A la recherche de la Fessée Perdue

Accueil Forums Discussions générales Récits A la recherche de la Fessée Perdue

Ce sujet a 32 réponses, 15 participants et a été mis à jour par  Princesse Sarah, il y a 1 mois et 2 semaines.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 33)
  • Auteur
    Messages
  • #36195

    Câline
    Participant

    Princesse Sarah et Câline vous présentent le troisième volet des aventures du Professeur Iago et de son intrépide assistante : Il va de soi que toute ressemblance avec des personnes existantes est une pure coïncidence ! Nous vous emmenons cette fois ci dans la jungle Amazonienne à la recherche de la Fessée perdue …

    Ce matin-là, Câline, l’assistante du Professeur Iago, profita de l’absence de son patron pour faire quelques recherches qui lui semblaient être utiles à leurs travaux et se connecta donc au site Déculottées.fr, véritable bible de la fessée …Elle était perdue dans la lecture d’un récit passionnant, écrit par Princesse Sarah, quand la porte de son bureau s’ouvrit avec fracas et son patron entra en criant :

    -Je vais l’étrangler !

    Câline très inquiète pensa immédiatement que le professeur venait de découvrir qu’une de ses statuettes égyptienne manquait à l’appel … et pour cause elle l’avait cassée quelques jours auparavant en voulant attraper un ouvrage qui se trouvait juste à côté !
    – « Professeur, je suis vraiment désolée, mais je suis sûre qu’on peut la recoller »
    Iago interloqué fixa son assistante :
    – Mais de quoi donc me parlez-vous Câline ? Et pouvez-vous me dire exactement ce qui peut être recollé ?
    Câline comprit de suite qu’ils ne parlaient pas du tout de la même chose et s’empressa de détourner la conversation :
    – Voulez -vous un thé professeur ?
    Iago regarda son assistante d’un air soupçonneux :
    – Oui merci Câline, mais nous aurons une petite conversation tous les deux plus tard, au sujet de ce que vous avez encore cassé …

    Câline se dit qu’elle allait encore avoir des ennuis cuisants, et s’empressa de servir son thé à son patron. Ce dernier lui expliqua alors qu’il venait de lire dans un magazine scientifique très sérieux au demeurant, un article complètement délirant d’une archéologue nommée Sarah V. Celle-ci proclamait qu’il existait au Pérou, une civilisation encore vivante, les Fesscas, qui pratiquait le matriarcat dans le domaine de la Fessée. Le professeur manqua de s’étrangler sur ces derniers mots tellement la colère l’étouffait ! Des femmes qui donnaient des fessées, quelle hérésie !

    Les jours suivants, le professeur et la scientifique se livrèrent à une véritable guerre par médias interposés, chacun argumentant et contestant les déclarations de l’autre ! Au bout de quelques semaines de pugilat, le professeur déclara à son assistante médusée qu’ils partaient en expédition dans la jungle péruvienne afin de trouver cette civilisation inconnue et prouver à cette folle qu’elle se trompait complètement : il en allait de la réputation de la Fessée !

    Il fallut quelques mois pour mettre sur pied l’expédition, et un beau jour tous les membres se retrouvèrent à l’aéroport. Elle comprenait, outre le professeur et Câline, le Professeur Sarah, Agna la traductrice, Alex le photographe, Richard le guide chargé de les conduire à travers la jungle, Nim l’infirmière, Bella la psychologue et Herli une étudiante en zoologie. Tout ce petit monde fit connaissance avec entrain à l’exception des 2 scientifiques qui, ayant refusé de se rencontrer avant, se retrouvèrent face à face pour la première fois et commencèrent à s’affronter :

    – Professeur Iago , quelle joie de rencontrer enfin un phallocrate !
    – Professeur Sarah, je suis ravi quant à moi de voir en vrai une virago !

    La scientifique se redressa du haut de son 1m60 rehaussé par 10 cm de talons et toisa Iago d’un regard glacial :
    – Dites donc mon petit Monsieur, vous vous prenez pour qui exactement ?
    Câline ne pût s’empêcher de rire en entendant traiter son patron de petit, mais ce dernier la sermonna :
    – Puis- je savoir ce qui vous amuse autant Câline ?
    Celle-ci n’eut pas le temps de s’excuser que la professeur Sarah s’en prenait à Iago en l’accusant de maltraiter sa pauvre assistante. Câline apprécia mais se dit, fataliste, que le voyage ne serait pas de tout repos et allait être très long.

    Le professeur Sarah expliqua ensuite à Câline, médusée, qu’elle n’avait plus d’assistant car celui n’en pouvant plus d’être constamment fessé par sa patronne, avait démissionné juste avant le départ. Câline s’exclama :
    – Mais professeur, vous êtes une femme !
    – Ah oui Câline je vous le confirme ! Et donc ?
    – Et donc vous ne pouvez pas fesser, ce sont les hommes qui le font en principe…
    – Câline ma chère petite , vous avez beaucoup de choses encore à apprendre et déjà, commencer à ne pas écouter tout ce que vous dit votre Patron !
    – Mais le professeur Iago sait tellement de choses , je dois l’écouter …
    – C’est un macho oui !! Pffff je suis sûre que si je le fessais, il me supplierait d’arrêter ! Les hommes sont tous doudouilles, c’est bien connu !

