrait enfin dormir après plusieurs nuits lourdes de la canicule ambiante. Elle éteignit la lumière principale et alluma sa lampe de chevet. C’était l’un des moments qu’elle préférait, un de ces moments de détente où elle allait pouvoir se glisser sous ses draps, bien se caler contre son oreiller et lire un des nombreux livres qui jonchaient le sol ou peut-être un magazine, mais surtout pas l’un des polycopiés dont les piles lui rappelaient par trop l’année universitaire qui venait de s‘écouler.
    Tout en songeant au livre qu’elle allait choisir – elle en commençait toujours deux ou trois en parallèle des autres – elle se dirigea vers la fenêtre afin de fermer les volets. Elle huma quelques instants l’air humide en se penchant un peu. C’était délicieux. Une fois les volets clos, elle tendit la main vers le rideau, et, à ce moment précis se remémora la phrase de la présentation d’un certain Marc, sur le forum qu’elle fréquentait, dont certaines parties étaient dédiées à l’accompagnement des étudiantes parfois en mal de motivation. Je préfère deviner, me glisser dans les plis des rideaux qui encadrent les fenêtres pour découvrir ce qu’il y a derrière, « ailleurs ». Un administrateur dudit forum, sans doute pédagogue de renom, avait commenté la phrase : J’imagine fort bien celles qui vont aller vérifier derrière les rideaux avant de fermer la lumière et mettre le cap sur la nuit… Elle ne se rappelait plus tout à fait du contexte. Bon, très certainement s’agissait-il d’une métaphore, découvrir le potentiel caché de tout une chacune pour aider à le développer. Mais à cet instant où elle s’apprêtait justement à fermer la lumière et mettre le cap sur la nuit, troublée par cette phrase, mue par on ne sait quel réflexe, au lieu de tirer la tenture, elle la souleva délicatement. Bien sûr, il n’y avait personne derrière. Elle le savait. Elle n’était plus à l’âge où elle ne pouvait s’endormir sans avoir vérifié que nul monstre ne se cachait sous son lit. D’ailleurs, cette habitude lui était passée le jour où le seul monstre qu’elle n’ait jamais déniché avait été une araignée cachée dans un amas de poussière. Depuis lors, elle préférait les laisser tranquilles, « au cas où », ce qui ne l’empêchait pas de manier régulièrement l’aspirateur pour en prévenir si possible l’installation. Pourtant, son cœur avait battu un peu plus vite et elle avait été presque déçue de ne rien trouver derrière le rideau, comme si elle s’était attendue à vraiment y trouver quelque chose. Elle laissa filer l’étoffe presque à regret, mais avec le sentiment bizarre que ce simple geste lui ouvrait symboliquement une voie, un chemin à découvrir. Un ailleurs. Oui, elle avait envie d’un ailleurs, et c’était sans doute ce qui l’avait poussée à faire ce geste. Elle s’était ensuite glissée sous ses draps frais. Elle n’avait pu se concentrer sur aucun livre, les reposant les uns après les autres. Alors elle avait éteint rapidement. Couchée sur le ventre, l’image du rideau flottait dans son esprit, ce rideau qu’elle avait soulevé quelques minutes auparavant. Un ailleurs … Elle se mit à songer à la rentrée prochaine, encore lointaine heureusement. A ses difficultés pour tenir le rythme qu’elle essayait de s’imposer pour ne pas prendre de retard. A … Mille pensées voltigeaient dans sa tête. Lentement, elle fit glisser l’arrière de sa petite culotte, mettant à nu ses deux jolies petites fesses. C’était comme une transgression délicieuse. Du bout des doigts, elle caressa ses reins. Puis, s’enhardissant, elle les fit courir sur les deux collines rebondies, très doucement. Le drap sur elle agissait comme un rideau protecteur. Si je ne travaille pas, songea-t-elle … je devrais être punie … pour m’aider … Cette pensée souleva en elle une horde de papillons. Clémence, adulte, n’avait jamais reçu de fessée. Et cette pensée la hantait depuis longtemps. D’habitude, elle essayait de la tenir à distance, de passer à autre chose. Mais là, c’était différent. Elle avait envie … d’explorer cet ailleurs. Elle s’était imaginée prise en faute, n’ayant pas assez travaillé. Elle s’était morigénée elle-même. Et puis s’était claqué le haut de ses fesses avec sa main, jouant tour à tour le rôle de celui qu’elle imaginait la punir et son propre rôle, suppliant parfois, implorant l’indulgence. Enfin elle s’arrêta. Elle n’avait plus froid. Elle souriait. Derrière les rideaux, il y avait bien un ailleurs. Au dehors l’orage grondait de nouveau et la pluie battante s’abattit sur les carreaux.

    "Le pire n'est jamais certain
    Quand on pense au lendemain"
    Anonyme

    #51542
    Lord Stephen
    Participant


    Félicitations pour ce récit qui pourrait être le passage d’un roman parmi les meilleures ventes.

    La lecture est fluide, les détails abondants et parfaitement choisi. Avec ses quelques lignes on s’attache déjà au personnage de Clémence et on a, bien évidemment, envie de connaître la suite.

    J’aime beaucoup votre style à la fois subjectif et réaliste.

    Un homme n'est rien sans une grande femme dans sa vie.

    #51549
    Badine79
    Participant


    Bravo belle plume j aime beaucoup on y est

    #51551
    leloveboat
    Participant


    très belle introduction ….

    Skipper pour aventures salées ...

    #51553
    Marc
    Participant


    Merci des compliments :-). Si l’inspiration persiste, j’essaierai d’écrire la suite 🙂

    "Le pire n'est jamais certain
    Quand on pense au lendemain"
    Anonyme

    #51564
    Sombrelle
    Participant


    très joli récit en effet!

    Alea Jacta Est

    #51585
    salamboflaubert75
    Participant


    très belle introduction ….

    Très prenant effectivement…

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com