Répondre à : Géométrie et géographie….

Accueil Forums Discussions générales Récits Géométrie et géographie…. Répondre à : Géométrie et géographie….

#49119
anatole
Participant


J’hésitai une seconde, mais il était encore bien trop tôt pour lui demander si elle était prête à assumer la suite. Elle et moi n’avions jamais convenu d’un inutile safecode….Nous nous connaissions suffisamment pour que je sache au premier coup d’oeil quand trop c’était trop…Et, en général, j’allais bien sûr toujours un peu plus loin.
Lorsque ses yeux se rouvrirent, après qu’elle ait repris un minimum d’autonomie respiratoire, et que je vis dans son regard la lueur de crainte mêlée d’envie que je connaissais si bien, je levai de nouveau le bras et frappai durement les replis de son sexe. Le claquement fut féroce, projetant même quelques gouttelettes du liquide qui commençait à poindre à l’extrémité de son vagin (ouf…covid 19 n’était pas encore né à l’époque !)….
De nouveau je laissai les lanières en place quelques secondes avant de les faire glisser vers le bas.
Ses cuisses s’étaient tendues au mieux qu’elles le pouvaient , mais ce juste après le coup, tentant mais un peu tard d’esquiver l’attaque, et cette fois je pus sentir au creux de ma main qui emprisonnait sa cuisse des trémulations signant le réflexe face à une vraie douleur….
Juste une petite larme dégoulina le long de sa joue…Ses yeux se fermèrent, elle grogna, tentant de réprimer un sanglot….et sa fierté reprit le dessus, juste pour énoncer le chiffre trois.
Jusque là, je m’étais senti assez soft sur la manière de flageller son sexe…Pour une première fois…j’en rêvais depuis si longtemps.
Ma main inutile pour cette punition lâcha sa cuisse et se porta sur mon sexe qui commençait presque à demander grâce…Mais il me fallait tenir mon rang, et comme je lui demandais d’assumer le sien, je devais aussi assumer le mien…Les deux coups de martinet suivants furent intenses et sans aucune pose . Je ne lui octroyai aucune seconde de répit, flagellant son sexe sans réfléchir, sur le coup quatre, sans lui laisser le temps d’énoncer ce chiffre, frappant immédiatement pour le cinquième, tout aussi violemment, cinglant au passage le dos de ses deux mains qu’elle venait de rabattre sur son anatomie la plus fragile….
« -Non mais, tu te fous de moi ? Enlèves tes mains, et je n’ai pas entendu le quatre…tu veux vraiment que je recommence à zéro? ».
Cette fois elle pleurait franchement…il est vrai que je n’y avais pas été de main morte comme on dit…
Tout en pleurnichant, elle continua à masser son sexe du bout des doigts. Ses cuisses tanguaient dans les cordes.
Entre deux sanglots, elle réussit à articuler :
« -Non…mais, ça fait mal….
-Tu veux que je reparte à zéro c’est ça ? ».
J’étais presque au bord du gouffre de l’excitation….
« -Oh non..désolé…quatre….et cinq….Non désolé, j’enlève ma main …mais ne repars pas à zéro…. ».
Elle finit par enlever sa main alors que les lanières les caressaient doucement.
Dans ma grande mansuétude, j’acceptai de lui donner cash de cette bévue.
« -Remets tes bras au dessus de la tête et maintenant ne bouge plus…il t’en reste combien ? ».
Les secondes s’étaient écoulées, tout comme ses larmes sur ses joues. Après avoir reniflé bruyamment, elle toisa mon regard. Comment me voyait elle, allongée ainsi, les cuisses ouvertes et le sexe que j’imaginai déjà très en feu, moi si loin, juste la longueur de son corps entre nous, le martinet à la main, mon sexe que je branlais tranquillement de l’autre, prêt à la fouetter encore comme nous (enfin, surtout moi…) en avions convenu ?
Dans la belle couleur de cette après midi avec le soleil qui s’abaissait enfin un peu, la soyure de la peau de ses seins trempés de sueur aurait pu m’amadouer….
Je réitérai ma question :
« -Encore combien ?
-Cinq…. ! »
Elle avait ravalé ses sanglots et elle me toisa alors que ses bras avaient retrouvé leur place au dessus de sa tête…Comme si elle me mettait au défi….

Je me sentirais vieux le jour où mon sexe ne me servira plus qu'à pisser

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com