    Iago qui s’était approché, explosa de colère à ses mots :
    – Je vous interdis formellement Madame, d’essayer de circonvenir Câline, c’est une jeune femme sensée et sensible et elle n’a pas besoin qu’on lui farcisse la tête avec des idées stupides et subversives.
    Heureusement, Richard le guide, s’approcha à son tour pour parler au professeur et Sarah ne put répondre, la querelle fut donc remise à plus tard !
    Mais elle ne décolérait pas, car l’expédition étant organisée par Iago, celui-ci en était le chef, et elle devait donc lui obéir elle aussi !

    Quelques jours plus tard, dans un petit village andin, tout le monde monta à bord de véhicules prévus pour eux. Les différents documents compilés par les 2 scientifiques, avaient révélé que les Fesscas, après avoir érigé et habité dans la cité du Machu Fessu, l’avaient désertée pour une raison encore inconnue et s’étaient réfugiés dans un site introuvable jusqu’à présent. Le professeur Iago avait quant à lui découvert dans un texte très ancien, que l’accès à la cité était garanti par un gardien que l’on nommait « Le Vénérable du sommet » qui vivait sur le Machu Fessu. Quiconque voulait pénétrer dans la cité devait répondre avec succès à une énigme proposée par ce Vénérable. Iago avait gardé ses informations pour lui, ayant bien l’intention de s’y rendre sans cette infernale … femme !!

    Les membres du groupe se répartirent dans les voitures, et Sarah dit à Câline de monter avec elle, avec l’intention bien précise de lui faire comprendre qu’il était temps de se révolter contre son tyrannique patron ! Hélas, Iago qui voyait d’un mauvais œil tout rapprochement entre les deux femmes, ordonna à son assistante de venir avec lui. Sarah ne put se retenir :

    -Dites-moi Prof, Câline a-t-elle le droit de respirer sans votre autorisation ?
    – Ça dépend de mon humeur chère collègue, parfois je lui permets et d’autres fois elle doit me supplier à genoux, répliqua Iago très sérieusement en ajoutant :
    -Par contre n’étant pas certain que respirer le même air que vous lui soit très bénéfique je préfère l’en préserver !

    Câline ne voulant pas que la situation se dégrade plus, suivit son patron sans discuter en se demandant toutefois si ce dernier n’était pas un peu trop autoritaire … !

    Les véhicules les conduisirent jusqu’à l’entrée de la forêt amazonienne, qu’ils devraient traverser en partie pour atteindre le petit village de Terra Roja qui se trouvait au pied du Machu Fessu.
    Richard le guide leur expliqua les différentes règles de sécurité essentielles à respecter dans ce milieu hostile, à savoir regarder toujours où l’on met les pieds, ne pas s’éloigner les uns des autres et surtout toujours suivre la piste établie.
    Câline très inquiète, se dit qu’avec la chance qui la caractérisait, elle allait sûrement tomber nez à nez avec un serpent ; elle dont c’était la phobie …

    Agna et Câline sympathisèrent de suite et se mirent à bavarder avec entrain tout en marchant jusqu’au moment où Câline, trébuchant comme de bien entendu, s’écroula sur Bella qui marchait devant elle et les deux jeunes femmes s’effondrèrent. Richard aida la psychologue à se relever tandis que le professeur résigné, s’occupait de Câline, tout en lui faisant remarquer qu’il était bien dommage cette fois-ci que sa chute ne les ai pas précipités directement au sommet du Machu Fessu !
    Câline était bien d’accord avec son patron mais Sarah ne put s’empêcher de faire remarquer à son collègue qu’il était bien peu reconnaissant envers sa courageuse assistante. Câline quant à elle s’excusa auprès de Bella mais celle-ci se mit à rire en lui confiant qu’elle était contente de rencontrer une personne aussi maladroite qu’elle !

    Sarah s’arrangea ensuite pour demander à Richard d’occuper Iago, car elle désirait avoir une conversation de femme avec Câline. Le guide ne chercha pas à en entendre plus, sachant par expérience que ce genre de discussion était un terrain miné pour les hommes et s’empressa d’entreprendre le Professeur sur ses recherches.

    Sarah put donc parler librement à son interlocutrice et lui demanda de suite pourquoi elle se soumettait ainsi aux ordres du professeur et se laissait fesser aussi souvent :
    – Mais professeur Sarah, j’ai signé un contrat écrit et surtout moral avec lui, je lui ai promis obéissance et fidélité dans sa quête de la Fessée … Vous ne voudriez pas que je faillisse à mes devoirs?
    – Je ne vous en demande pas tant, mais enfin, vous n’avez jamais envie de le fesser à votre tour ?
    Câline manqua de s’étrangler à ses mots et se demanda pendant une fraction de seconde si Sarah n’était pas devenue folle !
    – Mais enfin professeur Sarah, c’est une idée choquante et totalement grotesque, comment pouvez-vous envisager que je puisse faire ça ?
    – Je le fais bien moi avec mes assistants, et même parfois avec certains collègues !
    Câline eut soudain un doute :
    – Dites-moi, Professeur, avez- vous déjà reçu une fessée ?
    – Sûrement pas !! Et ce n’est pas prêt d’arriver, croyez-moi !
    – Vous n’en avez jamais eu envie ?
    – Jamais je vous dis… Bon je ne dis pas que je n’y ai jamais pensé …mais celui qui y parviendra n’est pas encore né !
    Câline eut soudain la vision du professeur Sarah recevant une fessée magistrale devant un public recueilli, mais elle n’en dit rien à la scientifique !

