Une folie parisienne

Une folie parisienne

La position commençait à devenir difficile à supporter : nue, à quatre pattes, avec un plug anal, la tête baissée et le poids de ses deux pieds posés sur mon dos... Il devait un peu travailler ce matin-là et m'avait promis qu'il trouverait de quoi m'occuper.

C'était très gênant, voire carrément humiliant, mais j'avoue que me retrouver dans cette position de soumission me plaisait vraiment. Pendant un petit moment, il dut répondre à un coup de fil. Je l'entendais se déplacer autour de moi en parlant et, parfois, il posait sa main sur moi pour me caresser le dos. C'était vraiment très agréable, j'avais le sentiment d'être une petite chose bien obéissante que son maître félicite ! À la fin de sa conversation, il vint se réinstaller puis me demanda d'un claquement de doigts de venir me mettre à genoux devant lui pour le prendre dans ma bouche pendant qu'il continuait son travail. Même si je commençais à fatiguer, je mettais du cœur à l'ouvrage : j'avais très envie de lui faire plaisir.

Quand il eût terminé sa tâche, il me laissa le choix entre deux possibilités : soit je continuais ce que j'étais en train de faire, soit je faisais une pause et il continuait ma punition de la veille... Comme je commençais à avoir une crampe et que la position à genoux devenait très inconfortable, je choisis la seconde option. Bon... j'avais surtout très envie de me faire corriger ! Avant qu'on ne commence, je lui ai demandé de me retirer le plug (je n'ai pas l'habitude d'en porter et j'avais peur qu'il ne rende la punition plus difficile à supporter).

Il prit donc une chaise et me demanda de me coucher sur ses genoux. Je savais que la punition serait beaucoup plus sévère que la veille. Il commença à me fesser avec sa main, deux claques sur l'une puis deux claques sur l'autre. Mes fesses ont vite commencé à chauffer. Je tentai par deux fois d'interposer ma main entre lui et mes fesses mais il m'immobilisa très vite et, au fur et à mesure de la fessée, je m'abandonnai de plus en plus.

Quand mes fesses furent suffisamment rouges à son goût, il me demanda de me relever et de me mettre face au canapé. J'obéis tout de suite et attendis sagement qu'il revienne s'occuper de moi. Je sentis cette fois s'abattre sur mon corps les lanières d'un martinet. C'est un instrument que j'adore ; chaque coup me faisait frissonner, surtout quand il frappait entre mes jambes. Il arrêta vite pour me demander de me pencher en avant contre l'accoudoir du canapé et là, il utilisa sur moi sa ceinture. Ça commençait à devenir difficile à supporter mais je ne pleurais pas...

Il fit une pause et, quelques instants plus tard, je sentis qu'il posait la badine contre mes fesses. Je me relevai aussitôt pour protester : c'est un instrument qui me fait peur, je sais que ça fait très mal ; mais il posa sa main sur mon dos pour de me demander de reprendre ma position et de compter les coups. Il me semble en avoir compté dix, ou plus, je ne sais plus, mais en tous cas c'était largement suffisant : je n'en pouvais plus, je me retenais pour ne pas crier trop fort.

Il termina la punition avec le paddle. C'était la première fois que je le recevais. Terminer par ça était vraiment difficile, ça appuyait sur toutes les autres traces laissées par les divers instruments...

Enfin, les coups s'arrêtèrent. Il me releva et me plaça face au mur, bien droite, les jambes écartées, les mains sur la tête. Je ne sais pas combien de temps je restai là ; j'avais l'impression d'être dans un état second... Quand il m'autorisa à quitter le coin, je pus enfin aller me blottir dans ses bras. Il me dit : « Je suis très fier de toi, c'est terminé maintenant ». Ce fut un moment vraiment intense, que je n'oublierai pas !

15 Comments

  1. Interessant!
    Mais pourquoi le plug anal?

    • Et pourquoi pas ? D’expérience, se voir imposer le port de cet attribut fait des merveilles sur le comportement des demoiselles. 😉

    • Il accentue la soumission 😉

      • C’est sûr que chez toi, c’est efficace 😀

        • Quand la punition ne suffit pas il faut bien trouver d’autres astuces …. 😉

        • Il devient nécessaire aussi quand le dominant n’a pas suffisamment d’autorité pour calmer sa soumise… :/

        • Je crois qu’il devient nécessaire que tu repasses sur mes genoux.

        • Oui monsieur…quand vous voulez 😉

  2. Plug & Play…
    Une “secrétaire” très particulière qui prend sérieusement son rôle de service à la personne… ou sévices à la personne… c’est selon! 😉

  3. Messieurs, vous m’avez convaincu !
    Je vais m’en procurer un sur “Le bon coin”…😀

  4. @nuance : je veux bien que tu me fasses une démonstration…😉

  5. J’aime beaucoup la situation de départ, la femme-table basse.

  6. Merci de nous avoir fait partager ce moment délicieux.

  7. joli récit merci @nuance

  8. J’avoue que c’est en lien avec beaucoup de mes questionnements passés 🙂

Leave a Reply