Répondre à : Des barrières à tomber

Accueil Forums Discussions générales Causons fessée Des barrières à tomber Répondre à : Des barrières à tomber

#13153
Tarte-au-citron
Participant


Le fait est que, si on n’a pas confiance en son partenaire, comment pourrait-on avoir confiance dans le fait qu’il respectera le mot de passe ? C’est pourquoi, personnellement, je n’ai jamais utilisé ce moyen qui a de plus l’inconvénient d’être très artificiel, et empêche de s’immerger.

Je crois qu’il faut distinguer les “peurs” de natures différentes. Il y a d’abord les peurs propres à toute relation avec un autre être humain. Puis ensuite les peurs plus spécifiques lorsque cette relation touche au contact du corps (viol, violence, etc…). Ces choses là sont bien sûr très sérieuses, mais ne sont pas propres à la fessée… Et j’inclinerais à dire qu’on sait déjà à peu près les gérer, en ce sens que l’on a tous des contacts sociaux d’une part, et des relations amoureuses d’autre part, tout à fait indépendamment de notre passion commune ici.
Je veux dire en cela, qu’il ne m’a pas semblé que le domaine de la fessée apporte quoi que ce soit de spécifique à ces questions.

La pratique de la fessée, est avant tout une “rencontre”, au sens noble du terme. Non pas que je dénigre pour autant les “fessées d’un soir” comme l’on dirait les “coups d’un soir”. Mais alors il faut savoir ce que l’on fait, avoir déjà une certaine expérience et savoir-faire, et là encore la fessée n’a rien de spécifique.

Ensuite, il y a les limites que l’on se choisit, et là comme ailleurs, c’est à chacun de savoir ce qu’il veut et ne veut pas dans sa vie. Et là encore, il n’y a pas de différence avec d’autres types de relations. Et si l’on ne sait pas tout à fait ce que l’on veut, ce qui est tout à fait naturel aussi car parfois ce n’est que l’expérience qui permet de savoir, alors ici comme ailleurs il faut se laisser le temps d’explorer peu à peu, à son rythme, progressivement.

Enfin, on en vient à ce qui est le plus intéressant, et vraiment spécifique à la fessée. Je veux parler de nos propres limites avec lesquels on veut jouer. En effet, contrairement par exemple à une relation sexuelle au cours de laquelle on pratique ce que l’on aime, à l’inverse pour une fessée on pratique ce qui justement est supposé nous déplaire : avoir mal, avoir honte, perdre toute dignité, être sans défense… (J’écarte de facto, vous l’aurez compris, les personnes atterrissant sur nos terres pour des raisons malsaines)

La limite, la barrière, n’est plus ce qui délimite le sujet, c’est au contraire ce qui en est le centre, la richesse, la force. Recevoir la fessée, c’est explorer cette limite, découvrir sa richesse, construire de belles choses avec. C’est bien pour cela que dans un certain, sens, il faut et il est nécessaire de redouter la punition, en avoir peur, la craindre… Faute de quoi il ne s’agit plus guère de fessée mais d’un tout autre objet, fort respectable au demeurant, que l’on peut appeler fessée érotique, mais qui sont moins une fessée que des caresses vigoureuses à mon sens.

Lorsque l’on joue avec des limites, il y a une règle fondamentale, qui là encore n’est en rien spécifique à la fessée. Elle s’énonce ainsi : il faut toujours aller juste au-delà des limites. Donc ni trop loin, puisque ce sont justement des limites et cela n’est pas pour rien. Mais ni en deçà, car alors l’on resterait dans sa zone de confort, usuelle, et il ne serait plus guère question de parler de limites.

Lorsque l’on a des barrières, des limites, et que paradoxalement l’on a envie de les franchir… l’on est dans une de ces situations précisément délicieuses qui nous amènent à découvrir la possibilité d’une relation riche avec autrui. Une situation où l’on doit s’en remettre à quelqu’un d’autre pour faire ce que l’on ne peut pas faire soi même, une personne qui est comme un miroir qui nous permet de voir ce que l’on ne peut pas voir de notre propre corps avec nos simples yeux. Il faut accepter en soi de laisser une personne aller précisément au-delà de nos limites.

Bien sûr, il faut bien choisir avec qui l’on se permet cela… mais comme dit précédemment, cela n’est point propre à la fessée. Et une fois une telle relation établie, la “limite” est alors non point une difficulté, mais bien au contraire la richesse même du sujet. Il ne faut point chercher à la combattre, mais au contraire s’en réjouir.

C’est grâce à ces limites, qu’une fois la fessée bien reçue ainsi qu’il convient, l’on se sent une personne enrichie, plus épanouie, grâce à quelques pas de plus sur le chemin de son monde intérieur.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com