    La longue route à travers la jungle continua, émaillée de divers incidents, dont Bella et Câline étaient les principales victimes … Ainsi la psychologue s’assit sur un nid de fourmis, et Richard dut intervenir en urgence pour la sauver de l’appétit de ces féroces insectes, tandis que de son côté, Câline fonçait tête baissée dans une toile d’araignée géante, hélas habitée par une mygale très mécontente de cette intrusion. Le guide dut se servir de son fouet et couper la toile en deux afin de sauver la pauvre assistante, qui n’échappa pas à un sermon décapant de son patron.

    Pendant ce temps, Agna la jeune et jolie traductrice, semblait avoir du mal à supporter Alex le photographe, et leurs discussions se terminaient immanquablement par un « Pffff » retentissant de la jeune femme, son expression favorite, ce qui énervait particulièrement le jeune homme !
    Bref l’ambiance était parfois tendue entre les membres, mais dans l’ensemble tout se passait bien.

    En fin de journée le groupe faisait halte dans un endroit repéré en amont par leur guide et tout le monde en profitait pour se reposer et se détendre un peu. Un soir, Iago s’assit au pied d’un arbre, et demanda à Câline de lui faire un compte rendu de la journée. Cette dernière commença son résumé quand soudain elle se sentit très mal et regarda son patron d’un air terrifié ; un énorme serpent descendait doucement de l’arbre et se dirigeait vers lui. Elle réussit à crier avant de s’évanouir, et Richard, d’un seul coup de fouet, atteignit le reptile et le projeta au loin, en même temps qu’une mèche de cheveux professorale. L’espace d’une seconde, Iago crut qu’il avait été scalpé ! Ayant repris ses esprits, il se précipita auprès de Câline qui revenant à elle, déclara à son patron médusé qu’il devait absolument faire des recherches sur la fessée chez les Esquimaux … Au moins là-bas, ils ne rencontreraient que des ours !

    Les jours passant, le professeur Iago en avait de plus en plus par-dessus la tête de sa consœur la professeure Sarah !
    Aussi, quand il vit qu’ils approchaient du lieu où était censé résider le Vénérable du sommet, il décida de n’emmener personne de l’expédition, à part son assistante Câline et de s’y rendre en cachette.

    Comme l’indiquait son surnom, Zatocuzco, le Vénérable du sommet, vivait en haut d’une montagne, dans un village abandonné, mais qui à son heure de gloire était une cité florissante, le Machu Fessu. Ses champs en terrasses étaient une idée formidable pour les agriculteurs… Mais il fallait quand même grimper pour y arriver !
    Quand le sentier devint moins large, le professeur Iago agrippa le bras de Câline.

    – Vous avez tellement l’habitude de trébucher, je n’ai pas l’intention de vous voir tomber et de vous retrouver en bas !
    Essoufflés, les deux finirent par arriver au sommet du Machu Fessu.

    Assis sur une grande chaise de bois sculpté, un homme semblait les attendre. Zatocuzco, le Vénérable du sommet, ne ressemblait pas du tout à ce que Câline avait imaginé. Elle avait pensé à un vieil homme à la longue barbe blanche, à la voix étouffée, devant lequel il aurait fallu tendre l’oreille pour entendre avec respect ses révélations.
    Mais non ! Il avait une table devant lui avec des pièces, comme un échiquier, et les accueillit avec une exclamation de joie et un jeu de mot ! Il se leva d’un bond, tout frétillant et alla serrer avec effusion la main du professeur éberlué, et la tête encore un peu en vrac à cause de l’escalade.

    Qu’est-ce qu’il était content de voir un peu de monde ! Alors la montée était tranquille, hein ? Qu’est-ce qu’il pouvait faire pour eux ?
    Le professeur Iago évoqua alors le but de l’expédition, la découverte d’une tribu inconnue pratiquant la fessée patriarcale…
    – Je veux bien vous aider, mais pour cela, il vous faut répondre à l’énigme ! Vous avez droit à plusieurs essais. D’ailleurs, je préfère moi quand la bonne réponse n’est pas trouvée de suite ! – ajouta le Vénérable avec un clin d’œil.

    Le professeur Iago fut alors pris d’un doute, tous les voyants au rouge… Il s’adressa à son assistante :
    – Câline, vous êtes la personne en qui j’ai le plus confiance, aussi je vais vous laisser le privilège d’annoncer notre réponse.
    Câline fut flattée de cette marque de confiance et acquiesça avec enthousiasme.
    – Voici l’énigme : Refuge de prédilection des étourdies, rouge ou bleue parfois je suis. Souvent avec les stars on me voit, bien que je n’en sois pas. Qui suis-je ?
    Câline répondit rapidement, sans prendre avis du Professeur Iago :
    – Oh je sais ! La photo ! Elle sert à se souvenir de choses, il peut y avoir des yeux rouges ou du ciel bleu… Et les stars sont prises en photo !
    Le Vénérable dit avec enthousiasme :
    – Mauvaise réponse ! Et c’est parti pour la fessée !!
    Câline en bégaya de surprise :
    – Quoi, que… Comment ça la fessée ?
    Elle regarda d’un air soupçonneux le professeur qui avait pris un air innocent…
    – Hé bien oui, celui ou celle qui donne une mauvaise réponse est fessé pour cela ! C’est le jeu ma pauvre Lucette !

