421

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Vil1tidiab, il y a 1 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #37241

    Vil1tidiab
    Participant

    Ce jour de printemps, il faisait un temps magnifique, on était, moi et ma compagne, en train de nettoyer le jardin, les enfants étaient à l’école. Comme tous les jours, on se faisait plus ou moins la gueule car, ces derniers temps, le couple n’allait pas fort.
    Dégageant les branches qu’on venait de tailler, j’en fis siffler une dans l’air. Elle se relevait et en la regardant, je fis “hem! heemmm”
    “Je vois à quoi tu penses!”
    “Moi? Non, à rien”.
    “C’est plutôt toi à qui ça ferait du bien!”
    “T’est sur que tu ne mériterais pas une bonne correction pour ton sale caractère?”
    On était la, comme deux cons à se renvoyer les fautes, comme deux gamins qui se disputent pour savoir qui a commencé. Tout à coup, je m’entends lui dire:
    “Je te caresse les fesses et tu caresses les miennes après”.
    “Quoi?”
    • “Je te caresse les fesses et tu caresses les miennes après”.
    C’est comme ça que l’on dit chez nous.
    • “Tu me prends pour une gourde, tu m’en mets une et tu refuses que je te la rende! Je t’en mets une et tu me rougis ensuite”.
    “Même pas cap mais en plus, c’est pareil, tu refuseras peut-être que je te touche”.
    “Dis pas de bêtise, t’es assez fort pour m’en flanquer une sans que je puisse te tenir tête”.
    “Oui, c’est vrai et j’y ai pensé bien souvent quand tu fais ta forte tête ou la gueule pendant plusieurs jours”.
    Un long moment de silence se fit entendre et nous continuions à vaquer à nos occupations.
    “Tu te souviens quand, au début, on faisait un srtip 421”
    “Oui, et alors, je vois pas le rapport?”
    “On pourrait déterminer qui commencerait!”
    “C’est vrai mais il faut établir des règles”.
    On a donc d’un commun accord établi le règlement de cette matinée.
    – Strip 421 à chaque coup de dé tiré, le plus éloigné retire un élément vestimentaire. Facile comme loi mais il faut conter les frusques pour que l’un ne soit pas désavantagé par rapport à l’autre. Le premier en slip est corrigé le premier. Le nombre de coups déterminé par l’adition de cinq dés.
    Premier tir, je retire mon pull
    Deuxième tir, je retire mon tee-shirt
    • “Ca commence mal pour toi”. Me dit-elle d’un ton ironique.
    Puis, c’est à elle de retirer son chemisier, puis mes chaussures. Son soutien gorge, ses rythmiques, pour finir par son pantalon qu’elle ôte avec réticence. C’est elle qui se retrouve en culotte.
    “Ah! Ah! Ah! Je M’en doutais, tu vois, c’était pas la peine de faire tout ces préparatifs”.
    – avec un jeu de cinq dés nous déterminons donc le nombre de claques qu’elle va recevoir. Pas de chance au Yam’s mais pour une fois, elle fait d’entrée un Yam’s de quatre.
    Je me précipite sur une chaise et l’appelle.
    “Viens ici ma cocotte, vingt claque sur ton petit cul blanc, je te garantis qu’il va avoir un coup de soleil malgré le temps gris d’aujourd’hui”.
    “Non, je ne veux plus”.
    Me relevant brutalement, je l’attrape par le poignet et, en un tour de main, je me rassis, elle se débat, je la couche sur mes genoux.
    “Lâche moi, c’est ridicule”
    Je la maintiens fermement. Etant en short, sa peau, au contacte de mes cuisses me fait bander.
    à la première clac elle gémit en me disant “non!”. Clac! “aïe, pas si fort, ça fait mal”.
    “Compte, des fois que je t’en mettes plus”.
    “Clac “Aïe! Aie! Aie! Arrête, je te dis.”
    “On est à trois, il t’en reste dix-sept à prendre et tu les auras. Si tu oublie une, elle compte pour du beurre”.
    Je me décide à lui descendre doucement sa petite culotte au niveau de ces genoux.
    Clac! “Aaïïïe! Quatre”. Ces cris se font de plus en plus fort, puis, Clac! Aïe, “Arrê-hête”. “Pardon?”, “Six” Aux pleures de venir.
    Clac! “Aïe! Huit”, Clac! “Aïe! Dix, Clac! Aaaaïe! Douze”.
    “Je t’en supplie, arrête, ca fait trop mal”.
    Les fesses commencent à prendre de belles couleurs, ces cris de plus en plus forts ainsi que mes claques qui sont posés tantôt sur une puis l’autre de ces fesses blanches.
    Clac! “A-haïe! Quin- snif ze”, Clac! “Aïe! Seize”, Clac! “Aïe! Dix-se- hept” Clac! “Aïe! Dix- snif dix-huit”
    Clac! “aïe! et de vingt-hingt”. Elle pleurait de tout son corps,
    “Tu vas me le payer chère”.
    “C’était la règle, il ne fallait pas me lancer ce défit idiot si tu ne voulais pas t’en ramasser une”.

    Elle mit un temps plus que certain pour s’arrêter de pleuré et moi, j’attendais là.
    Mais c’est une autre histoire et je ne suis pas sur de vous la raconter.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.