    Le professeur annonça au Vénérable qu’il allait s’en charger personnellement. Il s’assit sur une pierre, prit Câline sur ses genoux et la fessa prestement sous les yeux pétillants de contentement du Vénérable.
    – Bon, cette fois Mademoiselle Câline, il faut nous concerter pour la réponse… Que proposez-vous ?
    – Et si… Professeur, je pense à la lune ?
    – La lune ? Moi je crois que c’est le téléphone, on note tout dedans pour ne pas oublier, il y en a de toutes les couleurs et même les stars se baladent avec !
    – Mais professeur, je ne sais pas si le Vénérable capte beaucoup ici… La lune semble mieux aller avec le contexte non ?
    – Mais non voyons, je suis sûr de ma réponse. Allez-y.
    Câline, avec réticence, annonça alors au Vénérable leur réponse : « le téléphone portable Monsieur »
    – Biiiim ! Encore faux !! Fessée !! Et cette fois-ci, vous avez droit à un de ces superbes instruments. Venez donc faire votre choix !

    Intéressé, le Professeur Iago s’approcha pour voir tous les instruments qui étaient apparus sur la table de Zatocuzco. Tel un bonimenteur, il vantait les qualités de chacun, les uns après les autres.
    – Et voilà une baguette, mais attention, du noisetier d’Europe Monsieur ! Elle m’a été ramenée par un conquistador espagnol. Sinon un grand classique par ici, ce sont les verges faites avec des plants de coca ! Consommez local, il faut essayer ! Plus basique, il y a ce martinet, mais en cuir de lama, s’il vous plaît ! Et alors, Madre de Dios, celui-ci est une pièce unique, une peau de boa constrictor, rembourrée avec du cuir et des plumes. Est-ce qu’on ne dirait pas qu’il est prêt à se jeter à votre cou ?

    Après quelques hésitations, beaucoup de choses lui faisant envie, le professeur arrêta son choix sur les verges en plants de coca. Il se dirigea vers son assistante, qui était partagée entre le soulagement que le professeur n’ait pas choisi le serpent, la fureur d’avoir donné la mauvaise réponse alors qu’elle ne voulait pas et la crainte des verges ! Iago bascula son assistante sur sa cuisse et la fessa quelques minutes avec les verges, s’arrêtant parfois pour les observer, son esprit scientifique étant toujours prêt à en apprendre davantage sur la Fessée et les pratiques locales.

    Pour le troisième essai, Câline, les fesses rouges et douloureuses, et ayant fort peu envie de retenter l’expérience, insista pour donner sa réponse : la lune. Elle retint sa respiration en regardant le Vénérable Zatocuzco s’approcher en sautillant et en demandant si c’était son dernier mot ? Elle hocha la tête, muette…
    Et le Vénérable lança alors en l’air plein de petites fleurs et de feuilles, comme des confettis !
    – Bingo !! Mademoiselle, vous avez résolu l’énigme de Zatocuzco ! Toutes mes félicitations ! Les étourdies sont dans la lune, on parle parfois de lune rouge (ou rousse), et de lune bleue quand il y a 13 pleines lunes dans une année, et on voit les étoiles (les stars) avec la lune, la nuit, mais elle n’en est pas une !

    Zatocuzco prit alors un parchemin, fit une carte en indiquant le chemin pour arriver à la tribu des Fesscas. Il prit son temps pour dessiner, rajoutant quelques fioritures parfois sur la flore locale et ses éventuelles utilisations sur les fesses. Il finit par enrouler le parchemin et le tendit au professeur Iago.
    – Voilà ! Saluez bien le grand Méchant de ma part, ça fait un moment qu’on ne s’est pas vus. Au revoir, c’était un plaisir ! Et repassez quand vous voulez, on pourra faire des quiz, la prochaine fois !

    Câline et le Professeur entamèrent alors avec difficulté la descente du Machu Fessu.
    Beaucoup, beaucoup plus bas, Professeur Sarah baissa les bras, les jumelles encore à la main.
    – Ah, le traître, pensa-t-elle… Y aller comme ça en catimini, et espérer que je ne m’en rende pas compte ! Il faut absolument que j’arrive à convaincre Câline de changer de camp ! Ça lui apprendra à cet espèce de… de… de mec !

    Parmi les membres de l’expédition, Richard le guide commençait quant à lui à en avoir assez de toujours venir en aide à Bella, qui selon lui, n’en faisait qu’à sa tête et n’écoutait jamais ses conseils ! Il s’en était ouvert au Prof qui lui avait conseillé une méthode infaillible qu’il utilisait lui-même avec son assistante : une bonne fessée. Richard fit remarquer alors à Iago que vu la maladresse de Câline, il ne devait pas la fesser assez souvent ou assez fort, ce qui laissa le scientifique très perplexe …

    Un soir, le prof décida de faire halte pour la nuit plus tôt que d’habitude, tout le monde ayant l’air fatigué. Des orchidées magnifiques, des Cattleya Harrisoniana, poussaient un peu partout aux alentours et Bella décida de les voir de plus près. Richard lui ordonna de ne pas trop s’éloigner et de faire attention aux reptiles qui se cachaient, mais la psychologue agacée partit avec Câline, Agna et le Professeur Sarah, cette dernière toujours bien décidée à convaincre Câline de changer de camp !

    Elles discutaient gaiement et admiraient le spectacle des fleurs lorsque Bella en aperçut une d’une grande beauté et d’une taille impressionnante. Elle se précipita pour la voir de plus près, et prenant appui sur l’arbre qui l’abritait s’agrippa à une liane… Soudain, elle sentit une douleur sur ses fesses et se retournant, tomba nez à nez avec deux yeux brillants qui la fixaient d’un air furieux. Elle comprit alors que la liane en question était un serpent, un corallus hortulanus, qui venait de lui mordre le postérieur en guise de représailles ! Câline ,épouvantée, appela de suite le professeur à l’aide tandis que Sarah se précipitait vers Bella pour la secourir. Cette dernière avec un sang-froid incroyable, se contenta de faire remarquer que décidément ses fesses étaient très appréciées des animaux en tout genre, une chauve-souris les ayant déjà mordues lors d’un récent voyage, où elle avait eu affaire également à une pieuvre déculotteuse !

    Richard arriva sur ses entrefaites et de son fouet envoya le serpent au loin ! Le professeur regarda le guide d’un air entendu et dit à Câline et aux autres filles de le raccompagner au camp et de laisser Richard et Bella s’expliquer… Sarah aurait bien aimé rester et voir ce que Richard avait en tête mais Iago ne lui en laissa pas la possibilité, à sa grande colère !

    La discussion fut brève mais cuisante pour la psy qui passa un mauvais quart d’heure sur les genoux du guide, bien décidé à lui faire comprendre son inconséquence. Bella, penaude, revint auprès du groupe les fesses en feu, avec l’intention de faire désormais très attention où elle mettrait les pieds et les mains !

    De leur côté, Alex et Agna étaient encore en train de discuter d’un plan resserré fait sur une fleur. Mais cette fois, Agna avait prononcé le « pffff ! » de trop ! Alex l’emmena un peu plus loin, sous prétexte de lui montrer qu’il pouvait faire d’autres plans avec son appareil photo. Puis, ayant vu un arbre incliné sur lequel il pouvait s’asseoir, il attrapa brusquement Agna par le poignet et l’installa sur ses genoux en lui disant qu’il en avait assez de ses « Pffff » et qu’on allait voir si elle allait encore « pffffer » longtemps, après la bonne correction qu’elle allait recevoir ! Il commença à lui administrer de grandes claques sur son pantalon, qui fut rapidement baissé ainsi que la culotte, afin de révéler aux plantes environnantes un derrière déjà rosi ! Mais pas qu’aux plantes… Un peu plus loin, au milieu des feuillages, le professeur Sarah observait la scène…

    Son premier geste aurait été d’intervenir pour libérer la malheureuse, mais inexplicablement, elle se renfonça un peu plus dans la végétation pour ne pas être aperçue… Une curiosité toute scientifique… Mais pas que ! Elle ressentait quelque chose de diffus au fond d’elle, qu’elle avait du mal à définir… Comme… Du désir ? Mais non, voyons, elle, fessée ! C’était impensable ! Elle se morigéna et fit demi-tour pour regagner le campement en tentant de dissimuler son trouble au fur et à mesure qu’elle s’éloignait du bruit des claques s’abattant en rythme parfait sur les fesses de la jeune traductrice…

    Lorsqu’Agna regagna le campement, les joues aussi rouges que devaient l’être ses fesses, Sarah avait repris ses esprits et son attitude autoritaire.

    L’expédition continua donc et après des jours d’un long périple dans la jungle, nos amis arrivèrent enfin à en sortir et à atteindre le village qui était indiqué sur la carte de Zatocuzco, leur point de départ vers la fameuse Cité Fessca.
    Tout le monde en profita pour se reposer enfin, et dès le lendemain chacun partit se promener. Câline quant à elle décida d’aller voir de plus près les lamas qu’elle avait aperçus dans un pré. Adorant les animaux et ne les craignant pas, elle pénétra dans l’enclos tranquillement. Les lamas ne semblaient pas plus effrayés qu’intéressés par elle, et Câline, éprouvant soudain le besoin de se confier, se mit à parler à un lama qui s’était approché d’elle … L’animal semblait comprendre tout ce qu’elle disait et lui donnait parfois de petits coups amicaux avec sa tête, tout en prenant un air furieux quand elle évoquait son patron et sa collègue Sarah. Câline se dit, très émue, que les lamas étaient vraiment des animaux très sensibles ! Soudain, elle entendit quelqu’un l’appeler et vit son patron suivi du Professeur Sarah lui faire signe de le rejoindre. Câline accompagnée de son nouvel ami le lama, qui semblait de pas vouloir la quitter, revint vers le professeur qui arborait un air contrarié et se mit à la sermonner ;

    « Combien de fois vous ai-je dis, Câline, de ne pas vous approcher d’animaux sauvages sans aucune précaution ? »
    Sarah s’apprêtait à reprendre son collègue, et Câline se résignait à une énième dispute, quand son attention fut vite détournée par le lama qui fixait maintenant son patron d’un air furieux et très bizarre. Câline comprit de suite l’intention de son ami, mais n’eut pas le temps de prévenir le Professeur. Le lama lui avait déjà craché à la figure !
    Câline sortit son mouchoir et le tendit à Iago, pétrifié de cette attaque sournoise, tandis que Sarah éclatait de rire !

    Et c’est là que Câline, voulant détendre l’atmosphère, dit à son patron :

    « Quand lama fâché, señor, lui toujours faire ainsi… » Ce qui, hélas, ne plut pas du tout à l’éminent scientifique qui saisissant son assistante, sortit de l’enclos et lui administra une fessée magistrale pour lui apprendre à se moquer de son patron, sous les yeux furieux, intéressés et bientôt envieux de la très féministe Sarah …

    Le professeur dit alors à son assistante qui se frottait les fesses en reniflant :
    – Votre sens de l’humour est très douteux Câline, quand à votre insolence, je préfère ne pas en parler … Mais je reconnais que vous avez bien mérité une récompense pour m’avoir accompagné ici, malgré votre phobie des reptiles en tout genre.
    Iago tendit alors une énorme plaquette de chocolat à son assistante médusée, qui ayant déjà oublié son postérieur douloureux , remercia son patron avec effusion !

    Le lendemain, en repartant, toute l’expédition arriva près d’un lac et commença à le longer. Soudain un hurlement se fit entendre au loin et ils virent avec stupéfaction un indien jaillir hors de l’eau et s’enfuir.
    Aussitôt, Richard étendit les bras et lança d’une voix impérieuse :
    – Reculez ! Tous ! Surtout les hommes !
    Le professeur Sarah s’indigna :
    – Et pourquoi les hommes hein ? Qu’est-ce que vous avez de plus ?! Vous lancez les femmes au-devant du danger, quels lâches !
    Le guide se tourna vers le groupe pour répondre :
    – Cet homme que vous avez vu est un membre de la tribu qui vit dans cette région, les péchas. Il s’appelle Meroje. Et visiblement, il a oublié que la baignade dans ce lac est interdite : il est infesté de pacu !
    Devant le manque de réaction des personnes de l’expédition, il précisa :
    – Le pacu, voyons ! Ce poisson est surnommé… Le gobeur de testicules !
    Le professeur Iago et Alex blêmirent à ces paroles et reculèrent le plus possible des eaux du lac. Les femmes, elles, avaient bien de la peine à se retenir de rigoler !

    Mais tout le monde rigola moins en commençant l’ascension… Après une longue escalade, ils finirent par arriver devant une cité… Ils y pénétrèrent. Tous les membres de l’expédition se resserrèrent pour se rassurer… Allaient-ils être amicaux ? Le professeur Iago et le professeur Sarah regardaient avec avidité les comportements et attitudes des habitants qui vaquaient à leurs occupations, pour déceler le moindre indice de la preuve de la dominance des hommes ou des femmes !
    Là, cette femme, Deb comme l’appelait sa voisine, avait l’air bien assurée… Mais le professeur Iago sentait, lui, de la proéminence masculine partout…

    Soudain, une femme arriva devant eux. Elle était petite, mais toute son attitude démontrait qu’elle occupait une place importante au sein de la communauté. Et en effet, elle se présenta comme la grande prêtresse, Minxmama. Le professeur Sarah commençait à exulter. La grande prêtresse ! Une femme ! Sa théorie allait être confirmée !
    Mais elle leur proposa de les amener auprès du grand Méchant Fessca, l’empereur des Fesscas. Un homme ! Le professeur Iago eut un grand sourire et dit qu’il était porteur d’un message du Vénérable pour le Fessca ! Minxmama leur fit signe de la suivre. Le professeur Sarah demanda alors des précisions sur le fonctionnement de la tribu. Iago était juste à côté et écoutait aussi de toutes ses oreilles.
    – Chez les fesscas, les femmes sont fessées depuis la nuit des temps… D’ailleurs au palais, il y a le paddle royal, en or… La légende dit qu’il a été le premier paddle créé spécialement pour le premier empereur fessca.

    Elle leur expliqua ensuite tout en cheminant à travers la magnifique Cité perdue dans les nuages, que puisqu’ils étaient les premiers à avoir découvert leur Cité, elle allait leur révéler la vérité. Les deux professeurs étaient tout ouïe. La grande Prêtresse leur conta alors que le Méchant Fessca était le Grand Empereur Fessca que les Conquistadors pensaient avoir exécuté en 1533… Un fessca lui ressemblant trait pour trait, choisi à cet effet , avait été sacrifié pour que le Méchant continue son œuvre dans le plus grand secret : IL détenait la Vérité au sujet de la fessée. Celle-ci lui avait été transmise par son prédécesseur et cela le rendait immortel. D’ailleurs ajouta-t-elle en regardant le Professeur Iago, nous avons un quipus qui retrace toute cette histoire et celle de la fessée, particulièrement à votre attention… il est destiné depuis toujours à celui qui nous trouverait !

    A ces mots, Sarah se répandit en récriminations contre le machisme incroyable de cette pratique et la prêtresse la regarda avec un intérêt soudain et légèrement ironique …
    Iago abasourdi par cette révélation se tourna vers son assistante :
    – Vous vous rendez compte Câline, de la chance extraordinaire que vous avez de travailler avec moi ? Après les Dieux de l’Olympe, vous allez rencontrer le Grand Fessca en personne … Essayez de bien vous tenir pour une fois et de ne pas trébucher comme à votre habitude ! Et par pitié, ne mettez pas de chocolat sur le quipus…

    Le professeur Sarah demanda à la grande prêtresse quel était son rôle alors, si les hommes seuls fessaient.
    – Oh moi, je n’avais pas envie de faire comme les autres. S’occuper des tâches quotidiennes ne m’intéressait pas, alors j’ai voulu m’élever à un certain rang… Et j’ai réussi ! Je crois que le Méchant Fessca va être enchanté de votre visite…
    Ils arrivèrent alors sur la place du palais, qui était magnifique ! Tout en pierres assemblées, et de taille impressionnante ! Celui qui semblait être l’empereur se trouvait devant la construction, et un grand nombre de personnes étaient présentes sur la place. Minxmama continua ses explications.

    – En fait, vous arrivez juste à temps pour la cérémonie… Afin de célébrer la vie éternelle du grand méchant Fessca, une femme, vierge de toute fessée, doit être sacrifiée. C’est-à-dire qu’elle doit recevoir une fessée devant toute la tribu recueillie pour ce grand moment. C’est une tradition millénaire. Or ici, toutes les femmes ont déjà été fessées, c’est tellement courant ! Et la jeune fille choisie, Karimama, s’est enfuie il y a 2 jours… L’une d’entre vous va pouvoir la remplacer !

    Le professeur Sarah se retourna pour regarder les autres femmes du groupe qui avaient toutes pris un petit air gêné ou trop innocent… Bon, Câline, cela faisait un moment qu’elle avait perdu sa virginité callipyge, c’était sûr ! Bella aussi… Agna, elle en avait été le témoin direct et intéressé… Mais… Et Herli ? Elle devint écarlate et avoua d’une petite voix qu’elle la pratiquait avec son compagnon et que c’est pour ça que l’expédition l’intéressait, plus que pour la faune locale…
    Alors il restait… Nim ? Cette dernière répondit, en tentant de se justifier avec un petit sourire attendri :

    – Hé bien Professeur, c’est-à-dire que… Vous voyez, Richard a un fouet, alors vous comprenez, c’est dur de résister… C’est un super instrument… Donc peut-être bien que j’ai demandé à ce qu’il s’entraîne sur moi, vous comprenez… C’est le fouet quand même !

    Non, professeur Sarah ne comprenait pas, mais en revanche elle comprit rapidement ce que cela impliquait… Elle était la seule qui remplissait les conditions… Vierge de toute fessée… Elle allait devoir être sacrifiée ??
    Furieuse et curieuse, la tête haute elle s’avança vers le Grand Méchant Fessca. En passant devant le professeur Iago, elle s’arrêta un instant :
    – Je dois reconnaître, cher confrère, que vous aviez raison pour le coup… Encore une fichue organisation machiste… Mais laissez-moi vous montrer ce que j’en pense…

    Et aussitôt, la main leste du professeur Sarah mit une grosse claque sur les fesses du « cher confrère »! Ce dernier fit un bond et dut se retenir pour ne pas la lui rendre… Elle devait avoir les fesses blanches pour le sacrifice ! Sarah se retourna et vit toute la tribu qui la contemplait bouche bée, comme si elle venait de blasphémer…

    Elle s’arrêta à quelques pas du grand Méchant Fessca et de la grande prêtresse Minxmama qui visiblement se disputaient. Minxmama réclamait le droit de fesser elle aussi, un droit que son statut lui autorisait ! Et d’abord, c’est elle qui avait trouvé la vierge de remplacement. Le professeur Sarah intervint alors en défendant la position de Minxmama, qu’elle avait le droit de fesser d’abord et qu’elle refusait de se plier à la cérémonie si elle en était exclue ! Le Méchant Fessca semblait horripilé, mais il finit par céder une partie de la fessée à la grande prêtresse. Mais le paddle d’or lui était réservé ! La prêtresse rétorqua qu’elle avait tout ce qu’il fallait de son côté, merci pour elle !

    Le professeur Sarah sentait l’anxiété monter en flèche en elle, au fond de ses entrailles… Mais une envie d’y aller quand même… La grande prêtresse lui expliqua qu’elle devait s’agenouiller devant le Fessca, qu’ensuite ça allait commencer par une fessée sur les genoux, à la main, et qu’on changerait d’instrument par la suite. S’agenouiller !! Le professeur Sarah ronchonna, mais devant le regard furieux de Fessca, elle céda et s’agenouilla, les bras croisés. Puis, elle dut s’approcher et s’installer sur les genoux du grand Méchant Fessca, le cœur battant. Elle avait le souffle court et elle commençait à comprendre la tête de ses assistants, quand elle leur flanquait une bonne raclée (toujours méritée quand même !).

    Immédiatement déculottée, la première claque s’abattit dans un silence religieux, et des applaudissements suivirent.
    La cérémonie se poursuivit et lui sembla durer une éternité. Après les claques manuelles du Fessca, on lui apporta sur un plateau le paddle d’or qui s’abattit aussitôt sur son postérieur déjà chaud ! Incrusté de pierreries, il laissait des marques sur la peau sensible. Puis, elle changea de fesseur et regretta d’avoir défendu la position de Minxmama en voyant les lianes tressées dans ses mains.

    Cette fois, elle changea de position et la fit attacher par les poignets, avec des lianes, à 2 poteaux, avant de la fesser avec ses lianes tressées. Professeur Sarah, la vision troublée, ne percevait plus ce qui l’entourait que de manière lointaine… Les bruits, les gens… Elle n’aperçut pas le regard ironique du professeur Iago, ni les encouragements discrets des autres femmes de l’expédition… Loin, elle était très loin… Il y eut des pauses pendant lesquelles, soit la grande prêtresse, soit le grand Fessca faisaient des discours sur l’histoire des fesscas et l’importance de cette tradition pour la survie de leur culture et de leur civilisation toujours florissante ! Câline prenait frénétiquement des notes à chaque fois.

    Après une dizaine de positions différentes et autant d’instruments, le professeur Sarah fut enfin détachée et amenée dans une pièce où on l’enduit d’huile de plantes apaisante et où on la laissa se reposer. Avant de s’endormir, elle se dit que quand même… Quelle expérience… Douloureuse ? Humiliante ? Passionnante ?
    Les jours suivants tout le monde se mêla aux fesscas afin de découvrir les habitudes et manières de vivre des membres de cette tribu.

    Le professeur Iago prit de nombreuses notes, de quoi écrire des articles et même un livre sur cette civilisation fascinante, mais il promit au grand Méchant Fessca et à Minxmama de ne pas révéler leur existence, afin qu’ils puissent continuer à vivre en paix et avec leurs coutumes.

    Au moment du départ, le professeur Sarah s’approcha de Câline et lui annonça qu’elle ne repartait pas. Elle voulait rester ici, dans un objectif scientifique d’étude bien sûr ! Mais elle était écarlate en disant cela et Câline ne s’y laissa pas prendre. Visiblement, Sarah avait changé de camp, et voulait explorer ce nouveau côté !

    Le professeur Iago eut un petit sourire en apprenant la nouvelle… Cette expédition avait été une réussite à tout point de vue !

    • Ce sujet a été modifié le il y a 1 mois et 3 semaines par  Câline.
    #36196

    Agna
    Participant

    Un chef d’oeuvre comme d’habitude. Un grand merci pour vos superbes récits. Je ne me lasse pas de les lire. On sent qu’il y a vraiment de la recherche dans vos récits, et toujours des éléments culturels et beaucoup d’humour. Encore merci pour ces bons moments.

    #36241

    Déborah
    Participant

    Texte très bon .

    #36246

    Princesse Sarah
    Participant

    Merci beaucoup Agna! Tes commentaires nous vont droit au coeur! Je vais finir par rougir (des joues bien sûr 😋 )

    Merci @fesseetoulousaine 🙂

    #36250

    Câline
    Participant

    Merci beaucoup @agna , moi aussi je vais rougir ..(le premier qui dit que ça ne me changera pas beaucoup va aller se baigner avec les piranhas …!!)

    Merci @fesseetoulousaine .

    #36253

    Princesse Sarah
    Participant

    Les piranhas… ou les pacus!! 😂

    #36254

    Câline
    Participant

    Oui les Pacus , c’est encore mieux !!

    #36257

    Monsieur Méchant
    Admin bbPress

    Il a l’air vachement vieux le méchant Fessca ! r
    J’adore ! Spielberg vient d’acheter les droit avec Lucas ! 🙂

    #36258

    Herlilira
    Participant

    Bravo encore une fois pour cet excellent récit les filles, c’est toujours un régal de les lire 😘
    Cette Herli est bien sage quand même elle a pas reçu de fessées de l’expédition 😁😇 et en plus, elle a un compagnon qui pratique mais que demander de mieux 😂
    Merci à vous @caline et @princessesarah pour ce moment plein d’humour 😊

    #36259

    Karima
    Participant

    Je viens de lire à tête reposée votre petit texte. Très sympa, bien construit des petites références comme d’habitudes, et les personnages ont l’air très sympathique ça donne envie de les connaitre 😉 faut déposer où son CV pour participer à une expédition ? Merci pour vos efforts pour nous offrir de jolis textes rafraîchissant.

    #36260

    Princesse Sarah
    Participant

    @monsieurmechant Merci beaucoup! J’ai hâte de voir le film! 😀
    Le Grand Méchant Fessca a 500 ans en effet! Plus exactement il va sur ses 516 ans! Mais il les porte très bien

    Merci @herlilira ! Oui c’est un exemple pour toutes les filles en fait cette étudiante :p

    Merci @lucrezia ! Lol la prochaine expédition n’est pas encore planifiée donc l’appel aux CV n’est pas encore ouvert 😉 On fera une annonce la prochaine fois!

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par  Princesse Sarah.
    #36261

    bella
    Participant

    Toujours aussi fan de vos récits les filles. A chaque fois je rigole tout seule devant.
    enfin se prendre une fessée après avoir été mordu ça c’est pas très drôle quand même 😝
    Continuez de nous régaler

    #36263

    Herlilira
    Participant

    Ah merci @princessesarah, je savais bien que j’étais un exemple de sagesse à suivre 😝😇

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 3 semaines par  Herlilira.
    #36265

    Câline
    Participant

    Merci @lucrezia , promis dès que la prochaine expédition est décidée , on lira ton CV avec attention 😉

    Merci @monsieurmechant , nous attendons le coup de fil de Spielberg … !!

    Merci @herlilira , et oui la sagesse de cette étudiante est bien connue …!

    Merci @isabella 😉 on va continuer pas de soucis !!

    #36270

    Richard
    Participant

    Bravo les filles c’est encore une histoire riche et bien drôle 🙂 Imagination, travail d’écriture, références (Indiana Jones, Les douze travaux d’Astérix, … ;-))
    Fesser le derrière envenimé de @isabella ? quelle bonne idée ! De quoi motiver à partir pour la dernière croisade de la fessée :p

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 33)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.